Démocratie au Burkina : La CGTB explique la contribution du mouvement syndical

samedi 30 avril 2016 à 03h27min

La Confédération générale des travailleurs du Burkina (CGTB) a tenu le 28 avril 2016 à la Bourse du travail, une conférence publique sur la contribution du mouvement syndical à l’encrage de la démocratie au Burkina. Pour son secrétaire général, BassolmaBazié, cette conférence entre dans le cadre des activités commémoratives du 1er mai, fête internationale du travail.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Démocratie au Burkina : La CGTB explique la contribution du mouvement syndical

Bassolma Bazié, également conférencier du jour a, dans un premier temps, rappelé l’historique du mouvement syndical. Il a situé la naissance des syndicats au XIXe siècle à l’époque de la révolution industrielle européenne et particulièrement en Angleterre.Les syndicats se présentaient alors comme un mouvement économique et social de prise de conscience du prolétariat face à la toute-puissance du patronat. Quant au Burkina Faso, a rappelé M. Bazié, le premier mouvement syndical sur le territoire avait vu le jour à Bobo Dioulasso en 1946 avec l’Union territoriale des travailleurs de Haute-Volta.

Si les syndicats étaient à leur début des mouvements de lutte pour l’amélioration des conditions de travail des employés et la défense de leurs droits, ils vont ensuite muter au cours des événements sociaux, économiques et politiques. Ils se présentent aujourd’hui comme des institutions sociales œuvrant pour le bien-être global des populations et pour le respect de leurs droits face aux personnes et structures représentant une autorité quelconque et voulant en abuser.

Les syndicats au service de la démocratie

Dans ce sens, le secrétaire général de la CGTB a rappelé les actions contributives du mouvement syndical à l’avènement et au maintien de la démocratie. « Notre énergie nous ne la déversons pas seulement pour l’augmentation de salaire ; dès lors que le devoir national nous appelle pour sauvegarder l’encrage démocratique, nous ne lésinons pas sur nos énergies et nos moyens ». C’est par ces mots que M.Bazié exprime le dévouement du mouvement syndical à la cause nationale.

Il a fait un exposé de l’action syndicale depuis Maurice Yaméogo jusqu’à la Transition. Pour lui, les syndicats ont participé à la luttepour la limitation du pouvoir étatique, le respect de la liberté d’opinion et contre les régimes d’exception. Il en veut pour preuve le rôle qu’ont joué les syndicats pour l’accession à l’indépendance en 1960 et la lutte contre les régimes d’exception qu’a connu le Burkina. Il a aussi pris l’exemple plus ressent de la grève générale des travailleurs qui a joué un rôle majeur dans l’échec du coup d’Etat de septembre 2015.

Pour le conférencier, la fête du travail est l’occasion de commémorer l’action des dirigeants syndicaux à travers le monde pour améliorer les conditions de vie des travailleurs. C’est aussi une opportunité pour former, sensibiliser, organiser les militants et élever leur niveau de conscience politique et sociale en vue de mieux aborder ensemble des défis qu’ils devront affronter.

Nitiéma Roseline (Stagiaire)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 29 avril 2016 à 18:31, par le citoyen
    En réponse à : Démocratie au Burkina : La CGTB explique la contribution du mouvement syndical

    Vous découragez les travailleurs. La loi 081 est toujours en attente d’être appliquée. Les soupçons de complicités deviennent de plus en plus évidents. Pourquoi ne voulez-vous pas un mouvement syndical retentissant ? Je demeure convaincu que le rappel fera l’objet de négociation sans merci. Les travailleurs ne seront-ils pas obligés de contourner ces carcans de centrales syndicales pour prendre leur destin en main ? Le deal n’est toujours pas possible à tous les niveaux et dans tous les secteurs ?

    Répondre à ce message

  • Le 29 avril 2016 à 18:33, par teeltaaba
    En réponse à : Démocratie au Burkina : La CGTB explique la contribution du mouvement syndical

    Simple question à Mr Bassolma BAZIE. Pourquoi les syndicats se sont mis de côté quand le peuple combattait la modification de l’article 37 ?
    Vous avez voulu vous racheter, au regard du succès engrangé par le peuple en obtenant la chute de Blaise Compaoré, et vous avez sauté sur l’occasion du coup d’état de Diendéré pour redorer le blason des syndicats. Le peuple n’est pas dupe ; c’est tout simplement de l’opportunisme de votre part.

    Répondre à ce message

  • Le 29 avril 2016 à 19:17, par Salifou
    En réponse à : Démocratie au Burkina : La CGTB explique la contribution du mouvement syndical

    Bravo à nos brave syndicats. Pour ma part, je voudrais demander à nos vaillants defenseurs de peser de tout leur poid afin que le gouvernement revienne sur le code du travail qui autorise les contrats à durée déterminée sans fin. Le code de 2004 protégeait mieux les travailleurs. C’est vraiment pas simple pour un travailleur de preparer lui même sont avenir et celui de ses enfants dans les conditions actuelles.
    Aussi, il est sérieusement plus qu’impératif d’annuler la soutraiance des resources humaines.
    Ces deux aspects asservissent les travailleurs au lieu de les épanouir.
    Pas de plans de carrières, pas de perspectives. C’est lamentables.
    Encore une fois, bravo à vous. Et ne laissez surtout pas les politiques nous embrouiller avec des soit disants investisseurs qui en realité s’en foutent des travailleurs. Ils ne cherchent que le bénéfices et rien d’autre.

    Répondre à ce message

  • Le 29 avril 2016 à 20:23, par Lee HIP
    En réponse à : Démocratie au Burkina : La CGTB explique la contribution du mouvement syndical

    ceci est une bonne chose, je pense que ceux du ministère de la jeunesse doit s’insurger contre le DRH Sacré à qui, ils doivent lui créer tous les problèmes, il est à la base et son bureau est devenu une porte ouverte pour la courbette aux nominations, cas de Sana et autres. DRH est un faux pion qui doit être ejecté ainsi que le Ministre lui même qui vient de voir un echec à son programme BAC +2. je demande à ROCH de voir ce que BOUDA sème comme desordre à travers des nominations pours recompenser le MPP alors que en 5 mois son bilan est nul et 2/10. il dort et s’amuse. nous demandons au president un remaniement rapide et le depart de BOUDA sinon, il ne fera que rencontrer des obstacles qu’il a lui même créés avec sa cellule MPP et autre personne comme DRH . La CGTB vous tiens à l’oeil

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2016 à 12:00, par Pivotsky Edouard
    En réponse à : Démocratie au Burkina : La CGTB explique la contribution du mouvement syndical

    Membre d’une Association qui coopère avec le département de Niaogho depuis 1998, ayant rencontré Bassolma Bazié lors de sa présence, il y a 3 ans, au précédent Congrès de la CGT à Toulouse (France), je me permets, avec les amis de l’Association - et de la CGT (mais je n’ai pas de mandat ; je milite dans le syndicat CGT des retraités de la Métallurgie), de vous assurer de toute notre solidarité, de notre soutien à vos luttes. Nous avons suivi jour après jour les évènements qui ont conduit votre Pays à son entrée dans la démocratie. Tous nos voeux vous accompagnent dans vos actions et partageons votre amour du Burkina Faso, le Pays des hommes intègres.

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2016 à 14:57, par Dibi
    En réponse à : Démocratie au Burkina : La CGTB explique la contribution du mouvement syndical

    Oui, dans ce pays, tout tend au pourrissement par la tête. D’après l’histoire qui est contée ici ; suivant une évolution inquiétante propre au syndicalisme occidental.
    Celui-ci a tourné au réformisme pour devenir un syndicalisme de collaboration ou de cogestion et non de luttes de classe ouvrière indépendante et anti-impérialiste pour l’émancipation sociale de toutes les couches déshéritées des nations ; ce qui doit rester ici sa mission, vis à vis de notre peuple dont l’histoire est restée marquée par la domination impérialiste et coloniale.
    Les régimes néocoloniaux qui tiennent ce pays l’ont bien compris et s’emploient avec efficacité à dénerver ce syndicalisme d’émancipation au Burkina-Faso et à engluer les directions syndicales dans des processus de bureaucratisation qui les poussent à la trahison des luttes sociales et des travailleurs. Pour ne prendre qu’un exemple, on citera le cas des secteurs de l’exploitation minière où les travailleurs sont livrés au bon vouloir des multinationales occidentales criminelles et d’irresponsables cadres locaux sans couilles.
    Que voulez vous ? La nouvelle Bourse de Travail flambant neuve que le néocolonialisme prédateur vient de leur offrir avec cafétéria, salons et chambres climatisées ultra-équipées ne vise pas à les pousser dans la radicalité des luttes mais bien à les inciter à se coucher dans la trahison ou à se battre en interne entre leaders syndicaux, pour la course aux compromis et petits faveurs entre soi (directions syndicales et régimes criminalisant les luttes sociales de notre peuple).
    Tout cela est bien triste et ne présage rien de bon pour l’avenir de notre peuple, si cette direction est prise, au regard de l’histoire qui est contée ici ; à moins qu’une nouvelle génération émerge et mette un terme à cette tendance à l’avachissement devant une bourgeoisie compradore qui prospère sur le dos des travailleurs et pille les richesses de notre pays en lien avec les intérêts impérialistes occidentaux.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2016 à 00:39, par Sidzabda
    En réponse à : Démocratie au Burkina : La CGTB explique la contribution du mouvement syndical

    je comprends maintenant que la CGTB est rouge avec à sa tête Basolma BAZIE. le PCRV est bien vivace à travers le PCRV. mais seuls ceux qui n’ont pas compris le syndicalisme qui peuvent chanter sur les toits. il est le même que la politique : blaguer tuer.Chrisogone ZOUGMORE avait chanté sur les toits au boycott. vous allez boycotter et soumettre vos doléances à qui ???
    le syndicalisme c’est tirer longuement sur les ficelles, avec les dividendes pour soi et les maigreurs pour les autres. je demande aux responsables syndicaux de nous donner le certificat de scolarité de leurs enfants. ils sont comme les hommes politiques aucun de leurs enfants n’est sur notre territoire et à chaque fois on vient nous dire il faut sortir. ma dernière marche politique date du 28 octobre et la dernière marche syndicale du 29 octobre, alors arrêter de nous embobiner o a tout compris.

    Répondre à ce message

  • Le 1er mai 2016 à 11:13, par pasrecul
    En réponse à : Démocratie au Burkina : La CGTB explique la contribution du mouvement syndical

    les conditions de travail et de vie meilleurs protègent le travailleur contre l’indignité du travailleur. sachons que les deux éducateurs Karl M. et Engels F. du syndicalisme radical n’étaient pas des pauvres lutteurs. ils avaient une indépendance financière.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés