Rakiré entre Mossé et Sanan : Une journée pour renforcer cette pratique ancestrale

mardi 15 mars 2016 à 00h27min

Conduits par le chef de canton de Djoroum, les Sanan (les Samos comme on les appelle couramment), se sont rendus au palais du Mogho Naaba Baongho le samedi 12 mars 2016. Pendant 24 heures, ils se sont mesurés à leurs « maîtres » Mossé, par des concours d’art culinaire, de lutte traditionnelle, un match de football féminin et un autre masculin, et une exposition vente de produits artisanaux Sanan et Mossé. Initiées par l’association « SitoiLawaa » (confie-toi à Dieu), ces différentes activités se sont déroulées sous le registre de la légendaire parenté à plaisanterie entre les deux ethnies.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Rakiré entre Mossé  et Sanan : Une journée pour renforcer cette pratique ancestrale

Comme il fallait s’y attendre, la parenté à plaisanterie ou le « rakiré  » en mooré, était au rendez-vous de cette journée « 24 heures du rakiré » (Sanan et mossé). Et c’est par un match de levée de rideau, où les filles et femmes Mossé se sont imposées par 2 buts à zéro face aux filles et femmes Sanan, que la journée a débuté. Apres cet avant-goût, le terrain a été cédé aux hommes, pour la confrontation proprement dite. Et c’était sans compter sur les hommes Sanan, qui ont tenu à prendre leur revanche. Le grand match s’est soldé par un score d’un but à zéro en faveur des Sanan.

Le président d’honneur, le Mogho-naaba présent à la cérémonie, a salué l’initiative d’une telle activité, et se dit toujours disposé à accompagner de telles initiatives. A cet effet, après avoir offert l’eau de bienvenue à son hôte, le chef de canton de Djoroum, le roi des Mossé a déclaré la journée ouverte, en demandant à ses concitoyens de faire preuve de vigilance. « Sa majesté demande à ses concitoyens de faire attention à leurs poches. Soyez vigilants et très vigilants, parce ce que vous avez des voisins et des voisines, on ne peut plus, aux mains baladeuses. Faites très attention », a averti un communiqué lu par le Poé Naaba.

Pour Vincent Sédogo, directeur du patrimoine culturel et représentant du ministre en charge de la culture, cette rencontre magnifie la parenté à plaisanterie entre Mossé et Sanan. Il s’agit d’un savoir culturel, un garde-fou inventé par nos ancêtres pour préserver la paix et favoriser la cohésion pacifique entre les communautés. « Dans un contexte multiculturel où cohabitaient autrefois, plus d’une soixantaine de communautés qui se distinguent les unes des autres par la langue, les us et les coutumes, les groupes sociaux ont été amenés à défendre leurs intérêts seuls ou en association. Ces grands moments de l’histoire nationale forment des circonstances heureuses et malheureuses du passé, qui ont été fixées dans le temps à travers des rites mais aussi des cérémonies commémoratives, dont la plus connue est la parenté à plaisanterie » a-t-il expliqué.

La présidente de l’association Konané /Paré Suzanne, se dit satisfaite de la présente édition. Et si la première édition en 2010 n’a pas été un succès, elle avoue que le niveau a été revu à la hausse. En outre, elle invite les associations sœurs à s’engager afin que le « rakiré  » soit bien vu au Burkina.

Dr Cyriaque Paré, co-parrain de l’événement et fondateur du journal en ligne, Lefaso.net, s’inscrit d’ailleurs dans cette dynamique. « C’est un grand plaisir de contribuer à la fluidité des relations sociales des Burkinabè, entre Mossé et Sanan » a-t-il signifié. A cet effet, il apprécie cette forme de communication qui vise à résoudre les tensions sociales et pérenniser les différentes relations. Aussi a-t-il tenu à lancer cet appel aux Mossé : « Je lance un appel à l’endroit des Mossé de toujours respecter leurs maîtres, de les écouter et de se conformer à ce qu’ils disent. Que chacun reste à sa place comme on le dit » a-t-il plaisanté.

Alexis Konkobo, également co-parrain de l’événement et président de l’Association des journalistes sportifs du Burkina (AJSB), magnifie cette pratique ancestrale et se dit heureux d’accueillir ses esclaves. « On n’a pas besoin de vous le dire. Les Sanan sont venus répondre à l’appel de leurs maîtres. C’est une réalité qu’on ne peut pas déboussoler et c’est une fierté pour nous, de recevoir nos esclaves à Ouagadougou ».

De retour du terrain de football, le Mogho Naaba a vu l’entrée de sa résidence bloquée par des femmes Sanan. Il a dû débourser la somme de 20 000 francs CFA pour y avoir accès.
La prochaine édition des 24 heures du Rakiré est prévue pour 2017.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 14 mars 2016 à 10:31, par GANZOURGOU BIGA
    En réponse à : Rakiré entre Mossé et Sanan : Une journée pour renforcer cette pratique ancestrale

    MERCI MON EMPEREUR LE MOGHO NAABA. LES SANAN SONT DES ESCROCS. ILS SONT BON POUR ÊTRE DES VIGILES DEVANT LE PALAIS. LA SAGESSE NE DIT-ELLE PAS QUE POUR ÉCHAPPER AUX VOLS, IL FAUT CONFIER TES BIENS A UN VOLEUR.

    VIVE LES MOSSE

    Répondre à ce message

  • Le 14 mars 2016 à 11:35, par SOME
    En réponse à : Rakiré entre Mossé et Sanan : Une journée pour renforcer cette pratique ancestrale

    Voila une bonne pratique et une bonne comprehension d’une certaine pratique traditionnelle ; voila un role du chef traditionnel. Contrairement a toute cette instrumentalisation en politique politicienne des traditionnelles qu’on avait faite des chefs traditionnels et de surtout de la relation a plaisanterie. ceci n’a rien a voir les allegeances de responsables politiques au moro naba comme on l’a vu ces derniers temps et qui sont a condamner sanas la moindre hesitation.
    une telle initiative est a saluer et a encourager.
    Au passage, c’est une belle lecon a mes esclaves qui devront eux aussi se manifester au plus vite avant que...
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 14 mars 2016 à 12:17, par ka
    En réponse à : Rakiré entre Mossé et Sanan : Une journée pour renforcer cette pratique ancestrale

    Oui le Rakiré est le pardon et de la solidarité ethnique, celui des mossi et les samos complète ceux des mossis entre mossis, des Gourounsis et des mossi, sans oublié des belles filles et des garçons d’un village qui se marie entre une d’elles. Le Rakari est une sorte de sortir tous ce qu’on a dans le cœur sans le savoir. La rakiré était depuis les nuits de temps, des rencontres de contes et des rires sans fin. Le rakari de nos ancêtres, c’est de dire la vérité a son ennemi et son prochain sans rancune ni haine. Merci au Mogho Naaba et les samos de nous les rappelés, et je demande à la nouvelle génération, ‘’qu’entre Samo et Mossi, la haine et la rancune, se transforme en un pot de miel.’’’

    Répondre à ce message

  • Le 14 mars 2016 à 12:42, par wara
    En réponse à : Rakiré entre Mossé et Sanan : Une journée pour renforcer cette pratique ancestrale

    Bonjour mon esclave SOME c’est BANFORA la capitale de tes CHEFS.

    Répondre à ce message

  • Le 14 mars 2016 à 14:13, par L’Afro-optimiste
    En réponse à : Rakiré entre Mossé et Sanan : Une journée pour renforcer cette pratique ancestrale

    Très belle initiative,vraiment chapeau bas.

    Donc les chameaux ;pardon !les Samos n’ont pas dérogé à leur nature c’est à dire le vol.Après que les hommes ont eu à voler le zoom-koom de leurs épouses pour boire,c’est au tour des femmes samos de vouloir piller sa majesté.Mais je comprend,c’est pour pouvoir acheter du mil et préparer à nouveau du zoom-komm.Alors gare à vous hein !NGAW !

    Bah !comme les Chameaux,pardon les Samos sont nos esclaves sa majesté prépare une surprise pour vous l’année prochaine.
    Je vais être indiscret,je vous souffle à l’oreille mais dites pas à personne dèèèh.Sa majesté va faire appel au Kogl-weeogo pour traquer les voleurs Chameaux,pardon Samos(rires hahahahaha).haya !ne dites pas que c’est moi hein.

    VIVE LE BURKINA FASO UNIS
    VIVE LE RAKIRE A JAMAIS
    LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars 2016 à 01:13
    En réponse à : Rakiré entre Mossé et Sanan : Une journée pour renforcer cette pratique ancestrale

    Le Francais est vantard, l’Arabe est fourbe, le Samo est escro (voleur de zoom boom), le mossi est travailleur. Belle initiative. Vive le Burkina paisible

    Répondre à ce message

  • Le 15 mars 2016 à 07:45, par victoria
    En réponse à : Rakiré entre Mossé et Sanan : Une journée pour renforcer cette pratique ancestrale

    Tres belle initiative...vivement que ce meme esprit prevaut entre bwabas et peulhs de Passakongo pour que la hache de guerre soit definitivement enterree..DIEU TOUT PUISSANT Protege notre beau pays...vive le rakire

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés