Coopération : Le MPP du Burkina et le PCN du Soudan désormais main dans la main

samedi 23 avril 2016 à 03h41min

Le parti du Congrès national (PCN) du Soudan, parti au pouvoir et le Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) collaborent dorénavant. En effet, ce vendredi 22 avril 2016, les deux partis ont signé une convention à Ouagadougou leur permettant de renforcer les liens d’amitié et de fraternité entre les peuples soudanais et burkinabè. La délégation du PCN était conduite par M. Séif Al Islam Khalid Omer Al-Imam, secrétaire adjoint des affaires africaines du PCN et celle du MPP par son vice-président chargé de l’orientation politique, Dr Salif Diallo qui est également le président par intérim.

Coopération : Le MPP du Burkina et le PCN du Soudan désormais main dans la main

Renforcer les liens d’amitié et de fraternité entre les peuples soudanais et burkinabè, c’est la raison principale qui justifie cette signature de convention. En effet, ce vendredi 22 avril 2016, une délégation du Parti du congrès national soudanais conduite par M. Séif Al Islam Khalid Omer Al-Imam, secrétaire adjoint des affaires africaines du PCN et celle du MPP par son vice-président chargé de l’orientation politique, Dr Salif Diallo, ont signé un contrat de travail au siège du MPP. Cet engagement vise à rapprocher deux peuples qui ont déjà des points en commun. « Le parti cherche à avoir des liens très solides avec tous les partis politiques dans tous les pays africains. Nos relations avec le Burkina Faso sont des relations historiques qui datent de très longtemps. Nous avons beaucoup de liens en commun, des Burkinabè vivent en Soudan et des Soudanais au Burkina » a expliqué M. Séif Al Islam Khalid Omer Al-Imam.

Pour le Dr Salif Diallo, le MPP en tant que parti social-démocrate a intégré dans son projet de société, entre autres, la réduction des inégalités sociales, la promotion des relations de partenariat et de coopération propices au développement harmonieux du BurkinaFaso qui sont aussi des intentions du PCN. Ce partenariat va donc permettre au MPP de travailler avec d’autres partis. « Le MPP est un parti internationaliste de par notre orientation idéologique, tous les partis africains qui luttent pour la dignité et le progrès en Afrique sont par définition nos amis. Nous accueillons à bras ouverts nos frères du Soudan et nous pensons qu’à travers la coopération entre les deux partis, nous saurons impulser les valeurs universelles de démocratie, de solidarité et de progrès pour nos peuples », a laissé entendre le président par intérim du MPP.

Aperçu de la convention

Dans cette convention qui lie les deux partis, plusieurs projets sont prévus. On peut citer entre autres :
 La création d’un mécanisme actif qui sera chargé de la coordination des positions politiques des deux partis afin d’envisager les questions d’intérêt commun pour les deux peuples frères dans les deux pays ;
 La coopération entre le secrétariat des femmes et des jeunes ainsi que les institutions économiques des deux partis ;
 La promotion de la coopération économique entre les deux pays ;
 Encourager les gouvernements des deux pays à établir des projets conjoints et à promouvoir des échanges entre les structures économiques dans les deux pays ;
 Encourager les deux gouvernements à développer leurs relations bilatérales et à exécuter les accords signés entre les deux pays ;
 Les deux partis s’engagent à travailler ensemble pour consolider le rôle des partis politiques africains et leur coopération pour assurer la solidarité et l’unité des institutions dans le continent en vue du maintien de la paix, de l’indépendance et de la souveraineté ; etc.

C’est une première visite du parti au pouvoir du Soudan au Burkina Faso. La délégation soudanaise entend visiter d’autres autorités du pays.

Le Parti du congrès national (PCN) du Soudan en quelques mots

Le Congrès national du Soudan est né en 1998. Il est l’œuvre d’anciens membres du Front national islamique. C’est le parti officiel au pouvoir. En 2000, un groupe d’opposants dénommé le Congrès national populaire se sépare du congrès national en raison des divergences entre le président Omar el-Béchir et l’islamiste radical Hassan al-Tourabi. En 2005, l’alliance des forces de travail de l’ancien président Gaafar Nimeiry rejoint le congrès national. Le Soudan est un pays multipartite, mais il reste dominé par le Congrès national. Les partis de l’opposition sont autorisés mais ils peinent à s’imposer.

Wendkuni Diane Kagambèga (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 23 avril 2016 à 08:42, par Dieudonné En réponse à : Coopération : Le MPP du Burkina et le PCN du Soudan désormais main dans la main

    J’ai bien lu coopération économique entre les deux pays ? j’ai bien lu accueil des Soudanais au Burkina comme accueil des burkinabè au Soudan ? C’est donc une convention bilatérale alors ! Et à qui la compétence ? Un parti politique qui engage le Burkina ? Je ne suis pas puriste ni la maîtrise des relations internationales, je m’interroge simplement du contenu à moins qu’il s’agit d’une interpretation erronée de la journaliste !

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2016 à 12:53, par Lantiga En réponse à : Coopération : Le MPP du Burkina et le PCN du Soudan désormais main dans la main

    Ah ! La politique. Qu’est-ce qu’on ne verra pas chez les nègres. En voyant cette image, cela me rappelle les tristes et sombres temps de l’apartheid en Afrique du Sud, quand certains pays africains commercialisaient avec l’Afrique du Sud blanche alors que les noirs qui y vivaient étaient martyrisés.
    Sarkozy a raison de dire en juillet 2007 à Dakar que ‘‘Le drame de l’Afrique, c’est que l’homme africain n’est pas assez entré dans l’Histoire’’.
    Je me souviens de ces guerriers-cavaliers djandjaouïds blancs pourchassant les noirs qui courent à pied et au 21è siècle. Selon les Nations Unies, les Janjawids sont des criminels se revendiquant comme arabes et qui sont les acteurs principaux du conflit sanglant au Darfour, qui oppose la population arabisée du Soudan aux musulmans, chrétiens et animistes non-arabes de la région.
    Quelle amnésie !!!! Sankara, tu nous manques cruellement.

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2016 à 17:45, par Nabiiga En réponse à : Coopération : Le MPP du Burkina et le PCN du Soudan désormais main dans la main

    Coopération sud-sud par excellence. Seulement, le soudan est un pays désavoué par le monde entièr ; à la limite que le Burkina ait des relations dans le contexte de l’UA mais en dehors de cela, c’est un pays à éviter à tout prix. Qu’est-ce que le Burkina à apprendre du Soudan ? Faire la guèrre à ses propres populations et devenir un soutien indéfectible des groupes et organisations terroristes ?

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2016 à 17:52, par arnaud En réponse à : Coopération : Le MPP du Burkina et le PCN du Soudan désormais main dans la main

    Tres belle initiative.Le MPP est bien le parti qui est a même de sortir le Faso des mots qui le minent.D abort a cause de son ideologie socialiste et de sa vision internationaliste, ensuite a cause des hommes qui l animent.Tous des visionnaire s .Le coup KO etait prévisible vu la grandeur et la maturité de notre vaillant peuple

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 16:35 En réponse à : Coopération : Le MPP du Burkina et le PCN du Soudan désormais main dans la main

    ANTISIONISME A L’ONU : Un réfugié du Darfour s’indigne "Entendez-vous l’ONU condamner le racisme arabe contre les Noirs ?" M. Deng Simon, victime d’esclavage à l’âge de 9 ans au Soudan, a apporté cette semaine un soutien inattendu à l’Etat d’Israël lors
    ANTISIONISME A L’ONU : Un réfugié du Darfour s’indigne

    "Entendez-vous l’ONU condamner le racisme arabe contre les Noirs ?"

    M. Deng Simon, victime d’esclavage à l’âge de 9 ans au Soudan, a apporté cette semaine un soutien inattendu à l’Etat d’Israël lors d’un discours prononcé à la tribune de l’ONU.

    En effet, alors que les nettoyages ethniques font rage en Afrique noire dans l’indifférence totale de l’organisation internationale, il a souligné que la souffrance palestinienne obtient 80% des résolutions onusiennes.

    La conférence de Durban, un outil contre Israël

    "Je suis venu ici en tant qu’ami de l’État d’Israël et du peuple juif.
    Je suis venu pour protester contre cette conférence de Durban qui est basée sur un ensemble de mensonges.
    Elle est organisée par des nations qui sont-elles-mêmes coupables des pires sortes d’oppression.
    Elle n’aidera pas les victimes du racisme.
    Elle isolera seulement et visera l’État juif.
    C’est un outil des ennemis d’Israël.
    L’ONU est devenue un outil contre Israël.
    Depuis plus de 50 ans, 82 pour cent des réunions d’urgence de l’Assemblée générale de l’ONU n’ont fait que condamner un État – Israël.
    Hitler en serait très heureux.
    La Conférence de Durban III est une insulte à la vérité.
    Toute personne de bonne volonté et éprise de justice qui connaît la réalité sait que tout ce qui se dit à cette conférence est une manipulation des consciences que ne désapprouverait pas Joseph Goebbels, ministre de la propagande d’Adolphe Hitler.
    Mes amis, je suis venu ici vous parler pour une seule raison : donner à la VÉRITÉ ses droits."

    Ce sont d’abord les peuples noirs qui souffrent de l’antisionisme

    "Je viens vous dire que l’anti-israélisme de l’ONU fait souffrir, plus que les israéliens, surtout des peuples noirs qui subissent persécutions, morts, esclavagisme et épurations ethniques dans l’indifférence totale et coupable de l’ONU.
    J’appartiens à l’un de ces peuples.
    S’il vous plaît, écoutez-moi.
    En exagérant la souffrance des Palestiniens, l’ONU se rend coupable d’étouffer les cris de ceux qui souffrent sur une plus grande échelle.
    Le seul ennemi visé par l’ONU est l’État d’Israël.
    Or, depuis plus de cinquante ans, la population indigène, majoritairement noire au Soudan du Sud – Chrétiens et Musulmans — a été et est les victimes de la brutalité, des sévices et des tortures des régimes racistes arabo-musulmans à Khartoum, pourtant minoritaires.
    Au Sud-Soudan, mon pays natal, environ 4 millions d’hommes innocents, de femmes et d’enfants ont été massacrés de 1955 à 2005.
    Sept millions ont été victimes d’un nettoyage ethnique, et ils sont devenus le plus grand groupe de réfugiés depuis la Seconde Guerre mondiale.
    L’ONU est préoccupée par les soi-disant réfugiés palestiniens.
    Elle a créé un organisme distinct rien que pour eux.
    Et ils bénéficient d’un privilège spécial.
    Pendant ce temps, mon peuple, les NUBAS, ethniquement nettoyé, assassiné et asservi, est ignoré.
    L’ONU refuse de dire au monde la vérité sur les causes réelles des conflits au Soudan.
    Qui sait vraiment ce qui se passe au Darfour ?
    Ce n’est pas un « conflit tribal ».
    Il s’agit d’un conflit enraciné dans le colonialisme arabe bien connu en Afrique du Nord (voir la Libye actuelle où sont systématiquement tué les Noirs).
    Au Darfour, une région dans le Soudan occidental, tout le monde est musulman, mais Noir.
    Or, les habitants du Darfour ne veulent pas être arabisés.
    Ils aiment leurs propres langues africaines, leurs vêtements et leurs coutumes.
    La réponse arabe est un génocide !
    Mais personne à l’ONU ne dit la vérité au sujet du Darfour.
    Dans les monts Nuba, une autre région du Soudan, le génocide a pris place parle…
    L’esclavage n’est pas mort !

    Entendez-vous l’ONU condamner le racisme arabe contre les Noirs ?
    Qu’est-ce que vous trouvez à la Une du New York Times, ou dans le dossier des condamnations de l’ONU ?
    Seulement « les crimes israéliens » et la souffrance palestinienne.
    Mon peuple a été évincé au profit de la souffrance palestinienne.
    Les Palestiniens ont-ils subit l’épuration, l’esclavagisme ou des tueries systématiques ?
    Ce que fait Israël est dépeint comme un péché, en Occident.
    Mais le vrai péché arrive lorsque l’Occident nous abandonne, nous, les victimes de l’apartheid arabo-islamique, parce que nous sommes Noirs
    Dans les années 90, Khartoum a déclaré le djihad contre mon peuple, et pour le légitimer ils ont pris des esclaves comme butin de guerre.
    Les milices arabes ont été encouragées à prendre les femmes africaines et les enfants comme esclaves.
    Environ 200 000 ont été enlevés, transportés au Nord et vendus comme esclaves.
    Je suis une preuve vivante de ce crime contre l’humanité.
    Il est important que le monde sache que l’esclavage existe encore aujourd’hui.
    Je n’avais que neuf ans quand un voisin Arabe nommé Abdullahi m’a amené par ruse avec lui sur un bateau.
    Le bateau s’est arrêté dans le Nord-Soudan, où il m’a donné en cadeau à sa famille.
    Pendant trois ans et demi j’ai été leur esclave, subissant les choses qu’aucun enfant ne devrait subir : brutalité, humiliation, coups, travaillant sans relâche ; dormant à même le sol avec les animaux, mangeant les restes de la famille.
    Pendant ces trois ans, j’ai été incapable de dire le mot « non ».
    Tout ce que je pouvais dire était « oui », « oui », « oui ».
    Et pourtant, les Nations Unies connaissaient l’asservissement du Sud-Soudan par les Arabes.
    Leur propre personnel l’a signalé.
    Il y a eu l’UNICEF pour reconnaître ce qui se passait (cela a pris 16 ans à un groupe de Juifs américains anti-esclavagisme).
    Mais le gouvernement soudanais et la Ligue arabe ont fait pression sur l’UNICEF, et l’UNICEF a fait marche arrière, et elle a commencé à critiquer ceux qui ont travaillé à la libération des esclaves soudanais.

    Les Soudanais trouvent refuge en Israël et y sont bien traités

    En 1998, le Dr Gaspar Biro et les courageux rapporteurs spéciaux de l’ONU pour les droits de l’homme qui ont signalé l’esclavage au Soudan, ont démissionné pour protester contre l’inaction de l’ONU.
    Des dizaines de milliers de Noirs sud-soudanais servent encore leurs maîtres dans le Nord, et l’ONU est silencieuse à ce sujet.
    Elle offenserait l’OCI et la Ligue arabe.
    J’ai été en Israël à cinq reprises pour visiter les réfugiés soudanais.
    Laissez-moi vous dire ce qu’ils sont devenus là-bas.
    Ce sont des Soudanais qui ont fui le racisme arabe, en espérant trouver un abri en Égypte.
    Ils ont eu tort.
    Lorsque les forces de sécurité égyptiennes ont abattus 26 réfugiés noirs au Caire, qui protestaient contre le racisme égyptien, les Soudanais se sont rendus compte que le racisme arabe au Caire est le même que celui de Khartoum.
    Ils avaient besoin d’un abri, et ils l’ont trouvé en Israël.
    Les musulmans noirs du Darfour ont préféré Israël à tout autre pays arabo-musulman de la région.
    Savez-vous ce que cela signifie ?
    Et les Arabes disent qu’Israël est raciste !
    En Israël, les Soudanais noirs, chrétiens et musulmans ont été accueillis et traités comme des êtres humains.
    Il suffit d’y aller et leur demander, comme je l’ai fait.
    Ils m’ont dit que par rapport à la situation en Égypte, Israël est le paradis.
    Israël, un État raciste ?
    Pour mon peuple, des gens qui connaissent ce qu’est le racisme, la réponse est absolument, non !
    Israël est un État composé de personnes aux couleurs de l’arc-en-ciel.
    Les Juifs eux-mêmes sont de toutes les couleurs, même noirs.
    J’ai rencontré des Juifs éthiopiens en Israël.
    De beaux Juifs noirs.
    Donc oui, je suis venu ici aujourd’hui pour vous dire que les gens qui souffrent le plus de la politique anti-israélienne de l’ONU ce ne sont pas les Israéliens, mais tous ces peuples que l’ONU ignore au profit de son grand mensonge contre Israël : nous, les victimes d’abus arabo-musulmans ; les femmes, les minorités ethniques, les minorités religieuses, les homosexuels, dans le monde arabo-musulman.
    Ceux-ci sont les plus grandes victimes de la haine, que l’ONU couvre car sa seule cible est Israël, au mépris de la justice et de sa charte des droits de l’homme adoptée en 1948.
    Regardez la situation des Coptes en Égypte, celle des chrétiens en Irak, au Nigéria et en Iran, les Hindous et les bahaïs qui souffrent de l’oppression islamique.

    Une ambassade d’Israël au Sud-Soudan

    En tant qu’ami d’Israël, je vous fais part d’une nouvelle que mon Président, le Président de la République du Sud-Soudan, Salva Kiir, a publiquement déclaré : qu’une ambassade sera construite en Israël, pas à Tel-Aviv, mais à Jérusalem, capitale éternelle du peuple juif.

    Je tiens également à vous assurer que ma propre nouvelle nation, et l’ensemble de ses gens, s’opposeront aux forums racistes comme Durban III

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2016 à 20:16, par Jeunedame seret En réponse à : Coopération : Le MPP du Burkina et le PCN du Soudan désormais main dans la main

    Convention entre 2 partis ou 2 gouvernements ? L’opposition est-elle consultée ? Le Soudan est un pays multipartite, mais il reste dominé par le Congrès national. Les partis de l’opposition sont autorisés mais ils peinent à s’imposer. Ah..donc ce sont des stratégies de gouvernement à proposer à ROCH ? Le Soudan cherche seulement une zone pour abriter ces migrants politiques et réfugiés de guerre. M. Séif Al Islam Khalid Omer Al-Imam du PCN, rentrez avec les virus islamistes de votre Soudan. Ne nous soumettez pas aux tentations des terroristes.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2016 à 09:53 En réponse à : Coopération : Le MPP du Burkina et le PCN du Soudan désormais main dans la main

    SaliFOU ne peut que mal finir. et cette fin n’est pas loin ! Bafouiller le sang des martyrs avec Omar El Bechir qui est un génocidaire !

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2016 à 09:41, par Compaore sidwaya En réponse à : Coopération : Le MPP du Burkina et le PCN du Soudan désormais main dans la main

    Bonjour
    En signant cette convention dite de "coopération" avec le parti du président soudanais, le MPP, parti qui gouverne le Burkina Faso, collabore avec un régime raciste qui massacre les noirs au Soudan. Bechir est sous le coup d’un mandat d’amener de la CPI pour ses crimes au Darfour. En proposant cet accord au MPP, Bechir cherche simplement à s’éviter une arrestation au cas il foulerait un jour le sol burkinabé.
    En général, l’internationalisme combat énergiquement pour les droits de l’homme, pour le principe d’autodétermination des peuples, et ne coopère pas avec les régimes qui bafouent ces droits et ce principe.
    Que cherche le MPP ? Quelques pétrole dollars ?
    Sachons rester dignes et ne compromettons les combats de nos frères noirs, de toute confession religieuse, pour leurs libertés et leur droit à l’auto-détermination.
    Non, à ceux bafouent l’honneur et la dignité des noirs.
    Si nous ne pouvons pas ou ne voulons pas aider nos frères noirs du Soudan, ne collaborons avec leurs bourreaux.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés