Fête du travail : Un cahier de doléances de 57 points transmis au gouvernement

lundi 2 mai 2016 à 06h50min

L’amélioration des conditions de vie et de travail, la lutte contre l’impunité : c’est ce que réclament les travailleurs du Burkina à l’occasion de ce 1er mai 2016, journée internationale des travailleurs. A Ouagadougou, la commémoration du 130ème anniversaire de la lutte héroïque des ouvriers de Chicago, a été marquée par une marche suivie d’une rencontre au sein de la bourse du travail. Conformément à la tradition, les travailleurs se sont rendus à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS), où le cahier de doléances a été transmis à Clément Sawadogo, ministre de la fonction publique,du travail et de la protection sociale.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Fête du travail : Un cahier de doléances de 57 points transmis au gouvernement

« Il ne s’agit pas d’une manifestation festive comme un 1er janvier. C’est beaucoup plus une journée de commémoration car de par l’histoire, cette journée est assise sur le martyr de travailleurs manifestants qui ont été réprimés, parce qu’ils revendiquaient la journée de 8 heures de travail », a noté Clément Sawadogo, après avoir reçu le cahier de doléances des mains du président du mois des centrales syndicales, Olivier Guy Ouédraogo.

Ainsi, pour Clément Sawadogo, le gouvernement en dehors de ce rituel,prend à cœur les questions qui sont contenues dans ce cahier de doléances. « Ce cahier comporte les préoccupations les plus importantes du monde du travail dans notre pays. Dans les semaines qui suivent, des échanges auront lieu sur le contenu du cahier de doléances », a-t-il signifié.

En effet, réunis dans la matinée du dimanche 1er mai 2016, les travailleurs burkinabè, à travers l’Unité d’action syndicale (UAS), ont transmis au gouvernement, par le biais du ministre de la fonction publique, un cahier de doléances de 57 points portant sur leurs préoccupations. Ces préoccupations se situent à cinq niveaux à savoir : le pouvoir d’achat et les conditions de vie et de travail, l’éducation et la santé, les libertés démocratiques et syndicales, l’impunité et l’assainissement de la gestion de la chose publique, les revendications en faveur des acteurs du secteur informel et des paysans.

Il s’agit entre autres : d’une augmentation de salaire de 25% pour tous les travailleurs, la suspension du système LMD dans les universités publiques en attendant de réunir les conditions de sa mise en œuvre, la prise en charge gratuite des urgences médicales, chirurgicales et obstétricales, le respect par les médias (notamment public) des principes de l’équilibre de l’information et du droit de réponse, la vérité et la justice pour Norbert Zongo, Thomas Sankara,Boukary Dabo et les martyrs de l’insurrection populaire et du coup d’État.

En somme, ce sont des revendications résumées en une plateforme minimale de 11 points. Des revendications pour lesquelles, Olivier Guy Ouédraogo espère que le gouvernement attachera une attention particulière.

Une fête du travail sous le signe de l’offensive

Après la remise du cahier de doléances, les travailleurs ont rejoint de nouveau la bourse du travail en passant par la place du « grand lion », la maison du peuple, le rond-point des nations unies, l’avenue Kwamé N’krumah et enfin la Cathédrale de Ouagadougou.
Au cours d’un meeting, les travailleurs ont fait une lecture de la situation nationale marquée par des défis majeurs tels que l’aggravation de l’insécurité, « un tâtonnement dans la gestion du pouvoir marquée par une mise en place laborieuse de nouvelles structures et de nouvelles autorités ».

Ils ont par ailleurs réclamé une justice pour les martyrs de l’insurrection populaire et fait un mauvais constat de l’insurrection populaire. « Blaise Compaoré n’est poursuivi que dans le cadre de l’instruction du dossier de Thomas Sankara ; aucune poursuite n’a été engagée contre François Compaoré et autres membres du clan », a déploré Guy Olivier Ouédraogo.

Revenant sur le sujet du travail,Olivier Guy Ouédraogo souligne que l’enjeu actuel de la lutte syndicale demeure la mise en œuvre des engagements pris par le gouvernement de la transition lors de la rencontre annuelle gouvernement/syndicat de septembre 2015. Des engagements qui selon lui, se traduisent du côté des nouvelles autorités par « des réponses évasives, des promesses peu convaincantes et des justifications récusables ».
A cet effet, dit –il : « Nous avions mis ce 1er mai sous le signe de l’offensive. Notre message est que les travailleurs doivent rester mobilisés pour qu’on sache que nous sommes une force dans ce pays, une sagesse digne. Il s’agit d’un homme sage qui montre sa force mais ne l’utilise qu’en dernier ressort ».

A ce sujet, concernant de la loi 081, Olivier Guy Ouédraogo précise que l’UAS a travaillé avec le gouvernement dans l’optique de clarifier un certain nombre choses et d’avoir un échéancier clair pour l’application de cette loi et des autres engagements. C’est pourquoi, « nous sommes restés sur notre position à montrer notre force et non aller en action ».

Des engagements, le président du mois a fait cas entre autres de la suppression de l’IUTS au niveau des indemnités et des primes concernant les établissements publics et privés et des 2 décrets prioritaires qui doivent être pris dans le cadre de la loi 081. « Nous avançons sereinement. Nous avons un échéancier clair et cet échéancier sera communiqué à l’ensemble des travailleurs. Au cas où il ne serait pas tenu, nous l’avons dit : nous sommes en train de montrer notre force et si nous n’avons pas le choix, nous allons l’utiliser », a-t-il conclu.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Les 11 points inscrits dans la plateforme minimale du 1er 2016

1- Mise en œuvre de l’ensemble des engagements pris à l’issue de la rencontre annuelle gouvernement/syndicats de l’année 2015 au plus tard le 31 décembre 2016
2- La diminution significative des prix des hydrocarbures et répercussion des différentes baisses sur les tarifs des transports ;
3- Relèvement des premières tranches de l’ONEA et de la SONABEL respectivement à 10m3 et à 75 KWK sans restriction ou répercussion sur les autres tranches ; à défaut, la suppression de la prime fixe et de la redevance ;
4- Prise en compte des indemnités et autres accessoires dans le calcul de la pension des fonctionnaires (y compris les fonctionnaires détachés et ceux mis à disposition) ;
5- Suppression de la Commission mixte paritaire de négociations salariales du secteur privé et retour à l’ancien système d’application dans le privé des augmentations décidées par le gouvernement ;
6- Remboursement des coupures de salaires opérées par certains employeurs sur les salaires de travailleurs ayant pris part à la grève générale de septembre 2015 contre le coup d’Etat de Gilbert Dienderé et du RSP ;
7- Respect des décisions de l’inspection du travail relatives aux demandes d’autorisation de licenciement et la réintégration des travailleurs dont le licenciement a été refusé par l’inspection du travail ;
8- Mise en place du cadre de dialogue social ;
9- Levée des sanctions arbitraires contre les délégués du personnel, les responsables et militants syndicaux ;
10- Création d’un cadre de dialogue social des pays de la sous-région conformément à l’acte additionnel N°02/2009/CCEG/UEMOA du 17 mars 2009 consacré par la création du CTDS ;
11- Suite judicaire des différents audits et rapports sur la gestion des ministères, des institutions et des sociétés sous le régime Compaoré et sous la transition. Le recouvrement de toutes les créances de l’Etat dues par tout dignitaire (ministres, députés, directeurs généraux…) ;

Source : Plateforme minimale du 1er mai 2016

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 mai 2016 à 10:11, par Sidzabda
    En réponse à : Fête du travail : Un cahier de doléances de 57 points transmis au gouvernement

    Messieurs les syndicalistes, je suis un travail du public mais je vous suis pas dans certains de vos prises de positions. pour ce qui de la baisse du coût des hydrocarbures, je suis partant mais demander au gouvernement de s’assurer de sa répercutions sur les coûts de transports serait lui faire un mauvais procès. il revient aux syndicats d’exiger cette baisse à tous les niveaux.
    quand à l’augmentation du salaire à 25%, on dit souvent qu’il faut demander plus pour avoir peu, mais je crois que vous faites de la provocation. pendant que le gouvernement s’échine à satisfaire la loi 081, vous demander une augmentations. attendez qu’on en finisse avant de demander.
    je crois que le CNT a autorisé les candidatures indépendantes, si vous êtes capables de diriger le pays, portez vous candidats au lieu de venir chaque fois jouer aux trouble-fêtes

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2016 à 10:44, par kaboré
    En réponse à : Fête du travail : Un cahier de doléances de 57 points transmis au gouvernement

    voilà qui est bien dit.

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2016 à 13:26, par S. DIALLO
    En réponse à : Fête du travail : Un cahier de doléances de 57 points transmis au gouvernement

    Le point 4 est une revendication irresponsable et irréaliste parce que la cotisation pour la pension à toujours été indexée sur le salaire uniquement et non le salaire et les indemnités. Seul le calcul de l´indemnité de départ à la retraite prend en compte le salaire et les indemnités. Il ne faut pas confondre l’indemnité de départ à la retraite à la charge de l’employeur et la pension à la charge de la caisse chargé des pensions qui sont 2 personnes morales différentes. Dans l’hypothèse éventuelle d’indexer la pension sur le salaire et les indemnités il faudrait que les cotisations puissent être basées sur le salaire et les indemnités depuis le début de carrière de l’employé les travailleurs sont ils prêts pour ce sacrifice ?

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2016 à 22:37, par Jeunedame seret
    En réponse à : Fête du travail : Un cahier de doléances de 57 points transmis au gouvernement

    Fête du travail ou du salaire ? Je rêve de voir une manifestation historique : 2 journées continues samedi dimanche ; de 8h à 18h. À quand cette exception ??

    Répondre à ce message

  • Le 2 mai 2016 à 23:22, par sagu
    En réponse à : Fête du travail : Un cahier de doléances de 57 points transmis au gouvernement

    mes amis intervenants, ne vous méprenez pas pour rien. l’unité d’action syndicale a en sein toutes les compétences qu’il faut pour faire une analyse soutenue de la situation nationale.
    c’est pour vous dire que les syndicalistes ne viennent pas d’une autre planète. c’est après des analyses rigoureusement menées que les plates-formes sont établies. sinon comment vont-ils défendre ces points devant le gouvernement ? comment ceux qui luttent contre les inégalités peuvent-ils demander des trucs absurdes ? Et dans tous les cas, le gouvernement n’a jamais accordé un pont pour faire plaisir au syndicat ; c’est après des discussions âpres même quand toutes les parties reconnaissent le bien fondé de la revendication. si ces quelques éléments peuvent vous aider à mieux cerner les choses, tant mieux ! sachez une chose, l’employeur ne voit jamais les choses de la même façon que l’employé !
    mieux, revisitez notre histoire ; ça toujours été les gouvernants et leurs complices qui ont été à l’origine de l’appauvrissement et des crises humanitaires.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2016 à 08:24, par LE PAUVRE
    En réponse à : Fête du travail : Un cahier de doléances de 57 points transmis au gouvernement

    INTERNAUTE N°1 OU ENCORE ZIDZABDA, PARDON IL FAUT SAVOIR UNE CHOSE QUAND NOUS LES SYNDICALISTES NOUS PARLONS, NOUS NE PARLONS PAS POUR PLAIRE UN INDIVIDU MAIS UN GROUPE DE TRAVAILLEURS ET LEUR FAMILLE SANS OUBLIER QUE CELA ENTRE DANS LES MEILLEURES CONDITIONS DE TRAVAIL. OUI SI TOUTE FOIS IL Y A UNE AUGMENTATION TU VAS QUE CHACUN SERA CONTENT ET LE TRAVAIL IRA CAR IL AURA UN ESPRIT TRANQUILLE ET LIBRE. CETTE LOI O81QUE TU PARLES, EST- CE QUE TU SAIS C’EST LA LUTTE DE COMBIEN D’ANNÉES ? PARDON NOUS SOMMES PAS CONTRE QUI QUE CELA SOIT MAIS A UN SYSTÈME INIMAGINABLE QUE NOUS VIVONS ICI AU FASO.

    Répondre à ce message

  • Le 3 mai 2016 à 10:31, par OCy
    En réponse à : Fête du travail : Un cahier de doléances de 57 points transmis au gouvernement

    Augmentation de 25% des salaires, combien de patrons d’entreprises vont vous prendre au sérieux ? En dehors des grandes sociétés, pensez vous que les traitements de salaires actuels sont respectés dans les petites et moyennes entreprises ? Contentez vous de la loi 081, là c’est plus facile pour vous car vous pouvez facilement utiliser votre" force" qui consiste à ne pas aller travailler pour obtenir gain de cause. Il me semble injuste que ceux qui exigent les augmentations de leurs salaires sont les même qui demandent en même temps la baisse d’autres produits et services. Dans ces conditions ce sont ceux qui travaillent dans ces secteurs qui sont pénalisés. Il est juste de choisir entre augmentations de salaires et baisse du coût de la vie pour permettre aux autorités d’agir avec plus d’efficacité

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés