Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

samedi 27 février 2016 à 00h24min

Une marche pour mieux se faire entendre. C’est finalement l’option faite par les populations des 17 villages affectées par les travaux de construction du barrage de Samandeni lancés depuis 2008. Après plusieurs réunions et rencontres avec des autorités, ils ont marché ce jeudi 25 février dans les artères de la ville de Bobo-Dioulasso pour exprimer leur opposition à la mise en eau du barrage en juin prochain. Une aubaine pour Abdramane Ouattara et ses camarades de prendre l’opinion publique à témoin, mais aussi pour remettre un message aux responsables de la région des Hauts-Bassins.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

Véritable pôle de croissance pour le « bonheur  » des populations, le barrage de Samendeni semble, pour l’heure, faire plutôt des « malheureux  ». C’est le moins que l’on puisse dire au regard de la « grogne  » des populations des 17 villages affectés. Réunis en comité, ces derniers, depuis plusieurs mois tentent de se faire entendre à travers des réunions, mais en vain, à en croire le président dudit comité Abdouramane Ouattara. Et c’est par une marche, ce jeudi 25 février, qu’ils espèrent que le message porte haut. « Nous sommes venus exprimer notre mécontentement contre la communication entreprise depuis décembre dernier par le PDIS tendant à mettre le barrage à eau en Juin 2016. Nous sommes les populations résidentes dans la cuvette du barrage et nous savons que techniquement et pratiquement, il est impossible de mettre le barrage en eau à moins qu’on ne veuille noyer ces populations », a d’entré laissé entendre Abdramane Ouattara, président du cadre de concertation des populations affectées. En effet, depuis décembre, précisément le 18, le coordinateur du Programme de développement intégré du barrage de Samendeni (PDIS) annonçait la mise en eau du barrage pour juin 2016. Ce qui semble techniquement impossible selon les populations affectées qui estiment, en outre, qu’un certain nombre de problèmes ne sont toujours pas résolus.

« Il est impossible de mettre le barrage à eau tant que les terres sur lesquelles on veut mettre le barrage à eau ne sont pas indemnisées. Tant que les populations délocalisées n’auront pas d’habitats décents pour dormir, tant que les populations délocalisées n’auront pas de l’eau, des écoles primaires, des infrastructures communautaires (mosquées et églises) et des marchés, ce serait difficile de mettre le barrage à eau » a fait savoir Abdouramane Ouattara.

A Bobo-Dioulasso, ce jeudi, ces populations, fortement mobilisées ont exprimé leur mécontentement au projet de mise en eau du barrage. De la place Tiéffo Amoro, au gouvernorat des Hauts-Bassins, ils ont marché pour exiger la prise en compte de leur doléance. Reçus par le secrétaire général de la Région Bernard Béba, les « marcheurs  » ont réaffirmé leur volonté de collaborer avec les autorités de la région. Ils entendent même apporter leur contribution pour la résolution de la crise née de la construction du barrage. Toutefois, préviennent-ils : « nous n’allons pas nous laisser faire ». Et le président du comité d’ajouter : « Comprenez que c’est dans notre localité que se réalisent les travaux. C’est à nous de consentir le sacrifice suprême pour que ce projet aboutisse. Pour ça aussi, y a un prix à payer. Nous nous battons pour nos ancêtres car c’est leur terre et il n’est pas facile d’abandonner nos valeurs ancestrales et culturelles sur nos terres et aller être délocalisées dans des conditions misérables ». Comparant leur mode d’indemnisation à celui d’autres projets de la même envergure, les populations affectées par les travaux de construction du barrage de Samendéni pensent avoir été « dupées  ». « Depuis le début du projet, nous avons dit que nos indemnisations ont été payées au rabais comparativement à ce qui se passe dans d’autres projets de la même envergure au Burkina Faso. Comment pouvez-vous comprendre qu’à Bagré et à Donsin on paye un manguier à 80 000 f et à Samendéni à 8625F. Comment pouvez-vous comprendre qu’à Donsin on paye les arbres ligneux tels que les karités et les nérés alors que chez nous on ne les paye pas. Comment pouvez-vous comprendre qu’à Bagré on paye un oranger à 152 000F et chez nous on le paye à 6500F ? » fait-il comprendre. Ces indices pour elles, montrent qu’elles ont été « exploitées et spoliées ». Et pour ça, foi des populations, « nous ne baisserons pas les bras ». Du côté du PDIS, l’on avance toujours le manque de moyens financiers pour satisfaire les préoccupations des populations qui n’y croient d’ailleurs pas.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 26 février 2016 à 08:58, par SPP
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    A la lecture de ce message, je ne peux m’empêcher de réagir face à cette situation qui ressemble à un "Chantage" ou une "Duperie", c’est selon. Des questions subsistent :
    1. Y’a t-il un texte national qui prévoit les montants d’indemnisation des populations en matière de déguerpissement ? Je le suppose sinon ce sera grave. Dans ce cas, ce texte a t-il été appliqué à Samandeni ?
    2. Y’a t-il eu des concertations depuis le début des projets sur ces questions. Je suppose que Oui. Des accords ont-ils été signés avant le début des travaux ? Est ce que cette marche remet-il en causes ces accords ? Si c’est le cas, il doivent apporté des preuves qu’ils ont été "trompés" et non seulement se mettre à faire des comparaisons.
    3. Les comparaisons faites posent problème : certes vous devez céder vos terres aux barrage mais notez que vous êtes aussi les premiers bénéficiaires à travers les terres qui seront aménagées et les services qui en seront liés ; pourvue que vous sachiez en tirer profit. Ce n’est exactement le cas des populations de Donsin. Je suppose aussi que dans le cas de Bagré c’est aussi une autre situation.
    Je propose que le gouvernement ouvre sans parti pris des discussions objectives sur ce dossier afin de ne pas créer de précédent grave. Juste une contribution à la construction de notre pays. Excellente journée

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 09:45, par Le Fatotchie
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    Bobokaou ni aan laara aan saara.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 12:38, par Amadoum
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    Tant que les choses seront faites a taton, de telles situations malheureuses continueront de hanter notre pays.
    Seuls les chiffres ne mentent pas !

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 12:56, par Dieudonné
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    Comme quoi, le barrage à terme devrait profiter quiconque d’autre que cette même population qui s’oppose à sa mise en oeuvre. Au meme moment que certains se battent pour obtenir un retenu d’eau dans leur environant d’autre le refuse sous prétexte de la sous-indemnisation. Le barrage apportera autant d’arbre ligneux que vous le souhaiterez. Allez y voir aux enlentours de Bagré, le barrage leur sert énorment et s’il n’etait pas realisé je crois que la population allait le reclamer. Logement decent, oui mais croyez moi si vous voulez on procedera à l’évaluatio du logement de chacun pour lui indemniser à ce taux et on verra bien si vous allez crier garde. de GRACE, aidez les autorités à vous aidez dans votre quete de developpement !

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 13:57, par HAMA
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    Les populations des 17 villages déguerpies ont pleinement raison mais ils devraient faire preuve de retenue car pour le régime précédent, le projet de Samandeni était une vache à lait pour ses dignitaires. Ils pillaient nos braves populations en se basant sur ce projet. Il y en a certains qui se sont tapés des villas, des véhicules etc grâce à ce projet pendant ce temps nos frères paysans souffrent. Ils n’ont pas été indemnisés et rien n’était fait pour améliorer leurs conditions de vie. la "compaorose" avec ses virus n’ont fait que piller le Burkina. Que le nouveau gouvernement puisse règler ce cas de Samandeni. Nous y croyons.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 14:39, par kabako
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    J’invite vraiment les autorités à prendre cette affaire au sérieux pour éviter d’autres dérapages. A lire ce texte, il faut reconnaitre qu’il n’est pas facile de retrouver des terres lorsqu’on est déguerpi en ces moments ci. Comment voulez vous déguerpir les populations de 17 villages sans les trouver autres site, sans écoles, et mosquées, sans église, sans moyens de reconstruction de leur logement. je pense qu’il faut que certaines habitudes s’arrêtent dans ce pays sinon on ne fera que créer des cas sociaux et c’est ainsi que naissent les révolution.
    Cela fait déjà des mois que le cadre de concertation écrit sur lefasonet. Nous voulons la version exacte du DG du PDIS au quel cas qu’il démissionne pour après avoir rembourser le DU de ces population.
    Merci à tous

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 16:03, par candide
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    Le probleme n’est pas seulement a Samendeni. C’est toute la region de l’ouest qui est frappee d’injustice.Regardez Bobo Doiulasso a quoi ca ressemble. Pleurez ,crier, marcher,
    n’est pas la solution. Les fils et les filles matures de la zone, doivent se concerter et creer un
    parti politique pour deffendre ses interest sur le plan national.Il a bien fait de faire la comparaison. Ceux qui ont le pouvoir d’état ont la part du lion.Leurs projets se realisent dans les normes.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 16:25, par L observateur
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    Voici un probleme serieux qui preocuppe les populations et qui merite que l on solutionne au plus vite au lieu de nous saupoudrer la face avec cette fausse affaire de Guillaume Soro.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 18:57, par le pays réel
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    Vous avez nos soutiens sans faille les frères. Le coordonnateur et son équipe ont tous failli. Sans état d’âme, ils se tapent des bunkers pharaoniques à Bobo 2010 sur le dos de nos parents. Le coordonnateur et son équipe chargée des dédommagements doivent démissionner pour incompétences incurables. On vous connaît !

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2016 à 07:44, par SOzegue
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    Pour que le pays évolue, il va falloir que les leaders soient plus droit et que le peuple Burkinabé soit traité au même pied d’égalité avec dignité. Pourquoi laisser la masse paysanne de Samendéni dans une telle impasse ? Tout sachant que c’est juste leur droit qu’elle revendique, certaine personne de ce beau pays profitent de leur analphabétisme (pour la majorité) pour les exploiter.
    Halte à l’exploitation des biens du peuple de Samendéni !!!

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2016 à 08:08, par Nostra
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    Par Nostra
    Attention à la manup et à l’intox dans cette affaire. On ne peux pas changer les règles du jeu au cours du jeu. Y a t il pas eu de contrat d’indemnisation signé par les parties ? Ces comparaisons, sont elles justes ? Que PDIS nous eclaire sur la question. Le barrage profitera à tous, nous n’oublions pas

    Nostra

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2016 à 08:44
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    COURAGE MES FRERES .LA LUTTE PAYE TOUJOURS

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2016 à 19:14, par sidwaya sorgho
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    La version du PDIS est vivement attendue.

    En attendant, je suis surpris d’entendre dire que les espèces végétales sauvages telles que Karité et néré sont dédommagés. En principe les espèces sauvages ne sont pas prises en compte dans le dédommagement des populations pour la perte des arbres.

    Autre chose : les affirmations concernant le barrage de Bagré sont tout aussi surprenantes.

    D’ACCORD POUR UNE INDEMNISATION JUSTE DES POPULATIONS IMPACTEES !

    MAIS ATTENTION A NE PAS RECLAMER PLUS QUE DE RAISON EN SE FONDANT SUR DES FAITS NON AVERES.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2016 à 19:49, par sidwaya sorgho
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    Le projet de construction du barrage de Samandéni tout comme ceux d’autres barrages tels que Guitti dans le Nord et Bambakari dans le Sahel, a été décidé en son temps par un ministre en charge de l’eau qui est assis aujourd’hui sur le perchoir à l’Assemblée Nationale.

    Faisant fi des règles de l’art et de l’orthodoxie en matière d’études de projet de ce genre il a tenté un passage en force pour la construction des barrages ci-dessus cités.

    Les techniciens honnêtes et courageux du ministère ont critiqué timidement cette façon d’agir non professionnelle tandis que les techniciens lâches et corrompus aidés des bureaux d’études irresponsables et véreux ont soutenu le tout puissant ministre de l’époque dans sa forfaiture. A cette époque ce tout puissant ministre n’avait de compte à rendre qu’à Blaise.

    Aujourd’hui près de dix ans après le démarrage des chantiers aucun de ces trois barrages n’est achevé. Ils sont tous dans une impasse à l’issue incertaine et cela après avoir englouti d’énormes budgets aux frais du pauvre contribuable. Celui de Bambakari peut être considéré comme un échec au sens propre de la "gestion des projets" parce qu’au contraire des deux autres qui sont bloqués pour des questions environnementales, il risque de ne jamais voir le jour.

    J’espère que le ministre actuel tirera leçon lui qui était un des fidèles de cet ex tout puissant ministre devenu faiseur de loi en chef.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2016 à 11:54, par gwangwan
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    D’accord avec internaute 1. J’ajoute que ceux de Donsin n’auront rien à attendre de l’aéroport. Que ces populations s’assurent d’avoir des parcelles dans périmètre aménagés. Ils amélioreront mieux leur habitat, bref leur situation économique. Un oranger égal à un oranger. Cependant un oranger de Dori peut il être évalué de la même manière qu’un oranger de Orodara ? À bon entendeur allons à l’essentiel et au meilleur.

    Répondre à ce message

  • Le 28 février 2016 à 12:05, par gwangwan
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    Une société minière, un aéroport international ou un aménagement hydro agricole dans mon village ? Assurément que de ces trois maux le troisième est celui que beaucoup choisiraient ! Allons seulement comme dirait l’autre.

    Répondre à ce message

  • Le 29 février 2016 à 14:40, par DROITDANSLESYEUX
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les populations de Samendéni ont marché contre la mise en eau de leur barrage

    Internaute dénommé "candide", s’il te plait, il faut rester dans le débat. Tu dis n’importe quoi. On te parle de barrage de Samandeni, tu nous parles de toute la région de l’ouest. Quand tu dis qu’ils doivent créer un parti, c’est parce que tu ne connais rien des textes régissant la création des partis politiques sinon tu aurais su qu’il est interdit entre autres la création de partis régionalistes.
    Tant que les bobolais attendront tout de l’État, ils attendront encore et encore. Je suis de Bobo, mais que veux tu que l’État fasse d’un jeune qui se réveille chaque matin à 11h ? A Ouagadougou, la majorité des jeunes du secteur informel sont des "self-made-man" c’est-à-dire qu’ils ont réussi par eux mêmes. Continuez à attendre. Au Burkina Faso, il n’y a pas que Bobo-Dioulasso.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés