Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

samedi 23 avril 2016 à 23h45min

Rita Bogoré, ministre déléguée, chargée de la coopération régionale et des Burkinabè de l’Extérieur, était à l’hémicycle le vendredi 22 avril 2016. Elle a éclairé les lanternes des députés sur cet accord de défense signé entre la France et le Burkina Faso le 9 janvier 2015 et qui avait suscité l’indignation de certains leaders de la société civile.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

Selon la ministre Rita Bogoré, l’accord de défense relatif au détachement des militaires français sur le territoire a pour objectif d’ « approfondir la coopération entre les deux pays en matière de défense en l’établissant un partenariat fondé sur les principes de respect mutuel de la souveraineté, de l’indépendance, de l’intégrité territoriale des deux Etats ».
Sa signature est intervenue, à l’en croire, dans un contexte national marqué par le régime de la transition politique au Burkina Faso et l’impérieuse nécessité de renforcer les capacités opérationnelles des forces de défense et de sécurité.
Enfin, cet accord qui est l’aboutissement d’une négociation débutée en juillet 2013, constitue également, selon elle, une démarche bilatérale qui vient compléter l’initiative des dirigeants de la région du Sahel qui en réponse à la menace terroriste ont porté sur les fonts baptismaux le G5 Sahel.

L’accord prévoit en son article 4 que « pendant la durée de sa présence, le personnel militaire de la partie française bénéficie, à l’égard de la partie burkinabè, des immunités et privilèges identiques à ceux accordés aux experts en mission par la convention sur les privilèges et immunités des Nations unies du 13 février 1946 ».Toutefois précise-t-elle, l’accord contient des dispositions qui permettent de poursuivre les éventuels malfrats. C’est le cas de l’article 3 dudit accord qui fait obligation aux militaires français de respecter les lois et règlements du Burkina Faso.

Et l’alinéa B de l’article 12 de l’accord prévoit les modalités de l’imputabilité des éventuels dommages causés et la réparation de ces dommages de sorte que le risque de l’impunité est quasiment inexistant. « Chaque partie renonce à tout recours qu’elle pourrait avoir contre l’autre partie, les forces, ou un membre du personnel de cette partie pour les dommages causés à ses biens ou à son personnel y compris ceux ayant entrainé la mort, en raison d’actes ou de négligence dans l’exercice des fonctions officielles qui découlent du présent accord. Lorsque le tiers intente une action judiciaire, la partie burkinabè se substitue à la partie française devant les instances compétentes du Burkina Faso en vertu des immunités des Etats qui lui sont reconnues. En cas de condamnation définitive, les parties déterminent la répartition entre elles de la prise en charge ».

Pour Rita Bogoré, le détachement des militaires français au Burkina Faso est effectué dans l’intérêt supérieur de la Nation. Et l’accord prévoit une clause de dénonciation qui pourrait être renégociée en cas de nécessité.

HBF
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 24 avril 2016 à 00:30, par Dieudonné
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    meme en cas de NEGLIGENCE les parties renoncent à toute poursuite. Burkinabè, ouvrons nos yeux.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 01:14, par PUISSANCE 21
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Avant de signer un accord aussi important, il faut d’abord en débattre devant l’Assemblée Nationale. Venir en parler apres l’avoir signé sert exactement à quoi ? Par ailleurs, vous devez publier à la lettre l’integralité de l’accord. Il faut mettre fin à cette pratique de signer des accords obscurs dont personne n’est au courant.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 05:48
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Nos ancetres LES GAULOIS !!!

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 06:43, par Paul KERE, Délégué CSBE France Région n° 6
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Chers Compatriotes,
    Voilà qui est clair. La France et le Burkina Faso ne sont pas les seuls pays à s’unir pour lutter contre le terrorisme. Je peux même dire qu’en matière de coopération militaire, le Burkina a plus besoin de la France que l’inverse eu égard à la force de frappe incontestable des français en matière du renseignement, du matériel et de la compétence extraordinaire et surtout l’humanité exemplaire des militaires français. Les termes de cet accord sont parfaitement équilibrés de sorte que j’approuve complètement les termes de cet accord contrairement à certains burkinabè qui n’ont pas la compétence minimale de comprendre la porté de d’un tel accord bénéfique pour notre pays. La France n’a aucun intérêt à recoliniser le Burkina car elle en a déjà assez suffisamment avec la vague des réfugiés qui arrivent en masses par les côtes de la méditérannée, sans compter les populations fragiles en France dont il faut soutenir par solidarité républicaine. Grand Merci Madame Rita BOGORE car il fallait donc une telle explication claire, nette et précise de Madame La Ministre des Burkinabè de l’extérieur. Félicitations à Madame Rita BOGORE pour cet exposé limpide. Les burkinabè ont besoin de cette forme d’explication concise, claire et net. Maintenant à quand les burkinabè de l’extérieur seront associés aux actions de développement car après 100 jours, en ma qualité de délégué, je commence sérieusement à m’inquiéter et je suis sûr que de nombreux burkinabè de l’extérieur attendent les promesses que M. Salifou DIALLO a faites lors de la rencontre de Paris. Nous avons une mémoire fertile et aucun politicien ne peut nous dribbler gratuitement ou nous "baga baga" à l’insu de notre propre gré. La balle est maintenant dans votre camp. Paul Kéré, Délégué CSBE, Région n° 6 France.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 06:56, par le sage
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Il faut denoncer et accord insultant. Comment un tiers (les français) vont commettre des actes reprehensible et c’est le burkina qui devait repondre pour eux ? Ou se trouve le Droit. Il faut avoir le courage de dire aux français qu’ils ne sont la que pour servir leurs interets. Ce veut dire que les militaires français peuvent vonlontairement organiser sur le sol burkinabe avec le support de leurs hierarchie une guerre contre les burkinabe (ce qui est un acté reprehensible) et le burkina devrait en etre responsable et ne peut se prevaloir de rien contre cet acté commis par des militaires qui sont en capacité de nuire (c’est parce que nous estimons qu’ils ont une capacité au dessus de notre armé que nous les solicitons) avec une capacité de nuisance au dessus de celle de notre armé. En clair nous invitons sur le sol Burkina une armé plus forte que la notre et lui donnons la latitude de faire ce quelle veut sur notre sol Sans quelle ait auccune responsabilité sur les actes reprehensible (cas du Rwanda, du Burundi, de la Centrafrique...etc) mais pire nous nous rendons responsable des ses abominations futures avec en prime (cerise sur le gateau pour la partie française) subtitution du burkina pour repondre Devant toute juridiction (Cours Penale Internationale, tribinaux français, Belge etc...). Il est clair que la France a planifié un desatre et taillé cet accord sur mesure pour le derouler comme à son habitude ( Rwanda, Burundi, Centrafrique...) Nan Lara An Saara..

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 07:14, par le sage
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Messieurs les specialists du Droit. Comment deux parties peuvent s’entendre et planifier que l’une des parties (de surcroit celle qui se prevaut de la plus grande probité, de la plus grande morale, de ne laisser le moindre deli ou crime mpuni, qui se vante d’egalité, de fraternité et de justice) ne sera pas responsable de ses crimes et pire enleve le Droit à la partie la plus vulnerable, la plus faible le Droit de se plaindre ? De plus elle sa "victime responsable des ses crimes" La France planifié un desastre au Faso. Naan Laara An Saara. Peuple du Burkina Faso levez vous comme un seul homme pour Stopper cette abomination. L’heure est grave

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 07:39
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Pauvre Burkina meme Blaise n’a jamais signé un tel torchon. Pitié pour les martyrs.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 08:38
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    s’il y a une cause de dénonciation, dénoncez alors

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 09:17, par watt
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    l’accord de défense relatif au détachement des militaires français sur le territoire a pour objectif d’ « approfondir la coopération entre les deux pays en matière de défense en l’établissant un partenariat fondé sur les principes de respect mutuel de la souveraineté, de l’indépendance, de l’intégrité territoriale des deux Etats ». Rien de tout ça ne justifie de manière convaincante la présence des militaires français au Burkina. Le Burkina ne coopère pas seulement qu’avec la France. Pourquoi l’Allemagne, la Suisse et l’Algérie par exemple n’ont pas leurs militaires au Burkina ? c’est clair c’est l’impérialisme français qui continue.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 09:18, par watt
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    l’accord de défense relatif au détachement des militaires français sur le territoire a pour objectif d’ « approfondir la coopération entre les deux pays en matière de défense en l’établissant un partenariat fondé sur les principes de respect mutuel de la souveraineté, de l’indépendance, de l’intégrité territoriale des deux Etats ». Rien de tout ça ne justifie de manière convaincante la présence des militaires français au Burkina. Le Burkina ne coopère pas seulement qu’avec la France. Pourquoi l’Allemagne, la Suisse et l’Algérie par exemple n’ont pas leurs militaires au Burkina ? c’est clair c’est l’impérialisme français qui continue.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 10:27, par Henriette KOUASSI
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Pauvres Africains, après plus de cinquante années d’indépendance, nous demandons la protection du colonisateur.Ah !Vous aux moins Président Maurice.. .

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 10:44, par 3yeux
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    je suis de plus en plus deçu par nos pseudo intelo qui viennent litteralement se foutre des honnêtes gens,ayez le courage au moins de nous dire ce qui se passe.le colon est en baisse de notoriété et essaie de redorer son image. hé bien dites vous que cette jeunesse n est pas aussi indigne que vous, nous n accepterons jamais une nième colonisation quelqu en soit l appelation que vous lui donner.soyez responsable ou rendez le tablier a chaque generation d ecrire sont histoire vous avez choisie la honte,alors laissez nous faire !

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 10:59, par Chris le Sage
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Il faut que nos autorités comprennent que nous ne sommes plus dans la période coloniale... les occidentaux ont commencés comme ça et ils on fini par s’installer sur nos terres et à imposer leurs lois. Nous ne voulons certainement pas une force étrangère au Burkina, comme si on était en guerre...

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 13:16, par indigne national
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Quelle honte ! Je suis depasse ! Le Burkina, signe une telle anarque, un tel retour en arriere .... , Maurice devrait "rouler" dans sa tombe. Pas seulement se retourner.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 14:16, par iyoda
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Le simple fait que cet accord prétendu de défense a été négocié par la dictature des Compaoré qui n’a jamais eu l’intérêt sur son tableau de bord et signé, enteriné par une transition calamiteuse manipulée de mains de maître par Yacouba Isaac Zida, commandant en second du triste célèbre RSP criminogène devrait entraîner IPSO FACTO sans préalablele la dénonciation et rejet de ce machin d’accord de défense.
    Pour mémoire des Africains, le Vietnam avait signé quel accord de défense avec quel pays pour défaire et les francais et les américains de leur pays.
    Aimons nos peuples et nos pays et cessons de voler et cacher les fonds a l’étranger

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 15:24, par Bellis
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    @ Paul Kéré, Délégué CSBE, Région n° 6 France, avocat, homme politique pro-blaise RSP, aveuglé par le gombo : J’ai honte à votre place. La défense de votre poste de délégué et toutes autres faveurs auprès de votre ministre de tutelle ne devait tout de même pas vous suggérer de tomber aussi bas. L’indignité n’est pas un droit.

    Pour ceux qui n’ont pas fait le droit, voici en clair ce que signifie l’accord en cause : Les soldats français (comme en Centrafrique, Cote d’Ivoire, etc. et autres pays fantoches d’Afrique), peuvent tuer, violer, organiser un coup d’Etat, etc., même en dehors de leur mission, et ils n’encourent rien ; la France non plus. L’article 12 dont parle la Ministre n’a pas de sens si les articles 3 et 4 sont maintenus. Les blancs sont pas bêtes comme nous (ouais, la phrase fait mal, mais c’est comme ça).

    Et au fond, en dehors de la France elle-même, le Burkina Faso a quel ennemi ? Blaise, Soro, et autres ne sont que des tentacules de la France. Donc pourquoi un tel dîner de con avec son ennemi. Un peu comme si une souris acceptait héberger un chat chez elle pour la protéger d’autres supposés chats, avec en plus la précision qu’à tout moment le chat peut la manger ou ses petits sans problèmes. Où est la protection ? Sarkozy avait raison : l’homme noir ne veut pas entrer dans l’Histoire. C’est une naïveté déconcertante de la part de nos dirigeants.

    Oui, l’indépendance a un prix. Acceptons de le payer une fois pour toutes au lieu de croire que la peur et la lâcheté nous sauverons un jour. Nous resterons condamnés à vivoter accroupis, et ce n’est pas une posture digne.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 15:25, par Dieudonné
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Monsieur Paul Keré, j’ose croire que vous avez lu cet accord avec lucidité avant d’écrire votre post. Vous parlez de soldat francais plein d’humanisme ! e tout cas il le demontre bien en violant nos soeurs en Centrafrique. meme au Burkina Faso, c’est à deux occasions qu’ils ont pu demontré qu’ils sont vraiment plein d’humanisme. des accords qui prevoient une irresponsabilité totale meme en cas de mort et vous dites cela salvateur ? Personne aujourd’hui n’est contre la mutualisation des efforts pour lutter contre le terrorisme, mais cette mutualisation doit se faire tout en n’exposant pas les uns des autres. c’est dangereux de conclure un tel accord.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 15:56, par Issouf
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Quelle honte ! Je pense que la présence de ces toubabs sous nos cieux fait de nous les cibles des terroristes. Il faut qu’on manifeste pour leur départ. C’est un accord unilatéral et non bilatéral, puisque c’est eux qui envoie leurs forces armées chez nous. J’ai l’impression que quand on devient député ou quand on est de la majorité on perd son intégrité pour suivre la masse. Je me rappelle que les Benewendé avaient dénoncé cela quand ils étaient dans l’opposition ; aujourd’hui ils sont tous muets.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 16:10, par Le Citoyen Républicain
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Les burkinabè ne sont jamais contents. A qui la faute ? Vous avez cassé le RSP, très bien. Ne venez plus demander à la France d’intervenir alors qu’il y a encore des citoyens qui ne comprennent rien de cette coopération utile pour le Burkina. Le Citoyen Républicain.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 16:13, par ka
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Signer un accord concernant la sécurité de tout un peuple et venir après berner le monde a l’assemblé nationale est de ne pas connaitre l’impérialisme en général, qui est le système Français, ‘’une chose de bien concret.’’ Il contrôle notre pays par des monopoles de leurs forces, comme celui qui vient d’être signé avec une seule responsable parmi des 17 millions des Burkinabé. Ce que vient de faire par la France discrètement, c’est de nous mettre des pions, des potentats nationaux comme ces ministres qui décident seuls sans le peuple, pour mieux gérer leurs intérêts, comme depuis les nuits des temps. Maintenant nous pouvons attendre à tout moment, si la France veut déstabiliser notre pouvoir, il suffit de claquer le doigt. Ces propositions de signatures sans fondement, ni l’avis de 50% du peuple, est pour nous dominer. La France n’a jamais quitté ses habitudes pour tarauder le peuple Africain et ce n’est pas Halidou Ouédraogo qui me dira le contraire.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 16:26
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Cet accord me rappelle celui sur la migration en 2009. Il n’y a jamais eu d’accord mais de texte préparé à Paris et imposé aux mains qui ont l’habitude de recevoir.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 17:02, par le rempart
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Cet accord est tout simplement honteux ! Les soldats francais peuvent venir foutre le bordel chez nous et cela restera quasiment impuni. Vu que la France n’est pas plus sure que le Burkina en matiere d’attaques terroristes ; je propose que le Burkina signe exactement le meme accord avec la France (les memes termes) ; pour envoyer ne serait-ce que 10 ou 20 soldats Burkinabes a Paris et que cet accord soit porte a la connaissance du peuple Francais ! On verra leurs reactions ! Sinon, rendez public les termes de cet accord honteux en France, car je parie que les politiques francais, viennent sous nos tropics signer de tels accords honteux et se garder d’en informer le peuple Francais ; NOUS pourrions porter plainte en France pour denoncer cet accord honteux. Sommes-nous dans les annees 1800 ? Arretez de vous foutre des gens. Merde enfin !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 18:32, par Mechtilde Guirma
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    À tous ceux qui ont des inquiétudes à propos de ces accords, je les comprends. En effet, lors de la formation de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA), il avait été question d’une base militaire commune dont le siège serait à Ouagadougou. Le président de l’époque, j’ai nommé Maurice Yaméogo, a décliné l’offre quand bien même il aurait pu bénéficier de structures militaires performantes, surtout en remplacement de celles qui ont été détruites lorsque l’armée française quittait le pays et à faire pâlir de jalousie ses voisins notamment la Côte d’Ivoire.
    On le condamna sévèrement, l’accusant de vouloir retarder le développement du Burkina à l’époque Haute-Volta. Mais Maurice avait ses raisons profondes. Et de sources très proches de lui et diplomatiques, il aurait été révélé que le président Yaméogo, qui savait retrouver ses opposants (tel que Joseph Ouédraogo par exemple) contre d’autres opposants de son régime, aurait répliqué que vu le niveau très bas de la population à comprendre les événements du monde (n’oublions qu’il y avait au Congo, les casques bleus de l’ONU), lui Maurice Yaméogo, ne permettrait jamais à une armée, dut-elle être de sécurité, de venir « violer nos filles et nos femmes ». En effet nous étions encore loin de penser ou de douter que de telles choses pouvaient se passer dans ce monde que nous croyions alors civilisé. D’ailleurs Maurice n’était-il pas vu comme un simple récidiviste ?...Bref je ne dis pas que c’est le cas présentement, mais voilà aussi une des énigmes que nous ont laissé nos pères fondateurs de nos États.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 18:34, par Dibi
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    C’est absolument une honte.
    Comme le dis justement Puissance 21, comment ce type d’accord de défense avec une ancienne puissance militaire, colonialiste et raciste, a-t-il même été possible, si la classe politique de ce pays n’avait pas renoncé à tout ; et fait l’option de tout ce qui compromet l’avenir de ce pays condamné à rester une néocolonie française.
    On se réveille dans un cauchemard ; et il a raison Sarkozy de dire que l’Afrique n’est pas rentrée dans l’histoire, tant qu’elle sera tenue politiquement par de telles générations de domestiques et lèche-bottes couchés.
    Comment cela est-il possible aujourd’hui quand on sait que Maurice Yaméogo, hier avec une armée nationale sous-équipée de moins de 2500 hommes, a dit non à la France en ordonnant la fermeture de la base de Bobo-Dioulasso ? Et celle-ci s’exécuta à une époque le pays était servie par une élite française qui savait ce qu’est une nation et non par les bandes de pieds nickelés européistes qui l’ont vendu à l’UE et la bancocratie mondiale.
    Comment ce fait-il qu’aujourd’hui, au Faso, cette classe politique qu’on croyait inscrite dans la rupture et qui hier aboyait dans la cadre de l’UGEV (Union générale des étudiants voltaïques) et de l’AEVO(Association des étudiants voltaïques de Ouagadougou), de la RDP ou de la RNDP, contre l’impérialisme français et occidental, comment ce fai-il, dis-je, que ces mêmes aboyeurs se retrouvent de nos jours à nous fourguer contre l’indépendance et la souveraineté de notre peuple, des bases militaires françaises et américaines ?
    On tombe à la renverse par terre face aux prises de positions de débilités comme ce Délégué CSBE France Région n° 6 ; un rien ! sinon un qu’un petit politicien bien réactionnaire et en mal de visibilité, prêt à ramper sur le ventre pour quelque reconnaissance en notabilité et qui, s’il n’est pas au service du renseignement occidental, ne sera jamais rien pour notre peuple, et ne saura jamais rien de ce qu’est la dignité et l’indépendance des peuples d’Afrique ; peuples, hier esclavagisés, colonisés et aujourd’hui néocolonisés en plus du mépris.
    Sait-il jamais la différence entre des accords de coopération mutuelle et l’acceptation d’une base de barbouzes sur notre sol ? Et des conséquences qui en découlent au plan de l’histoire sur la longue durée ?
    Plus qu’une néocolonie avec le Franc CFA (franc des colonies françaises d’Afrique), la base militaire française de Ouagadougou, signe définitivement le statut de colonie du Haute Volta. Avec de telles présences, le Burkina-Faso voulu par Thomas Sankara ne peut plus être. Il est mort !
    Les criminels, les vendus, les pourris, et tous les prédateurs de notre peuple ont définitivement clos le cycle de dignité de notre peuple qui refuse.
    Je dis à cette générations de petits politiciens pourris : En enterrant ainsi Thomas Sankara au grand bonheur de l’impérialisme français et de la bourgeoise compradore débilité aux affaires, vous amasserez certainement des fortunes de voleurs ; et pour avoir été ministres ou secrétaires d’Etat, parce que vendus et couchés, vous ne rentrerez jamais dans l’Histoire !
    Celle-ci et notre peuple n’ont pas dit leur dernier mot !
    Et Thomas Sankara reste vivant dans nos cœurs !
    La patrie ou la mort nous vaincrons !
    Na an lara an sara !

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 19:36, par Djatigui
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Chers concitoyens , et concitoyennes . Maintenant que l’accord de defense entre le Burkina Faso et la France est revenue en surface, il faut saisir la balle au bon et reagir vite . L’heure n’est plus aux plaints et aux critiques . C’est pourquoi ,je propose que tous les fils et filles matures ,les patriotes courageux et soucieux de l’avenir de notre chere patrie , organisent une marche silencieuse avec des pancartes a OUAGADOUGOU devant l’ambassade de France pour dire " NON A LA PRESENCE DE L"ARMEE FRANCAISE SUR LE SOL BURKINBE ." ; "NON A L’IMPERIALISME FRANCAIS " " POUR LA SOUVERAINETE TOTALE DU BURKINA FASO , EN AVANT ."
    Voici comment nous devons agir concretement , pour montrer aux francaises et a nos aotorites pourries et corrompues que le people burkinabe s’est reveille, et rejette en bloc
    ce dit accord de defense entre la France et le Burkina Faso .
    NE RESTEZ PAS MUETS ET INDIFFERANT !!!!! SORTEZ NOMBREUX POUR LA MARCHE !!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 19:42, par Jeunedame seret
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Pour ce qui de la question, Simon Compaoré a rappelé qu’il n’en était rien et qu’il n’a jamais été question et qu’ « il ne sera jamais question d’une unité de la gendarmerie française qui débarque ici au Burkina ». Actualité, samedi 23 avril). Qui dit vrai ? Madame la ministre a dû signer cet accord les jambes en l’air.Et Simon a parlé pour parler. Où est l’intégrité ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 19:51, par Le Sage.
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Vous les subversifs et autres pirates du forum, depuis que vous avez pris l’indépendance le 5 août 1960, qu’avez-vous fait du Burkina pour le sortir de sa pauvreté avec encore des écoles sous paillote et des hôpitaux sans scanner ou appareil de dialyse ? Rien. Donc taisez-vous. Vos salaires de fonctionnaires sont payés par la France et vous n’avez aucune indépendance financière si ce n’est le recours à la SCADD, et aux partenaires techniques et financiers pour vivoter et avec cela vous parlez d’indépendance. Mon oeil oui. "Vous voulez votre indépendance ? Prenez-là" a dit le Général De GAULE, ce Grand Homme dans tous les sens des mots. Maintenant, ne venez plus quémander des choses à la France comme le Président du Faso actuel l’a fait lors de sa visite dernière. Ou bien ?
    Tous les décideurs politiques savent bien que sans la France, vos salaires ne seront pas payés et bien d’autres secteurs encore. Pourquoi le Burkinabè est aussi ingrat à ce point ? Comme une poule mouillée, elle picore et frotte son bec au sol pour dire qu’elle n’a rien mangé. Quand même !!!! Les brebis galeuses ne doivent pas cacher l’importance de la mission de coopération bénéfique pour notre pays.
    L’arbre ne peut, en aucun cas, cacher la forêt.
    Aux internautes subversifs et mécontents de cet accord, je vous dis que l’arbre qui tombe fait beaucoup plus de bruit qu’une forêt qui pousse. Taisez-vous maintenant car votre ignorance commence à agacer la grande majorité des Burkinabè qui aiment la France et sa coopération en général. Ce n’est pas parce que quelques soldats français ont commis des impairs en Centrafrique ou ailleurs en Afrique que tous les militaires français doivent payer. Ce n’est pas parce que le soldat de 2ème classe ZIDA et ses comparses ont dealé des parcelles à Ouaga 2000 que tous les burkinabè sont des dealers de parcelles. Ou bien ? Quittez dans ces raisonnements bêtes pour avancer sinon, votre indépendance ne servira à rien. Le Sage.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 20:13, par L’alternateur
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Bonjour chers internautes, ,
    LE COLON A RÉUSSI À DEMENTELER NOTRE FORCE SPÉCIAL QU’ÉTAIT LE RSP POUR MIEUX NOUS ASSOUVIR. LE BURKINA APPARTIENT À DEUX FORCES : LES FORCES AMÉRICAINES ET FRANÇAISES. NOUS VIVRONS DÉSORMAIS DANS L’ACCROUPRISSEMENT , LA MARCHE CANARD. NOUS VIVONS DÉSORMAIS SOUS TUTORAT AVEC UN TRAITÉ DE PROTECTORAT. ET ÇA SE DIT INDÉPENDANT, RÉVOLUTIONNAIRE, !!! VIVEMENT QUE NOTRE SOUVERAINETÉ SOIT RÉTABLIE IMMÉDIATEMENT

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 20:18
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Accords et immunités accordés aux personnels des Nations Unies qui datent de 1946 ? La honte concerne d’abord la date de signature de 1946. Aucun ne s’est offusqué de cet état de fait ?
    Les immunités concernent des actes liés à l’activité professionnelle, comme accident de circulation avec un véhicule militaire, coup de feu involontaire entrainant mort d’homme. Les cas de braquages, attaques à mains armées, viol, et autres délits de droit commun commis par les militaires français au cours des missions doivent relever de nos tribunaux.
    Il faut noter que ces accords avec la France interviennent généralement au moments des crises dans les pays africains, quand le régime est en difficulté.
    Le problème n’est pas seulement du coté des français, mais de la faiblesse de nos institutions et des hommes et femmes qui signent ces accords.
    La revision de tous les accords est un impératif, sous l’œil vigilant du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 20:58, par PUISSANCE 21
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Mon deuxième message sur cet accord. Je suis vraiment écoeuré. Le gouvernement a mis le peuple devant le fait accompli. On signe les accords en cachette et après on vient le défendre. C’est comme ci on disait : "Que le voulez ou non, on a signé pian". Il faut respecter le peuple et toujours le consulter avant de signer des accords aussi graves en son nom. C’est le manque de respect du peuple qui a fait partir Blaise.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 21:02
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Je n’ai pas de mots suffisamment durs pour qualifier ces apatrides du MPP, vendus à la France pour de l’argent. Ainsi, la pression de François Hollande sur notre Roch national à donc payé. Quelle honte ! Maurice, au secours ! Sankara, au secours ! Blaise, au secours ! Zida, au secours ! Peuple burkinabe, voilà déjà ce que ça te coûte d’avoir voté pour de vieux politiciens fatigués et sans âme. De petits théoriciens !

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 21:13, par Henriette KOUASSI
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Un Français disait :"la France n’a pas d’Ami ,elle n’a que des intérêts".Héhiiii !RSS,la transition était pour une recolonisation.
    AN,à vos marques.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 21:14, par SCADD = dépendance des partenaires techniques et financiers.
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Pré-revue 2016 de la SCADD : Performance mitigée pour l’année 2015
    vendredi 22 avril 2016

    En prélude à la revue annuelle de la stratégie de croissance accélérée et de développement durable (SCADD) prévue pour le 10 mai prochain, les acteurs de mise en œuvre, de suivi et de l’évaluation de la stratégie se sont donné rendez-vous ce vendredi 22 avril à Ouagadougou. L’examen du projet de rapport de performance de l’année 2015 a révélé que les résultats restent globalement mitigés.

    RÈagissez ‡ cet article RÉAGISSEZ
    Pré-revue 2016 de la SCADD : Performance mitigée pour l’année 2015
    Bientôt la stratégie de croissance accélérée et de développement durable sera en fin de cycle. Et les enseignements tirés de sa mise en œuvre seront essentiels dans l’élaboration de son successeur qu’est le plan national de développement économique et social (PNDES). C’est du moins le souhait exprimé par les partenaires techniques et financiers (PTF), des acteurs du privé, des collectivités territoriales et de la société civile lors de la pré-revue 2016 de la SCADD. Cinquième et dernière du genre, cette pré-revue a été l’occasion pour les acteurs d’apprécier le projet de rapport de performance de l’année 2015 mais aussi le bilan consolidé de la stratégie pour la période 2011-2015. La rencontre a été présidée par Justin Nikiéma, SG du ministère de l’économie, des finances et du développement.

    Bilan insatisfaisant mais compréhensible : Ah bon ? où sont les indépendantistes ?

    Avec 40% de taux de réalisation des mesures et actions stratégiques programmées et 48 % de taux d’atteinte des cibles et indicateurs, la performance générale de la SCADD de l’année 2015 reste mitigée et en baisse par rapport aux années précédentes. C’est du reste la conclusion tirée par les acteurs en l’occurrence les PTF. Tous ont reconnu que le pays a traversé une période de transition avec une austérité budgétaire et qu’il y a eu des insuffisances dans la mise en œuvre de la SCADD liées notamment à la passation et l’exécution des marchés publics, au déblocage tardif des ressources financières, à la planification et le suivi des activités mises en œuvre…

    Toutefois, ils ont reconnu que des efforts notables ont été enregistrés dans quelques secteurs qui ont su tirer profit de la transition. Sans être plus exhaustive, Lyn Voegela, premier secrétaire de l’ambassade du Luxembourg, révèle que les secteurs de la justice et des droits humains et ceux de santé et nutrition ont enregistré des résultats appréciables. Pour ce qui est du bilan consolidé de la stratégie pour la période 2011-2015, il reste moyen car le taux de performance est de 50%.

    Recommandations

    Au cours de cette pré-revue, directeurs régionaux de l’économie et de la planification (DREP) ; associations des régions et des municipalités du Burkina ; représentants du secteur privé, de la société civile et partenaires techniques et financiers se sont prononcés, suivant leur domaine, sur le projet de rapport de performance de l’année écoulée et le bilan consolidé de la stratégie pour la période 2011-2015. Ce fut également l’occasion pour eux de formuler des recommandations pour l’amélioration du document final qui sera présenté au Comité national de pilotage pour examen et validation et pour l’élaboration du PNDES, le prochain référentiel de développement économique et social.

    Pour l’essentiel, l’on retiendra avec le Dr Sèglaro Abel Somé, Secrétaire exécutif du secrétariat technique national de la SCADD, que les uns et les autres souhaitent surtout avec le gouvernement, un dialogue constant et franc autour des réformes et actions prioritaires des différents secteurs. Ils espèrent également une prise en compte de l’accroissement des ressources transférées aux collectivités territoriales, le renforcement de l’efficacité de la dépense publique dans le secteur du développent rural, la prise de mesures nécessaires pour la livraison des infrastructures éducatives et des intrants agricoles dans les délais impartis, la réduction de la dette intérieure, la lutte contre l’insécurité, la poursuite de la mise en œuvre des actions de lutte contre la corruption et la fraude, la prise en compte du secteur de l’artisanat comme moteur de développement, etc.

    Herman Frédéric BASSOLE
    Lefaso.net

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2016 à 06:24, par Paul Kéré
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    @ Bellis, je soutiens encore que la coopération entre la France et le Burkina est en premier lieu bénéfique pour le Burkina Faso. C’est mon avis qui peut être différent du tien parce qu’on est pas obligé d’avoir les mêmes opinions. C’est pourquoi je pense aussi différemment de toi que celui qui est vraiment "aveuglé par le gombos" c’est bien toi et tous ceux-là, fils de paysan, qui sont aujourd’hui surpris par leurs fortunes diverses acquises dans des circonstances exceptionnellement étonnantes sous le pouvoir de Blaise Compaoré en accointance avec des sbires divers dont il renie maintenant et qui, aujourd’hui, toute honte bue, sans aucune conscience de ce qu’ils disent ou écrivent publiquement viennent cracher dans le plat en taxant les autres qui n’ont jamais trempé dans cette soupe-là, d’être pro-ceci ou pro-cela. Quelle bêtise d’être aussi bas, lâche et malhonnête pour ceux qui vous considèrent publiquement comme un ami ou un frère et la nuit venue se transforment honteusement en chat gris ou noir selon le cas ? L’honnêteté intellectuelle minimale exige au moins que ce Bellis indique sa vraie identité puisque sa vraie nature est maintenant connue. C’est de cette manière que les gens meurent et on se demande de quoi ils sont morts, même si je ne souhaite la mort de personne. Oui, mon avis personnel et d’expérience est que la coopération franco-burkinabè est bénéfique pour notre pays. L’arbre ne doit pas cacher la forêt et lorsqu’un seul arbre tombe, cela fait plus de bruit que lorsqu’une forêt entière pousse. Ce n’est pas parce que l’accord prévoit des immunités diverses que des infractions seront commises par l’une des parties. Et pourquoi pas un soldat français qui pourrait être victime d’un certain Bellis ?
    Quelle vision de nain politique, ce bellis ! Je retiens une seule chose : La vérité a toujours triomphé du mensonge même pour celui qui se cache derrière des pseudonymes pour écrire des conneries. Peux-tu donner ton identité comme je le fais ? C’est toute la différence entre nous. Paul KERE.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2016 à 07:44
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    NON À LA PRÉSENCE DE L’ARMÉE FRANÇAISE SUR NOTRE SOL !

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2016 à 09:05, par RAWA
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Monsieur Paul Kéré, si tous les burkinabè de l’étranger raisonne comme vous, nous nous passons volontier de votre prétendue contribution à l’édification de la nation. Comment pouvez vous accepter de tels accords ? De toute évidence, vous êtes d’accord pour que la france nous envahisse militairement. Si le burkina a plus besoin de la france, que chacun reste chez lui.Etes vous au courant de ce qui est arrivé dans tous les pays où la france a intervenu ? En côte d’ivoire, en centrafrique, au mali, en libye et j’en passe ? C’est la france d’ailleurs qui est à l’origine du terrorisme dans la sous région.Si vous êtes aveuglé par votre désir de émeurer en france, nous nous vivons au faso et nous y sommes heureux, même si vous nous prenez pour des tarés. Sachez que l’objectif de la france est de ramener l’ancien ordre qui leur permettait de nous piller. Mais, même avec la complicité de valets locaux comme vous, sachez que cette époque est révolue et ne reviendra plus jamais.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2016 à 09:53, par Et si le Ministre ne comprend pas les aboutissants de cet accord
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Délégué CSBE, Région n° 6 France : « CE PROJET D’ACCORD DEVRAIT ETRE POSE SUR LE BUREAU DE LA REPRESENTATION NATIONALE AVANT TOUT PARAPHE OU SIGNATURE DANS UN PAYS NORMAL OU LES INSTITUTIONS FONCTIONNENT »
    Je suis d’accord avec des programmes ou des projets de renforcement de capacités techniques et opérationnelles de nos unités spécialisées de police et de gendarmerie.
    Vous n’entendez et ne compreniez pas bien ce que vous dites lorsque vous vous exprimiez en ces termes : « Les termes de cet accord sont parfaitement équilibrés de sorte que j’approuve complètement les termes de cet accord contrairement à certains burkinabè qui n’ont pas la compétence minimale de comprendre la porté de d’un tel accord bénéfique pour notre pays ». Approfondissez la réflexion sur le champ des jeux d’intérêts géostratégique et vous comprendriez mieux que ce n’est pas le Burkina Faso seulement qui a tout à gagnez dans cet accord que certains internautes ont qualifié d’obscur et de secret…
    Par ailleurs, que ce soit en 2013 ou sous la transition cela ne dédouane aucunement pas le Gouvernement THieba auquel appartient la Ministre des Burkinabè de l’extérieur Madame Rita BOGORE… Ce n’est qu’une fuite en avant que d’évoquer la transition ou le défunt régime de Blaise… S’ils ne sont pas d’accord, qu’elle dénonce cet accord et c’est tout.
    Pour ma part, et je le répète, je suis d’accord avec des programmes ou des projets de renforcement de capacités techniques et opérationnelles de nos unités spécialisées de police et de gendarmerie en matière de lutte contre le terrorisme ou de prévention des menaces terroristes…
    Nos Etats doivent, comme au Tchad, renforcer l’opérationnalité (dotation en matérielle et mobilité) de nos hommes… Soit dit en passant, les Américains sont sur le terrain avec des programmes et cela ne fait pas autant de bruit…
    Selon les dires de Mme la Ministre chargé de la coopération « Chaque partie renonce à tout recours qu’elle pourrait avoir contre l’autre partie, les forces, ou un membre du personnel de cette partie pour les dommages causés à ses biens ou à son personnel y compris ceux ayant entrainé la mort, en raison d’actes ou de négligence dans l’exercice des fonctions officielles qui découlent du présent accord. Lorsque le tiers intente une action judiciaire, la partie burkinabè se substitue à la partie française devant les instances compétentes du Burkina Faso en vertu des immunités des Etats qui lui sont reconnues. En cas de condamnation définitive, les parties déterminent la répartition entre elles de la prise en charge ».
    Dite moi en quoi ces termes de cet accord sont parfaitement équilibrés, Délégué CSBE, Région n° 6 France ???
    « Chaque partie renonce à tout recours qu’elle pourrait avoir contre l’autre partie », internaute n°4 et Délégué CSBE, Région n° 6 France , à moins que tu n’ai d’autre objectif pour porter la valise de dame Bogoré, Ministre des Burkinabé de l’Extérieur, tu devrais comprendre et savoir que les SOLDATS Français seront sur notre Territoire national, le Burkina Faso et non pas nos soldats chez eux en France : EN CAS DE SURVENANCE DE FAITS DOMMAGEABLES, ILS SE PRODUIRONT DE TOUTE ÉVIDENCE DES EFFETS AU BURKINA FASO et non en France « ta mère Patrie »…
    Cessons de voir les choses de façon simpliste, un projet d’accord de défense devrait être posé sur le Bureau de la représentation nationale avant tout paraphe ou signature dans un pays normal ou les institutions fonctionnent… Ou est l’utilité de la Commission des Affaires Étrangère et de Défense de l’AN ??? Il ne s’agit pas de venir se jouer les pompier pyromane... Mme le Ministre vous êtes responsable devant l’histoire des conséquence de cet accord sur notre Nation... Vous n’avez pas su dire au Partenaire Français ceux dont nous avons besoin.... (transférer la technologie en matière de renseignement et... dans notre pays...)
    Demandez vous pourquoi on ne voudrait pas une PUISSANTE ARMÉE dans nos pays comme au TCHAD ???
    S’il te plait Webmaster laisse le débat démocratique prospérer

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2016 à 10:17, par Sémélé
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    La marche contre cet accord honteux c’est pour quand

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2016 à 10:22, par ka
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    ’’A’’ Guirma 22 et Henriette 29, comme vous l’aviez bien souligné, nous revenons sans le savoir dans les filets de l’impérialisme des années 1960 avec notre colonisateur qui savait exactement où nous tenir par le cou. Et je me demande comment des personnes comme certains des RSS que j’ai vu en France dans des groupement d’étudiants, et qui connaissaient que l’impérialisme étant le stade suprême du capitalisme, et que des personnes comme le président Roch Kaboré a opté a l’époque d’être Anti-Impérialisme et opté pour le socialisme qui est un système de justice sociale, de libération de l’homme de toute exploitation et de toute servitude, puissent se laisser rouler dans la farine, par notre colonisateur qui dit qu’il a laissé l’Afrique aux africain, pourtant les taraudent par derrière. Ce contrat sans des conditions signer à la sauvette, nous ramène a la case du départ avec le roi de l’impérialisme appelé la France.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2016 à 10:28
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Les royaumes ont signé des traités de protectorat¨ avec lÉurope qui s´est vite transformés en traités coloniaux et que nous trainons toujours en Afrique francophone , ses tares : le FCFA. Roch a ingenieusement soulevé son audit de la Transition pour faire avalé la couleuvre du second traité de protectorat avec le colon français en pleine crise economico-politique , avec un grand instinct de fragiliser les pays pour piller les ressources et surtout maintenir le FCFA et l´impot colonial que nous payons jusqu´a present et nos politiciens Roch et sa bande cachent á notre honnete peuple. Roch et sa bande doit demissionner et juger pour haute trahison

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2016 à 10:33, par Dommage !!!
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    C’est bien dommage !!! Il faut tjrs profiter d’une situation pour réussir ses intensions. La France frappait à la porte du Burkina depuis fort longtemps pour s’y installer et gérer la région Sahélienne qui semble lui causer des noises avec cette nébuleuse que le djihadisme qui réfute la culture française en la qualifiant de "péché originel". Être très proches des terreaux djihadistes doit leur permettre de peaufiner le renseignement pour mieux traquer. C’est en cela que le Burkina est un site idéal géo-politiquement important et il fallait saisir l’opportunité des attaques terroristes de janvier 2016 pour réussir ce coup. C’en est fait, grâce à des dirigeants naïfs, qui ne pensent qu’à leur panse. Si l’on lit entre les lignes, on s’aperçoit que ce n’est ni pour "approfondir la coopération entre les deux pays en matière de défense en établissant un partenariat fondé sur les principes de respect mutuel de la souveraineté, de l’indépendance, de l’intégrité territoriale des deux Etats », ni pour protéger le Burkina. Si non pourquoi, ne seront -ils pas poursuivis pour des actes répréhensibles qu’ils viendraient à commettre ? ALPHA BLONDY l’avait djà dit "allez-vous en de chez nous", "ns ne voulons plus de vous". C’est honteux que nos dirigeants nous vendent à des marchants sans mêm prendre l’argent.! Dommage ! Dommage !

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2016 à 10:35
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    M Paul Kere , vous ne connaissez ni la France , encore moins le Burkina > Et le maintien du FCFA ? Le Burkina est le 5 e producteur d´or en Afrique , la France ne veut pas de l´or ? Arretez aussi de trahir notre pays mains si la France vous a donné la nationalité , vous offre les soins gratuits, et l education gratuite á vos enfant et j en passe. C ést les Franco-X sont peu confiables avec juste raison>. L Algerie l a bien vu

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2016 à 12:58
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Cher Paul Kere , vos compatriotes se sont les Français , pas les honnetes Burkinabes. Alassane Ouattara bis, ou Houphouet bis ou Senghor bis ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2016 à 15:17, par ya Mam la Wotto
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Je voudrais simplement dire à ceux qui sont contre cet accord qui est surtout dans l’intérêt du Burkina Faso que les dommages dont il s’agit peut aussi frapper les français sur notre sol.
    Pourquoi ne voir que le verre à moitié vide plutôt que le voir à moitié plein.
    Heureusement que les internautes ici sur le forum n’ont aucun pouvoir de nuisance sur cet accord parfaitement équilibré sinon légèrement en faveur du Burkina Faso. Les vrais apatrides qui n’aiment pas en réalité le notre cher Burkina se saisissent de ce forum pour se défouler alors qu’ils ne peuvent même pas tomber et casser une calebasse de tchapalo. Quand même ! Ya mam la Wotto.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2016 à 17:33, par YAMEOGO
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Internaute 4, Mr Paul Kéré, vous aimez tellement le Faso que vous avez préféré vous installer en France. Je parie même que vous avez la nationalité. Et de ce fait, vous êtes français, comme Blaise Compaoré est Ivoirien. Vous me comprenez.
    Vous avez étudié la stratégie (je m’en suis approché un peu dans une grande école américaine), et vous savez que la guerre est une continuation de l’action politique par d’autres moyens, et que les accords de coopération sont les meilleurs moyens de contenir les armées africaines en dessous des standards internationaux.
    Lisez l’art de la guerre de Sun Tsu (vous le trouverez sur le net) et vous compléterez votre stratégie pour vendre la patrie de vos parents (ce n’est plus la votre ?) pour vos intérêts personnels.
    A titre de rappel, regardez ce qu’a fait l’armée française en Cote d’Ivoire lors des élections Gbagbo/ Ouattara. Elle a pris parti pour son candidat et voilà le résultat.
    Au Rwanda, elle a perdu et les relations France/ Rwanda s’en ressente jusqu’ aujourdhui.
    Vous êtes loin de l’Afrique pour comprendre ce besoin d’indépendance qui se profile. Les peuples manifestent et demandent la fin de cette présence encombrante, de cette tutelle qui nous étouffe dans tous les domaines. Cela ne vous étonne pas que l’Afrique n’ait pas de voix aux Nations Unies ? Que la France y soit notre "bouclier" ?
    Rendez votre nationalité française et revenez dans votre patrie. Vous comprendrez plus que la France n’a pas besoin du Burkina, ni du reste de l’Afrique.
    Pourquoi cet accord n’est pas passé à l’Assemblée tout comme les premiers accords de défense d’avril 1961, signés en catimini entre Débré et certains présidents africains ?
    Nos gouvernements auront à faire face à une pression populaire contre la France. Ils se doivent de prendre les devants pour éviter toute réaction, créer des institutions fortes qui décideront pour l’intérêt national et non servir les intérêts français.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2016 à 23:26, par Jacob
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    La décision et le grand pouvoir reviennent à la rue. C’est le quatrième pouvoir et le plus puissant.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2016 à 14:07, par Amour du Burkina Faso.
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Un pays où le pouvoir est dans la rue est un pays mort. Absence d’institutions fortes, mais que des gueulards. Vous ne tirez pas leçon de l’histoire des peuples. Le Peuple burkinabè aime le peuple français et vis-versa, à en croire le nombre d’associations françaises qui s’investissent pour le développement du Burkina. Et avec tout ça il y a des cinglés qui n’aiment pas le Burkina Faso qui vont venir se défouler sur le net comme s’ils étaient investis d’une mission divine du peuple pour vociférer. La France peut très bien se passer du Burkina Faso et pas l’inverse. C’est cela la triste réalité que les inconscients ont du mal à reconnaître et parlent au hasard par aigreur. Faisons un référendum sur ces accords et on verra que le oui va l’emporter largement plus de 80%.

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril 2016 à 13:43, par zoonogo
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Mes chers amis,
    Celui qui s’opposera à cette histoire ira très loin. Cette histoire là ne date pas d’aujourd’hui.
    Elle a commence avant le naissancement de la dame qui vous présente la substance de cet accord. D’accord ou pas d’accord tu votes oui en disant "yes man ! "signes et tu circules. Sinon n’guaw !!.Les tourterelles se reconnaissent très bien, tel que soit le lieu.

    Répondre à ce message

  • Le 29 avril 2016 à 16:40, par Citizen
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Ne vendez surtout pas notre pays ! C’est tout ! le reste on le sait, c’est la politique : on dit peu pour signifier beaucoup ou pour faire taire (cacher) beaucoup de choses....
    Que Dieu nous garde de la trahison de la Nation !

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2016 à 22:19, par I.S
    En réponse à : Accord de défense entre la France et le Burkina Faso : Les explications du ministre Rita Bogoré

    Cela m’attriste énormément de voir que des Burkinabè peut-être par méconnaissance ou par mépris pour le devenir de leur patrie, sont prêts à la sacrifier sur l’autel de cette sois disant mondialisation. Si personne ne veut reconnaitre le mérite de nos devanciers nous avons au moins le devoir moral de reconnaitre que certains d’entre eux furent courageux à la limite’’ BRAVES’’. De ceux-là je cite seulement le 1er Président Maurice YAMEOGO qui malgré tout ce qu’il a pu commettre comme erreurs a au moins le mérite d’avoir dit non à la grande France dans ses ambitions néocolonialistes d’installer une base militaire au Burkina Faso. Burkinabè posons-nous des questions : Pourquoi la France a t elle fait signer aux États francophones des accords de coopération, de défense etc... avant de leur octroyer les indépendances ?
    Je ne vous apprend rien car qui contrôle votre économie et votre système de défense vous tient et toute souveraineté que vous viendriez à clamer ne sera que pur leurre. Si seulement feu le Président Ivoirien Félix Houphouet BOIGNY pouvait encore s’exprimer..... HUMMM.......

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés