La vie à Bassinko : Ce n’est pas l’enfer

mardi 3 mai 2016 à 22h10min

« 24 heures à Bassinko », c’est la dénomination de la première édition de la journée du résident, initiée par les habitants des logements CGE et EAA de la cité de Bassinko. Célébrée sous le signe de la fraternité entre résidents des différentes entreprises immobilières privées et autochtones, la présente journée a servi de cadre pour faire l’état d’avancement des travaux de viabilisation et les dispositions sécuritaires prises par les autorités. C’était le lundi 2 mai 2016.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
La vie à Bassinko : Ce n’est pas l’enfer

Une séance d’aérobic, un tournoi de maracana entre résidents, une rue marchande : c’est le menu de cette journée. « Malgré les difficultés, il y a des familles qui vivent à Bassinko et qui s’épanouissent », note Aimé Koenou, initiateur de la présente journée.

En effet, placée sous le signe de la fraternité et inscrite dans un esprit festif, la présente journée se veut un cadre récréatif et convivial. « Les conférences de presse que nous organisons généralement sont sous forme de revendications. Mais là, c’est dans un esprit festif que nous le faisons », a-t-il signifié.

Avoir un esprit festif, c’est bien l’objectif de ces 24 heures. Mais qu’en est –il du calvaire que vivent les résidents de cette cité ?

Il s’agit du manque d’eau courante, l’absence d’électricité, l’inexistence de voirie, sans oublier l’insécurité et l’absence de services sociaux de base. Depuis la dernière conférence de presse en date 2 septembre 2015, au cours de laquelle, les résidents avaient exposé leurs conditions de vie pénible, les résidents semblent être soulagés sur certains points.

En effet, les travaux d’adduction en eau potable sont en cours de réalisation. « Depuis la dernière conférence, il y a eu une évolution du côté de l’ONEA. Nous n’avions pas de borne fontaine. Aujourd’hui, nous en avons. Les travaux d’adduction en eau potable ont débuté depuis janvier et devraient finir d’ici fin mai », s’est réjoui

Aimé Koenou. Et Mariam Ouédraogo, présidente de la mutuelle des femmes des cités CGE /EAA de préciser : « Une chose est d’avoir une borne fontaine, une autre est d’avoir de l’eau. Nous sommes confrontés aux coupures récurrentes d’eau ».

S’agissant des questions sécuritaires, les résidents bénéficient d’une patrouille mobile de la police nationale depuis mars 2016.

Des signes positifs également au niveau de la voirie. « Une partie de la voirie a trouvé solution. Malheureusement, ce n’est pas le cas pour la route départementale qui est la plus importante », a déploré M. Koenou.

Du côté de la SONABEL, il s’agit plutôt d’un silence radio. « Nous n’avons pas d’interlocuteur fixe. Tantôt on nous fait savoir que ce sont les promoteurs privés qui doivent prendre cela en charge, tantôt l’Etat. Les choses n’ont pas évolué au niveau de la SONABEL. Nous voulons des réalisations et non des promesses », a dit Koenou Aimé.

Le Directeur général de la CGE, Christian Vandecraene pour sa part, a salué cette initiative qui est une marque de solidarité. Et si de son avis, « les résidents sont satisfaits de l’état d’esprit avec lequel nous prenons en considération leurs problèmes », la CGE attend un appui du gouvernement pour ériger les commerces rentrant dans le cadre de la viabilisation de la cité.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 4 mai 2016 à 08:30, par Boutété de l’air
    En réponse à : La vie à Bassinko : Ce n’est pas l’enfer

    Cher redacteur, qui est "Aimé Kouenou" ? Quand on cite quelqu’un plusieurs fois sans nous dire de qui il s’agit ce n’est pas interessant...

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 08:46, par Feedom
    En réponse à : La vie à Bassinko : Ce n’est pas l’enfer

    C’est pas mieux comme ça. Vous gagnerai à poser vos problèmes au lieu de passer le temps à tirer à boulée rouge sur les résidents de CEGECI comme si c’était eux votre problème. Nous aussi à CEGECI nous seront ravis de la réalisation de cette voie departementale

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 13:11, par LEADER
    En réponse à : La vie à Bassinko : Ce n’est pas l’enfer

    Toutes nos félicitations aux résidents de la cité CGE qui se sont organisés pour améliorer leur condition de vie et porter leurs préoccupations aux autorités. Aussi, la CGE doit s’atteler à livrer les maisons dans les délais et s’assurer que les maisons ont été bien réalisées. Vivement que des dispositions soient prises pour le bitumage de la route départemental. le bitumage des axes principaux doit être réalisé et non les alentours du rond point central

    Répondre à ce message

  • Le 4 mai 2016 à 16:59
    En réponse à : La vie à Bassinko : Ce n’est pas l’enfer

    Monsieur l’internaute n°1, l’auteur de l’écrit a précisé que M. Aimé KOENOU (et non KOUENOU comme vous l’avez écrit) est bien l’initiateur de la présente journée. Avant de vous fondre dans vos pitoyable lamentations, ayez au moins la patience de bien lire d’abord. Ce sont des réactions pareilles qui nourrissent l’esprit de l’incivisme dans ce pays ! salut !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés