Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Soins obstétricaux et néonataux d’urgence : Vers une validation consensuelle

Accueil > ONG, Coopération décentralisée • • mercredi 6 avril 2016 à 21h27min
Soins obstétricaux et néonataux d’urgence : Vers une validation consensuelle

En vue de valider les outils d’évaluation rapide des soins obstétricaux et néonataux d’urgence, le Bureau régional du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) pour l’Afrique de l’Ouest et du Centre, organise du 6 au 8 avril 2016, un atelier régional. La cérémonie d’ouverture des travaux a été présidée par le représentant du ministre de la Santé, Robert Lucien Jean-Claude Kargougou.

Cet atelier qui fait suite à celui organisé à Nouakchott en Mauritanie en mars 2016, vient célébrer les résultats des tests des nouveaux outils d’évaluation rapide des besoins de Soins obstétricaux et néonataux d’urgence (ER/SONU) expérimentés au Cameroun, au Niger et au Tchad. Il s’agit de façon spécifique pour les experts de l’Afrique Centrale et de l’Ouest de présenter les résultats des études pilotes et de discuter des leçons apprises, finaliser et valider les outils ER/SONU. Et enfin définir les prochaines étapes.

« Quand on teste quelque chose, on tire des leçons pour ne pas tomber dans les mêmes erreurs » a d’emblée déclaré la représentante résidente de l’UNFPA, Edwige Adékambi/Domingo. En outre, elle se réjouit de la tenue de cet atelier, car il se tient au moment où le gouvernement a lancé récemment une phase d’introduction de la gratuité des SONU dans trois régions du pays. Ceci permettra, selon elle, l’évaluation rapide des SONU dans toutes les localités du Burkina et partant de là, la réduction de la mortalité néonatale, infantile et maternelle.

A l’entendre, malgré les progrès célébrés en 2015 en termes de réalisation des OMDs, seulement quelques pays ont atteint la cible de l’OMD 5, notamment réduire, entre 1990 et 2015 le taux de mortalité maternelle de trois quarts. Bouthan, Cap vert, Cambodge, Maldives, République démocratique populaire de Lao sont les exemples qu’elle a entre autres cités. Des progrès considérables ont été également enregistrés en Afrique subsaharienne. « Le taux de mortalité maternelle a baissé de près de 45% entre 1990 et 2015. Cependant, 2 sur 3 décès maternels enregistrés dans les pays en développement se produisent en Afrique au sud du Sahara » a-t-elle indiqué, toute souriante. Et de noter que les causes de cette tragédie peuvent être prévenues si chaque femme enceinte pouvait bénéficier de l’assistance d’un personnel qualifié pendant l’accouchement et des soins obstétricaux et néonataux d’urgence lorsque les complications se présentent.

Pour répondre à ce dilemme, le renforcement de l’accès à des soins médicaux adéquats constitue un impératif pour chacun des pays de la sous-région. Cette stratégie passe par une connaissance de la cartographie et de la disponibilité des SONU.

De son côté, le secrétaire général du ministère de la Santé, Jean-Claude Kargougou, a indiqué que les résultats de ces évaluations génèrent des données et informations pour orienter les gouvernements en matière de choix stratégiques sur les SONU. Et c’est pourquoi, l’initiative d’avoir des outils simplifiés et adaptés pour une ER/SONU est encore importante. Selon lui, c’est d’abord un gain, en termes d’investissements financiers pour la conduite des évaluations. Aussi, disposer de pareils outils d’évaluation adaptés et moins onéreux est bien réaliste et pratique. En outre, l’expérience de l’utilisation de ces outils dans les pays pilotes laisse entrevoir de la pertinence de leur introduction dans l’évaluation des besoins en SONU.

Avant de clore ses propos, il a salué le choix porté sur le Burkina pour abriter les travaux de l’atelier régional. « De cette réunion, les gouvernements attendent dans de nombreux pays de la région, y compris le Burkina, pour utiliser les outils d’évaluation rapide des SONU pour actualiser les données dans ce domaine en vue de mieux planifier leurs interventions » a-t-il conclu.

Depuis 1999, l’UNFPA, l’UNICEF, l’OMD et AMDD œuvrent de manière synergique pour appuyer les pays dans les domaines de la planification, du financement, de la mise en œuvre et de l’utilisation des résultats des évaluations des besoins en SONU. L’objectif étant d’informer des décisions tant au niveau programmatique que des réformes des politiques de santé.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Plan International et BØRNEfonden ont officiellement fusionné
Aide au développement : Des députés français reçus par Salifou Diallo
Droits de l’homme au Burkina Faso : Les Nations unies font le point les 28 et 29 juin prochains
Décennie d’Actions des Nations unies pour la Nutrition
Le Burkina Faso renforce ses capacités en matière de gestion des frontières avec l’appui du PNUD
Diakonia lance la phase 5 de son programme Justice économique et sociale
ONU : Une action urgente est nécessaire pour mettre fin à l’épidémie de SIDA d’ici 2030
Soins obstétricaux et néonataux d’urgence : Vers une validation consensuelle
Programme sécurité alimentaire et nutritionnelle : LA FAO et l’Union européenne visitent les réalisations dans le Centre-Nord
Sécurité alimentaire : Promouvoir les systèmes de stockage alimentaire en Afrique de l’Ouest
Intégration du genre dans les programmes de développement : Christian Aid et ses partenaires en quête d’un plan d’actions
Rapport 2015-2016 d’Amnesty international : Le Burkina épinglé à cause du coup d’Etat du RSP
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés