Zéphirin Diabré à propos des Koglwéogo : « Si des citoyens ont été obligés de se constituer en groupes d’auto-défense, c’est parce qu’il y a eu la défaillance de l’Etat »

dimanche 13 mars 2016 à 13h13min

A l’occasion de la conférence de presse marquant la rentrée politique du Chef de file de l’opposition, le 10 mars dernier, Zéphirin Diabré a donné sa position sur les groupes d’auto défense.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Zéphirin Diabré à propos des Koglwéogo : « Si des citoyens ont été obligés  de se constituer en groupes d’auto-défense, c’est parce qu’il y a eu la défaillance de l’Etat »

Le 23 février 2016, Zéphirin Diabré le président de l’Union pour le progrès et le changement rendait visite aux koglwéogo de Sapouy. Il y avait eu un entretien avec les groupes d’auto-défense de la Sissili et de bien d’autres localités, « dans une perspective d’informations ». « Ils ont fait un exposé, très brillant, très riche, qui m’a permis de comprendre les tenants et les aboutissants de cette affaire », a noté Zéphirin Diabré.

Pour lui, c’est une question importante de la vie de la nation, parce que depuis quelques années, la question de la sécurité des personnes et des biens est devenue un grand souci. Et c’est tout naturellement que la question des koglwéogo s’est invitée au cœur du débat depuis un certain temps. « Quand on regarde ça de là où nous sommes, on se dit que si des citoyens ont été obligés de se constituer en groupe d’auto-défense ou en Initiatives locales de sécurité , c’est parce qu’il y a eu la défaillance de l’Etat. C’est parce que l’Etat a failli dans sa mission régalienne de protéger les citoyens et leur biens », a tranché le chef de file de l’opposition.

Et lors de sa rencontre avec les groupes d’auto-défense, ces derniers auraient ajouté qu’avant, quand les populations mettaient la main sur des voleurs et les envoyaient dans le circuit de la justice, ils étaient libérés « pour des raisons qu’ils ignorent » quelques temps après et revenaient les narguer.

Les lois et règlements de la république doivent être respectés en attendant

Le chef de file de l’opposition s’empresse de rappeler toutefois que nous sommes avant tout dans une république, régie par des lois et des règlements. Par conséquent, c’est du rôle de l’Etat d’assurer la sécurité des biens et des personnes.

« Il faut donc trouver la voie, et la formule pour que ce qui peut être vu comme une initiative citoyenne n’aille pas en contravention des lois et règlements de la république, mieux s’insère dans la loi établie par la république », a précisé Zéphirin Diabré avant de rappeler de lors de son entretien avec les koglwéogo, ces derniers ont réaffirmé la nécessité que l’Etat prenne ses responsabilités en s’attaquant frontalement à la question de l’insécurité. « Ils disent que si l’Etat faisait son travail, ils n’allaient pas laisser leurs travaux champêtres pour s’occuper de sécurité ».

Mais en attendant d’en arriver là, le chef de file de l’opposition préconise « un encadrement approprié » pour que les défaillances et les bavures ne soient plus enregistrées dans les actions des groupes d’auto-défense. Et progressivement quand l’Etat va reprendre la main et sera à même d’assurer la sécurité des biens et des personnes, les koglwéogo disparaitront naturellement…

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés