Situation nationale : La direction politique du CDP ‘’se déporte ‘’ à Bobo-Dioulasso !

samedi 30 avril 2016 à 22h30min

Pour la première fois, le CDP (Congrès pour la démocratie et progrès), ex-parti au pouvoir, délocalise une session de son Bureau politique national (BPN) hors de la capitale, Ouagadougou. Et c’est à Bobo-Dioulasso que les membres de cette instance statutaire, qui compte environ 400, vont dérouler leur ordre du jour de cette 57e session du BPN.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Situation nationale : La direction politique du CDP  ‘’se déporte ‘’  à Bobo-Dioulasso !

Prévue pour ce dimanche, le 1er mai à partir de 9 h à la Maison de la culture de Bobo-Dioulasso, cette session vaessentiellement « examiner le bilan des activités de la 56esession du BPN » et « se pencher sur les élections municipales du 22 mai prochain », confient des sources proches de la direction politique du parti. Si le choix de cette délocalisation, surtout à Bobo-Dioulasso, ne fait pas l’objet de commentaires (les sessions peuvent se tenir partout au Burkina, nous réplique-t-on), on ne peut quand même s’empêcher de faire le lien avec le ‘’retour’’ de SaliaSanou, ex-mairede la capitale économique, responsable et ardent défenseur de CDP et du régime Compaoré.

L’ancien maire de Bobo-Dioulasso, SaliaSanou avait été interpellé en début avril 2015, placé en détention avant d’être transféré à la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou pour « complots contre la sûreté de l’Etat, enrichissement illicite, faux en écriture publique, usage de faux et corruption ».

Mis en liberté provisoire le 6 avril dernier, SaliaSanou a fait un retour en héros au bercail, le 10 avril 2016 (http://lefaso.net/spip.php?article70550). Un ‘’retour’’ perçu par ‘’ses camarades’’ comme une « bonne chose »dans ce contexte de course à la conquête des conseils municipaux, surtout à Bobo-Dioulasso. On sait que cette ville est un enjeu de taille pour les partis politiques et le CDP qui y avait planté ses racines à travers le contrôle des sept arrondissements (plus la mairie centrale) n’entend certainement pas perdre la face au soir du 22 mai 2016.

De quoi corser le terrain politique dans la ville de Sya,marqué ces derniers temps par un regain de mouvements de plusieurs partis politiques, surtout ceux affiliés au pouvoir. Dans un tel contexte, une session du BPN de l’ex-parti au pouvoir ne peut donc pas être un simple fait d’esthétique politique.

« A mon avis, cette décision vise à marquer une solidarité avec leurs camarades dans cette ville, notamment Salia Sanou, qui avaient certainement perdu du terrain du fait de leur détention. C’est une action qui vise certainement à les replacer en état de force. Du coup aussi, c’est une action de séduction politique dans cette localité. L’acte n’est certes pas extraordinaire, parce que sans doute que les textes de leur parti prévoient la tenue d’une telle instance dans n’importe quelle localité du pays, mais c’est quand même un grand coup politique, en ce sens que les gens ne s’y attendaient pas de cette façon. Certainement aussi que les élections municipales y sont pour quelque chose ; parce qu’on sait que Bobo et Ouaga sont des villes stratégiques. Donc contrôler le maximum de mairies dans ces localités est un bon signe politique également. (..).

Mais, que voulez-vous, en politique, chaque opportunité est à exploiter et c’est de bonne guerre. Un autre aspect important qu’il faut souligner dans ce sens, c’est que l’actualité politique est favorable au CDP ; le parti est dans une posture confortable. Quand vous lisez bien entre les lignes, le parti au pouvoir a tout offert au CDP sur un plateau d’or. Et le CDP, qui sait bien jouer le jeu, a aujourd’hui l’avantage des arguments pour reprendre de toutes ses forces. Et ça, c’est du fait du parti au pouvoir qui ne pourrait que s’en prendre à lui-même. Vous constaterez que depuis un certain temps, les responsables du CDP parlent très peu. Pour ne pas dire qu’ils ne parlent même plus.

Exception faite de quelques interventions sur des sujets sur lesquels ils sont interpellés par les journalistes. On a l’impression qu’il y a une sorte de mot d’ordre à procéder par des actions, à jouer sur le temps et à exploiter les failles de l’autre.Le président actuel (président par intérim, Marie Joseph Achille Tapsoba, ndlr) joue en vrai homme politique. Les rares sorties qu’il fait sur les sujets brûlants sont marquées d’interventions bien mûries et qui tendent surtout à mettre en exergue l’intérêt du pays. Je l’ai écouté au sujet de l’annulation des mandats d’arrêt et j’ai été surpris de la façon dont il a abordé la question.

C’est donc un parti qui risque de surprendre…Surtout que, comme je l’ai dit plus haut, son principal adversaire politique qui est le MPP lui offre tous les arguments pour cela », scrute un analyste politique, joint au téléphone au sujet de cette session BPN délocalisée à Bobo-Dioulasso. Pour ce dernier, c’est le jeu politique national qui gagne en dynamisme et les jours à venir « cachent sans doute de nombreuses surprises politiques ».

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés