Le gouvernement officialise les mesures de gratuité de certains soins

mardi 3 mai 2016 à 15h30min

C’est la région du Sahel notamment Djibo dans le Soum, qui a été retenue pour le lancement officiel du programme présidentiel, en matière de gratuité des soins de la femme enceinte et des enfants de moins de 5 ans. La cérémonie s’est déroulée à la place de la préfecture, en présence du premier ministre, Paul Kaba Thiéba.

Le gouvernement officialise les mesures de gratuité de certains soins

C’est l’Emir de Djibo qui a ouvert le bal des discours à l’occasion de cette cérémonie. Il s’est réjoui du choix de Djibo pour le lancement officiel de ces mesures présidentielles. La région du Sahel dont Djibo fait partie, est confrontée aux problèmes d’accès des populations aux services de santé. C’est l’une des régions où les taux en matière des soins de la mère et de l’enfant de moins de 5 ans sont très bas.
L’Emir a alors vu en la décision présidentielle « un tremplin pour le bien-être des populations et une révolution dans le système de la santé ».

A son tour, le gouverneur de la région, Djibril Lallé a abondé dans le même sens. Il a félicité le gouvernement pour la prise de ces mesures et à exprimer la gratitude des populations du Sahel, pour le lancement de la gratuité des soins de la femme enceinte et de l’enfant de moins de 5 ans.

Au plan sanitaire, la région compte 110 formations sanitaires. Cependant, les indicateurs révèlent que le taux de mortalité maternelle et infantile est l’un des plus élevés du Burkina Faso. Ce qui a donc fait dire au gouverneur, que ces mesures tombaient à pic.

Les partenaires financiers réaffirment leur soutien au gouvernement

« Je voudrais premièrement féliciter le gouvernement burkinabè pour avoir pris cette décision politique courageuse que nous attendions tous depuis un certain temps, pour la survie de ces deux catégories de la population les plus vulnérables. Vous prenez de cette façon, Excellence Monsieur le Premier ministre, la meilleure porte d’entrée pour la couverture maladie universelle en assurant le financement de la santé pour environ 25℅ de toute la population burkinabè », a dit le représentant des partenaires techniques et financiers (PTF) au Premier ministre.

Évoquant des chiffres, Marc Rubin, le chef de file des PTF par ailleurs représentant résident de l’UNICEF au Burkina Faso fera savoir : « La mortalité infanto-juvénile qui était estimée à 129 pour mille naissances vivantes en 2010 est passée à environ 82 pour 1000 en 2015, mais avec une mortalité néonatale qui n’a que très peu bougé. Le ratio de mortalité maternelle est quant à lui passé de 341 pour 100 000 naissances vivantes à 330. Le retard de croissance est encore constaté chez 30% d’enfants de moins de 5 ans... En clair, le Burkina Faso perd encore chaque année environ 60 000 enfants de moins de 5 ans ainsi que 2800 femmes autour de l’accouchement  ».

Il a alors invité le Burkina Faso à « accélérer l’effort du gouvernement afin d’espérer atteindre les Objectifs de développement durable d’ici 2030, qui fixent les limites supérieures à 25 décès infantiles pour 1000 naissances vivantes, 70 décès maternels pour 100 000 naissances vivantes, et une diminution du retard de croissance de 40% ». C’est en reconnaissant que la mise en œuvre de ces mesures n’est pas facile, qu’il a réitéré l’engagement des PTF à accompagner le pays des Hommes intègres.

Satisfactions et promesses des autorités

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba n’a pas manqué de rappeler le classement du Burkina Faso selon l’Indice de développement humain(IDH) qui est de 183e/188. Et la santé des populations n’est pas étrangère à un tel classement comme le révèle les chiffres mentionnés.

Faisant allusion au lancement officiel de la mesure présidentielle sur la gratuité des soins de la femme enceinte et des enfants de moins de 5 ans, le Premier ministre a qualifié ce 02 mai de « jour historique ». Car, « ces mesures sont cohérentes avec la vision et les engagements du Président du Faso vis-à-vis du peuple. Elles traduisent son attachement à l’amélioration des conditions de vie des populations singulièrement les plus défavorisées », a dit, Paul Kaba Thiéba.

Le Premier ministre en termes de bilan, chiffres à l’appui, s’est dit satisfait de l’application effective de la mesure sur le terrain. « Un mois après le démarrage de l’opération, 181 581 enfants de moins de 5 ans soit une augmentation de 70% par rapport à la même période de l’année dernière ont fréquenté les centres de santé. On a enregistré également 12 629 accouchements, 12 745 femmes enceintes prises en charge au cours du mois d’avril, 240 césariennes ».

Lire la suite sur regions.lefaso.net

Angelin DABIRE
Lefaso.net

Messages

  • - Franchement, il faut qu’on cesse de mentir aux populations !!! Ces soins ne sont en rien gratuits. Ils ont un coût et quelqu’un paye à quelque part. Et moi Yamyélé je vais vous expliquer tout à l’heure comme dans la Fable De la Fontaine ’’Le Loup et l’agneau’’ (Nous l’allons montrer tout à l’heure) :

    Comme d’habitude la masse amorphe et inamovible des burkinÂNESbè se sont laissé avoir par les RSS, véritables artificiers et excellents boulangers qui nous ont tous roulé dans de la farine. Ces mesures de gratuité des soins ne sont que de la poudre dans nos yeux, de la poussière dans nos gueules et de la farine dans nos narines ! Ils agissent exactement comme WANGRIN qui était interprète au temps colon et qui, pour inciter les gens à mentir au colon, traduisait en dioula en y ajoutant le terme ‘’Bougouri Kè a gnaw na !’’ pour dire ‘’Met-lui la poussière dans les yeux !’’, autrement dit ‘’Ment-lui copieusement !’’.

    - S’il y a l’économie de marché, sachez qu’il y a aussi l’économie non marchande ! Je vais vous expliquer en français facile : Si la nuit vous circulez sur le goudron et sous la lumière des lampadaires, personne ne va vous arrêter et vous faire payer une amende parce que vous roulez sur le goudron et sous la lumière n’est-ce pas ? Et pourtant pour faire ce goudron l’argent est sorti de quelque part. Et aussi la facture de courant des lampadaires est supportée par quelqu’un qui est une institution. Eh bien ! Ce sont nos impôts, les taxes que nous payons, les subventions qu’on donne à l’Etat en notre nom à tous et toutes les dettes que l’Etat contracte en notre nom même si le gaspillage et les détournements dissipent près de la moitié de tout ça. Donc ces soins ne sont pas du tout gratuits et c’est du tapage mensonger que de dire qu’ils sont gratuits ! Et l’infirmier qui consulte ? Il est payé ou pas à la fin du mois ? Donc tout ça c’est du faux et du mensonge biens servis par les RSS comme ils savent le faire ! Tout ça pour dire demain : ’’Voilà nos résultats, votez-nous encore’’. Les RSS préparent l’élection de 2020 en embobinant son bétail électoral !

    Par Kôrô Yamyélé

  • Nous souhaitons bon vent au gouvernement car un adage Mossi dit ceux ci : "swassoga na y i nééré a zoomi lab bangda" donc pour le moment des gestes salvateurs ont été posés. mais profitons interpeller le pouvoir politique que le développement c’est pas seulement le secteur de la santé et de l’éducation, il y’à aussi les routes, l’eau à Seguenega par exemple, et surtout l’électricité à coût réduits et accessible à tous les ménages du Burkina Faso. Je parle de Seguenega par défaut sinon je suis conscient qu’il y’a des localités similaires où jusqu’à présents les populations ont comme source d’eau les puits à grand diamètre des colons. les femmes passent à longueur de la journée à chercher l’eau dans des bidons de 20 litres. comment voulez vous que cette femme soigne ses enfants ou laisse ces enfants aller à l’école. Elle n’a pas le temps car l’approvisionnement de son ménage en eau occupe prés de 80% de son temps journalier.

  • Tout cela est bien beau mais le problème reste la disponibilité des médicaments dans les dépots phamaceutiques des CMA et CSPS. J’étais dernieremment avec ma femme enceinte dans un csps de Ouaga,mais tous les médicaments prescrits par la sage femme étaient en rupture. commencez par améliorer d’abord les prestations des services avant de passer a la gratuité.

  • Tout a fait dako dake avec le Kôrô Yamyélé
    "Ces mesures de gratuité des soins ne sont que de la poudre dans nos yeux, de la poussière dans nos gueules et de la farine dans nos narines ! Ce sont nos impôts, les taxes que nous payons, les subventions qu’on donne à l’Etat en notre nom à tous et toutes les dettes que l’Etat contracte en notre nom même si le gaspillage et les détournements dissipent près de la moitié de tout ça. Donc ces soins ne sont pas du tout gratuits et c’est du tapage mensonger que de dire qu’ils sont gratuits ! Et l’infirmier qui consulte ? Il est payé ou pas à la fin du mois ? Donc tout ça c’est du faux et du mensonge biens servis par les RSS comme ils savent le faire ! Tout ça pour dire demain : ’’Voilà nos résultats, votez-nous encore’’. Les RSS préparent l’élection de 2020 en embobinant son bétail électoral !"

  • Personne n’est contre l’initiative salutaire du président Roch Marc Christian Kaboré pour la gratuité des soins aux enfants de 0 à 5 ans. Comme tout projet, il faut faire en sorte qu’il soit fondé sur des bases solides et bien organisées afin d’éviter des insuffisances qui peuvent compromettre son efficacité. C’est en cela qu’il faut analyser les critiques et propositions qui sont faites autour du projet pour pallier des lacunes. Malheureusement, le ministre de la santé se montre allergique aux critiques et recherche des résultats sans passer par le chemin de l’organisation et de la planification stratégique et rationnelle des mesures de gratuité. Les critiques récurrentes actuellement portent sur la qualité des soins apportés aux enfants. Beaucoup de mamans se plaignent du fait que ce sont essentiellement des paracétamols qui sont prescris aux enfants. Qu’en est-il donc des fameuses molécules dont le ministre de la santé a parlé et qui manquent dans les dépôts pharmaceutiques des CSPS, CMA ? S’agit-il de trouver ces produits (sirop, injectables, perfusions) en génériques ou spécialités pour une meilleure qualité des soins infantiles et des femmes enceintes ? S’il s’agit d’approvisionner les dépôts MEG (Médicaments Essentiels Génériques) en produits de spécialité, cela sera une concurrence déloyale contre les pharmacies privées qui va à l’encontre de la convention que les dépôts MEG étatiques doivent se contenter de produits génériques. Le ministre de la santé sait en tant que médecin que des médicaments de spécialité sont conseillés pour des soins post-chirurgicaux. Va t-on se contenter de prescrire des médicaments génériques à des femmes après une césarienne et à des enfants opérés ? Ne serait-il pas possible d’avoir une convention avec des pharmacies privées pour qu’elles fournissent sur ordonnances les produits manquants dans les CSPS et CMA et que le ministère de la santé rembourse après les frais aux officines pharmaceutiques ?

  • Venez chez nous au CMA de Boucan. La gratuité y est effective. le seul problème, c’est la disponibilité des produits.

  • Notre cher Kôrô Yamyélé est généralement véridique mais ces derniers temps, je constate qu’il va trop en besogne même en dérive. Comprenons que la gratuité des soins ne concernent pas par exemple Kôrô Yamyélé s’il ne se présente pas à la maternité ou au dispensaire avec sa femme ou son enfant dans la tranche d’age donnée. Sinon les soins sont bien gratuits pour celui que va pour se soigner bien que toutes les dépenses viennent des deniers du contribuable burkinabé. Avant cette personne payait tout : l’acte aussi bien que les médicaments administrés. Aujourd’hui tout ça c’est gratuit. Je pense que nous gagnerons à encourager nos gouvernants à aller de l’avent pour une population saine.

  • Yamyelé, tu sais ce que ça veut dire gratuit ??? pour t’expliquer simplement cela veut dire que quelqu’un paie à ta place. toi tu crois que les paysans ne le savent pas ? tu es un aigri qui chante à tue tête et tu as une haine congénitale. et ce sont les mêmes postes que tu balance sut tous les sites : zoodomail ; lobservateur.bf, lefaso.net, burkina24 ; et j’en oublie. mais tu ne fais rien pour attendre. si tu as un enfant, seulement un enfant tu dois être heureux pour le changement car au moins ton rejeton aura la chance d’arriver quelque part. mais comme tu ne vois que ton seul intérêt, tes enfants peuvent échouer à l’école ou mourir de faim ; cela n’est pas un problème pour toi. et tout cela ton problème ; mais je suis convaincu que même Dieu s’est déchargé de ton problème tu vogue laisse-guidon et je souhaite que tu trouve pas une montage de gens comme toi

  • SI CETTE GRATUITE POUVAIT ETRE EFFECTIVE AVEC LA GARANTIE QU IL N YAURAIT PAS UN BOOM DEMOGRAPHIQUE AXPYXIANT DIEU QUE CE SERAIT UNE BONNE CHOSE !mais un certain scepticisme m habite:des infirmiers risquent d etre pourchassés par les paysans si des ruptures de stocks venait a perdurer et tout sera pretexte pour courir au CM CE QUI A LA LONGUE NE MANQUERA PAS D EXASPERER LE PERSONNEL SOIGNANT !.NE SERAIT IL PAS MIEUX POUR DISCIPLINER CES PLAISANTINS importuns D EXIGER une petite contribution aux ordonnances de leur part(10% PAR EXEMPLE) ?

  • Mon oeil oui, nous payons tous cs produits à travers nos taxes et autres, quelle gratuité ? Demandez à BOUDA et son staf de DRH Sacré de faire un bilan à mi parcours de son departement ? nul et sans avenir. Sans vision et c’est tout le gouvernement de KABA comme cela. Nous attendons les jours suivant un remaniement au sein du gouvernement avec le depart de BOUDA et un vrai recadrage des choses.BOUDA = danger pour le MPP et les jeunes donc boutons tous la Boudalogie, la Sacrelogie et le MPP au sein de ce ministère. Que Roch change ce ministre à tant car les jeunes sont mécontents de partout et l’heure est grave

  • Voici un ministre qui est entrain d’organiser le BAC+2 SIAO, les jeunes seront dans une foire sans avenir et BOUDA avec son experience des objets d’art pense aller loin mais wait and see .

  • Dans la tradition de la chefferie africaine, les premiers propos consécutifs à l’intronisation d’un roi laissent transparaître son trait de caractère. Pour le cas précis du ministre de la santé, c’est sa fameuse interview à la télévision IMPACT TV en mars 2016 qui a levé un coin de voile sur son tempérament de jeune trop pressé et allergique aux critiques et à l’esprit d’équipe. Il a bien déclaré qu’on n’est pas ministre par concours. Effectivement, si c’était par concours, ce jeune ministre de la quarantaine d’âge ne l’aurait pas emporté face aux professeurs aguerris de médecine envers qui il affirme n’avoir aucun complexe. Le ministre a fait savoir qu’il a obtenu son poste sur la base de la confiance qui lui est faite. Comprenez qu’il s’agit d’un ministre commando, qui exécute malheureusement avec zèle, des missions politiques au détriment de la bonne gestion stratégique de son département, surtout pour le volet des ressources humaines qu’il veut administrer sur une base corporatiste par des nominations de médecins à des postes administratifs, en témoignent plusieurs nominations faites dans ce sens dans le premier trimestre 2016.Aussi,il prévaut actuellement une atmosphère difficile de travail dans le système sanitaire national à cause des méthodes martiales du ministre qui font fi de l’ancienneté, de l’expérience, de l’esprit d’équipe et de continuité de l’administration publique. Le ministre de la santé sur ce point, n’est pas seul, car beaucoup de ministres pensent qu’ils doivent passer le temps en conseils des ministres à nommer des partisans pour régner en maîtres absolus dans leurs départements au mépris même des valeurs de compétences et d’intégrité.

  • koro yamyelé est entain de delirer. Tu delire mon type. Vous aurez developpé votre analyse vers un coté que je serai d’accord avec vous (deplacement des parents par exemple surtout en saison pluvieuse qui peut revenir plus cher que les soins meme). un soin gratuit, c’est quoi ? un soin payant c’est quoi ? une femme qui se presente au CSPS et qui est prise en charge sans debourser le moindre CFA , comment voulez vous forcer cette dernière à dire que ces soins sont payants ? comment ? et si l’etat n avait rien fait, c est vous encore qui allez commencé vos critiques. Sachez ce que vous voulez à la fin !

  • Je suis très désolé pour d’autres qui n’ont rien compris sur cette gratuite qui reste une sœur jumelle a la sécurité sociale en France. Relisez de A, à Z, a qui peut bénéficier ses soins gratuits, et vous comprendrez que la cotisation de l’assurance maladie de toute personne qui travail, qu’elle qu’il soit, dans la fonction public ou privée, en passant par le revenu maigre d’un paysan y passe pour les plus démunis : C’est ce qui a développer la sécurité sociale Française de 1958 à nos jours. Non c’est un système connu depuis la nuit des temps dans les pays dont les soins pour tous a été adopté, mais à quel prix ? Par tout le peuple qui est contribuable dans tous les domaines. Körö et moi, ainsi que d’autres de notre génération, peut-être ne le verront pas dans les 50 ans à venir, mais en ce moment, les 40 millions qui seront le peuple Burkinabé, car tous les Burkinabé, cadre ou paysan, travailleuse ou femme au foyer, aura sa carte de sécurité sociale, les jeunes ministres comme S. Ouédraogo y veilleront à cela. Pour l’instant, ce n’est ni une arnaque, ni rouler le peuple dans la farine : c’est le commencement d’un système qui sera systématique dans tous les pays de la sous-région comme la Cote d’Ivoire l’a déjà commencé. Même les Etats Unis qui était très retissant a ce système, l’adopte péniblement à cause d’OBAMA, mais qui est en bonne voie dans quelques états pauvres du pays de l’oncle SAM. Condamner les RSS, ou si Zéph était au pouvoir, ne colle pas : Les jeunes cadres de de l’UPC, comme S. Ouedraogo de quel parti je ne sais, l’auront opté. Je profite dire à mon ami Körö, si le CDP avait balayé les charognards au gosier large, et laisser la place à la jeunesse, la liberté de refonder ce grand parti, que toi et moi ont participé à sa création, jusqu’à une personne et sa famille s’en accapare comme leur bien personnel, si cette jeunesse avait un programme sincère et louable qui va pour le peuple, je le voterai, et j’en suis sûre que tu le voteras aussi. Pour l’instant, trois malins ont su abandonné un grand parti avec nos objectifs qui allaient pour le peuple, sans les intérêts d’une seule famille, et le peuple les a donné 53% de sursis pour redonner confiance à ce même peuple trahi par un clan, alors permettons les de nous montrer ce qu’ils ont dans les ventres : Dans le cas contraire, le peuple et sa jeunesse s’en chargeront. Et je confirme que ça sera la même chose pour l’UPC, CDP et autres partis, s’ils étaient arrivés là où se trouve le MPP. Car toute la jeunesse du Burkina, y compris tout son peuple, a dit les 30 et 31 Octobre 2014, que rien ne sera plus comme avant, puisque Paul, Pierre, Körö, Ka, 98% de la population, et tous ceux qui sont devant leur clavier à faire Chiers le monde, étaient tous comptables de la bourde de Blaise Kaboré depuis ce 16 Octobre 1987 à 16h20 devant une villas du conseil de l’entente, ou il a canardé son frère d’arme Thomas Sankara et ses compagnons, et prendre le Burkina avec ses armes qui ont tué, comme sa maîtresse à manier. Maintenant critiquons nous-même, avec des critiques qui doivent êtres fondées et solides, sur des argumentations solides, suivies des suggestions solides, au lieu des injures, des railleries comme beaucoup de faux intellectuels de notre pays, tentent de le faire à l’égard d’un pauvre régime en sursis, ‘’’je dis pauvre, par ce que l’introverti Blaise Compaoré est parti avec toutes les voitures de la présidence rempli du denier publique,’’’ et le nouveau régime cherche sa place dont aucun d’entre nous ne veut être, car le peuple est impatient d’un changement radicale. Salif. Roch, Simon Körö, Ka, Somé KaO, Kéré, et tous les intervenants savent a cette minute même, son passé. Bonne ou mauvaise, ce sont des erreurs, qui ont besoins des critiques, mais pas de n’importes critiques ! Des critiques avec des solutions solides.

  • A l heure du bilan en juin la vérité va se savoir. En réalité il y a volonté d’aider les plus pauvres mais il se trouve que le BF est pauvre donc une telle mesure est un leurre.Moi je pense que rendre les évacuations et les césariennes gratuites seraient meilleur.Pourquoi ne pas réduire les prix des produits de grandes consommations la tous les burkinabé vont bénéficier. ou rendre la planification familiale gratuite la au moins les gens vont contrôler les naissances.Allez y voir ce qui se passe dans les formations sanitaires vous allez être déçu le nombre des malades est multiplié par 4 tout simplement y a gratuité.Il faut au moins que chacun prenne ses responsabilités.Il faut que l’état encourage les mutuelles de santé

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés