Transfert de compétences : Le sport et la formation professionnelle désormais aux collectivités territoriales

mardi 29 mars 2016 à 23h00min

Le ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure a procédé, avec d’autres ministres du gouvernement, à la signature des arrêtés interministériels portant adoption des protocoles d’opérations types dans les domaines à compétences transférées. C’était ce mardi 29 mars au siège de l’association des municipalités du Burkina Faso (AMBF).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Transfert de compétences : Le sport et la formation professionnelle désormais aux collectivités territoriales

Le processus de décentralisation est en cours au Burkina Faso, il y a une vingtaine d’années avec l’adoption de la constitution du 2 juin 1991. Mais en octobre 2014, le dernier gouvernement d’avant-insurrection avait adopté 21 décrets portant modalités de transfert des compétences et des ressources de l’Etat aux collectivités territoriales. « Ces décrets, souligne le ministre d’Etat Simon Compaoré, définissent les compétences et les ressources transférées conformément aux dispositions de la loi portant code général des collectivités territoriales ». Après l’adoption de cette loi n° 055-2004/AN du 21 décembre 2004, il a fallu attendre 2009 pour que les premiers transferts de compétences aient lieu.

Afin de rendre effectif ce transfert de compétences, le ministère en charge de l’administration territoriale avait élaboré de concert avec ses partenaires techniques et financiers, des protocoles d’opérations - une douzaine environ -, qui précisent « les rôles et les responsabilités respectifs de l’Etat et de la collectivité territoriale, ainsi que des relations entre la collectivité et d’autres acteurs », précise le ministre d’Etat Simon Compaoré. Pour lui, la signature des arrêtés interministériels portant adoption de ces protocoles traduit « la politique du gouvernement de passer très rapidement à l’acte et de faire en sorte que le processus de décentralisation puisse continuer à gagner ses lettres de noblesse ».

« Il y a eu un certain nombre de réalisations, qui s’il n’y avait pas le processus de décentralisation, n’auraient jamais vu le jour. Je ne dis pas que c’est suffisant [...] Il y a des routes qui ont été faites, il y a des écoles qui ont été construites, des collèges, des centres d’alphabétisation. Les préoccupations sont tellement nombreuses que ça semble être une goutte d’eau dans la mer », estime Simon Compaoré.

Lassané Ouédraogo, le secrétaire exécutif de l’Association des municipalités du Burkina Faso, s’est dit heureux du transfert des compétences dans le domaine des sports et loisirs, la jeunesse, la formation professionnelle, qui n’étaient jusque-là pas bien appréhendées dans les collectivités. Et pour lui, cette signature revêt une grande importance car elle est la preuve que "les collectivités sont capables de prendre en charge certaines questions d’ordre social, économique et culturel".

Herman Frédéric BASSOLE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 29 mars 2016 à 20:01, par issa DE gourcy
    En réponse à : Transfert de compétences : Le sport et la formation professionnelle désormais aux collectivités territoriales

    Ici le gouvernement marque un but. J’étais déçu de constater l’arrêt des compétitions inter secteurs. J’étais consterné par la disparition de AS JPC qui faisait la fierté de Boulmiougou. Avec cette initiative peut-être que nous pourrons réveiller notre équipe, reconstruire le plateau omnisport de Pissy et développer les sports de mains. Les autres communes pourront en faire autant, vu que désormais la bureaucratie ouagalaise ne pourra plus retarder les choses. VIVE LA DECENTRALISATION !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 29 mars 2016 à 20:57, par salut
    En réponse à : Transfert de compétences : Le sport et la formation professionnelle désormais aux collectivités territoriales

    ceux du sport pourront assurer les cours d’EPS dans de nombreux établissements en milieu rural sans prof d’EPS depuis des années durant.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars 2016 à 05:40, par Bala Wenceslas SANOU
    En réponse à : Transfert de compétences : Le sport et la formation professionnelle désormais aux collectivités territoriales

    Merci pour la tentative d’information très laconique
    Quelles sont précisément les matières transférées concernées ? Pourquoi vous ne les avez pas mentionné ?
    La décentralisation reste encore très peu connue. Ce texte laconique en est une parfaite illustration. Et hier au journal parlé sur la RTB, les propos d’un journaliste par rapport aux élections municipales de mai étaient du genre ..." reconstituer les collectivités territoriales..."
    Il est temps que les uns et les autres fassent un effort citoyen de se cultiver un tout petit peu. Les collectivités territoriales n’ont jamais été dissoutes ; mais les conseils de ces collectivités.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars 2016 à 08:33, par collectivités
    En réponse à : Transfert de compétences : Le sport et la formation professionnelle désormais aux collectivités territoriales

    c’est bien de transférer.Mais lorsqu’on ne pense qu’au travail en oubliant les conditions de vie et de travail des agents des collectivités,je doute fort de la réussite d’une telle décentralisation.C’est à dire que la motivation n’est pas au rdv dans les collectivités.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars 2016 à 09:37, par MEDA W.
    En réponse à : Transfert de compétences : Le sport et la formation professionnelle désormais aux collectivités territoriales

    OUI pour le transfert des compétences aux Collectivités Territoriales mais il faudrait des mesures d’accompagnement conséquentes pour soutenir cela.On remarque que dans les communes seuls les SG sont les personnes habilités à s’occuper de toutes les affaires techniques, aucune autre compétence n’est souvent à leur côté . Ce serait judicieux de recruter du personnel d’ appui surtout dans des domaines tel la santé,l’éducation, l’eau et l’assainissement etc.. pour renforcer le Conseil Municipal .Pour cela il est important de vraiment motiver ces agents recrutés et aussi voir comment rémunérer les Maires afin qu’ils soient plus efficaces dans leur travail. Si nous voulons réellement que nos Communes émergent,surtout celles rurales, il faut y mettre les moyens sinon nos villes seront toujours des centres d’attraction pour les jeunes avec tous les corollaires.

    Répondre à ce message

  • Le 30 mars 2016 à 09:55, par Adolphe Tomasino
    En réponse à : Transfert de compétences : Le sport et la formation professionnelle désormais aux collectivités territoriales

    Je crains fort que le gouvernement se mette le doigt dans l’œil dans cette affaire. Avec la mise en oeuvre du PRFP, les centres régionaux de l’ANPE ont changé de visage et ont acquis de nouvelles machines.
    la facture d’électricité de ces nouveaux centres s’élevait à 1 million au moins par mois. A cela s’ajoute la matière d’oeuvre ( ciment, bois, fil électrique, tissus, agrégats, ...) donc je me pose les suivantes :
    - les collectivités ont ils assez de ressources financières pour payer les factures d’électricité et la matière d’oeuvre ?
    - les collectivités disposent-ils de moyens pour résoudre le problème de statut des formateurs ? Jusqu’à ce jour, les formateurs du ministère de la jeunesse, de la formation professionnelle et de l’insertion n’ont pas de statut.
    - l’ANPE se battait pour avoir un personnel et du matériel roulant( avec ce qui va avec) pour suivre les formés du système dual mais jusqu’à ce jour, il ne peuvent pas le faire. Les collectivités pourront ils avoir un budget pour sillonner les entreprises, faire les placements et négocier les stages ? ce ne sont pas des choses qu’on fait assis dans un bureau climatisé mais en allant sur le terrain.

    En faisant ce transfert, l’Etat au niveau central s’enlève des épines aux pieds mais est ce que les moyens vont suivre ? Le centre de formation professionnelle de référence paie plus d’un million pour l’électricité quand les machines sont aux arrêts que dire si le centre fonctionne ?
    Avec le PRFP, les centres ANPE au niveau des régions sauf erreur de ma part ( Dori, Kaya, Fada, Tenkodogo, Manga, Gaoua, Banfora, Dédougou, Ziniaré et Koudougou) viennent de recevoir de nouvelles machines et ont été entièrement rénovés dites moi, les collectivités peuvent ils dégager des dizaines de millions pour la maintenance de ce matériel ?
    Il ne suffit pas de transférer pour transférer mais il faut résoudre les problèmes en cours et affecter le budget et le personnel nécessaire pour le bon fonctionnement.
    Bon bref j’ai cru que le communicateur du PRFP allait réagir mais je constate son silence signe d’impuissance ...

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés