Occupation anarchique de l’espace public à Ouahigouya : La Délégation Spéciale Communale brandit le bâton

lundi 7 mars 2016 à 00h34min

L’autorité communale a décidé de passer à l’acte après des mois de sensibilisation sur les installations anarchiques aux abords des rues de la cité de Naaba Kango. Depuis quelques jours, les services compétents de la mairie procèdent à des déguerpissements de boutiques et Kiosques en application d’une délibération du conseil municipal. Thomas Bambara, le Préfet Président de la Délégation Spéciale (PDS) de Ouahigouya nous donne d’amples informations en évoquant au passage les difficultés rencontrées et les actions que le bureau du conseil municipal compte mener dans un futur proche afin d’assainir le milieu.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Occupation anarchique de l’espace public à Ouahigouya : La Délégation Spéciale Communale brandit le bâton

Le constat qui saute à l’œil dans la ville de Ouahigouya est la prolifération des préfabriqués sous forme de kiosques, des constructions de maisonnettes en matériaux définitifs, des hangars de fortune aux abords des rues. Le moins que l’on puisse dire, à entendre les autorités en charge de la gestion de la cité, est que le phénomène à pris une ampleur démesurée au cours de la période transitoire que notre pays a connue. Pour Thomas Bambara, le Préfet Président de la Délégation Spéciale de Ouahigouya, les populations ont profité de la situation politique et du fait que la commune n’avait aucun texte clair en matière d’occupation du domaine public, pour s’installer en désordre afin d’exercer des activités commerciales. Voyant venir le danger et les conséquences de l’occupation anarchique, des sensibilisations ont été faites à l’endroit des usagers de l’espace public en guise de prévention.

Pour le respect de l’autorité communale

Le préfet PDS a indiqué que malgré les sensibilisations, les interpellations verbales, l’usage anarchique du domaine public s’est exacerbé, c’est pourquoi à la dernière session de la délégation spéciale communale du 3 décembre 2015, une délibération a été prise, règlementant désormais l’occupation du domaine public communal. Thomas Bambara soutiendra sans ambages en ses termes pour justifier l’usage du « fouet  » : « L’action de déguerpissement que nous avons entreprise n’est qu’une application des dispositions de la délibération qui a été votée en conseil ». En effet, l’article 2 de la délibération en question stipule que l’occupation ou l’exploitation du domaine public est soumise à une autorisation préalable, et est accordée par le maire ou le PDS après étude du dossier par la commission chargée de la gestion du domaine public. Quant à l’article 4 du même texte, il est clairement indiqué que la commission pourra procéder, sur ordre, à l’enlèvement de tout édifice qui au vu de son emplacement serait de nature à troubler le trafic sur la voie publique en bordure de laquelle la bâtisse est installée. Conformément à ces dispositions, environ cinquante personnes ont été déguerpies pour l’instant sur l’avenue de Banfora, aux alentours du marché du secteur 10, aux abords Ouest de la mairie.

Des suites seront données aux demandes en instance

C’est une opération qui se poursuit non pas sans difficulté. En effet, l’autorité communale n’a pas manqué de souligner avec regret le refus de certaines personnes de quitter les lieux, mais comme force doit rester à la loi, les plus récalcitrants ont fini par se ressaisir. Une difficulté non moins importante rencontrée est que certains agents de la mairie ont frauduleusement accordé des autorisations expresses à des proches qui ont occupé des espaces, sans compter aussi les nombreuses demandes en attente de traitement déposées avant la mise en place de la délégation spéciale. A ce propos, M. Bambara confirmera que les anciennes et récentes demandes seront très rapidement traitées au cas par cas et auront des réponses idoines. Toutefois, il précisera que la Société Nationale d’Electricité a été invitée par correspondance officielle, à ne fournir l’électricité qu’aux personnes détentrices d’autorisations d’occupation de l’espace public, en conformité avec les textes en vigueur.

Le conseil municipal par la voix du PDS dit rester dans cette dynamique de nettoyage des installations anarchiques, et s’attaquera bientôt à la rue longeant le Lycée Yam-Waya, la RN2 route de Ouagadougou, l’avenue de Mopti et celle du secteur 13 à proximité de la CAMEG etc. Dans l’esprit d’éviter aux uns et aux autres tout désagrément, M. Bambara a invité les populations à s’informer et à respecter les normes et prescriptions techniques pour l’implantation de tout abri, kiosque, atelier et pour toute forme d’exploitation sur le domaine public. « Nous avons instruit la commission chargée de la gestion du domaine public de nous faire dans les meilleurs délais, le point sur toutes les réserves administratives, ce qui nous permettra de déguerpir très bientôt, si le temps nous le permet, tous ceux qui sont installés anarchiquement en toute impunité dans le domaine communal », a sereinement annoncé Thomas Bambara, Préfet président de la délégation spéciale de la commune de Ouahigouya. Pour l’instant, si cette action est décriée par certains, plus d’un reconnaissent que c’est une œuvre utile que les prochaines autorités communales qui seront issues des élections communales à venir devraient maintenir, afin que Ouahigouya puisse répondre aux normes d’une ville qui veut tendre vers la modernité. Attendons de voir.

Yann NIKIEMA
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 7 mars 2016 à 02:43, par Amadoum
    En réponse à : Occupation anarchique de l’espace public à Ouahigouya : La Délégation Spéciale Communale brandit le bâton : NE BRANDISSEZ PAS SEULEMENT LE BATON, UTILISEZ LE !

    De telles mesures peuvent etre efficaces et durables si, et seulement si, les normes et prerscriptions techniques sont objectives et s’appliquent a tout le monde de la meme maniere et sans exception. Et ces agents de la mairie qui ont offert des autorisations frauduleuses doivent etre sanctionnes afin d’envoyer un message fort a tout agent qui serait tente d’user de la fraude dans ses fonctions.

    Sur toute l’etendue du territoire, l’ouverture anarchique de ces kiosques et boutiques est en train de prendre de l’envergure. Que mes compatriotes comprennent que tout espace ne doit pas etre utilise a des fins commerciales.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2016 à 06:41, par Abu Imrane
    En réponse à : Occupation anarchique de l’espace public à Ouahigouya : La Délégation Spéciale Communale brandit le bâton

    Félicitation et mille félicitation au préfet PDS de Ouahigouya et au conseil communal de la ville. Si la population du Yatenga ne change pas de mentalité, ils seront toujours à la traine derrière les petites villes du pays.Soutenez votre mairie et préfet

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2016 à 08:04, par le citoyen
    En réponse à : Occupation anarchique de l’espace public à Ouahigouya : La Délégation Spéciale Communale brandit le bâton

    Du courage MR le PDS. Ce ne sera pas facile mais la main de Dieu vous guidera

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2016 à 08:43, par teeltaaba
    En réponse à : Occupation anarchique de l’espace public à Ouahigouya : La Délégation Spéciale Communale brandit le bâton

    Bravo à la Délégation Spéciale de Ouahigouya qui a fait un bon travail.
    Cette situation se passe dans tout le Burkina et surtout à Bobo que je connais très bien. Partout partout des boutiques, des véhicules France au revoir, et même les fossés des voies sont occupés.
    C’est vraiment de l’anarchie qui ne profite ni à la mairie ni à la population de la commune mais uniquement aux propriétaires de ces boutiques anarchiques.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2016 à 10:31
    En réponse à : Occupation anarchique de l’espace public à Ouahigouya : La Délégation Spéciale Communale brandit le bâton

    La délégation spéciale de Ouagadougou attend quoi pour déguerpir certains commerçants dont les hangars et maisonnettes perturbent la visibilité surtout au niveau de certains croisements. Ce ne serait pas de trop de demander qu’une distance soit respectée entre la première installation marchande et le croisement de deux rues pour accroitre la visibilité des usagers de la route. A certains croisements il faut soit forcer le passage, soit à s’engager et vraiment éviter qu’un autre usager venant sur la gauche ne vous rentre dedans.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2016 à 11:16, par L’Oeil du peuple
    En réponse à : Occupation anarchique de l’espace public à Ouahigouya : La Délégation Spéciale Communale brandit le bâton

    Bravo à la délégation spéciale de Ouahigouya. C’est comme cela qu’il faut travailler dans nos villes. Il faut qu’il ait une visibilité dans la circulation. On n’est pas contre les boutiques de rues mais il faut chacun respecte les limites de sa parcelle pour faire sa boutique. Les boutiques ne doivent pas être installées sur les trottoirs qui obstruent les rues et empêchent du même coup la circulation. Les boutiques ne doivent pas aller au-delà des limites des parcelles d’habitation, qui du reste sont des lieux qui ne sont pas destinés au commerce. Les marchés sont faits pour les lieux d’échanges, de rencontre entre l’offre et la demande. Il faut la rigueur dans nos villes pour qu’elles soient propres et agréables à vivre.
    Après la guerre contre l’installation anarchiques des commerçants, il s’attaquer à l’installation anarchique des mécaniciens dont les pavés des véhicules jonchent çà et là des espaces, les rues, les abords des voies et qui constituent des nids de serpents ,des moustiques ; Il faut que les mécaniciens soient installés dans des endroits clos, mais pas aux abords des rues. C’est trop vilain à voir car ils salissent les villes. Encore bravo à la délégation spéciale. Que d’autres villes suivent votre exemple pour lutter contre l’incivisme.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2016 à 11:48, par MEDA W.
    En réponse à : Occupation anarchique de l’espace public à Ouahigouya : La Délégation Spéciale Communale brandit le bâton

    Bravo au PDS de Ouahigouya qui ouvre un chantier au futur Maire de la ville. Ce phénomène d’ occupation anarchique de l’espace public est une gangrène qu’ il faut extirper pour permettre une urbanisation durable de nos villes. Dans les actions des Municipalités cette action doit être inscrite dans les Plans Communaux de Dévéloppement (PCD) afin d’assainir et de sécuriser les villes . La stratégie utilisée est fort louable : sensibiliser d’abord les populations à travers tous les canaux d’information(radio,TV,crieur public etc) pendant au moins trois mois avant de sévir. C’est dur mais il faut de l’ordre sinon nos cités risquent de ressembler à des dépôts d’ordures et çà sera de véritables capharnaums.Ensemble bâtissons nos cités.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2016 à 12:14, par Siddik
    En réponse à : Occupation anarchique de l’espace public à Ouahigouya : La Délégation Spéciale Communale brandit le bâton

    Bravo à vous. J’espere que ceux de Bobo vont aussi prendre des decisions si courageuses par rapport aux boutiques autour du centre muraz. La rue ne doit pas etre occupée pour des activités comerciales

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2016 à 12:59, par MEDA W.
    En réponse à : Occupation anarchique de l’espace public à Ouahigouya : La Délégation Spéciale Communale brandit le bâton

    Nous attendons une action forte dans la ville de BOBO car en tant que capitale économique elle ne rime en rien à cela. Les avenues et rues sont en compétition avec des hangars , de vieux camions entreposés, des pneus empilés vraiment ,les autorités municipales doivent engager le dialogue avec les différentes parties prenantes à travers des sensibilisations pour que les prochains maires puissent continuer le travail en toute sérénité. Surtout les installations aux abords des services publics, des instituts de recherches ,cela doit être inscrit comme priorité.Dans un contexte d’insécurité on ne doit pas se résigner à prévenir des incendies,des vols ;des maladies etc en menant des actions fortes pour l’intérêt général.La gestion de la cité requiert l ’application de règles qui forcement ne plairaient pas à tous surtout aux disciples de Bakounine.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2016 à 13:05, par le fou
    En réponse à : Occupation anarchique de l’espace public à Ouahigouya : La Délégation Spéciale Communale brandit le bâton

    Bravo à vous. Dommage qu’à Dori c’est le contraire total. Le défunt maire avait fait un travail merveillé dans ce sens aux abords des axes principaux de la ville. Aujourd’hui c’est du n’importe quoi à Dori pour quelqu’un qui connait cette ville.

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2016 à 14:09, par ISMO
    En réponse à : Occupation anarchique de l’espace public à Ouahigouya : La Délégation Spéciale Communale brandit le bâton

    Monsieur le PDS, et on passe sous silence ceux qui ont donné de facon frauduleuse des autorisations d’occupation à leurs proches ? On doit purement et simplement les annuler, et passer ces agents au conseil de discipline avec les sanctions qu’il faut.

    SI on ne les sanctionne pas, qu’on laisse ceux qui n’ont pas de proches à la mairie pour les aider s’installer pour trouver de quoi nourrir leurs familles !!!

    Répondre à ce message

  • Le 9 mars 2016 à 11:53, par horizon
    En réponse à : Occupation anarchique de l’espace public à Ouahigouya : La Délégation Spéciale Communale brandit le bâton

    Toutes mes félicitations à cette équipe. Vous avez le sens du service public. Tous mes encouragements. Cet exemple devrait inspirer plus d’un conseil principalement celui de Bobo. Quand vous observez devant le siège de la SNC c’est ’impensable ce qui s’ y passe. Des ventes de camions et voitures qui détruisent les plaques, les enseignes et les dalles. Le pire, c’est le silence complice des responsables des llieux qui montrent à l’approche de chaque édition de la CNC que ces occupants envaillisseurs peuvent être évacué. Aux abords du marché règne une anarchie qui ne dit pas son nom. Des commerces qui occupent la route et pire des voitures garées en plein milieu de la voix publique . Trop c’est trop. Et quelle circulation ? On brûle les feux sans gêne. Vivement que les choses changent. Il y a même des gens qui occupent provisoirement les abords des routes et dont le départ pose problème. Comme pour dire que cette autorisation est supérieure à votre PHU. Impossible de les déloger. Les exemples sont nombreux. Le cas du secteur 22 avec les religieuses est illustratif.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés