Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

mercredi 11 mai 2016 à 00h14min

Le conseil des ministres a adopté le 2 Mars 2016 un décret concernant la gratuité de soins administrés aux enfants de moins de cinq ans et aux femmes (soins pendant et après la grossesse et certains dépistages) au Burkina Faso.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

Ces mesures, même si elles sont perfectibles, méritent d’être saluées à leur juste valeur car empruntes d’une volonté politique rarement observée en Afrique. Habituellement en Afrique, les systèmes de santé se réfugient derrière des contraintes économiques (pauvreté, dettes…), politiques (guerre, insécurité), sociologiques (représentations de la santé influencée par les cultures locales) et parfois écologiques (catastrophes, climat…). Au delà des contraintes sus citées, l’Afrique est caractérisée à la fois par un taux élevé de personnes vivant sous le seuil de pauvreté mais surtout par des inégalités sociales importantes qui ont un impact sur l’accès aux biens de première nécessité.

Le Burkina Faso en particulier connaît une utilisation encore faible des services de santé avec un système de santé caractérisé par l’absence d’assurance maladie publique. L’assurance maladie proposée par des structures privées est inaccessible par la grande majorité de la population. En cas de maladie, c’est la solidarité au sein de la famille qui supplée à l’absence d’assurance maladie. Malheureusement, la solidarité jadis légendaire dans nos contrées est en passe d’être substituée par la culture de l’individualisme.

Les inégalités sociales qui vont grandissantes (directement liées aux politiques sociales et économiques) engendrent chez les moins favorisés des expériences et des perceptions qui mènent au stress et à la mauvaise santé. Cette mauvaise santé pouvant ensuite être source de sélection sociale par la santé. Une politique de redistribution du bien collectif comme la gratuité des soins pourrait restaurer un équilibre.

Dans une perspective épidémiologique, les mesures de gratuité des soins au Burkina apparaissent très adaptées. En effet, les études montrent que la mortalité infanto-juvénile (enfants de moins de 5 ans) est un reflet du poids des maladies transmissibles, de la malnutrition et surtout de la pauvreté. La mortalité maternelle est elle le reflet des capacités du système de santé. Cependant il faut espérer que la mise en œuvre de ces mesures soit emprunte d’une vision globale et à long terme d’amélioration de notre système de santé au lieu de se réduire, comme observé par le passé dans de nombreux domaines, à des mesures pour être mieux quotté dans les indices macroéconomiques au niveau mondial.

Sur le plan économique, il existe de nombreux mécanismes de régulations (degré de liberté d’accès, degré de socialisation de la demande, degré de couverture des soins…) qui pourraient contribuer à la réussite de ces mesures. Il est certain que des mesures de cette envergure ont été précédées d’une étude d’impact budgétaire poussée, on ne peut cependant s’empêcher de s’interroger sur cette question. En effet, les mesures de gratuité concernent quatre à cinq millions de burkinabé avec un impact budgétaire conséquent.

Le Burkina Faso consacre environ 5% de son Produit Intérieur Brut (qui est parmi les plus faibles en Afrique) à la santé ; c’est dire que la bonne volonté seule ne suffira pas et qu’il va falloir compter avec la solidarité internationale avec toutes ses limites. Une des solutions pour optimiser les dépenses pourrait être la production de médicaments essentiels génériques localement, au moins en collaboration avec des pays de la sous région. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, les médicaments constituent la principale dépense de santé pour les pays en développement (25 à 66% en 2005). Dans tous les cas une réflexion profonde en vue de maximiser l’utilité de ces mesures tout en garantissant des soins de qualité s’impose.

Dans une perspective managériale, l’implémentation de ces mesures auraient été largement facilitées par un système d’information suffisamment implanté ; ce qui est loin d’être le cas en Afrique et particulièrement au Burkina. Il est vrai que des mécanismes de suivi ont été mis en place mais des indicateurs de santé fiables et disponibles dans un délai raisonnable seraient un atout majeur de pilotage. Le développement d’un système d’information performant pourrait être contributif.

Enfin, les professionnels et les populations bénéficiaires gagneraient à se saisir de ces mesures et à œuvrer à les pérenniser. En effet ces mesures pourraient inciter de façon consciente ou inconsciente, à une tendance à la maximisation de l’intérêt individuel sans anticipation des conséquences défavorables sur ce bien collectif. Il faudra éviter de tomber dans les travers du resquilleur car la quantité de soins qu’une personne consomme n’étant plus influencée par le prix que la personne paie, on pourrait facilement imaginer les abus. Les processus de régulation les plus efficients dans ces mesures impliqueront probablement une régulation par les paires et une régulation sociale.

YAOGO Ahmed
PhD en Santé Publique spécialité Epidémiologie, U. Paris 11.
Doctorat d’Etat en Médecine, U. Ouagadougou.
Psychiatre, inscrit à l’Ordre des Médecins en France, RPPS : 10100840577.
Capacité Addictologie Clinique, U. Paris 5.
Ancien Interne des hôpitaux du Burkina Faso.
Master Santé Publique spécialité Epidémiologie, U. Paris 11.
Master Economie de la Santé, CNAM Paris.
Master Gestion de la Santé, CNAM Paris.
Master Mathématiques appliquées et Statistique, Spécialité Data Science, CNAM Paris.
Médaille de bronze aux olympiades panafricaines de mathématiques Cap-Town- Afrique du Sud.
E-mail : yaogoahmedp@yahoo.fr

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 11 mai 2016 à 01:05
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    intelligence nous eloigne des hommes. Juste assez fera de toi un bon medecin pour l’ hMon frere, ce n’est pas un cv que tu ecris. Pas besoin d’ etaler tous tes titres. Tu as un probleme de personnalite ? Un conseil : Mets deux ou trois titres tout au plus. D’ aileurs pendant qu’ on y est, tu as eu ton bac ? Tu as eu ton BEPC ? Tu as eu ton CEPE ? En quelle annee ? Ou ? Sinon je dirai que tu as saute ton ecole primaire apres ta maternelle et que tu es alle directement en 7 eme annee de medecine. Je suis sur que tu ne voudras pas etre un si grand genie. Je n’ ;ai pas vu ca. Sinon j’ ai plus appris sur ton curriculum vitae que sur le theme sur lequel tu as ecrit. Mais c’est toujours bien. Bravo. Vraiment, j’ applaudis. Tu es le plus intelligent des medecins africains en france. Mais oublie as une chose. Trop d’ omme.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 07:18, par Mohamed
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Je pense que l’Etat aurait dû dans un premier temps mettre en place un forfait à payer ! Par exemple 200f pour les enfants et 500f pour les femmes ! Et cet argent sera utilisé pour construire des centres de santé dans les zones qui en sont depourvus ; et renover ceux qui sont délabrés. Si une ville n’a pas de centre de santé la gratuité ne profite pas à ses populations ! Je ne suis pas expert, juste une idée proposé, soyez donc indulgent !

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 08:17, par Tonton
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Le culte de la personnalité piteusement étalé au grand jour. Personne ne compte sur ce CV pour respirer l’oxygène. Aussi, le Burkina ne compte pas sur ces diplômes pour améliorer ses indicateurs de santé. Ce pauvre type qui s’appelle médecin a gâché ma journée. J’ai honte à sa place. Négritude de la misère. Parole de tonton

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 08:46, par Louis
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Analyse profonde de ces mesures de gratuité des soins. Bravo !
    Très beau parcours. Continues de contribuer à la réflexion sur les soins au Faso et saches qu’on ne peut pas plaire à tout le monde.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 08:50, par Simplicité
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    C’est une maladie chez les médecins de mettre même sur de simples cartes de visites, ce qu’on s’attendrait à voir d’un CV du "type fanfaron". Je dis bien de ce type car il n’y a pas de CV type, c’est en fonction des besoins qu’on produit un CV mais ces gens là n’ont rien compris. Ils ne savent pas que ce ne sont pas de gros titres qui feront d’eux des médecins en qui le patient à confiance ; mais plutôt leur capacité humaine à redonner vie et goût de vie au patient au delà des médicaments inoculés.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 08:59, par loblo
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    je n’ai rien compris de ce texte. la photo et le CV empêche le lecteur de se concentrer.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 09:21, par Kibsa
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Je ne vois vraiment pas de pièges à éviter .La mesure est à saluer et elle est perfectible. Tout le monde le sait. On n’a pas besoin de long discours pour ça ni d’étaler ses diplômes ramassés à la pelle.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 09:26
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    A l’internaute 1-2 et tous ses potes aigris qui au lieu d’aller à l’essentiel de ce qu’à dit Mr yaogo pour apporter une contradiction correcte à son écrit saute comme un morpion coagulé sur le mr pour verser son aigreur tchrrr au lieu de t’attarder sur des futilités vas te former aussi comme lui pour avoir ne serait ce que le 1/10e de ses diplômes avant de la ramener tchrrrrrrrrr Pourquoi le burkinabè est devenu mesquin envieux jaloux aigri comme ça karisssaaa
    Franchement c’est quoi le projet de tous ces aigris tarés sociaux là ?vous n’avez rien d’autres à faire que de vous torturer les méninges à salir vilipender critiquer insulter dénigrer des gens que n’eut été la magie du net vous ne pourriez jamais je dis bien au grand jamais croiser de vos minables vies là
    Est ce que toi internaute 1 tu as finis de manger 1 bon repas par jour (je parle pas de zamnè ou souma+benga au carbure matinal dont toi et tes semblables raffolent hein), faire manger décemment ta famille 3fois par jour et t’offrir des loisirs pour venir donner des leçons à quelqu’un qui peut nourrir tout ton village jusqu’à votre 7e génération ?
    Vraiment c’est sur le forum de lefaso.net que massa (galettes de mil traditionnel) se prend pour pancake ou croissant tchrrrrr
    Un conseil aux deux 1ers aigris là allez y d’abord brosser vos bouches puantes là et faire extraire vos caries dentaires et vos chicots avant de venir faire la morale aux gens qui participent au développement du pays dont vous bénéficiez.macrocéphales frustrés tchrrrrrr

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 09:27, par ka
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Ka verra tout dans ce bas monde : On a vu des avocats agrégés des Etoiles venus des barreaux de France : des camerounais avec des diplômes en philo ramassés dans les toilettes des universités de Lille pour ne pas parler d’un certain Nyamsi griot de Blaise Compaoré et de SORO pour son gosier large. A présent des médecins sortis déjà des ventres de leur mère, avec des diplômes plus que ka qui a galéré avec son petit sac de Bassi et de ganyoré, du Burkina en France pendant 13 ans sur les bancs des études supérieurs. YAKO ! Me dira un baoulé, pour ces diplômés des étoiles, qui ont eu des professeurs ‘’’ des ovnis.’’’ Félicitation jeune homme, pour ton analyse enrichissante. La prochaine fois, évite de mentionner ton CV qui ne rentre pas dans la fleur de ton âge.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 09:33, par changeons
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Voilà quelqu’un qui se glorifie avec ses titres, mais qui reste vague sur le sujet abordé. Mon cher médecin, vous ne connaissez pas bien le contexte burkinabé quand parlez manque d’assurance. Actuellement, les mutuelles de santé sont développées à travers le pays et facilitent la prise en charge de certaines pathologies. Comme l’autre internaute l’a remarqué, inutile d’étaler son CV dans une publication pareille. Ce n’est pas intellectuelle et c’est honteux pour quelqu’un bardé de titres. Une sortie ratée.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 09:33
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Abah l’aigri gang est dans la place mdrrrrrr @tonton est ce que ce Mr te connait même ? C’est ton problème si lui ses diplômes te rendent aigre parce que franchement Mr yaogo ne sait même pas que tu existe ho donc si tu es vraiment fâché vas te noyer au barrage de tanghin tchrrrrrrrrr

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 09:58, par juste
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Pour un cv aussi long il vous m1nque la jujotte pour savoir que c’est une mesure populiste qui frise la démagogie politique. Rdv apres les municipales

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 10:18, par Adosonia Digitata
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Bonjour à tous !
    Je ne voudrais pas rentrer dans le débat de formes qu’a suscité le Dr Yaogho en publiant son CV. Je m’en voudrais de ne pouvoir citer mon CV si je pouvais autant lister tous ce qu’il a engrangé comme "papier" de blanc, mais c’est n’est non plus totalement de ma faute si je suis " IN-INTELLECTUEL". Bref
    Alors je voudrais convié tous les internautes et autres scribouillard invisible, et même nos autorités administratives et politiques et plus précisément Smaila OUEDRAOGO notre ministre de la santé ( à moins qu’il l’a déjà découvert) à s’approprier la publication suivante au édition Karthala Iintitulé "UNE POLITIQUE PUBLIQUE DE SANTÉ ET SES CONTRADICTIONS : LA GRATUITE DES SOINS AU Burkina FASO, AU MALI ET AU NIGER. Je suis presque sure que Dr Yaogho et bien d’autres intello ou /et in-intello pourront se remplir leur panses. Voici une description de l’oeuvre :

    L’analyse des politiques publiques en Afrique est encore embryonnaire. Cet ouvrage propose pour la première fois une étude empirique approfondie de la mise en forme et de la mise en oeuvre d’une politique publique de santé, dans trois pays sahéliens francophones. Il est aussi pionnier par sa combinaison de méthodes qualitatives (enquêtes de terrain intensives) et quantitatives, et par son comparatisme de proximité, qui associe études de cas, analyses des pratiques et descriptions des représentations des acteurs.

    Après 20 ans de paiement direct par les usagers des centres publics de santé en Afrique, de plus en plus de pays s’engagent dans des politiques de gratuité des soins en faveur de groupes vulnérables (femmes enceintes, enfants). Les effets positifs de ces exemptions de paiement sur la fréquentation des centres de santé ont été déjà soulignés. On trouvera plutôt ici une démonstration des nombreuses contradictions, incohérences, et limites de ces politiques, qui ont des effets négatifs sur la délivrance des soins. Une conclusion majeure en ressort : toute politique qui veut élargir l’accès aux soins doit aussi promouvoir une meilleure qualité des soins et lutter contre les dysfonctionnements des systèmes de santé.

    La marche aujourd’hui engagée vers une couverture universelle des soins devra désormais tenir compte des enseignements de cet ouvrage, situé au carrefour de l’anthropologie de la santé, de l’étude des politiques publiques, et de la santé publique.

    Jean-Pierre Olivier de Sardan, directeur de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique et directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales (France), vit et travaille au Niger. Il est un des membres fondateurs du LASDEL (Laboratoire d’études et de recherches sur les dynamiques sociales et le développement local).

    Valéry Ridde est professeur agrégé à l’École de santé publique de l’université de Montréal (ESPUM). Il est titulaire d’une chaire de recherche en santé publique appliquée des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC).

    Outre les directeurs scientifiques, ont contribué à cet ouvrage : Loubna Belaid, Der Dabire, Aïssa Diarra, Fabrice Escot, Rolf Heinmüller, Yamba Kafando, Aline Kagambega, Joël Kiendrebeogo, Blahima Konate, Yaouaga Félix Kone, Seni Kouanda, Antarou Ly, Mahaman Moha, Abdoulaye Ousseïni, Laurence Toure, Youssouf Tiécoura Sanogo, Maurice Yaogo, Danielle Yugbare Belemsaga, Roger Zerbo.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 10:23
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Petit frère,tu as beaucoup de diplômes dèh !. Mais dis-moi tu soignes dans quel csps du Burkina ? En tous cas le major de mon village est moins diplômé (IDE formé en 3 années à l’école de Santé de Ouagadougou) mais très très pratique.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 10:24, par louis
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Pour être légitime quand on aborde un sujet, rien de plus simple que de décliner son CV. Tant pis aux jaloux. Imitez plutôt !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 10:35
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Mr Yaogo, ton CV n’est ni un champ de mil, ni un forage d’eau sur lesquels les populations comptent beaucoup plus que sur l’exhibitionnisme lamentable d’un minable fanfaron. Tu es de quelle époque, petit ? Même dans les nuages où tu vis, il y a un peu d’humilité. Et puis je vais te poser une question simple : Que vaut un diplôme détenu par un mégalomane auto-dressé sur un piédestal ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 11:03, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    - Mon ami KA, ce jeune homme devrait s’inspirer de NAZY BONI qui a écrit dans son livre ’’Crépuscule des temps anciens’’ que je cite : ’’Le Diplôme est une borne inamovible placée sur la route poudreuse du savoir’’. Autrement dit tu peux avoir tous les diplômes ronflants du monde et ne savoir rien faire correctement.

    - Ceci étant, mon fils YAOGO Ahmed, en tant que ’’vieux père’’, je te conseille de chercher et de lire ’’Les 16 conseils de Saint Thomas d’Aquin pour acquérir le trésor de la science’’. Mon fils, il faut absolument trouver ces 16 conseils et les lire et en faire tiennes. Ceci est une recommandation de Kôrô Yamyélé, un autre croûlant sur des tas de diplôme les plus prestigieux les uns plus que les autres, acquis dans plusieurs pays du monde dans des universités célèbres, mais qui est au champ aujourd’hui à cultiver et élever des vaches. Merci à toi fiston Ahmed.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 11:11, par louis
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    « Avec autant de haine comment voulez vous que l’Afrique émerge ? Lisez les propositions au lieu de vous angoisser sur un parcours exemplaire.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 12:16, par ka
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Merci mon ami Körö, je confirme, et j’ajoute que de nos jours les diplômes ne servent plus grande chose, ‘’’la preuve est qu’un simple capitaine d’une petite armée du Burkina sorti de nulle part, sans être bardé des diplômes, mais au-dessus des plus diplômés de ce monde, appelé Isidore Thomas Sankara, décide le 4 aout 1983 de dire non à l’ONU, a l’UOA a la CCEDEAO, de l’ANAD, de la CEAO a Houphouët, a Mitterrand et autres organisations internationales dites réactionnaires : Mais intelligemment et pratiquement, ne laisse pas son peuple mourir de faim, et les procure des soins gratuits. Quelque temps après, c’est ce petit capitaine non bardé des diplômes de médecine, ni de philo, ni de juriste éminent, qui est applaudi dans les tribunes de l’UA, L’ONU par ces paires présidents de ce monde, comme étant l’effaceur des dettes du continent. Heureux de te lire mon ami Körö, sort souvent de tes champs, car la jeunesse a besoin malgré tout, de nos vécus pour compléter leurs diplômes et dire qu’ils en savent plus. C’est notre rôle, car la lutte continu.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 12:28, par Zenon
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    BONJOUR !! Je suis aigris de ces Messieurs,au lieu de se saisir du texte d’un Mr qui se souci de l’application,la perfectibilité et de la pérennisation d’une mesure sociale,et pour le compte du plus faible des Burkinabé,se mettent à jalouser méchamment du Mr Yaogo ;Merci à toi Mr et que Dieu aide les Burkinabé à mieux faire leurs vociférations ; bon vent.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 12:34, par YEKOU
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Voici ma proposition :

    Avant tout octroi de soins gratuit :
    1- Permettre aux femmes pauvre d’avoir une alimentation correcte pendant la grosse afin de nourrir dans le ventre le futur bébé qui naîtra avec moins de carence en vitamine.
    2 - Permettre aux bébé nés d’avoir une nutrition correcte qui leur permettra de développer des anticorps à certaines maladies
    3 - Mettre l’accent sur la sensibilisation au planning familial

    4 - Créer une mutuelle au sein de chaque village avec une cotisation de tous les pères de famille d’un montant proportionnel à leur revenu. Cette caisse pourra bénéficier d’une subvention de l’état pour permettre aux femmes et enfants de chaque village d’avoir les soins primaires.
    5 - Sensibiliser et encourager chaque village à chercher à s’autotomiser en matière de prise en charge de ses femmes enceintes et enfants.

    6- Etc.
    YECOU
    CV :
    - Diplômé de l’école rurale de Tenlarghin
    - Master de l’Université rurale de Kandarzana en incapacité de désigner la France sur la carte du monde
    - Docteur en habilité de détecter le meilleur coin de gonré dans le quartier
    - Lauréat de l’olympiade du plus grand mangeur de benga.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 12:36, par bado
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Cette sortie, petit, c’est juste pour exposer ton cv que pour livrer une analyse pertinente sur la question de l’assurance maladie. Juste de la litterature, une suite de mots sans un sens profond. Votre sortie ne contribue vraiment en rien pour le burkinabé lambda. Mais en tout cas félicitations pour tes titres pompeux !!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 12:37
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Il faut que les Africains arrêtent cette "nomenclature". C’est quoi cette façon d’afficher ces diplômes et distinctions ? Les gens qui sont des sommités dans ce monde n’ont pas besoin d’étaler leurs diplômes. Ils ont écrit des articles publiés dans de grandes revues internationales, ils ont publié des livres et presque tout le monde les utilise. Ils ont fait avancer la science et les connaissances, etc.
    Ils sont connus à travers leurs productions et n’ont pas eu besoin d’étaler leurs diplômes et distinctions. Lorsqu’on tape leurs noms sur internet, on les voit partout ! Voilà les gens qui ont de lourds background derrière eux. Pas besoin de publicité, et pourtant ils sont connus du monde. Exemple : ceux qui ont eu les prix nobels et bien d’autres...

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 13:05, par sidinoma
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    humm !! bon vent a tout le monde !!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 13:26, par koom kougri
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    - Personnellement je pense que nos autorités gagneraient à mettre en place une assurance universelle pour toute la population en se basant sur le modèle Rwandais qui est parti premièrement des fonctionnaires avant d’inclure le reste de la population.
    - Même dans les Pays développé il n’y a pas de gratuité de soin, ce sont les assurances/ sécurité sociale/ mutuelles qui gèrent.
    C’est beaucoup plus sûr et ça marche mieux.

    - Concernant l’étalage du CV, ce jeune médecin n’a fait que reproduit l’exemple de certains de ses maîtres au Burkina. C’est un complexe qui nécessite une prise en charge par un psychiatre !

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 13:57, par Jeunedame seret
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Réjouis-toi AHMED... tu as un style enchanteur. En parlant des inégalités sociales, je souhaitais que tu mentionnasses le cas de l’illettrisme ou de basse scolarisation qui nous justifient les mesquineries politiques et mouvements d’humeur spontanés, vecteurs de l’incivisme ; et pièges à l’application des promesses. Merci pour tes idées ; on t’envie tout. Diplôme et savoir. Ne te décourage pas devant les frères plaintifs. Pardonne-les ; car ils regrettent leur sort de non-scolarisés. KORÔ YAMYÉLÉ ; dis à Nazi Boni que la poudre du savoir, sous les pas et le vent, frottera et endurcira la même digue du diplôme ; planté à vie et exposé à toute poudre. Vulnérabilité oblige ! KÔRO YAMYÉLÉ... désespéré ? Réveille-toi. Le champ n’est pas un refuge. Ne te moque pas des cultivateurs ou des éleveurs car il y a des universités et des diplômes à propos. Théories et pratiques.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 14:23, par DEMBELE D
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    il a tous simplement listé son cv pour ce faire comprendre. lisez plutôt le contenu qui est intéressant au lieu de se basé sur son cv. si ce qu’il dit est pertinent ou est le problème

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 15:14
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    La gratuité des soins ne pourra tenir dans le temps. Des ruptures seront observés, en plus on augmente la charges de travail sans augmenter le nombre d’agents, sans améliorer leur condition de travail.sans améliorer la qualité des soins. L’état gagnerait a mettre en place une mutuelle de santé qui permettra au centre de santé de mieux fonctionner, d’améliorer la qualité des soins , de recruter plus d’agent et d’améliorer leur condition de vie.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 16:41, par Le Fair Play Citizen
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Le dogo veut certainement revenir au pays. Il prépare une place au Ministère de la santé ! La vie est dégoutante en Europe où il n’y a pas de maquis, buvettes et cabarets à tout bout de champs

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 18:11, par Louis
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    1000 fois bravo Dr Yaogo. Continues tu es sur la bonne voie. Restes toi même et non un acteur de gens aigris.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 19:13, par Gaou
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    C’est franchement ridicule le CV, il sert à quoi ? Si vous aviez juste indiqué que vous êtes médecin + spécialité cela aurait suffit car on sait que pour être médecin il faut plus que le cepe et le bepc ! Non ? On est sur un site de libre expression d’opinions, pas une agence pour l’emploi. Mais on vous comprend, vous êtes jeune, la prochaine fois vous corrigerez. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 19:46
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    J’ allais prendre mon temps pour lire l’ article si Dy Yaogo n’ avait pas fait etalage de ces titres diplomes, certificats et meme de l’ accouchement de sa chienne. Ceux qui connaisssent ce garcon, il est vraiment normal ?

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 19:51, par Jean Baptiste Zikodi Ouedraogo
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Jeune homme impetueux, tu as interet a ecouter les Koro et autres Ka. Tu as deconne a faisant etalage de tes diplomes comme une pog yoodo qui etale son corps qu’ elle met en OPA. Si c’est comme ca que vous voulez revenir au pays, vous allez vous griller tres vite. Demandez a certains avocats qui ne se prennent pas pour du n’ importe quoi !

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 20:07, par Le sage
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Avec cette haine aveugle et cette jalousie sans limite, j’ai peur pour l’Afrique !!!
    Le Dr vous fait des apports pertinents et vous êtes concentrés sur son CV par jalousie maladive.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 20:11, par Le sage
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Moi aussi ce CV m’impressionne et je suis un peu jaloux !!! Mais je me contrôle. Après tout chacun est libre de faire les études qu’il veut. De plus, avec LinkedIn tous les CV sont maintenant accessible sur internet. Vous pensez que ce Mr a vraiment besoin de cette tribune pour faire connaitre son CV ? L’article est pertinent et c’est le plus important. Le reste circulez !

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 21:07, par Le sage
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Mon fils, un conseil de sage, soit toi même et n’écoutes que des personnes qui te semblent sages. Sous nos cieux, quelque soit ce que tu fais ou dis, on trouvera à redire. La mentalité indexée au niveau d’éducation. Pardonnes leur car tu as un objectif qui t’es personnel et les chiens peuvent aboyer....la caravane passe.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mai 2016 à 21:30, par Louis
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Pourquoi avez-vous peur du retour de Mr YAOGO dans son pays ? Il fait ce qu’il veut et après tout n’a t-il pas le droit de vouloir servir son pays ? Si le Burkina pouvait avoir des milliers de CV comme lui, ce serait prenable et même très souhaitable.
    Au passage Mr YAOGO toutes mes félicitations pour avoir rehaussé les couleurs du Burkina en gagant une médaille de bronze aux olympiades africaines de Mathématiques. Que celui qui peut fasse autant et nous allons pouvoir être jaloux ! Aigreur quand tu nous tient !

    Répondre à ce message

  • Le 13 mai 2016 à 11:33, par Abdoulaye
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Quand nos dirigeants ne font rien alors nous critiquons , quand ils essaient de faire quelque chose encore nous critiquons . Au juste nous voulons quoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 14 mai 2016 à 11:48
    En réponse à : Gratuité des soins : Quels pièges faut-il éviter ?

    Merci à Mr YAOGO pour son écrit. Je dirai plutôt que cette histoire de gratuité de soins tant médiatisée et non suivie en terme de moyens devrait être maintenant dénoncé par les citoyens avertis. Cela est un danger car certains hommes refusent même de regarder les ordonnances que leurs tendent leurs femmes soit disant que tout est gratuit. Conséquences, des femmes meurent silencieusement sans que personne ne dise mot.
    Vraiment, je suis malade de voir que pour disposer de bétail électoral, on est prêt à tout, même au génocide. En vérité, RIEN N’A VRAIMENT CHANGE DANS CE PAYS. Quel dommage ?
    Quant à l’étalage de ses diplômes, je pense que cela devrait nous enchanter. Savoir que nous avons d’hommes talentueux hors du pays et prêts à nous servir, c’est plus qu’un espoir. Merci à toutes les blouses blanches d’ici et d’ailleurs d’intervenir sur cette "histoire de gratuité de soins" pour mieux guider notre gouvernement du BURKINA NOUVEAU.
    Bon vent au grand DR YAOGO

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés