Littérature : « N’ayons pas peur », la thérapie d’Anicet Liliou contre le terrorisme

jeudi 21 avril 2016 à 23h30min

« N’ayons pas peur. Nous boirons un cappuccino de la paix dans un Burkina splendide » est le titre de la 5e œuvre littéraire d’Anicet Adaloué Liliou. Un livre psychologique de 53 pages, inspiré par les attaques terroristes de Ouagadougou du 15 janvier. A travers ce livre, l’auteur rend hommages aux victimes, propose un autre regard sur le terrorisme et invite à ne pas céder à la peur. L’ouvrage se veut un appel au courage, à la détermination pour surmonter cette épreuve. La dédicace a eu lieu le 19 mars 2016.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Littérature : « N’ayons pas peur », la thérapie d’Anicet Liliou contre le terrorisme

Ce livre a un objectif psychologique : aider à dépasser la peur. Comment ne pas avoir peur ? Pourquoi ne pas avoir peur ? Comment faire face à cette situation dramatique ? Comment on vivra après ça ? C’est à ces questionnements légitimes en pareille situation que l’auteur tente d’apporter des éléments de réponses. « C’est une note d’espoir pour continuer de vivre, pour dire que nous sommes touchés, mais nous ne sommes pas couchés. D’ailleurs, on n’a pas le droit de se coucher », explique Anicet Liliou.
L’œuvre comprend deux parties et appelle à une résistance pacifique commune et à garder espoir en l’avenir paisible du Burkina et du monde. La première est intitulée « Nous n’avons pas peur » et la seconde « L’amour est plus fort que la haine ».
Cet auteur prolifique a pris la parole très tôt, peut-être même trop tôt. Il dit avoir commencé à écrire au soir du 15 janvier, au moment même où des balles crépitaient à Splendid Hôtel et au Cappuccino.

« Dans le silence apeuré de ma chambre, j’ai donc pris la parole. Lorsque la tragédie vous frappe de manière injuste et lorsque des êtres humains se perdent à vouloir imposer au monde la loi de la mort et de la désolation, sur mes lèvres, cette parole a jailli comme une source d’eau qui vivifie et redonne aux pèlerins que nous sommes, le courage de reprendre la route et d’espérer des lendemains meilleurs. Cette parole, c’est : n’ayons pas peur, nous boirons un cappuccino de la paix dans un Burkina splendide ».
Ce livre traduit donc notre non collectif à la banalisation de la vie et au détournement de la religion à des fins inavouées.

« L’ouvrage m’a permis de dépasser la peur pour concevoir un rêve meilleur pour mon pays, un rêve meilleur pour l’Afrique. C’est pourquoi je le propose au public. S’il a été une thérapie pour moi, je me suis dit qu’il pourrait aussi l’être pour les lecteurs. Je pense qu’il y a des moments où l’homme doit faire de la parole une arme pour vaincre la peur du silence et du désarroi, reprendre le contrôle de sa vie. Je pense aussi qu’il y a des moments où se taire peut devenir préjudiciable et le silence, assassin de nos désespoirs », confie Anicet Liliou.

Auteur de cinq ouvrages, depuis 2012, Anicet Adaloué Liliou est né le 17 avril 1982 à Ouahigouya. Titulaire d’une maîtrise en droit public, il accorde un grand intérêt aux questions de justice et de paix. C’est pourquoi, il s’est formé à l’éducation à la paix et la résolution pacifique de conflits (2008-2012).
D’ailleurs, il a créé, depuis 2015, Les écoles de la paix, institution de formation sur la communication non violente et la construction de la paix.

Paru aux Editions Vivre ensemble, « N’ayons pas peur. Nous boirons un cappuccino de la paix dans un Burkina splendide » est vendu à 1500F.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 21 avril 2016 à 23:43, par Bellis
    En réponse à : Littérature : « N’ayons pas peur », la thérapie d’Anicet Liliou contre le terrorisme

    Dans le principe, félicitations à l’auteur car il s’agit d’une oeuvre de l’esprit en tant que réflexion qui doit être saluée pour l’effort fourni.

    De la distance toutefois par rapport à cette question de terrorisme, car on y peut être très rapidement manipulé. Cela étant, je ne questionne pas l’identité et les intentions de vos sponsors qui ont pu faire paraître un tel opus en un si bref temps. Je demande seulement aux Burkinabè et aux autorités d’être prudents dans la communication et la gestion du terrorisme dont nous souffrons purement par procuration. En passant, je vois qu’on force la Côte d’Ivoire à communiquer aussi aussi de la même façon sur le problème, du genre y a rien en face. Mais dites-vous que ceux qui se cachent derrière notre pays et le font frapper comme bouclier n’adoptent pas chez eux les méthodes de lutte qu’ils nous conseillent.

    Lutter contre le terrorisme (y compris le terrorisme d’Etats qui assassine les autres peuples qui veulent penser différemment), oui. Mais en tant que peuple, évitons d’être toujours dans cette lutte le marchepied des autres. Je sais que le post ne plaira pas, mais je demande la déclenche du site pour autoriser l’expression de ma pensée, et appeler les compatriotes à nous aider solidairement pour distinguer le bon grain de l’ivraie.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2016 à 10:17, par Evariste BAGRE
    En réponse à : Littérature : « N’ayons pas peur », la thérapie d’Anicet Liliou contre le terrorisme

    Salut l’Artiste !

    je te souhaite beaucoup de courage et plein succès dans tes différentes œuvres. Dieu te bénisse.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2016 à 10:58, par Raogo
    En réponse à : Littérature : « N’ayons pas peur », la thérapie d’Anicet Liliou contre le terrorisme

    Les sources du terrorisme

    Pourquoi un individu, ou un groupe d’individus, utilise-t-il la violence pour faire passer son message ? Avant de chercher des solutions et de mettre en place des mesures répressives, il faut d’abord s’interroger sur les causes profondes du terrorisme. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, l’extrémisme religieux n’est pas la seule source du terrorisme moderne.
    Le miroir d’une civilisation :
    Le terrorisme est généralement lié au modèle de société en vigueur dans un pays. Par l’action violente, les acteurs du terrorisme cherchent avant tout à changer la société dans laquelle ils vivent, à marquer leur désaccord face à un système, à des valeurs, à certains comportements.
    Le blocage politique

    Il existe dans le monde différentes formes de pouvoir : démocratie (directe, représentative), dictature, oligarchie. Certains de ces systèmes donnent la possibilité aux citoyens de s’exprimer librement. D’autres, comme la dictature, laissent peut de place à la contestation. Dans ce genre de régime, des individus ressentent parfois une certaine frustration qui peut conduire à la violence.

    Le manque de transparence, les atteintes aux droits humains, la répression, la censure sont aussi des facteurs de violence terroriste.
    Les inégalités entre individus

    Au sein d’un même pays, il peut exister des inégalités flagrantes entre les individus. Le déséquilibre entre les riches et les pauvres, les mauvaises conditions de vie, la famine, le manque d’hygiène et d’accès aux soins de santé sont parfois à l’origine d’actions violentes. Celles-ci sont généralement motivées par la colère. Cependant, la pauvreté n’est pas toujours source de violence terroriste. Il existe en effet de nombreux pays très pauvres dans lesquels il n’y a pas de terrorisme.
    La culture de guerre
    Certains pays sont en proie à des guerres civiles depuis de nombreuses années. Lorsqu’un conflit armé n’est pas totalement résolu, des individus qui ont le sentiment d’avoir « perdu la guerre » ou de ne pas avoir été entendus se transforment parfois en terroristes.

    Il arrive également que des enfants qui ont grandi dans une « culture de guerre » deviennent terroristes, car ils ne connaissent que la violence comme moyen pour faire passer leurs idées.

    L’envie de diriger
    De tout temps, les hommes ont eu soif de domination. Pour certaines personnes, tous les moyens sont bons pour accéder au pouvoir, y compris la violence.

    De nombreux régimes politiques, démocratiques ou non, ont ainsi été renversés dans le sang au court de l’Histoire.

    L’extrémisme religieux
    Certains groupes extrémistes religieux commentent des actes violents afin d’imposer leur idéologie. C’est le cas de certains groupes radicaux musulmans mais aussi, par le passé, d’autres formes d’extrémismes comme les anarchistes.
    Le terrorisme religieux est présenté comme un combat contre les infidèles. Les moyens violents sont utilisés afin de propager un message religieux.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2016 à 16:19, par QUID
    En réponse à : Littérature : « N’ayons pas peur », la thérapie d’Anicet Liliou contre le terrorisme

    Salut, il existe plusieurs sortes de terrorismes.
    Les incertitudes qui pèsent sur l’évolution de notre environnement international et son haut degré d’imprévisibilité obligent à prendre en compte le risque de surprises.
    L’un des fondements de toute Nation, est le fait de s’adapter et s’organiser pour faire face aux risques et menaces par la connaissance et l’ anticipation qui repose, en majorité, sur la prevention, le renseignement et la resilience.
    Bref, trop de choses, mais cd qui est sure, c’est que la securite est l’affaire de tous et le risque zero n’existe pas en la matiere.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2016 à 19:36, par syan
    En réponse à : Littérature : « N’ayons pas peur », la thérapie d’Anicet Liliou contre le terrorisme

    Félicitation et beaucoup de courage pour la consolidation de la paix pour notre pays, pour notre monde. Puissions nous etre toujours sourire pour l’humanité. Courage

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés