Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Séparation des pouvoirs : De la Constitution aux hommes vertueux

Accueil > Actualités > Politique • • samedi 27 février 2016 à 00h22min
Séparation des pouvoirs : De la Constitution aux hommes vertueux

Le ministère de la Communication et des relations avec le Parlement a organisé dans la soirée de ce 26 février 2016 aux archives nationales, une conférence publique sur le thème de "la séparation des pouvoirs aujourd’hui : théories et pratiques". Cette conférence animée par le juriste Seydou Coulibaly et modérée par Me Guy Hervé Kam entre dans le cadre des activités de la rentrée parlementaire du ministère que dirige Rémis Dandjinou.

« Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution », stipulait la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 en son Article 16. Près d’un demi-siècle avant cela, le philosophe français Montesquieu avait pensé cette fameuse théorie de la séparation des pouvoirs visant à limiter l’arbitraire et empêcher les abus du pouvoir du roi. Trois siècles plus tard, la question des trois pouvoirs que sont l’exécutif, le législatif et le judiciaire se pose dans les régimes dits démocratiques. De la théorie à la pratique, il existe bien un fossé quelques fois. Et ce sujet d’actualité dans un Burkina post insurrectionnel est au centre d’une conférence publique organisée par le ministère de la Communication et des Relations avec le Parlement et animée par le juriste Seydou Coulibaly. L’exposé a été suivi par des communicateurs, des hommes de Droit mais aussi d’élus de la Nation.

Les pays d’Afrique francophone ont imité la Constitution de la République française de 1958, loi fondamentale élaborée par le général de Gaulle. De ce fait leurs constitutions confiaient la plupart des pouvoirs aux Chefs d’Etat, faisant d’eux des "monarques républicains" ou "les clés de voute" de l’édifice institutionnel. "Il y a une suprématie de l’Exécutif sur le pouvoir législatif. Mais même si les tenants du pouvoir exécutif voulaient faire autrement, ils seraient en porte-à-faux avec la Constitution puisque c’est la Constitution qui leur permet d’agir de la sorte", fait remarquer le conférencier. Pour lui, la Constitution doit être conçue comme "un instrument de limitation de pouvoirs et non pas seulement un instrument d’aménagement des pouvoirs".

Toutefois, Seydou Coulibaly note qu’avec la révision de la Constitution en novembre 2015, des pouvoirs ont été érodés en défaveur du président du Faso. Celui-ci ne peut plus assurer la présidence du Conseil supérieur de la magistrature. "C’est une avancée significative vers une indépendance du pouvoir judiciaire" ; a t-il souligné. Aussi depuis 2012, il n’appartient plus au Chef de l’Etat de désigner le premier ministre. L’article 63 portant sur les fonctions du premier ministre ayant été modifié, l’Assemblée nationale peut désormais, à l’issue d’un vote, valider ou invalider la nomination du chef du gouvernement après que celui-ci a délivré sa déclaration de politique générale.

Qu’à cela ne tienne, le conférencier estime qu’il faut travailler à améliorer la Constitution, amélioration qui déteindra sur la situation de la séparation des pouvoirs. Et quel que soit le régime, il estime que le Burkina Faso a besoin d’hommes vertueux.

En rappel, cette activité est soutenue par l’ONG suédoise DIAKONIA et Think Tank Burkina international.

Herman Frédéric BASSOLE
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 27 février 2016 à 20:00, par Sampawindé En réponse à : Séparation des pouvoirs : De la Constitution aux hommes vertueux

    « Toute société dans laquelle la garantie des droits n’est pas assurée ni la séparation des pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution » : voilà qui est clair et qui énonce clairement que si le ministre et le député sont respectés, le magistrat doit l’être autant.
    Apprenons simplement à nous respecter dans ce pays et tout ira mieux !!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Des jeunes outillés sur l’analyse des politiques publiques et la stratégie de plaidoyer
Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"
Appel de citoyens à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo : « Une vieille stratégie politique démodée », selon Adama Yasser Ouédraogo du CDP
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés