Administration térritoriale : Le personnel dénonce l’inertie des autorités

mardi 29 mars 2016 à 11h55min

Ce mardi 29 mars de 7heures à 15heures, le Syndicat National du Personnel de l’administration Générale et l’Union Nationale des Administrateurs civils du Burkina Faso observe un mot d’ordre de sit- in au niveau de leur minitère de tutelle. Dans la déclaration qui a été lue sur place et dont teneur suit, les manifestants dénoncent l’inertie de leur ministère de tutelle face aux problèmes pressants de leur département. Lisez.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Administration térritoriale : Le personnel dénonce l’inertie des autorités

Notre pays fait face à un effritement de ses capacités institutionnelles dans un contexte de fragilisation continue du tissu social, toute chose nécessitant des mesures urgentes à prendre et pour lesquelles les solutions sont déjà sur la table de Monsieur le Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité Intérieure (MATDSI) en ce qui concerne notamment l’administration du territoire. C’est donc avec stupéfaction qu’il nous a été donné d’entendre que Monsieur le Ministre d’état n’a pas le temps pour gérer les questions relatives à l’administration du territoire. Cela n’est pas seulement une préoccupation pour les agents concernés, mais également un risque pour notre pays de voir la gestion de son territoire relayée aux calendes grecques quand on connait limportance du territoire dans la constitution, la vie et la survie dune nation. De même, alors même que la question de la professionnalisation et de la dépolitisation de l’administration du territoire a été un acquis concédé de fait par le régime déchu après la crise de 2011, nous assistons à une velléité de remise en cause de cet acquis à travers notamment la relecture actuelle du décret n° 2012-804/PRES/PM/MATDS/MEF du 08 octobre 2012 portant modalité de création, d’organisation et de fonctionnement des circonscriptions administrative au Burkina Faso, dans un contexte post-insurrectionnel où l’on croyait certaines pratiques révolues. Cette situation crée un profond malaise et soulève des suspicions légitimes face à lobservation de certains faits et gestes.

En outre, cest avec regret que nous constatons le manque d’intérêt des mêmes autorités pour le mandatement et le reclassement des agents nouvellement sortis de l’ENAM et mis à la disposition du MATDSI depuis le mois doctobre 2015. Nous notons également la négligence et l’inertie observées dans l’adoption des projets de loi et de décrets relatifs au renforcement de l’administration du territoire et du projet de décret relatif aux modalités d’exercice de la fonction de Secrétaire Général de conseil de collectivité. L’adoption desdits textes si elle venait à voir le jour, permettra à n’en point douter, à réhabiliter l’administration du territoire, à renforcer ses capacités d’action en vue d’assurer un meilleur encadrement supérieur de l’État au niveau territorial et un meilleur encadrement stratégique des populations, toute chose qui contribuera efficacement et durablement à la restauration de l’autorité de l’État.

Camarade militantes, militants et sympathisants, c’est fort de ce constat, que le Syndicat National du Personnel de l’administration Générale et l’Union Nationale des Administrateurs civils du Burkina Faso, se disent préoccupés et condamnent l’obstination des autorités à rester sourds aux préoccupations du personnel. Ils en appellent à une prise de conscience générale et à un sursaut patriotique de l’ensemble du personnel pour libérer le Ministère en charge de l’administration du territoire, de l’inertie, afin de renforcer la place de l’administrateur de l’Etat dans l’encadrement supérieur de l’État. Ces deux organes représentatifs du personnel, ont donc invité tous les administrateurs civils, secrétaires administratifs et adjoints administratifs à observer le mot d’ordre de sit-in de ce jour 29 mars 2016 de 7 heures à 15 heures au Ministère de l’administration Territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité Intérieure, sis immeuble du Faso, pour exiger la prise en compte des préoccupations du personnel. Camarades, la lutte sera sans relâche.

Crédit photo Said Kaboré

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés