Association faune et développement au Burkina : Du rififi entre les membres

jeudi 19 mai 2016 à 02h42min

Tout est parti de l’Assemblée générale organisée en août 2014 pour procéder au renouvellement des instances de l’association. Un renouvellement jugé non conforme aux textes de l’AFAUDEB (Association faune et développement au Burkina) par le ministère en charge de l’administration territoriale, ministère de tutelle. S’en suit alors d’interminables tractations. Depuis août 2015, que de lettres, appels, sms, mails… échangés entre les membres de l’association et leur ministère de tutelle. Mais toujours rien. Au point que les comptes de l’association sont bloqués par les différentes banques, des partenaires techniques et financiers qui se posent des questions. Mais, qu’est-ce qui coince au juste ?

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Association faune et développement au Burkina : Du rififi entre les membres

Au total, une dizaine de correspondances échangées entre l’association et son ministère de tutelle, entre août 2015 et avril 2016. Des incohérences relevées, des références à des articles inexistants, des blocages incompréhensibles, des courriers sensés être transmis au secrétariat général par la direction des libertés publiques mais dont les traces sont introuvables… Les premiers responsables de l’association continuent les va-et-vient, les appels, messages et mails avec le directeur en charge des libertés publiques et des affaires politiques. Mais, la situation bouge très peu. Aujourd’hui, ils ne savent plus à quel saint se vouer.

Reçus au cabinet du ministre d’Etat Simon Compaoré le 14 mars 2016, les responsables de l’AFAUDEB pensaient être au bout de leur peine. Ce, au regard des conclusions de la rencontre où le « MATDSI, en sa qualité de ministère de tutelle accordait au conseil de gestion de l’AFAUDEB reconnu par le récépissé N°01343/MATS/SG/DGLP/DOSOC du 26 aout 2014, une période transitoire de trois mois afin de lui permettre de poursuivre les activités de l’Association, de convoquer et d’organiser l’AG ordinaire devant procéder aux élections des nouveaux organes. A ce titre, il dispose des attributions prévues par les statuts de l’association ».

Pourtant, les tergiversations se poursuivent encore. Le délai de trois mois étant finalement ramené à deux mois. Et même là, les membres de l’association disent attendre toujours la signature de l’autorité compétente, en l’occurrence le secrétaire général du MATDSI confirmant l’accord trouvé le 14 mars. Selon leurs dires, le document se perd entre la direction générale des libertés publiques et des affaires politiques et le secrétariat général.

C’est dans cette attente qu’un élément nouveau intervient. Le secrétaire exécutif de l’AFAUDEB, un employé de l’association, décide d’organiser le 30 avril dernier, une Assemblée générale à Ouagadougou. Pour une association dont le siège est à Fada N’Gourma.Objet : élection et mise en place du nouveau Conseil d’administration ; approbation des parrainages de nouveaux membres ; divers. Pourtant, les textes de l’association ne lui reconnaitraient pas cette prérogative.

Les membres fondateurs de l’AFAUDEB ont opposé un véto à cette AG. En faisant recours à un huissier de justice qui en a dressé un PV pour l’occasion. Mais, la rencontre a pu se tenir bien que les membres fondateurs de l’association aient quitté la salle après avoir signalé l’illégalité de la rencontre. S’agit-il d’une tentative de récupération de l’AFAUDEB par d’autres personnes.
En attendant, toutes les activités sont bloquées.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 mai 2016 à 09:12, par juju
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    c’est vraiment dommage ! il y a tellement de bizarreries dans ce pays la maintenant ! cette association marchait bien et faisait du bon travail bien apprécié avec la transformation des produits locaux et leur valorisation ! comment est-ce possible d’arriver à tel blocage total. C’est à croire qu’il y a une tentative de récupération comme explique le journaliste ! courage aux membres fondateurs de cette structure !

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai 2016 à 09:28, par Le divin africain
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Bonjour en lisant votre article, je pense que l’association est mal partie comme bon nombre d’associations au Burkina. Si l’association avait été créée avec la participation et l’implication effective des acteurs réellement concernés par le thème à savoir les représentants des différentes couches socio-professionnelles des populations riveraines de ces aires de faune, on n’allait pas assister à cette cacophonie savamment orchestrée par des usurpateurs et opportunistes de tout poil. Que l’administration arrive à régler le problème avec discernement et clairvoyance pour le bonheur du vrai public cible de ce domaine

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai 2016 à 10:10
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Le Secrétaire Exécutif n’est pas qu’un employé, il est aussi membre fondateur au même titre que ceux qui ont désapprouvé l’organisation de l’AG. Ce sont ceux là même qui sont à la base des blocages que connait l’association. Pour votre gouverne, je vous informe que les blocages des comptes et l’arrêt des activités ont eu lieu pour la première fois, deux jours seulement après l’élection du président sortant. Nous espérons que la dernière AG tenue à Ouaga sera validée par le ministère de tutelle afin que les choses puissent redémarrer. Ceux qui sont à l’origine de ce texte sont ceux qui veulent tout s’accaparer pour assouvir au détriment de ceux qui ont véritablement bossé pour le succès que l’association.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai 2016 à 11:33, par yempab
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    IL faut réellement saluer les résultats obtenus par cette asso ainsi que l apport qu’ elle a été pr la region de l est. Ce serait dommage qu’ elle disparaisse à ce stade.
    Ce qù elle vit en ce moment relevé a la fois de problèmes de gouvernance et de fondements constitutifs...
    Et toutes les organisations africaines font face a ce genre de problèmes surtout quand la réussie est au bout. Que ce soit les asso, les partis politiques ou même nos etats.
    Soyons honnêtes, quel fondateur d asso ou de parti ne pense pas que c est " son asso ou son parti" malgré que les textes sont pourtant clairement démocratiques et acceptent l alternance ?
    Je crois qu’ il faut replonger à la fois dans notre histoire et notre culture pr comprendre cette attitude mitigée dans nos organisations....
    J aimerai simplement inviter les fondateurs a prendre en compte les intérêts de toutes les parties et réécrire enfin des textes appropriés. L africain a l avantage d être un être de consensus, ce n est donc pas impossible.
    Et malgré tous les problèmes que l Afaudeb vit aujourd hui, rappellons que sa place a l Est ne doit pas rester vide, car en fin de compte la finalité poursuivie est au dessus des égo en principe non ?
    Balle a terre donc et consensus, vous êtes frères avant tout.

    Répondre à ce message

  • Le 20 mai 2016 à 15:37
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    AFAUDEB est née de la volonté et du fruit du labeur de l’actuel Secrétaire Exécutif qui a son temps après son mémoire soutenu en sociologie sur les ressources forestières à l’Est du Burkina Faso, cela a débouché sur la mise en œuvre d’un projet dans un village aux environs de 50 km de Fada. De ce projet, une équipe de projet est mise en place pour l’exécution des activités sur le terrain avec la population dudit village. Par ailleurs, l’actuel Secrétaire Exécutif, d’alors premier responsable de projet avec l’appui du partenaire technique et financier dudit projet, va conduire avec brio une thèse en sociologie sur les ressources forestières de la région de l’Est du Burkina Faso dans une université européenne, précieusement du pays des partenaires techniques et financiers. Dans l’optique d’élargir les bases du projet pour prendre en compte toute la région de l’Est, il fallait mettre en place une structure locale afin d’être autonome et de pouvoir bénéficier de l’appui de plusieurs partenaires sur le terrain du développement local. C’est ainsi qu’est née AFAUDEB avec l’équipe du projet, quelques connaissances du Premier Responsable du projet et la population du village d’intervention du projet.
    De nos jours, AFAUDEB intervient dans trois (3) province de la région de l’Est avec les populations et structures communautaires intervenant dans le domaine de la gestion des ressources forestières dans ces-dites provinces étant des membres actifs de AFAUDEB sur la base d’une adhésion et du paiement d’une cotisation annuelle. Le Premier Responsable du projet d’alors et actuel Secrétaire Exécutif de AFAUDEB est membre fondateur de AFAUDEB certes mais pour le meilleur des cas, il est l’initiateur et fondateur de AFAUDEB. Pour preuve, tous les projets et tous les partenaires de AFAUDEB viennent de ses initiatives. Ceux qui se proclament membres fondateurs de AFAUDEB au détriment du Secrétaire Exécutif peuvent nous dire quel projet ils ont monté et quel est le partenaire technique et financier qu’ils ont pu envoyer à AFAUDEB. Ils veulent retirer AFAUDEB des mains de son initiateur et principal fondateur dont eux ils n’ont ni les capacités intellectuelles, ni les capacités morales pour gérer une telle structure aux bénéfices des populations des trois (3) provinces de l’Est du Burkina.
    A l’Assemblée Générale Ordinaire (AGO) tenue à Ouaga à la fin du mois d’avril dernier, les structures communautaires du domaine de la gestion des ressources forestières membres actifs de AFAUDEB et quelques membres de AFAUDEB qui ont participé à sa naissance, des trois provinces de l’Est du Burkina étaient tous présents pour la mise en place des organes dirigeants de AFAUDEB conformément aux recommandation de Ministère en chargé des Libertés Publiques. Avec une quatre-vingtaine de participants membres actifs de AFAUDEB contre 13 personnes membres actifs de AFAUDEB qui ont participé à la naissance de AFAUDEB. Les 13 personnes viennent uniquement de la ville de Fada et du premier village d’intervention du premier projet. Par contre, ceux qui ont participé pleinement aux travaux de l’AGO viennent de Fada, du premier village du mise en œuvre du premier projet, de Diapangou, de Matiacoali, de Pama, de Madjoari, de Diapaga et de Tambaga en ce qui concerne les trois provinces d’intervention de AFAUDEB dans l’Est du Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2016 à 01:44, par le véridique
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Lefaso.net a bien fait de publier le mauvais traitement de ce dossier par le Directeur Général des libertés publiques. C’est au Ministre d’État d’être vigilent dans la signature de certains documents pour ne pas compromettre son Ministère dans des actions partisanes. aucune disposition des textes de l’AFAUDEB ni de la loi 064 portant liberté d’association ne permette à l’employé Secrétaire Exécutif de convoquer une AG. Même s’il fait partie des membres fondateurs, il a un salaire qui est payé par son employeur qui est le Président de l’Association. Ce qui se passe dans cette association est l’image de la plus part de certaines associations au Burkina Faso. Elles sont crées pas pour les bénéficiaires sur le terrain, mais pour s’enrichir. A la création ce sont des personnes physiques et ou morales, quand les financements arrivent c’est une famille qui doit profiter. Dans cette association le Secrétaire Exécutif a recruté son épouse, son petit frère, sa cousine, son cousin etc. Une étude réalisée en 2014-2015 sur le fonctionnement de l’association a montré que le Secrétaire Exécutif se paye 210% de son temps et que le montant total des salaires de sa famille représente près de 40% de la masse salariale de tout le personnel.

    Répondre à ce message

  • Le 21 mai 2016 à 02:23, par patriote
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Pourquoi le Ministère traite le dossier de cette association de cette manière ? Pour qui bosse le DG des libertés publiques ? Qu’est-ce qu’il gagne dans ce dossier ? Que Dieu sauve cette association pour le bonheur des populations rurales.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2016 à 09:15, par Le Grand
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    A lire les commentaires je conseille vivement au Secrétaire Exécutif de l’association de créer un bureau d’étude ou une entreprise individuelle ou familiale. Ses réclamant la paternité de l’AFAUDEB sont contraires aux dispositions des textes relatifs à la création des association au Burkina. Association=plusieurs personnes. Les cadres du Ministère sont très compétents pour évaluer la situation et rétablir le plus vite possible l’autorité dans l’association. Courage aux membres, aux bénéficiaires et aux agents de cette association qui se battent pour que justice soit faite.

    Répondre à ce message

  • Le 23 mai 2016 à 13:08
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Statistique pour statistiques : sur plus de 45 agents permanents que compte AFAUDEB, les employés proches de la famille du Secrétaire Exécutif ne sont pas plus de cinq (05). La majorité des agents de AFAUDEB sont Gourmantché ou originaire de l’Est du Burkina Faso.
    Par ailleurs, concernant son salaire, il est principal initiateur dans le processus de montage de projet à AFAUDEB. Les autres sont là pendant la mise en œuvre uniquement des projets. Ainsi pour la mise en œuvre de chaque projet, il lui est accordé un pourcentage (%) de son temps en tant que coordonnateur en temps partiel dans l’exécution des activités des projets. Ainsi pour chaque projet, il y a un coordonnateur en plein (100% de son temps consacré la coordination du projet) et le Secrétaire Exécutif a son temps partiel dans la coordination. C’est le cumul des temps partiels de chaque projet qui fait dire aux autres que le Secrétaire exécutif se paye à 210% de son temps. Cependant, les uns et les autres oublient le temps qu’il a consacré à chaque projet durant son processus de montage. Que des nuits blanches et de va et viennes entre lui et leurs bailleurs de fonds. Pendant ce temps certaines personnes sont dans des maquis et autres lieux lugubres pour se faire plaisir à outrance. Après le Secrétaire Exécutif les annonce qu’un nouveau projet verra le jour à AFAUDEB et ils commencent à jubiler se disant que les maquis avec leur corollaire de plaisir en extase auront toujours des lendemains meilleurs. Bon Bref !

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2016 à 08:32, par info
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Dans quel pays il est autorisé à un employé d’augmenter son salaire sans l’avis de son employeur ? Il paraît que le secrétaire exécutif est poursuivi par le ministère public pour détournement de plus de dix millions de l’association. Affaire à suivre

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2016 à 08:44, par info
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Dans quel pays il est autorisé à un employé d’augmenter son salaire sans l’avis de son employeur ? Il paraît que le secrétaire exécutif est poursuivi par le ministère public pour détournement de plus de dix millions de l’association. Affaire à suivre

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2016 à 11:39, par THIOMBIANO Lankoandia
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    je pense le secrétaire exécutif a raison de mal de géré l’association puisque les autorités compétentes lui ont laissé c’est qu’il veut malgré les multiples correspondances du président du CA pour les informés états de la vie de la vie de l’association pour rétablir le vide juridique qu’a créé le ministère . c’est la mauvaise gouvernance qui fait tombé les régimes en gérant les biens public comme si c’est bien un privé en employant les membres de sa famille moralement les gens deviennent peut intègre ;quant le secrétaire parle 5 membres de sa famille et le reste du personnel aucun membre fondateur na ni son frère ou sa femme là bà. un peu du sérieux cas même on ne crait pas une association pour absorber le chômage de sa famille une entreprise familiale sera la bien venue Mr le S E comme vous soupesez être le moteur de l’association pour la recherche de financement ,les partenaires finances les bureaux d’études crait et ils vont te financé en ce moment si vous réussissé on va vous donnera le mérite .tu pense qu’on écrit un projet sans collecte des données si les autres collègues ne le faisait pas vous allez pouvoir rédigez des projets.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2016 à 12:05, par THIOMBIANO Lankoandia
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    que dieu sauve cette association certaines personnes qui ont été élu ne sont pas membres de l’association alors les statuts et le règlement précise qui peut être élu donc toute ses conditions n’ont pas été respectées , comment un S E peut organiser un AG sans le bureau du conseil d’administration ;comment les bilans ont été faits ?donc vous voyez que ministère y es pour quelque chose donc mettez les hommes a place qu’il faut .on dit plus rien ne sera comme avant alors les pratiques deviennent pires qu’avant avec le MATDS doit revoir la moralité de certaines personnes avant leurs nomination .

    Répondre à ce message

  • Le 26 mai 2016 à 12:37
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Vraiment il ya trop de bizazerie dans ce pays. dans tous ça, que fait le MATDS ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 mai 2016 à 09:24, par Analyse
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Tout d’abord je tiens à relever des anomalies dans les interventions des uns et des autres. Beaucoup de gens ont fait référence au secrétaire exécutif, alors que AFAUDEB n’a qu’un Directeur Exécutif ( DE) maintenant, le Conseil de gestion étant dissout pour mettre le conseil d’administration avec de nouveaux textes validés en AG. Autant le Directeur Exécutif a employé des membres de sa famille, autant il a employé des amis et les a donné des postes que certains ne méritaient même pas, au vu de leur niveau de formation. Le DE est très humain et prêt à accompagner les gens ; c’est pourquoi des gens qui n’ont que le CEP, qui sont pas ses parents non plus, ont eu le privilège d’être des chefs d’antenne. Pourquoi vous ne critiquer pas cela alors ? ayez le courage de parler de tous et non de présenter les aspects qui vous arrange pour attirer la sympathie des lecteurs. Si le DE peut vous employer vous ses amis, pourquoi souffrez -vous qu’il emploi sa famille ? Que c’est égoïstes ? Aussi, ceux qui pensent que le Directeur Exécutif peut au vu de ce qu’il disent crée un bureau d’étude, je pense qu’eux aussi peuvent aller créer une association étant donné qu’ils se vantent d’avoir les compétences pour ça. Même si vous n’aimer pas quelqu’un ayez quand même la décence morale de reconnaitre ce qu’il a pu faire. Vous vous vanter d’être membres fondateurs de AFAUDEB, mais vous ne dites pas au juste ce que vous avez apportez concrètement à l’association. En dehors du travail dans le cadre des projets de l’association dites-nous ce que vous avez pu faire de plus ? si c’est pour ce travail que vous vous vanter, reconnaissez que ça n’a Pas été un travail gratuit, c’est la justification de vos salaires. Le vrai fondateur c’est le DE parce que lui il a initié l’association avec l’appui de ses partenaires et c’est par la suite que vous êtes venus en tant qu’employés et c’est lui même qui vous a proposé comme membres du bureau de l’association. Je ne vois vraiment pas votre mérite particulier. Il y’a combien d’association dans le pays ? des milliers je crois, mais y’a combien qui arrivent à se mobiliser des financements ? très peu nous le savons

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai 2016 à 07:15, par le véridique
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Statistique pour statistiques : Le Secrétaire Exécutif et sa famille sont 5 sur 45 agents soit 11,11%. Blaise et son frère François étaient 2 sur les 16 000 000 de Burkinabè, soit 0,0000125%. Les deux ont failli amener le pays à "l’abattoir". Donc le Secrétaire Exécutif et sa famille représentent un vrai danger pour l’association. Ce n’est pas une entreprise familiale. Le MATDSI doit rester très vigilent et respecter les textes de l’AFAUDEB et la loi portant liberté d’association. Coïncidence. La première lettre du prénom de l’ancien président est B comme Burkina. La première lettre du prénom du Secrétaire exécutif également est A comme AFAUDEB. No comment....

    Répondre à ce message

  • Le 28 mai 2016 à 07:43
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    L’ancien secrétaire exécutif n’est pas Directeur Exécutif de l’association depuis le 31 décembre 2015. Il a été licencié par son employeur le Président de l’AFAUDEB et poursuivi par la justice pour détournement de fonds. Il a un contrat de travail avec l’AFAUDEB je vous le rappelle. La Direction Exécutive est un poste d’emploi et non de dirigeant. Le DE a obligation de résultats auprès de son employeur. Depuis quand un employé peut diriger l’entreprise de son employeur sans l’avis de ce dernier ? Arrêtez les diversions. Est-ce parce qu’on contribue à rédiger un projet qu’on doit voler l’argent du contribuable. Ceux qui financent les associations ont aussi des familles. Je recommande à ceux qui veulent bien comprendre la crise de contacter les dirigeants de l’association pour avoir le rapport de la consultance externe relative à l’amélioration de la gouvernance et de l’efficacité de l’AFAUDEB. Après une bonne lecture de ce document vous n’allez plus jamais faire de commentaires partisans. C’est totalement incroyable ce que ce "sociologue" a fait dans l’association.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 13:16, par Arnaud
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    A lire faso.net on est vraiment déçu de nos autorités. Comment tout un ministère peut se permettre de sacrifier des milliers de bénéficiaires pour faire plaisir à l’ex SE qui lui aussi s’enfonce dans ses déroutes. Dans tout ça que fait Simon ? N’est - il pas informé du désordre que foutent son DG et son SG sortant ? Franchement il y a une complicité entre ces trois "ennemis" (SE, DG et SG sortant) de l’Afaudeb.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mai 2016 à 13:36, par Soule
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Afaudeb était vraiment bien partie. Malheureusement quand les millions sont tombés, l’ex DE a fait venir sa femme, son frère, sa cousine,.... Je savais que la chute n’était pas loin. L’ex DE régnait en maitre et tenait coute que coute à écarter touts les anciens de la boite. Pire il nomme son petit frère comme son adjoint malgré son inexpérience. Les gros salaires c’est lui et sa famille. Ce qui est triste est que l’ex DE est docteur en sociologie et enseigne à l’UO de Ouaga. Que va t il apprendre à ses étudiants ? La médiocrité ? L’abus de confiance ?
    Pauvre Afaudeb !

    Répondre à ce message

  • Le 1er juin 2016 à 12:39, par La vérité
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    moi je pense que cette crise va servir de leçon pour le Directeur Exécutif. Il sait maintenant qu’il faut être prudent avec ses amis, et surtout avec ceux qui n’ont pas de niveaux. Parce que ce sont eux qui réclament toujours beaucoup. C’est le cas de certains dont il a confié de gros poste au sein de l’AFAUDEB, qu’il ne mérite pas au vu de leur faible niveau de formation. Si le niveau CEP pouvait être aussi important au Burkina Faso, je pense que nous tous on serait aux cotés de Roch KABORE. Toi avec seulement ton CEP, tu as eu le privilège au nom de l’amitié que tu avais avec le DE, d’être chef d’antenne de l’AFAUDEB. Mais toi ingrat tu n’as pas reconnu ce geste. Tu as au contraire penser que tu méritais plus. Dites nous dans quel service au Burkina ici, quelle personne avec seulement le CEP, peut être nommé à un poste de responsabilité comme toi tu l’a eu ? Que ça soit dans la fonction publique ou dans le privé les gens du niveau CEP comme toi, occupe des postes d’exécutants, subalternes. Mais toi, tu as tout eu à AFAUDEB. En bon gourmantché tu devrais reconnaitre au moins ce qu’il a pu faire pour toi et pour toute la région. Nous connaissons tous ton histoire et ou tu as quitté, le DE ta récupéré au moment ou tu n’avais rien et aujourd’hui que tu as bien mangé tu veux craché sur la soupe qui ta nourri pour que personne d’autre ne mange, tu es vraiment égoïste. Toi avec tes compagnons lugubres, vous avez passez votre temps à salir l’image du DE. Dans tous les villages vous avez répandu la mauvaise information sur le DE. Pour attirer la sympathies de nous les villageois, vous avez dit que le DE est mossi qu’il veut amener l’AFAUDEB à Ouaga, qu’il a recruté sa famille, que du mensonges pour divertir,.... La famille du DE a chasser qui à AFAUDEB pour prendre son poste ? Dites moi monsieur, vous dites que le DE est mossi et vous dites aux populations de se lever contre lui parce qu’il ne peut pas quitter ailleurs venir diriger l’association chez vous les gourmantchés. Mais pourquoi vous vous n’êtres pas plein quand il amenait le projet à l’Est, et pas chez lui ? Je voudrais vous demander une chose, est-ce que les bailleurs qui financent notre association sont des gourmantchés ? pourquoi vous vous gêner pas de prendre leur argent ? depuis les trois ans que vous vous êtes lever contre lui, en voulant voler l’argent qu’il a lui même pu mobiliser à travers les projets qu’il a passer des nuits à écrire, qu’est-ce vous avez pu apporter pour les populations gourmantchés vos frères que vous aimez tant ? Rien du tout, au contraire, vous avez réussi à bloquer les comptes bancaires, retirez la signature du DE sur une des compte bancaires de l’AFAUDEB ou vous avez vidé l’argent qui s’y trouve. Cet argent que vous avez retirer quel villageois a pu en bénéficier ? Donc arrêtez de dire que vous lutter pour les populations, vous lutter pour vos propres intérêt, et vous voulez manipuler les villageois pour y arriver. Monsieur le DE vous semblez oublier que lorsqu’on soigne quelqu’un de son impuissance, son premier essai c’est sur ta femme à toi ? tu n’as certainement pas compris, tu as été naïf de croire que le bien se rembourse toujours en bien. N’y été cette naïveté, des gens comme ceux-ci qui ne remplissent même pas les conditions d’être les étudiants que tu enseigne n’auraient pas eu l’occasion de se foutre de toi. Mais prend courage, parce la majorité des gourmantché est avec toi, ceux qui sont contre toi ne représente pas grand chose. De toute les façon tu as eu la confirmation de ce soutien à la dernière AG organisée. Le petit effectif insignifiant qui s’oppose ne saurait bloquer la volonté générale qui s’est exprimée.
    Quand même frères gourmantché, ne laissons pas deux ou trois individus nous manipuler. Regardons nous même les choses, depuis ces trois ans, nos activités sont bloquées, rien ne marche encore, les bailleurs sont entrain de partir.
    A Vous qui êtes devant et qui agiter contre le DE sachez que les malédictions de nous les bénéficiaires, vieux comme vielles vous suivrons parce que vous nous faites pas honneur, à nous gourmantchés, ni à la région de l’Est.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juin 2016 à 09:13, par moni
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Pour un message de vérité on n’a pas besoin d’être trop long mon frère. L’ancien secrétaire exécutif à t il déjà été membre d’un bureau Afaudeb ? C’est non. Il est employé et est payé pour le travail qu’il fait. Est-ce que écrire un projet donne l’autorisation de voler l’argent d’ une structure ? Même nos honorables députés n’ont pas le salaire qu’il se payait. Nous Sommes au Burkina svp.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juin 2016 à 09:41, par patriote
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Internaute 20. Éviter des commentaires Ethnicistes. Dans aucun autre commentaire ni dans l’ecrit de lefaso.net il n’est fait cas de Mossi et gulmantche. Nous sommes tous des burkinabé . C’est un problème d’injustice du MATD.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juin 2016 à 09:45, par patriote
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Internaute 20. Éviter des commentaires Ethnicistes. Dans aucun autre commentaire ni dans l’ecrit de lefaso.net il n’est fait cas de Mossi et gulmantche. Nous sommes tous des burkinabé . C’est un problème d’injustice du MATD.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juin 2016 à 10:58, par moumouni@afaudeb.org
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Pourquoi ce silence coupable du MATD ?

    Répondre à ce message

  • Le 2 juin 2016 à 12:57, par vérité
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Qui peux le plus, peux le moins ; en fait, quand les idées sont bien claires, bien pensées, les mots pour les dires viennent aisément, donc je ne peut qu’être prolifique. Vous êtes encore nostalgique d’un passé récent ou vous faisiez la pluie et le beaux temps. Vous disiez à vos fidèles partisans au dégagement du Directeur Exécutif ( DE), que le début de votre règne était devenue très proche. Vous avez même poussez l’outrecuidance en les proposant des dates de reprise des activités de l’AFAUDEB avec vous aux commandes dans vos nouveaux habits de Directeur Exécutif. Sauf qu’à votre grande surprise les choses ont du aller dans un autre sens, vous n’aviez certainement pas calculer avec cette possibilité devenue la réalité que vous redouter tant. Mais comme disait un illustre personnage de notre pays, tu as joué, tu as perdu, c’est la règle du jeux, la vie doit cependant continuée, allons seulement disait l’artiste. Vous parler d’ex Secrétaire Exécutif, je suis d’accord avec vous dans ces termes, étant donné qu’il est maintenant le Directeur Exécutif de notre association. La lettre de licenciement du DE pris par le momentané président du conseil d’Administration de l’AFAUDEB étant devenu nul et non avenu du fait que celui-ci ne peut être président d’aucun organe de l’association. En rappel, le conseil de gestion est dissout, le conseil d’administration mis en place en aout 2015 et pour lequel il s’était arrogé le poste de président ne pas reconnu. Dites nous donc, s’il est président de quoi, avant de parler de licenciement. Il licencie en tant que qui ? On peut pas non plus faire de la reculade pour considérer le conseil de gestion qui a bien été dissout, pas envisageable dans aucun contexte. Donc aujourd’hui seule la Direction exécutive dispose de la légalité et de la légitimité pour agir au non de notre association. Arrêtons donc les blablas et avançons. Quand vous faisiez la pluie et le beaux temps nous n’avions aperçu aucun écrit ni dans les journaux ni sur le net, maintenant que les populations ont compris le bourbier dans lequel vous voulez les conduire, il se sont mobilisées pour dire stop. C’est pas le MATDSI qui a mobilisé cette population, arrêtez donc ce mauvais procès contre les honnêtes gens qui ne font que leur boulots. Je comprend votre inquiétude, vous êtes aujourd’hui minoritaire, vous savez bien qu’en face c’est la majorité, vous êtes désavoués, et voulez faire feux de tous bois pour vous faire entendre. Comme dans vos habitude vous usez de tous pourvu que ça marche, Vous n’êtes pas en réalité une victime, mais le bourreau, seulement que le vent a changé de direction à un moment donné en annonçant par la même occasion le début de vos frasques.

    Répondre à ce message

  • Le 2 juin 2016 à 14:24
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Permettez moi de demander quel poste occupé feu Oumarou KANAZOE à la chambre du commerce et avec quel niveau d’étude ?,quelles étaient le rôle de ces agents sans niveau dans l’Association ?..... Pardonnez, je suis entrain d’aller hors sujet.
    Mais, qu’est-ce qui coince au juste ?. Je pense que c’est là la question. svp arrêtez les commentaires Ethnicistes et cherchez la réponse tout en espérant que le MATD nous montrera sa compétence.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2016 à 08:53
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Faites vos commentaires la vérité est proche. Afaudeb reprendra service par la grâce de Dieu. Nous verrons tous qui va gagner. La vérité des membres de l’association ou le mensonge de l ex secrétaire exécutif.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2016 à 09:18
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Arrêtez vos conneries svp. Nous n’avons pas besoin de vos conflits d’intérêt mais de la justice. Prions pour la reprise des activités au profit de nos populations rurales.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2016 à 10:58
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Qui a gagner quoi qui a perdu quoi ? Les portes de l’association sont fermées il paraît.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2016 à 18:34, par Grand-père
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Bonsoir mon petit-fils le Directeur Exécutif ! Comme dit le proverbe mossi, "Même si tu danses dans l’eau, tes ennemis diront que tu soulèves la poussière"

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin 2016 à 02:29
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Je voudrais apporter un rectificatif à la réaction de l’internaute n°24 qui parle de silence coupable du MATDS. Je vous informe que le MATDSI ne pas resté silencieux, il a réagit par deux fois. Par une première lettre envoyée le 08 décembre 2015, le ministère vous disait ceci :
    "Monsieur, par demande en date du 28 Aout 2015, vous avez bien voulu solliciter de mon département, la reconnaissance du nouveau bureau et des textes régissant le fonctionnement de l’association citée en objet.
    Comme suite, et après étude de votre demande, il ressort que le renouvellement des instances s’est fait en violation de l’article 32.2 des statuts. En effet, seule l’assemblée générale ordinaire a des compétences électorales et non l’assemblée générale extraordinaire comme en l’espèce. Le nouveau bureau exécutif issu d’une telle assemblée ne peut être régulier."

    Suite à cette lettre du ministère, vous aviez introduit une nouvelle lettre, sollicitant au ministère des informations complémentaires par rapport à sa lettre du 08 décembre. Vous demandiez surtout au ministère, la possibilité que le conseil de gestion( voté en 2014) que vous aviez pris le soin de dissoudre en août 2015, afin d’installer le conseil d’administration, puisse assurer la représentation de notre association. A cette dernière lettre, le ministère a aussi répondu, c’était le 22 février 2016, et en ces termes :
    "Comme suite, et après étude de votre demande, il ressort que le bureau exécutif de 2014 ne peut assurer la représentation de votre association en ce que son architecture n’est pas conforme à vos textes actuels qui ont été adoptés. En effet, il serait illégal de faire fonctionner l’association dans ses textes actuels qui datent de l’assemblée générale des 21 et 22 aout 2015 avec un bureau exécutif objet du récépissé n°2014-01343/MATS/SG/DGLP/DOSOC du 26 aout 2014 et reposant sur des textes qui sont caduques.
    Aussi, sur la situation actuelle de blocage dont vous faites état, il me plait de vous situer qu’une solution assurant la continuité des activités de l’association peut être trouvé par une application des dispositions de l’article 56.3 des statuts."
    Dites nous donc où se trouve le silence du MATDSI que vous évoquez ? le ministère a réagit par deux fois, vous ne pouvez donc pas honnêtement parler de silence du MATDSI. Il faudrait peut être dire que les réactions du ministère ne vont pas dans le sens que vous souhaitiez. Si vous dites les choses ainsi, je t’aurais compris, pas parce que vous avez raison, mais je comprendrais votre position, parce que c’est de bonne guerre. N’est-ce-pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 4 juin 2016 à 21:17, par Vérité
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Oumarou KANAZOE n’avait effectivement pas même le CEP à la chambre de commerce, mais il n’y a pas parachuter comme un cheveux dans la soupe. Le mérite de KANAZOE c’est qu’il était l’une des premières fortune du Burkina donc il méritait largement son poste de président de la chambre de commerce. Par contre pour notre ami qui a reçu tous les avantages à l’AFAUDEB, je ne vois nullement quel était son mérite pour les postes qu’il a occupé. C’est juste qu’il a eu des faveurs du Secrétaire Exécutif. Il ne peut pas contester cela.

    Répondre à ce message

  • Le 5 juin 2016 à 03:28, par le patriote
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Votre complice au MATD ne vous a pas tout dit. Lisez les journaux et vous aurez toutes les correspondances qui prouvent le silence coupable du ministère. Affaire à suivre !

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin 2016 à 05:00
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    Le feuilleton judiciaire de l’AFAUDEB a commencé hier mercredi avec l’audience correctionnelle au TGI de Fada. A la barre l’ancien Secrétaire Exécutif de l’Association et son comptable. Affaire à suivre...

    Répondre à ce message

  • Le 12 juillet 2016 à 15:32
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    l’internaute 34 a oublié de donner le verdict de son feuilleton judiciaire. même si ce verdict ne pas ce que tu attendais, faudrait quand même l’annoncer aux internautes. ou bien vous l’avez pas encore ? je vous le donne donc. décision du juge : relaxe des prévenus pour infraction non constituée. Le juge déclare irrecevable la constitution de l’ ex président de l’afaudeb pour abus de confiance portée contre le secrétaire exécutif et le comptable.
    Allons seulement !!!

    Répondre à ce message

  • Le 28 juillet 2016 à 06:18
    En réponse à : Association faune et développement au Burkina : Du Rififi entre les membres

    décision de la première instance "relaxe des prévenus pour infraction non constituée Le juge déclare irrecevable la constitution du président de l’afaudeb pour abus de confiance portée contre KABORE Alexis et SOUBEIGA Antoine" . Le Ministère Publique a fait appel de cette décision du TGI de Fada. Allons seulement !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés