Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Plus il y a de candidatures pour une élection présidentielle, moins on préservera l’environnement.» Édith Boukeu Journaliste-fact Checker, Cameroun

Village de la bonne humeur et de la réconciliation : C’est parti pour la première édition

Accueil > Actualités > Culture • • vendredi 25 mars 2016 à 00h14min
Village de la bonne humeur et de la réconciliation : C’est parti pour la première édition

La cour du FESPACO abrite depuis ce jeudi 24 mars 2016 et ce jusqu’au 28 mars, la première édition du village de la bonne humeur et de la réconciliation ou « Ouaga-doux-goûts ». C’est au cours d’une cérémonie parrainée par le député Bachir Ismaël Ouédraogo que le top de départ du marché de la bonne humeur a été donné par le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation ; en présence de son collègue de la Santé, et de celui des Mines, de l’énergie et des carrières.

La cour du FESPACO vibre depuis ce jeudi 24 mars 2016 au rythme de la première édition du village de la bonne humeur et de la réconciliation. La cérémonie d’ouverture officielle a été ponctuée de discours, d’animations musicales, de la coupure de ruban et d’une visite des stands. Cette activité s’inscrit dans le cadre de la célébration de la semaine internationale du bonheur à travers Ouaga-doux-goûts, le capital des 3B : Brochettes, Boissons et Bonne humeur.
Dans son mot introductif, le président du comité d’organisation (PCO), Salifou Sanfo a souhaité la bienvenue aux participants et invités. Pour lui, « le village de la bonne humeur et de la réconciliation est un cadre pour qu’ensemble on se moque de nos problèmes et qu’on profite de chaque instant de la vie ». Par la suite, il a mieux situé le contexte de la tenue de cette activité. « Nous avons rêvé depuis la première édition des Ouistitis d’or d’organiser le grand marché de l’humour parce qu’il n’est pas développé au Burkina. Il n’y a pas de production humoristique. Et lorsque les gens veulent souvent les CD, ils ne savent pas où les trouver. Les humoristes eux-mêmes veulent l’argent pour produire leur album, mais ils n’en ont pas », a poursuivi le PCO.

Voilà pourquoi a-t-il expliqué, lui et ses collaborateurs ont lancé l’idée du grand marché de l’humour en faisant un jeu de mot avec Ouagadougou. « Aussi, nous avons essayé de parodier les 3B d’un homme politique que nous connaissons, mais en lui donnant une dimension humoristique : Brochettes, boissons d’ici et d’ailleurs et bonne humeur », a indiqué Salifou Sanfo.
Le souhait des organisateurs est d’accueillir au moins 20.000 visiteurs à Ouaga-doux-goûts. Une occasion également pour eux, de planter les germes de la réconciliation pour que tous les fils et filles du pays participent au développement de la nation. « Si on obtient cet objectif on aurait réussi le pari », foi du PCO.
Quant au Pr Filiga Michel Sawadogo le ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, il s’est réjoui de la tenue de la première édition de Ouaga-doux-goûts. Il a par ailleurs invité la population à adhérer à cette manifestation.

Pour le parrain Dr Bachir Ismaël Ouédraogo, l’organisation de ce grand marché de l’humour à l’issue des attaques qu’a connues le pays n’est pas fortuit. « C’est pour montrer que le peuple burkinabè est fier, debout et que nous allons montrer à tous ceux qui veulent nous faire tomber, nous amener en arrière que le Burkina Faso va toujours avancer. Nous allons avancer par l’humour, la parenté à plaisanterie, le développement, la promotion de notre culture et de nos artisans » a-t-il clamé.
Le village de la bonne humeur et de la réconciliation ce sont des concours du rire le plus original et du tchiiip (tchourrrrr) le plus long, la nuit des chôgôbiteurs, du mensonge (hommage à petit menteur), du bégaiement (hommage à Tambidga) et le clash des parents à plaisanterie. Au nombre des activités, on note également les espaces enfants. Il va sans dire qu’à ce rendez-vous, chacun trouvera à coup sûr son compte. Pour la présente édition, la ville de Kaya est à l’honneur avec notamment ses succulentes brochettes et les fameux koura-koura (Tourteaux d’arachides en langue mooré). Les maroquiniers de ladite localité ont été aussi associés à cet événement pour des expositions-ventes.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Cinéma : Le réalisateur Zacharie Nikiema fait la promotion de l’entrepreneuriat avec son film « Mariage à tout prix »
Culture : « Le cinéma burkinabè était bien parti, mais il risque de retomber », Justin Ouindiga dit GSK, comédien
Café littéraire : La commune de Ouagadougou veut éveiller le goût de la lecture chez les élèves
Journées cinématographiques franco-burkinabè : Des films des deux pays projetés au profit des jeunes
Cinéma africain et de sa diaspora : Girley Charlène Jazama de la Namibie sacrée Sotigui d’or 2020
Culture : Les acteurs du théâtre tiennent leurs grandes assises nationales
Culture et tourisme au Burkina : Tahirou Barry promet 185 milliards de Fcfa aux acteurs
Festival ciné droit Libre : La population de Koudougou sensibilisée pour la tenue d’élections apaisées
Cinéma : Yacouba Napon dit MCZ projette son « élection présidentielle 2025 »
Patrimoine culturel burkinabè : L’université Joseph KI-Zerbo scrute les risques majeurs du secteur
5e édition de Ouaga film lab : Des porteurs de projets en développement décrochent une vingtaine de bourses
Covid-19 : « Son impact va se ressentir sur les droits d’auteur à repartir en 2021 », dixit Wahabou Bara, directeur général du BBDA
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés