« Le Presimetre. bf » : Un ‘’ œil citoyen ‘’ sur la mise en œuvre des politiques publiques !

jeudi 25 février 2016 à 01h08min

A la suite de la « situation room » pour la surveillance des élections (qui sera reconduite pour les élections municipales), l’ONG Diakonia lance « Le Presimetre » pour le suivi des politiques publiques par la veille citoyenne. L’initiative qui sera officiellement opérationnalisée en début mars a été présentée au président du Faso qui a marqué son adhésion.

« Le Presimetre. bf » : Un  ‘’ œil citoyen ‘’ sur la mise en œuvre des politiques publiques !

« Le Presimetre.bf » est au Burkina, ce que « mackymètre » est au Sénégal, « l’IBKamètre  » au Mali, le « Buharimètre  » au Nigeria, « Le Hollandomètre » en France. A la différence que dans le cas du Burkina, le baromètre ne se colle pas à la personne du président mais plutôt à l’institution. « Cette initiative est une innovation pour le Burkina. Mais, d’autres pays l’ont expérimentée ou sont en train de le faire. Au Burkina, nous avons opté de prendre le nom presimetre pour aller au-delà de la personne du président pour qu’après 2020, même si un autre président vient, qu’on n’ait pas à changer le nom de la plateforme qui reste avec l’appellation presimetre, et chaque président qui vient fera l’objet de suivi à travers la même plateforme », a expliqué le chargé de programme de Diakonia, Lucien Ouédraogo.

L’initiative trouve sa source dans la capitalisation de la « situation room » mise en place à la faveur des élections du 29 novembre 2015. Cette expérience suscitée et soutenue par la même ONG, Diakonia, a mobilisé plusieurs dizaines d’organisations de la société civile au sein de la CODEL (Convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections) ‘’pour une mobilisation citoyenne’’ autour des élections, perçues par des observateurs comme historiques au regard du contexte.

« Le Presimetre. bf », qui se veut donc une suite logique de cet élan, est un monitoring citoyen des politiques publiques par les TIC et couvre la période 2016-2020. Il présente la configuration ci-après : les engagements du président du Faso, les actions du gouvernement, les politiques publiques prioritaires et le Rochmètre.
« Le Presimetre. bf » offre ainsi aux citoyens, la possibilité de faire des analyses et des commentaires sur les différents aspects des politiques publiques. L’accent est mis sur le projet de société du président du Faso (pas les promesses de campagne du président), la Déclaration de politique générale du gouvernement et les Politiques publiques prioritaires nationales et locales.

Des données collectées périodiquement sur le niveau de performances des autorités dans les référents identifiés, mais aussi sur des secteurs sociaux prioritaires, font l´objet d´analyses et sont utilisées pour l´organisation de cadres de dialogues nationaux/locaux, de plaidoyer/dialogue pour des changements continus.

Le président du Faso marque son adhésion pour l’initiative

En plus de la partie technique, la plateforme est dotée d’une « équipe de pilotage » où seront prises les grandes décisions, d’une « chambre des experts » où seront analysées et traitées les données recueillies sur la plateforme et sur le terrain avant d’être communiquées à l’équipe de pilotage qui va prendre les décisions qui siéent.

Pour prendre en compte toutes les couches de la population (tous n’ayant pas accès à l’Internet), les géniteurs ont développé d’autres initiatives de suivi citoyens. « Si nous allons faire le suivi uniquement par les TIC, nous sommes sûrs que nous allons laisser une partie de la population. D’où l’énumération d’autres canaux pour permettre ce suivi », anticipe Lucien Ouédraogo. Il s’agit d’émissions radiophoniques (via notamment le canal de Faso Média avec son réseau de plus de 60 radios sur l’ensemble du territoire), les sondages par sms, les espaces de dialogue et d’interpellation communautaires (avec les partenaires au niveau des communes).

« Lorsque les enquêteurs partent sur le terrain, font des enquêtes, des sondages, nous collectons toutes ces données qui sont analysées, traitées et nous organisons des cadres de dialogues, des débats démocratiques où ces résultats seront présentés. Ce que les populations ressentent sur tel ou tel autre axe de discours de politique générale et le gouvernement et les acteurs concernés sont interpellés. Et par la suite, sur une base trimestrielle, le gouvernement (ou directement le président du Faso) », détaille le chargé de programme de Diakonia, Lucien Ouédraogo. D’où la démarche d’échanger autour de l’initiative avec le président du Faso. « Le président du Faso a donné une parfaite adhésion. Et nous envisageons, chaque trois ou six mois, le mettre face à la population, à travers la télé, les radios … », précise-t-il.

Le lancement de la plateforme, prévu pour début mars, sera suivi, courant avril, d’« un dialogue démocratique national sur les 100 jours du président du Faso ».

Oumar L. OUEDRAOGO
(oumarpro226@gmail.com)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés