Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

vendredi 18 mars 2016 à 00h26min

Ce qui se passe présentement au pays des "Hommes intègres" ne trompe pas les observateurs avertis. L’heure est grave ! Le ver est incontestablement dans le fruit. Entre incivisme plus que galopant et défiance à outrance de l’autorité de l’Etat, on ne peut que se rendre à l’évidence d’une chose : les fondements de notre jeune démocratie sont en danger. Et en pareille situation, seul le respect par tous des principes communautaires auxquels chacun à librement consenti pour vivre dans la société burkinabè doit être de mise.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

Le malaise que vit actuellement la société burkinabè est profond. En effet, il suffit de décrypter certains actes et faits qui parlent d’eux-mêmes pour se rendre à l’évidence. L’heure est grave ! Avez-vous déjà rencontré en circulation des citoyens normaux qui parlent et gesticulent seuls ? Cela est symptomatique de la situation de détresse que vivent beaucoup de Burkinabè. Les problèmes socio-économiques quotidiens assaillent les uns et les autres tandis que la possibilité d’y faire face est nulle pour la plus grande majorité des populations. C’est cette réalité entre autres que beaucoup de rapports ont fait ressortir. Pour ce qui est de la répartition équitable des fruits de la croissance, les uns mangent et les autres regardent. Alors que c’est connu que c’est ainsi que naissent les révolutions. Cette situation va-t-elle changer ? Cette injustice sociale entre autres raisons aura réussi à affaiblir considérablement l’autorité de l’Etat. C’est sans doute conscient de cela que le nouveau Président élu dans son premier discours à la nation avait promis une meilleure redistribution des fruits de la croissance, annoncé les couleurs et sifflé la fin de la récréation au sujet de l’anarchie, de l’incivisme et de la défiance de l’autorité de l’Etat.

Cependant, au vu de ce qui se passe actuellement, on attend toujours de voir au-délà des paroles, des actions fortes de réprise en main de la situation et qui montrent véritablement qu’il y a un capitaine à bord du navire battant pavillon burkinabè. En effet, pour un oui ou pour un non, des groupes se constituent pour défier en permanence l’autorité dans ses prises de décisions. C’était encore récemment le cas avec ces élèves de Diapaga et de Fada N’gourma qui ont manifesté en faisant des saccages au passage pour exiger la libération de présumés élèves-violeurs détenus. Que dire des koglwéogo qui n’ont cessé de poser toutes sortes d’actes condamnables comme à Sapouy avec l’assassinat d’un répris de justice, à Léo avec l’arrestation et l’enlèvement d’un catéchiste qui a refusé de leur verser une amende et à Fada N’gourma pour exiger la libération des leurs, allant jusqu’à menacer ouvertement d’attaquer une gendarmerie. Voilà aussi que pour avoir demandé aux Koglwéogo de libérer sa région, la tête du gouverneur de la région de l’Est, Hyacinthe Yoda est mise à prix et Fada Ngourma devenu un "far-west" par suite de manifestations violentes. Et les jours et mois à venir risquent d’être encore plus chauds avec l’ultimatum donné aux vendeurs d’essence installés aux abords des voies et aux taximen utilisant le gaz butane comme carburant à cesser ces pratiques. Qui connaît le raisonnement et la mentalité de cette catégorie de citoyens burkinabè, sait que la tâche ne sera pas aisée pour le ministre Simon Compaoré en charge de la sécurité intérieure.

Le pays dit des "Hommes intègres" a mal à son intégrité et il ne s’agit plus de faire comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes possibles. Il faut une thérapie de choc pour changer la donne et récadrer les choses. Des valeurs jadis partagées telles la solidarité, le don de soi, la justice et l’honnêteté, l’amour du travail et bien d’autres choses ne sont plus que chimères. Oui,l e pays après avoir vécu son insurrection est à la croisée des chemins. Demain sera-t-il mieux que hier et aujourd’hui ? Les régards sont alors tournés vers le nouveau pouvoir qui n’a pas le droit d’échouer. Car alors, les portes de l’enfer risquent de s’ouvrir grandement pour ce pays comme l’a prédit Laurent Bado. A chacun donc de jouer sa partition pour le développement et la prospérité du Burkina Faso et non ramer à contre courant de l’intérêt général.

Angelin Dabiré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 17 mars 2016 à 19:15, par verité
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    AH la porte de l’enfer est prête a s’ouvrir. ¨Puisque le Burkinabé ne sait pas ce qu’il fait ni ce qui est bien. Nous avons choisi un président, si ce choix est sincère donnons lui le temps de résoudre progressivement les problèmes. si ce choix n’est pas sincère nous devenons intolérants et c’est ce que nous constatons. Cela veut dire que cette 1 ère insurrection n a pas servi, il faut une 2 ème insurrection pour que le peuple du Burkina Faso se réveil réellement pour réaliser son rêve au lieu de dormir pour continuer son rêve. C’est dommage mais nous allons tout droit sur ce forfait. Que DIEU ait pitié des Burkinabè pour nous donner des autorités réellement choisis par le peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2016 à 21:36
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Mon cher , comme dit l’adage :"qui sème le vent, recolte la tempete". Quand un 30 & 31 /10/2014, des gens brulaient des institutions, la TNB, pillait ça et là des biens publics et privés.. etc et on applaudissait , disait que c’était des actes de bravoure, des actes de defense et de consolidation de la democratie...et blabla ; eh bien la suite c’’est ce qu’on vit aujourd’hui.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2016 à 21:46
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Merci M. Dabiré pour ton article.C est un ami qui m a appelé pour me dire de lire ton article car je lui avait dit à peu près la même chose. un tenancier de bar en son temps avait refusé de se plier à une décision de justice qui demandait de fermer,on s était dit que c est parce que c est la transition,mais maintenant nous constatons le même désordre et si ce pouvoir légitime échoue bonjour le chaos. prions pour ce pays qui nous est si cher mais le pouvoir doit prendre aussi ses responsabilités.

    Répondre à ce message

  • Le 17 mars 2016 à 22:12, par ngoonga
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Force reste à la LOI. L’ETAT doit sévir nul n’est au dessus de la LOI.
    si non que les BOOBOS seront ré-coloniser par leurs anciens Maîtres ; point barre.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 04:55, par gangobloh
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Tant que nous ne changerons pas de mentalité, on aura beau changé les dirigeants , nous resterons tels . Notre comportement de frustration sous Blaise devrait disparaître progressivement avec la fuite de Blaise . Mais rien ne pointe à l’horizon cela s’empire avec des Django qui s’érigent en FDS et juges. Si Rock se met à taper tout de suite, on criera dictateur et le chassera comme Blaise, alors qu’il faut sévir sans pitié comme dans une jungle. Face à un peuple qui ne connaît pas de sensibilisation que faut il faire ? Le burkinabé à mal compris la démocratie et la liberté . Blaise nous a rendus ânes pour bien nous dominer . Nous reculons chaque jour que Dieu fait . Quand on est ignorant et ne sait pas qu’on ignorant cela est grave. Chacun croit connaître et se croit libre de tout faire . Il nous faut un lavage de cerveau . Pour l’incivisme au niveau de la circulation ’ il faut des amendes fortes des policiers et des gendarmes intégres et éviter les interventions des grands lors des arrestations : 20 000 francs d’amende pour quelqu’un qui aurait brûlé un feu rouge pour les motos, 40000 pour les mobilistes car ayant suivi un code de route pour l’obtention du permis . Envoyer les militaires mater les groupes d’auto défense qui ne voudraient pas se soumettre. Une rébellion se combat comme boko haram au Nigeria.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 06:47, par mytibketa
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    La situation actuelle" commande une thérapie de choc" oui mais au paravent , il serait bon qu’on sache les pratiques qui avaient cours pendant 27 ans et que l’on attaque le mal à la racine.. Concernant la justice dont on sait que pour fonctionnaire que les juges étaient, pour une formation dépassant à peine la maîtrise , leur rémunération était au dessus de ceux de la fonction publique ordinaire.Cela se comprenait et se justifiait au regard de la mission que le peuple et les 2 autres pouvoirs attendaient d’eux. Malheureusement que de rendez-vous ratés avec des dossiers mal traités voire pendants ou des jugements ambigus qui ont fait que l’on n’attendait plus rien de la justice ;raison donnée l’inféodation de la justice au pouvoir de Blaise Compaoré.Il a décidément bon dos. Avec la transition la justice arrache son indépendance pour nous servir aujourd’hui des revendications corporatistes oubliant l’attente du peuple.Tribunaux désertés pour un oui ou pour un non. Du coup, le peuple commence à se détourner d’eux et cherche d’autres solutions.
    Concernant les assassinats extra judiciaires en dehors du MBDHP de Halidou, le peuple applaudissait en sourdine et le RSP se donnait à coeur joie, et la justice, silence radio.Maintenant que les kogolwégo ont pris la relève, ce sont des arrestations, des grèves de solidarité à n’en plus finir. On arrive à une jonction entre les intérêts bassement matériels et la fonction première de la justice.Ce qui expliquerait que des syndicats avants opposés se retrouvent dans leur inter syndicat..
    Ce qui est certain si la jonction se fait entre sécurité(pour lequel on comprend le manque criard de moyen), la justice et partant les voleurs(qui préfèrent être jugés et libérés que d’être tués) a coup sûr on verra une jonction entre le peuple et ses koglwéogo. On ne peut pas résoudre un problème en ne s’en tenant qu’à la forme c’est bien les juges qui utilisent ce langage.Il faut en venir au fond voire une autocritique par les actes que l’on va poser et puis ensemble on trouvera des solutions.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 07:19, par Lompo Ounteni a fada n gourma secteur 10
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Je demande aux autorités d être fermé dans la situation actuel de fada,que Django et les autres mis aux arrêts soient transféré à Gaoua ,ou Dedougou,je suis natif de fada,je demande le départ pur et simple des kolweogo,des bandits,assassins,voleurs,la fermeté de l état,nous verra vivre en paix,au Faso.je propose si un manifestant est arrête à Ouagadougou,qu il soit transféré à Gorom -Gorom,un de Bobo,à Diapaga,un de Gaoua,à Sebba,un de dori à banfora,un de koudougou,à Tin adof,le pays aura la paix.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 08:32, par Belco
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Les Kolweogo sont l’émanation de la politisation de la chefferie traditionnelle, chaque chef est devenu politiquement fort qu’ils réclament une armée locale. Mais attention on est ou la ? Le BF est une république et non un empire. Voila les raisons en fait. En son temps quand ils (politiciens) le faisaient ils croyaient que c’était contre l’opposition. lui barrer l’accession à l’appareil d’Etat,voila qu’aujourd’hui ca se retourne contre ceux la mêmes qui l’on encouragé. Quand tu te couches pour cracher en l’air, tes crachats ne retourneront que sur ton visage. Le Burkina Faso appartient a tous ses fils , pourquoi vouloir du mal à celui qui n’est pas d’accord avec tes idées ? Ceux la qui nous dirigent aujourd’hui sont en partie responsable de l’intransigeance des Kolweogo. Pratiquement tous les kolweogo sont affiliés à un chef traditionnel et politicien, allez y comprendre. Ceux qui les ont accompagné depuis belle lurette ont bel et bien leur antidote.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 09:00, par verite
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    mes excellences autorites de l’etat,la solution d’un burkina meilleur est clair et simple..la recherche d’egalite des idees ,d’enteprendre une action et de partage egale en afrique et meme aux etats d’amerique est impossible..on a fait croire a chaque citoyen qui pourrait dormir et etre quelqu’un d’important en dormant..voila l’erreur du politique..lla solution est claire :instaurer l’autorite de l’etat par des sanctions tres severes...parlons + des des devoirs de chacun et cessons de voire nos droits et les avantages..celui qui ne veut pas suivre on matte fort..les forces de l’odre sont payer pour cette instauration de l’integrite de l’etat..nul n’est au dessus de la loi..ce ne sont pas des koglweogo au fusils de chasse qui decident a la place de l’etat....celui qui ne voudra pas suivre il verra et il serait regretable...chers autorites du faso,je vous demande d’etre tres severes,et tres mechants ..ainsi on peut gouverner les pays africains

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 09:53, par MITA
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    il faut d’abord se poser la question de savoir pourquoi la population a plus confiance aux koglweogo qu’aux forces de l’ordre. le peuple a soif de justice et il faut faire vite.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 10:40, par Yempoaka
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Très belle analyse ! A méditer

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 11:06, par nadorost
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Il faut que chacun se dise que le "je" ne doit pas se conjuguer au détriment du "nous". "Tous pour un, un pour tous" pour sauvegarder la maison commune. Sinon personne ne s’en sortira gagnant dans un pays ingouvernable...

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 12:22, par Richard
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Le niveau élevé de l’individualisme, fais que les intérêts personnels prime sur le bien commun (entendez le bien de tous). le bon sens est quasi absent ; non du fait de la mauvaise foi seule, mais surtout de du fait de l’ignorance.
    Très peu de gens savent que "personne ne peut avoir un avenir dans un pays qui n’en a pas". Il ne faut pas scier la branche sur laquelle on est soi même assis. Si nous détruisons notre Pays, tout nos effort d’autoréalisation seront réduit à zéro.
    A qui la Faute ?
    Le MANQUE D’EDUCATION y est pour une large part ; et il n’est pas confondre avec le niveau d’instruction ou d’accès à l’instruction (c’est à dire à l’école).
    EDUQUER, C’est montrer la voie à suivre pour le bien de tous d’abord et son propre bien ensuite. C’est montrer à l’individus que sa société est plus importante que lui et non l’inverse. A ce Titre chacun doit travailler à consolider sa société , son quartier, sa ville : son Pays. Chacun devrait savoir et accepter que l’intérêt de la nation Prime en toute chose, en tout temps.
    Les populations que nous avons refuser d’éduquer sont désormais les plus nombreux. C’est leur gouvernance ! ils ont la bonne foi -pour le niveau individuel- mais ne connaisse rien à la vie en société organisé.
    Ils veulent sauver l’individu en tuant la société ; ils ignorent qu’ils précipiteront la mort de plus d’un individu si toute fois ils parvenaient à détruire la société.
    EDUQUER - EDUQUER et encore EDUQUER : cela seule est la solution
    EDUQUER les population chez eux (maison, rue, travail) dans LEUR LANGUE, LEUR CULTURE, à TOUT AGE.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 14:11, par TANGA
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    C’est les sommets qui doivent faire machine arrière.
    Les sommets c’est certains bonzes au pouvoir (Simon et Salif), d’autres Caïd dans l’opposition tel que Zéphirin et pour finir, le dernier dont le nom écorche la bouche et qui veut se faire du pays. Ces gens là ont pompé la jeunesse avec des moyens de tout genre pour la faire sortir afin de pouvoir mettre Blaise en déroute. C’est bien mais ce n’est pas arrivé par ce qu’il fallait expliquer à ce peuple Burkinabè que ce genre mouvement ’’casse’’ s’était pour le cas spécifique du Blaso.
    Blaise parti, les casseurs cherchent toujours une raison pour dire : on est toujours là. c’est comme au moment de l’ODPMT puis CDP, quand la campagne finissait, il y avait trop d’attaques à mains armées. Normal puisque des bandits étaient armés pour intimider des concurrents ; après ils ne remettaient pas les armes.
    Mes très chers de DEVANT-DOUGOU, rappelez vos poulains à l’ordre.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 14:59
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Il faut un LEADERSHIP et non des menaces contre les citoyens. Celui qui se met dans le creux d’un mortier ne merite-t-il pas qu’on le pile ? Proverbe Mossi. Rien n’est perdu cependant. J’ai la solution. Votez-moi !

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 15:44, par OCy
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Merci Mr le journaliste !
    Le pays dit des "Hommes intègre à mal à son intégrité..." Le respect de l’autre se résume à la connaissance. Proférer des insultes à un passant qui a commis quelque chose qui ne plait pas ou à l’autre tout court est une fierté. La morale agonise partout. L’éducation se résume à inculquer à l’enfant le sens du gain peu importe la manière. Oui à l’introduction de l’éducation civique dans les écoles mais il faut que les parents assument leur rôle d’éducation et d’entretien des enfants selon nos mœurs dans la rigueur et cela il faut une implication des leadeurs d’opinion et de tous.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 16:01, par GUABRI
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Je suis KOLWEOGO. Avant de condamner la creation des kolwego .POSONS-NOUS CES QUESTIONS : pourquoi kolweogo est né ? .Nos FDS sont-ils blancs comme neige dans traque des délinquants ?

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 16:03, par GUABRI
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Le peuple n’a plus confiance a nos FDS.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 19:11, par basta
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    je suis koglwéogo. il est tout a fait loisible de s’asseoir dans son bureau ou dans un lieu sécuriser et de dire de mettre fin aux koglwéogo.

    parlant de dérapage, sortez les statistiques de la police et de la gendarmerie combien d’interpeler sont morts dans les geoles de la police et de la gendarmerie ? combien y a t il eu de decès causés par les brigands coupeurs de routes au point que si vous devez aller en mission, il faut prévoir de l’argent de coté pour les coupeurs de route.

    de braves paysans ont tout perdu : bétail, bien matériel...qu’ont fait les FDS sinon que de venir 2 heures de tps après les appels au secours des victimes.

    et les juges et les OPJ qui comptent sur la collaboration des bandits de grds chemins pour terminer qui leur maisons qui envoyer ses rejetons à l’étranger, qui ... les populations ont marres. voilà pourquoi tant d’incivisme et la défiance de l’autorité.

    mettez fin aux koglwéogo dans cette mouture et ils vont se muer sous d’autres formes. tenez vous pour dit, les braves populations ne rentreront dans vos formalismes et attendre que l’on vienne les dépouiller de ce qu’ils ont acquis sur les efforts de toute une vie.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 19:39, par AFGANO
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Dans l’administration publique c’est encore grave .L’indiscipline ,l’insubordination sont au comble .La déontologie administrative qui fait la force de l’administration publique a quasiment disparu dans les comportements et les usages des fonctionnaires .Les directeurs généraux ,directeurs et autres chefs de service se cherchent devant des agents d’exécution arrogants et irrespectueux .Vous refusez quelque chose à un agent hop ,il orchestre un petit mouvement ,et voilà le DG ,le directeur ,le chef de service viré comme un malpropre .Les syndicats aussi exploitent cette faiblesse de l’autorité de l’Etat pour humilier des hauts responsables de l’Etat (ministres ,DG ,chefs de projets etc. ) puisqu’il suffit de demander leur tête pour l’obtenir aussitôt .C’est triste ,très triste ce que nous voyons actuellement dans ce pays Un vraie chienlit .C’est surtout très inquiétant pour l’avenir de ce pays .Et dire que tout cela se passe sous un régime dirigé par le trio ROCK, SALIFOU, et SIMON des hommes que l’on croyait être des vrais hommes d’Etat pétris d’expérience et courageux .Hélas .

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 19:43, par mninda
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Feu le président HOUPHOUET BOIGNY de la Côte d’Ivoire disait que si il avait à choisir entre le désordre et l’injustice ,il préfère l’injustice .A méditer

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 20:47
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Force est et reste à l’autorité. Défier l’Etat c’est violé l’intégrité du pays. Soyons raisonable et laisser l’instance dirigeante coordonnée. Si chacun devient "kolweogo " nous serons dans une loi de la jungle. Nous faisons déjà face au djadisme et s’il faut y intégrer nos propres frères c’est triste.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 21:54, par le panafricain
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    C’est bien
    Roch ,c’est le debut du commencement ; Bagoro et sa bande doit s’expliquer
    ZIDA et sa bande on veut vous ecoutez si non .............................................................................................

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2016 à 22:32, par table(smp$age)=2
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Je pense que le gouvernement devrait prendre des mesures fortes pour retablir son autorité !

    Répondre à ce message

  • Le 21 mars 2016 à 22:04, par L’arroseur arrosé
    En réponse à : Incivisme et défiance de l’autorité de l’Etat : Où allons- nous ?

    Quand on utilise la rue pour accéder au pouvoir, on ne doit pas creuser des trous pour les autres, c’est normal que la population manifeste son mécontentement, si la gestion de la cité ne la plait pas. Débrouillez et gare aux débordements.
    C’EST LA RUE QUI GOUVERNE ET ELLE DOIT DICTER SES PRINCIPES

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés