Affrontement à Bouna en Cote d’Ivoire : Plus d’un millier de déplacés dans le Noumbiel 0

jeudi 31 mars 2016 à 23h57min

Les 25, 26, et 27 mars derniers, des affrontements intercommunautaires à Bouna dans le nord –est de la côte d’ivoire ont entrainé une vingtaine de morts, plusieurs blessés et de nombreux déplacés, en majorité des éleveurs. Le Noumbiel, province frontalière de la Cote d’ivoire a accueilli plus de 1500 déplacés depuis le début de la crise.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Affrontement à Bouna en Cote d’Ivoire : Plus d’un millier de déplacés dans le Noumbiel 0

Cette crise a occasionné un flux massif de déplacés dans les villages frontaliers du Burkina notamment à Boussoukoula, Fadjo, Kosso, Kpueré et Batié le chef-lieu de la province du Noumbiel. Des déplacés par centaines parmi lesquels de nombreux enfants et femmes. Selon des sources concordantes les premiers déplacés, principalement des éleveurs, ont été accueillis à la police frontalière de Kosso depuis le mercredi 24 mars vers 22heures. Au nombre de ces déplacés figure une famille ivoirienne de 10 personnes. Toujours selon notre source, la veille, le Haut-commissaire de la province du Noumbiel Yaya SANOU et sa délégation, sont allés porter un message de soutien aux déplacés.

La maison des jeunes de Batié a accueilli 682 personnes dont 12 élèves du primaire et du secondaire. A Kpuéré commune rurale située à 7km de la Côte d’ivoire, on dénombre 588 déplacés. A Fadjo 200 personnes sont recensées et à Boussoukoula 61 déplacés sont enregistrés, soit un total de 1531 personnes recensées. Les services de l’action sociale enregistrent de moins en moins de déplacés. Les besoins primaires sont assurés sur place. Il s’agit d’une aide en vivres, composée de 30 sacs de mil, 10 sacs de maïs, 99 sacs de riz, 60 sacs de semoules, 08 cartons de sardine, 10 bidons d’huile entre autres. Le matériel de couchage, lui est de 20 tentes de 12 places chacune, 161 couvertures, 161 moustiquaires. Les mêmes aides ont été apportées à ceux de Kpueré. Pour une gestion optimale de la crise, les déplacés de Boussoukoula et de Fadjo seront ramenés à Batié pour ne laisser que deux sites : celui de Batié et celui de Kpueré.

Des déplacés toujours inquiets

Ces affrontements intercommunautaires ne sont pas sans conséquences pour les déplacés. Boulidjié Barry est un déplacé accueilli sur le site de la maison des jeunes de Batié. Selon lui certains ont abandonné les troupeaux afin d’avoir la vie sauve, d’autres même auraient tout perdu. A cela s’ajoutent les élèves du primaire et du secondaire qui ont dû tout abandonner pur prendre la fuite. D’ores et déjà, les déplacés invitent les autorités à aménager un site pour qu’ils s’installent définitivement au Burkina Faso et voir la situation des élèves scolarisés.

Après la visite du Gouverneur de la Région du Sud-ouest Amadou Stanislas DIARRA aux déplacés le mercredi 30 mars dans la matinée, c’est le ministre de l’action sociale qui était annoncée ce jeudi sur les sites.

Dalou Mathieu Da Correspondant régional
Lefaso.net

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés