Dépôt des dossiers des concours directs 2016 : Des candidats déplorent la lenteur des agents réceptionnistes

mardi 17 mai 2016 à 05h55min

La réception des dossiers pour les concours directs de la fonction publique burkinabè a débuté hier, 16 mai 2016 sur toute l’étendue du territoire national et ce, jusqu’au 28 mai. A Ouagadougou, les dossiers de candidatures sont reçus sur les différents sites prévus pour la circonstance. Ce mardi 17 mai 2016, dans la capitale burkinabè, le constat était surtout la lenteur des réceptionnistes des dossiers, de l’avis de certains candidats sur le site du stade du 4-Août.

 Dépôt  des dossiers des concours directs 2016 : Des candidats déplorent la lenteur des agents  réceptionnistes

Il est 10h 30, lorsque nous arrivions au stade du 4-Août. L’entrée principale du stade débordait de motos et de vélos. Les vendeurs ambulants font également l’ambiance en ces lieux. A l’intérieur, de longs rangs se côtoient et s’entremêlent parfois à cause des bousculades. Des candidats, las de trop attendre sous le soleil se retirent sous l’ombre en des coins stratégiques afin de pouvoir regagner le plus vite possible leurs rangs au besoin.

Approchés, certains candidats décrient la lenteur au niveau des guichets de réception. C’est le cas des candidats Barnabé Somé et Jean François Compaoré. Selon eux, c’est depuis 4h du matin qu’ils sont sur les lieux pour le dépôt prévu pour démarrer à 8h.

« Ça ne va pas du tout ! », ont-ils laissé entendre. « Nous sommes-là depuis 4h et jusqu’à présent, on n’a pas pu déposer. Ils (Ndlr, les réceptionnistes) peuvent faire au moins cinq minutes avec un seul dossier. C’est compliqué » explique Barnabé Somé. Pour son compagnon, Jean François Compaoré, l’autre difficulté c’est surtout la chaleur trop forte, les intégrations au niveau des rangs (non respect des rangs par certains) qui font que ça n’avance pas. « Comme les femmes allaitantes sont prioritaires, on a souvent vu des filles prendre les bébés de certaines femmes afin de pouvoir déposer le plus tôt possible », renchérit-il.

Ramané Ouédraogo, candidat au concours des instituteurs adjoints certifiés dans la région de la Boucle du Mouhoun a également évoqué la question de la lenteur des agents réceptionnistes. « Ce sont les mêmes conditions ; les choses piétinent. Je suis-là depuis 5h. Je ne supporte pas les bousculades, c’est pourquoi je me suis retiré. Mais je suis tout de même l’avancement du rang », poursuit-il.
Cependant, l’affluence n’est pas la même partout. De passage au guichet des instituteurs adjoints certifiés de la région du Sud-ouest et les infirmiers/ères Diplômés d’Etat, il n’y avait pratiquement pas de rang.

Et pendant que certains peinaient à déposer un seul dossier, d’autres étaient à l’obtention de leur 3e récépissé de la journée. C’est le cas de Abalia Augustine Pédoumbou. Interrogée vers 11h, elle témoigne avoir déposé cinq dossiers d’hier à ce matin. « Hier, j’ai déposé deux et trois ce matin. Il me reste trois autres ». Elle explique sa stratégie : « Je suis venue depuis 4h. Arrivée, j’ai cherché à m’inscrire dans des guichets différents sur les listes qui circulaient. (...). C’est ainsi que j’ai réussi à les déposer. Du stade du 4-Août, je vais continuer au Palais des Sports pour la suite », conclut-elle.

En rappel, les dépôts des dossiers pour les concours ont lieu du 16 au 28 mai prochain. Pour cette session, 11 537 postes sont à pourvoir contre 7 486 en 2015.

Yvette Nadège Mossé (Stagiaire)
Lefaso.net

Messages

  • Bonne chance et courage a tous les candidats...on est tous passe par la !

  • bonne chance aux candidats. tenez bon car l’admission aux concours et au bonheur qui s’en suivra séchera vos larmes.

  • Et la souffrance est loin d’être finie pour autant qu’on ne peut encore ni s’inscrire en ligne (requis pour certains concours), ni consulter les listes...
    Que se passe- t-il enfin ? Rendez-nous le site disponible svp !

  • L’effort fait les forts ! courage à tous et que Dieu nous fasse goûter aux fruits de nos souffrances ! AMEN.....

  • - Chers candidats, il n’y a pas que ça ! Figurez-vous qu’il manque les timbres fiscaux de 200 FCFA pour les légalisations. Et c’est à Ouaga que ça se passe ! Il n’y a que des timbres de 500 FCFA !

    Moi je pense qu’il y a la complicité avec certains agents du Trésor avec les revendeurs de timbres pour créer artificiellement la pénurie afin de faire beaucoup de bénéfice. Ou alors c’est l’État qui a créé cette situation afin d’obliger les gens à payer contre leurs volontés, les timbres de 500 FCFA pour renflouer les Caisses de l’État. Dans les 2 cas, c’est très malhonnête, irresponsable et maléfique !

    Je pense que pour redresser ce pays, il faut en arriver à fusiller des gens sur la place publique sinon on ne pourra plus jamais redresser ce pays qui est déjà à la dérive ! Et si ce sont des gens du Trésor en complicité avec les revendeurs qui sont derrière cette bêtise, il faut les arrêter et les fusiller pour l’exemple.

    LIGUE DES CONSOMMATEURS, MBDHP, REN-LAC, JUSTICE BURKINABÈ, je vous lance un appel pour que vous vous saisissiez de cette affaire trouble qui sent la magouille !

    Par Kôrô Yamyélé

  • Rémunérer les agents réceptionnistes par dossier enregistré, c’est une solution.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés