La communauté universitaire burkinabè en deuil : Pr André Nyamba repose désormais au cimetière de Tabtenga

lundi 2 mai 2016 à 12h00min

La mort a encore frappé au sein de la communauté universitaire. Le professeur de socio-anthropologie, André Nyamba qu’on savait malade, a effectué le voyage du non-retour le 29 avril dernier. L’inhumation s’est déroulée le lundi 2 mai 2016 au cimetière de Tabtenga. Avant cette cérémonie, un dernier hommage lui a été rendu à l’Université Ouaga I Joseph Ki Zerbo et à l’église Saint Camille.

La communauté universitaire burkinabè en deuil : Pr André Nyamba repose désormais au cimetière de Tabtenga

Décédé le vendredi 29 avril 2016, le Pr André Nyamba a rejoint les siens le lundi 2 mai 2016 à l’âge de 64 ans. Il s’en est allé en laissant derrière lui, une femme et quatre enfants meurtris. A cette occasion, la communauté universitaire a bien voulu marquer sa compassion à la famille éplorée en organisant une cérémonie d’hommage en sa mémoire. Des témoignages ont été les temps fort de cette cérémonie dès l’arrivée de la dépouille à l’amphi Nurikyor Claude Somda.

Par sa présence, le Pr Alkassoum Maïga a témoigné au défunt, la reconnaissance des amis et collègues, celle aussi de l’institution et de toute la communauté universitaire du Burkina Faso. S’adressant à la famille, il a touché un mot en appliquant à la vie de feu André une théorie chère à sa fibre anthropologique. « Sachez chère famille qu’André a anthropologiquement accompli sa vie : Né le 11 juin 1952, père de 4 enfants et grand-père, il a réussi le premier cycle de sa vie : Procréation ; auteurs de plusieurs ouvrages et pour avoir formé par milliers des étudiants burkinabè, André a accompli le second cycle de sa vie : Production ; Depuis ce vendredi 29 avril, il est rentré dans le troisième cycle de sa vie, celui de la protection », a déclaré le Maître de conférences de sociologie.

Tout en restant dans la même dynamique, il renchérit : « André maniait l’art de théâtraliser la transmission du savoir. Il savait heurter sans blesser avec son humour malicieux qui par le biais de la parenté à plaisanterie avait pour cible les Mossé et dont les étudiants se délectaient for bien, le papa et le grand-père scientifique qu’on retrouvait à l’occasion des séminaires méthodologiques des doctorants ». Il a en outre assuré qu’André est une vision car il a porté et concrétisé le cycle doctoral du département de sociologie. Ainsi, il a enjoint M. Maïga de gravir vite les échelons avant son départ. Car, explique-t-il, pour lui, il nous revient à nous jeunes de poursuivre le combat pour la discipline.

Un baobab est tombé

« Le lundi tu étais dans cette même salle pour travailler. Aujourd’hui, tu es venu encore pour nous dire au revoir », a d’emblée dit le représentant des étudiants, Dr Bouraïman Zongo, d’une voix chargée d’émotion. Pour lui, des sobriquets étaient utilisés par plusieurs générations d’étudiants pour désigner le feu Pr Nyamba au nombre desquels le Professeur prolégomènes, Professeur Galápagos, Professeur zozo, le dur Nyamba. « Nous t’appelons le dur Nyamba parce que ton cours est toujours ponctué d’histoires drôles, d’anecdotes et souvent d’histoires incroyables et à dormir débout qu’on a conclu qu’il fallait être vraiment un dur pour raconter des histoires comme ça, comme un zozo », a expliqué le représentant des étudiants, Dr Bouraïman Zongo. A l’écouter, le « grand maître » n’a pas tenu ses engagements. « Toi-même, un jour, tu nous as dit en classe qu’avec les TIC aujourd’hui, les gens sont tellement spontanés à tout publier sur eux-mêmes à la minute près, qu’ils sont mêmes capables le moment venu de poster une photo d’eux avec la mention, I m diying. Et là, Professeur, tu es parti, silencieusement, sans nous envoyer ce signal ».

De l’université Ouaga I Joseph Ki-Zerbo, parents, amis, collègues, étudiants éplorés ont d’abord accompagné le disparu à l’église Saint Camille avant de le conduire à sa dernière demeure au cimetière de Tabtenga. Ainsi, des responsables de confession religieuse ont dits des prières pour que le défunt repose en paix.

Qui était le professeur André Nyamba ?

L’homme que l’on pleure depuis le vendredi 29 avril 2016 est Pr titulaire depuis 2008. Il a par ailleurs été enseignant au CESAO de Bobo Dioulasso, enseignant au CESAG de Dakar depuis 2000, responsable du projet « Pluri » depuis 1997, chef de département de sociologie de 1993-1996. Aussi, Pr Nyamba a été enseignant et directeur de l’Institut africain d’éducation cinématographique de 1980-1988, secrétaire général de l’ENAM et enseignant au centre international d’étude en radio rurale de Ouagadougou depuis 1979. Parmi sa foisonnante production scientifique et intellectuelle, l’on peut retenir les ouvrages collectifs, à savoir, les Nouvelles technologies de communication en Afrique, Citoyenneté et décentralisation au Burkina Faso, les Télécommunications entre bien public et marchandise.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Messages

  • Toutes mes sincères condoléances à sa famille et à toute la communauté universitaire et scientifique.

  • Repose en paix !
    Une ancienne étudiante.

  • Que la terre du Burkina lui soit légère !

  • Invincible te dit Merci pour avoir ete ton etudiant. RIP. Mission accomplished.

  • Une indicible tristesse m’étreint depuis l’annonce de la mort du Pr Nyamba. Je me rappelle sont humour et surtout l’étendue de son savoir pendant son cours de Sociologie de la communication dispensé à notre promotion du Département Arts et Communication de l’université de Ouagadougou. A sa famille éplorée et à ses proches, que le Tout Puissant vous console. Que le Seigneur accueil le le Pr "Yamba" dans sa demeure où il n’y a ni pleure, ni souffrance. Rest in peace.

  • A Dieu le "toumaï" ( Dr B. Zongo, tu as oublié ce nom qui lui plaisait beaucoup). Toujours dans ces petites lunettes claires et ses jeans antiques ! Sacré Nyamba..un baobab est tombé ! Que la terre libre du Burkina te soit légère !
    (Prom 98-2003)

  • Finalement, ce n’était pas un si mauvais San/Samo/Chameau (pareil) ! Repose en paix Prof. Nyamba, après avoir mené le bon combat.

  • Repose en paix, Pr Nyamba !

  • Professeur, Vous m’avez tenu en 2012 en anthropologie du changement social, malgré le poids de la maladie vous avez tenu bon reprendre en main votre discipline. Professeur vous n’avez jamais été égoïste, vous aviez toujours cette volonté de transmettre le savoir à la jeune génération. Je me rappelle toujours des petites histoires qui en réalités nous renseignaient de perpétuer et consolider les pratiques d’alliance à plaisanterie.
    je retiens de vous un homme sans façon, très disponible et humble. L’être humain n’étant pas parfait, que le Bon DIEU vous accueil dans sa maison. Mon professeur, mon papa reposez en paix

  • j’appréciais bien l’homme. Repose en paix

  • Très triste nouvelle. Un grand homme s’en est allé. Votre action a été salvatrice dans le domaine de l’enseignement et tout cela accompagné d’humour qui nous détendait et nous captivait.
    Professeur, après plusieurs années d’engagement pour notre formation, merci infiniment. Je vous souhaite de reposer en paix.

  • "Professor fiatque anima requiescat in pace !" Vous été et vous restez l’un des meilleurs sinon le meilleur enseignant que j’ai jamais eu. Votre sens élevé de la pédagogie, votre humour, votre simplicité, votre disponibilité ont fait de vous une icône, un baobab, un monument, une source intarissable ! Votre élévation dans la gloire de Dieu est certes pour nous source de tristesse ! Mais nous prenons l’engagement de perpétuer ce que nous avons appris de vous !
    Père-Tout puissant, donnez-lui près de vous la paix, la lumière, l’éternel repos !

    Professor fiatque anima requiescat in pace !

  • Paix a l’âme de ce grand monsieur qui nous a donné avec plaisir son enseignement à l’uniersité de Ouagadougou ! C’etait un Samo pas comme "les autres qui s’illustrent dans les arenes de lutte traditionnelle" ! Il etait particulirement dévoué, cultivé, plein d’humour et très intègre ! Très domage ! Mais ainsi a la vie !!! Que la terre du Burkina lui soit legère !

  • Je n’ai pas connu le regrette professeur. Ce qui est dit sur sa vie m’amene a glisser ce mot. Nous refusons de pleurer cette perte, nous devrions reflechir a mettre en pratique les enseignements qu’il a transmis a ses milliers d’etudiants.
    Qu’il vive a jamais dans nos coeurs. Consolation a sa famille, a la grande famille San

  • Paix à l’ame du Pr NYAMBA. Il y a à peine 5 mois de cela il nous tenait en méthodologie malgré la souffrance que lui faisait endurer la maladie. Je suis très touché.

  • Toutes mes condoléances à la famille éplorée ! Tous mes hommages à l’homme qui nous a toujours été tant cher. Plusieurs fois, je ne m’empêche de me rappelle ses nombreuses histoires drôles, dont celles de : "la jeune fille moaga teint noir ciré qui parcoure les rayons d’un super marché à la recherche d’un produit cosmétique dont une publicité télévisuelle dit pouvoir lui donner un teint clair..." ; ou encore l’histoire de la "jolie et belle cousine mariée à un vilain monsieur...." ; et même les nombreux témoignages de "l’inspiration pour une meilleure formulation de problématique de recherche qui survient à des endroits ou moments très atypiques...". Merci Pr André NYAMBA pour le riche savoir que tu nous a légué et dont tu ne t’es jamais fait prier pour nous transmettre. Repose en paix !

  • Mes sincères condoléances à Toute la Famille éplorée. Cher Pr Nyamba, paix à votre âme. Que la grâce d’Allah le tout puissant soit avec votre épouse (veuve) et vos enfants (orphelins) en tout temps et en tout lieu. sachez, Pr, que toutes les promotions d’Etudiant(e)s que vous avez formées ou encadrées sont et seront toujours fières de vous. Nous continuerons à vous rendre hommage dans la mesure du possible, inchallah.
    Chers Sociologues, Toujours Ensemble, la Continuité dans la combativité socio-antropologique !

  • Paix a l’ame du Boabab
    Nous a l’institut du developpement rural, on ne t’oubliera jamais avec ton cours de socilogie des organisations. Nous avons jusq’a present la nostalgie de ce cours que jusq’a demain nous sommes pret a le suivre encore

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés