Gouvernance locale : Le NDI lance un programme destiné aux femmes et aux jeunes

samedi 12 mars 2016 à 15h45min

« Soutenir les femmes et les jeunes des partis politiques pour contribuer à des processus politiques plus inclusifs et réactifs ». Tel est l’intitulé du programme du National democratic institute (NDI) visant à renforcer la capacité des femmes et des jeunes dans la dynamique de contribution à des processus démocratiques plus inclusifs et réactifs au Burkina. Soutenu financièrement par la Coopération Suisse, ledit programme a été lancé ce vendredi, 11 mars 2016 à Ouagadougou.

Gouvernance locale : Le NDI lance un programme destiné aux femmes et aux jeunes

De façon spécifique, le NDI cherche, à travers ce programme, à renforcer la capacité des femmes candidates et des jeunes candidats pour les élections locales, à accroître la participation des femmes et des jeunes dans la vie politique, notamment par les activités du parti et la prise de décisions et, enfin, à renforcer la capacité des femmes et jeunes conseillers nouvellement élus à répondre efficacement aux intérêts et aux besoins des citoyens au sein de leurs communautés.

La mise en œuvre du programme se fera de façon progressive et participative en travaillant avec les partis politiques, les élus, la société civile et les citoyens.

Pour cela, des sessions de formation des formateurs des partis politiques, des femmes et des jeunes candidats aux élections locales du 22 mai 2016, la conception de manuels de campagne et de leadership pour les femmes et les jeunes candidats auxdites élections, le renforcement des compétences des conseillères et jeunes conseillers sont, entre autres activités prévues dans ce programme.

« Au-delà des considérations politiques et macroéconomiques au niveau national, la décentralisation des politiques publiques pour assurer un développement de proximité qui facilite l’accès des populations aux services sociaux de base passe indéniablement par les municipalités », a dit la directrice-résidente du NDI au Burkina, Aminata Kassé. Elle se dit convaincue également que si les femmes et les jeunes assument des rôles plus efficaces et éminents au sein de leur parti respectif, notamment en tant que candidats aux prochaines élections locales, les partis deviendront plus inclusifs et sensibles à tous les segments de la société, y compris les groupes marginalisés.

Le programme vise donc à renforcer les structures de femmes et de jeunes des partis politiques, par l’accroissement de leur participation dans la vie politique nationale, et à accompagner les nouveaux élus à l’issue de l’élection dans leur rôle et responsabilité afin de répondre plus efficacement aux préoccupations des populations.

Une initiative saluée par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) à travers sa vice-présidente, Véronique Kando, pour qui, la réussite d’une élection étant subordonnéeaux comportements des acteurs sur le terrain, l’intérêt de ce programme pour son institution est important.

Pour le chef du Bureau de la coopération suisse, Jean-Bernard Dubois, la contribution de son pays à cette initiative du NDI s’inscrit dans l’objectif général de son programme de consolidation de la démocratie au Burkina avec des représentants élus légitimement et comportant au moins 30% de femmes.

« Face aux enjeux de gouvernance de plus en plus complexes et aux attentes, à juste titre, élevées, des populations, la participation et l’inclusion des citoyens restent un formidable moyen pour une bonne gouvernance au niveau local. Nous sommes persuadés que notre soutien à travers le NDI va constituer un levier indispensable pour accroître et diversifier la participation, l’inclusion et les opinions dans la conception et la mise en œuvre des actions de développement au profit de toutes les couches sociales au niveau local », a indiquéJean-Bernard Dubois.

Il a rassuré, en outre, que son pays ne ménagera aucun effort pour poursuivre le soutien au processus démocratique et au processus de décentralisation locale pour la stabilité au Burkina.

Ce programme qui couvre la période 2015-2018 bénéficie du soutien financier de la Coopération Suisse à hauteur de 930 millions de FCFA.

Pour mémoire, la Coopération Suisse intervient au Burkina dans quatre domaines prioritaires. Il s’agit de l’éducation de base et de la formation professionnelle ; du développement rural et sécurité alimentaire ; la gestion macroéconomique et la réforme de l’Etat, décentralisation, administration locale et participation citoyenne.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés