Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

jeudi 25 février 2016 à 01h10min

C’est parti pour la grève des magistrats. En principe, jusqu’au 1er mars, les palais de justice sont dépourvus de certaines prestations. « On est dans nos bureaux, ‘’tout’’ est bloqué parce que pour certains actes, il faut forcément passer par eux », confie un greffier d’un tribunal de grande instance (TGI) de l’intérieur du pays.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Grève des magistrats : Le  « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

« Plus d’indépendance de la Justice » par l’« adoption de l’ensemble des décrets d’application  » pour parachever les réformes. Telle est la principale requête des magistrats du Burkina qui observent, à compter de ce jour, 24 février, une grève sur l’ensemble du territoire national. Ce mouvement fait suite à l’assemblée générale « de tous les magistrats, syndiqués ou non », du 27 décembre 2015, au cours de laquelle, ils ont « appelé à une réflexion commune sur la question des décrets d’application qui n’ont pu être adoptés pendant la transition ». Un ‘’moment de grâce’’ avait été donné aux nouvelles autorités après que le procès-verbal de ladite rencontre ait été remis au président du Faso. Puis, un préavis de grève annoncé du 21 au 29 janvier 2016 avant d’être ‘’suspendu’’ pour marquer leur solidarité face aux attaques terroristes du 15 janvier. C’est las de constater que les lignes n’ont pas bougé que les magistrats ont lancé ce mot d’ordre d’une semaine. Une première dans l’histoire de la jeune génération car, depuis longtemps, les magistrats n’avaient pas droit à la grève. Ils l’ont obtenu par le truchement des réformes entreprises sous la Transition, par ‘’un jeu d’interprétation de textes’’. Pour nombre d’observateurs, ce fait (possibilité de grève) a surpris les autorités qui se sont retrouvées face au fait accompli. « Même le législateur en son temps n’y a rien vu passer », confie un acteur du ministère public.

Les autorités et l’opinion publique !

« Il est bon de reprocher à la justice de ne pas faire son travail. Mais encore faut-il s’assurer qu’elle possède le minimum pour le faire », avait conclu un ministre de la Justice, soutenu dans son constat par des partenaires internationaux dans les années 2004 (Confère Journal L’Evènement N° 229 d’août 2004). Et les propos des magistrats se résument bien à cela car, pour eux, il n’y a pas de demi-mesure en matière de justice et les pays qui ont travaillé à faire de ce secteur un véritable pouvoir, ne sont pas tous plus nantis que le Burkina. C’est une question de volonté politique et de vision.
‘’Ce que nous demandons, c’est le minima. C’est même déjà dépassé par rapport à la sous-région. Et nos autorités le savent bien. Mais, comme les politiciens aiment manipuler…, elles essaient d’avoir l’opinion avec elles en diffusant des propos du genre : les magistrats réclament des salaires de ministres. Quel magistrat a demandé un salaire de ministre ? Quel magistrat a demandé un véhicule de fonction ? Quel magistrat a demandé tout le protocole…. ? Il faut être sincère et écouter les gens dans leurs quêtes du strict minimum pour répondre aux attentes des populations. C’est tout ce que les magistrats demandent. Nos autorités savent bien que nous sommes à la traîne par rapport aux autres pays de la sous-région. (…). Au même moment, les maisons d’arrêt et de correction sont pleines, pas de personnels, pas de ressources. Les résultats que nous avons au niveau de la justice sont des efforts personnels. Sinon, les moyens qu’on donne ne peuvent pas permettre d’engranger les résultats que la justice obtient sur le terrain. On veut des magistrats dignes, efficaces, mais on ne veut pas leur donner le minimum pour mener à bien les missions de la justice. Entre la déontologie, le professionnalisme et les réalités de la vie, il y a aussi une réalité ’’, s’insurge un magistrat, joint en mi-journée dans une juridiction de l’intérieur du pays.

« Je voudrais qu’on retienne que l’œuvre de justice est l’affaire de tous et que son efficacité a un coût. Malheureusement, nous avons un manque de logique sur ce dernier point : d’un côté, les gens veulent une bonne justice et de l’autre côté, dès qu’on veut parler de conditions de vie et de travail des acteurs judiciaires, les gens sont hostiles », déplore un autre magistrat du ministère public pour qui, si l’on veut en outre éviter la fuite en cours des cerveaux au niveau de la magistrature, il faut aborder d’une manière courageuse la question des conditions de ses acteurs. « Il ne faut jamais attendre d’être dans la situation de gouvernants déchus avant de se convaincre de la nécessité d’une justice crédible. Nous savons que les autorités sont arrivées dans un contexte fait d’innombrables chantiers ; mais comme elles ont déclaré faire de la justice un secteur prioritaire, il faut que cela puisse se traduire dans les faits », a rappelé un autre interlocuteur.

Les chantiers dans le secteur de la justice

Des réformes ont eu lieu dans le secteur judiciaire sous la Transition ; ce qu’un membre du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) a appelé ‘’grands chantiers’’. « En termes de textes, il y a eu l’adoption le 25 août 2015 de deux lois : la première porte sur la composition, l’organisation, les attributions et le fonctionnement du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), la deuxième sur le statut de la magistrature. Par la suite, il ya eu la modification de la Constitution qui a concerné, mais pas exclusivement, des articles en rapport avec la justice. Quand, on fait une lecture croisée de ces lois adoptées et de la Constitution révisée, on y découvre plusieurs innovations majeures réclamées de longue date par les syndicats de magistrats. Sans être exhaustif, le premier élément majeur qu’on pourrait noter, c’est l’exclusion du président du Faso et du ministre de la justice comme membres du CSM. Ensuite, on a comme autre élément majeur, la suppression de l’autorité du ministre de la justice sur les magistrats du Parquet, désormais soumis uniquement à l’autorité de la loi et des chefs de parquet, alors qu’avant, le ministre de la justice pouvait leur donner des ordres. Est par ailleurs notable, l’interdiction faite aux magistrats même en disponibilité de faire la politique ; désormais, un magistrat qui veut faire de la politique n’a qu’une seule voie : quitter la justice. En outre, la saisine du Conseil de discipline est désormais ouverte même aux particuliers si une faute déontologique est reprochée à un magistrat à l’occasion d’une procédure alors que dans aucune autre profession, une telle option n’existe. Il y a, enfin, la création d’un véritable Secrétariat permanent du Conseil supérieur de la magistrature prévu pour être doté de locaux propres, d’un personnel propre et d’un budget propre pour, entre autres, gérer la carrière des magistrats, préparer les sessions du CSM et appliquer ses décisions », détaille un membre du CSM. 
En réalité, souligne-t-il, (et c’est très important), ces réformes devaient être parachevées par la prise d’un certain nombre de décrets d’application. Parmi ces décrets, il y en a à caractère financier et d’autres qui n’ont pas d’incidence financière. « Mais l’exigence des magistrats est que tous ces textes soient adoptés ensemble. Nos revendications ne se traduisent pas seulement en termes financiers, elles visent plutôt à faire en sorte que l’indépendance de la justice soit renforcée. J’ai dit par exemple qu’il est désormais créé un secrétariat permanent du CSM ; ce qu’il faut préciser, c’est que son effectivité dépend de l’adoption de décrets d’application qui sont absolument nécessaires et qui font partie des revendications pressantes des magistrats », étale-t-il.

Une ‘’tentative’’ de remise en cause des acquis ?

Pour les magistrats, les autorités de la transition ayant déjà bâti la fondation, il ne reste que les finitions avec les décrets d’application. « Evidemment, d’autres reformes devront intervenir dans le même secteur mais, en attendant, il y a lieu de consolider les acquis de la transition en adoptant les décrets en souffrance », estime-t-on. Et c’est-là où les choses semblent se précipiter, à se fier à la réaction de certains magistrats. « Une commission interministérielle a été mise en place sous la transition pour faire des propositions…, c’était quasiment acquis. Le nouveau ministre, René Bagoro, est arrivé et a voulu faire du dilatoire en demandant de reprendre les travaux. Alors que tout était prêt et lui-même était dans le gouvernement précédent qui a fait le travail. (…). C’est ça qui a même précipité la grève. Lui-même, il était syndicaliste, il connaît bien ! Même si aujourd’hui, il est devenu hautement politique, ce n’est pas une raison pour se foutre des gens ! », a lâché un magistrat avant d’insister : « En tout cas, nous sommes à la première étape de notre lutte ».

Oumar L. OUEDRAOGO
(oumarpro226@gmail.com)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 février 2016 à 00:28, par CestMonOpinion
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Voici une citation de l’Observateur qui resume le probleme principal de cette greve des magistrats :

    "Le besoin de connaître la situation financière du pays avant de s’engager n’est pas un problème à ses yeux. « Le problème c’est que le gouvernement n’a pas le courage d’étendre la même logique à tous les secteurs et dans le même temps en début février sous la pression, il a débloqué 10 à 14 milliards de F CFA au profit d’un autre secteur parce qu’il y a eu pression », a-t-il déclaré. Et de signifier que l’incidence financière de leur décret d’application ne s’élève qu’à trois milliards de F CFA, donc il est difficile de ne pas assumer l’option de la lutte."

    Dans cet article le cout de la revendication est soigneusement evite.

    D’accord pour le droit de greve mais soyons honnetes. Le budget national consacre plus de 90% aux salaires. Si on doit accorder une augmentation annuelle de 3 milliards de CFA sur la masse salariale des magistrats, ce sera tres bien mais on s’engage alors dans une voie sans issue. Il n’y a aucun corps qui ne veut pas d’une telle augmentation. On ouvrira la noite a pandore et les degats seront impossible a maitriser. Et TOUS les corps peuvent immobiliser les services. Mais est la bonne solution ?
    L’avenir du pays est serieusement en cause ici.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 00:33, par cyrque
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Voilà qui bien clair maintenant courage à vous chers messieurs et dames magistrats

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 02:25
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Le Ministre BAGORO a commencé à souffrir mentalement. En un laps de temps, il est devenu méconnaissable. Il se permet de dire que "quelque soit la pression exercée sur nous, nous n’allons pas prendre de décision". Sincèrement un dirigeant ne doit pas parler sous ce ton à des gens qui sont en mouvement, a fortiori un magistrat dont le professionnalisme a toujours été salué quand il était en fonction au Tribunal. On l’a vu également quand il était le premier responsable de syndicat. Aujourdh’ui, il se fait le premier ennemi de ses camarades de lutte d’hier. Quand on ne peut pas arranger une situation, on ne doit pas la gâter davantage. Alors que tout le Peuple burkinabè a intérêt à ce que sa justice soit indépendante !!! Attendons de voir

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 02:29
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    La population vous soutien dans votre noble lutte.Il faut que le "plus rien ne sera comme avant" soit une réalité.A commencer par l’indépendance de la justice.Qui est non négociable !

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 02:31
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    La population vous soutien dans votre noble lutte.Il faut que le "plus rien ne sera comme avant" soit une réalité.A commencer par l’indépendance de la justice.Qui est non négociable !

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 02:49, par Bassan Juste
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Le "dilatoire" du ministre BAGORO ne cause rien comme difficultés. Tous les magistrats grevistes sont tous des corrompus du temps de Blaise, c’est à dire qu’ils sont tous du CDP. Sinon depuis quand, le pouvoir de son excellence Mr Rock Marc Christian KABORE a pris les reines du pays et vous vous montrez déjà. Quel est ce fonctionnaire qui a des avantages comme vous dans ce pays. Vous n’êtes pas les seuls fonctionnaires du pays ? Vous n’aviez pas honte c’est votre tube digestif qui vous préoccupes. Non seulement c’est vous qui effectuez des libertés provisoires aux grands bandits et encore vous mangiez entre leurs mains. Maintenant comme tout ne plus permis il faudra grever pour avoir une augmentation. Le pouvoir actuel ne pas bete, beaucoup de chose reste à faire, exemple dans les domaine sécuritaires, santé, l’éducation et la création d’emplois aux chômeurs comme nous autres et j’en passe. Si vous ne supportez pas, alors les portes sont ouvertes pour que vous rendiez le tablier. WAAGDAWAN. Par Yaabi.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 03:05, par tank
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Vivement qu’une solution soit trouvée. Le justiciable n’attend que ça.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 03:35, par le citoyen
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Merci Lefaso.net pour ce travail éclaircissements. Tout va se savoir dans ce Pays. Allons seulement !

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 03:46
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    La situation commence à se décanter maintenant. Soutien total aux magistrats. Seule la lutte libère. Nan lara, an sara

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 03:56, par Le Revolté
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    On fait seulement la force aux magistrats, sinon impossible ont tout au fait raison. Dans ce pays on a montré qu’ il faut toujours un rapport de force et c’est dommage. Il faut vite résoudre le problème.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 04:04
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Bravo aux magistrats ! Quand même, pour une fois soyons sérieux dans comme pays !

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 04:19, par Tapsoba R(de H)
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Huum,le bras de fer semble lancé.Quand le ministre Bagoro réitère sa volonté d assurer "pleinement ses prérogatives en ce qui concerne les réquisitions." Espérons seulement que la raison prendra le pas sur la colère des uns et les autres.Sans avoir la version du ministre sur les "remises en cause" des propositions déjà faites,difficile d opiner.Toujours est-il que lui même légitime vos revendications mais voudrait un temps pour voir clair sur l état réel des finances publiques du pays afin d éviter de faire des "promesses démagogiques",selon ses propres termes.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 05:43, par ghost
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Courage à vous et Asta la Victoria Siempré

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 06:00, par warba
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Du courage,vs avez notre soutien.il n’aura pas d’indépendance de la justice sans moyens consequent avec un budget autonome comme pour AN,seule la lutte paie.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 06:20, par Professeur
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Le gouvernemental vient de s’installer et a besoin d’assenir les choses avant de s’engager dans des depenses.meme les autres travailleurs ont des dossiers à regler.déjà que le public ne vous comprend sur certains sujets cette greve viens à un mauvais moment.c’est pour donner plus de liberté aux homme de droits que les salaires avaient connu une hausse considerable mais rien n’a changé. La corruption a gangrené tout le système.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 06:34, par or
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    bagoro tu es maintenant à la place des ministres que tu chauffait avant et comme tu fus à la base de certaines revendications tu peux mieux les traiter maintenant car étant de la décision.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 07:13, par SY
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Oui mais votre Ministre est du corps et lui, il se laisse aller ? Non je ne suis pas d’accord il faut que nos Ministres apprennent à défendre les intérêts nationaux et individuels

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 07:22, par oran
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Cher m. O. L. Ouedraogo. Votre article nous conforte à l’idée que la grève des magistrats aujourd’hui est inopportune et manque et est la preuve que la priorité n’est pas la population mais un groupe. Voilà moins de 300 personnes qui ont réuni des avantages et fait des profits surle dos de ll’orphelin et de la veuve qui se réveillent pour revendiquer. La première chose que vous deviez faire est de sortir les malhonnêtes de votre corps. Si on est dans cette situation c’est surtout à cause de vous magistrats. Blaise vous a pourri et vous voulez pourrir ce pays en reconstruction. On a du mal à comprendre et donc à vous suivre. Vous ne mourrez pas en restant patients. On ne vous croit pas et on ne suit pas.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 07:46, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    - Chers magistrats, si vous réclamez des salaires de ministre, des voitures de fonction et des protocoles, c’est bel et bien normal ! En quoi un ministre comme BAGORO est-il différent de vous ? Lui il en a droit et pas vous !

    Dans ce pays, les pouvoirs qui se sont succédés ont passé le temps à étouffer et instrumentaliser la justice pour leurs causes. Le problème est que certains magistrats ont fait ce jeu ! Il y en a même qui ont osé parler de magistrats acquits. Certains ont classé des dossiers comme celui de Norbert ZONGO, de Thomas SANKARA pourtant sensibles. Ces magistrats ont contribué à décrédibiliser le corps entier. Chers magistrats, vous devez jetter hors de vos rangs ces magistrats ripoux.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:10, par VP
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Moi,je soutiens les Magistrats dans leurs revendications.
    Donnez leur ce qu’ils ont droit.Ils sont aussi des Burkinabè comme les autres.Nous avons vu ici le statut des militaires qui a été aménagé pour leur propre intérêt et non celui de l’Armée.Alors que nous savons tous dans ce pays qui fait quoi.Après les Magistrats,ça sera le tour des médecins de coincer l’Autorité. A bas l’injustice .Ne faites pas la forces aux magistrats.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:11, par belof
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Chers magistrats, ns sommes d’accord pour l’independance de la justice. Mais si c’est pour des avantages categoriels, mettez balle à terre et soyez realistes. Ressaisissez vs

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:14, par karatyele
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Plus rien ne sera comme avant. on peut tenter de régler la question du mandat d’arrêt contre SORO par la diplomatie mais l’indépendance de la justice acquise avec des gouttes de sang ne sera pas bafouée. La transition a fait une fondation acceptable sur l’indépendance. Si nos amis au pouvoir, qui ont promis pendant la campagne électorale qu’ils travailleront pour une justice indépendante veulent aujourd’hui saboter la fondation de la transition, ils risquent de filer à 11h30 de la journée vers Lomé. Peut être que Faure leur donnera la nationalité togolaise.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:15, par L’Oeil du peuple
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Vous faites honte à votre corps. Vous venez de démontrer encore une fois de plus que tout ce qu’on dit de mauvais de vous vient se confirmer par ce mauvais comportement indigne des magistrats. Mais dites au peuple ce que le magistrat touche actuellement comme salaire et ça fait combien de fois le SMIG du BURKINABE. On ne peut revendiquer auprès de son employeur que lorsque le travail qu’on fait est sans reproche, sans observation. Alors que ce n’est pas le cas chez vous. Vos tiroirs sont pleins de dossiers qui dorment sans suite depuis des années et vous êtes incapables de leurs trouver des solutions ? Plus de 5500 dossiers moisis dans vos juridictions. Cela dénote votre incapacité à bien travailler. C’est honteux pour des magistrats comme vous. Pardonnez svp dites au peuple insurgé combien vous touchez actuellement comme salaire et ça fait combien de fois le SMIG ? J e pense qu’il faut envisager le remplacement de ces magistrats par les coopérants. EUX AU MOINS PEUVENT NOUS AIDER A DIRE LE VRAI DROIT.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:17
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    On commence à en avoir marre de ces grèves interminables des personnels de justice (magistrats, greffier) et des élèves et étudiants. Comme ci y a que eux dans ce pays

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:19, par L’Oeil du peuple
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Vous confirmez que tout ce qui est noir n’est forcement pas bon en témoigne votre toge pour laquelle vous n’avez aucun respect.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:25, par Minnayi
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    J’espère seulement que tous les acteurs ont conscience que la situation économique et financière du pays n’est pas des plus reluisante et il faut savoir raison gardée. Ces mêmes magistrats qui insultent aujourd’hui BAGORO sont les mêmes qui l’adoubaient hier. Et beaucoup d’entre eux doivent au moins lui reconnaître le travail qu’il a fait dans le cadre de l’indépendance de la justice au BF.

    Bon courage à tous.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:28, par SING
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Des gens qu’on nourrit pour rien. L’indépendance c’est dans la tête elle n’est pas lié au condition de vie. Si c’était le cas votre salaire colossale(que vous minimisez aujourd’hui devrait vous permettre d’être indépendante mais non). Nous ne somme pas au Qatar mais au Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:32, par nous
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    On prend acte. Que dire des enseignants qui croupissent dans les campagnes les plus reculées pour offrir une éducation à nos enfants ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:34, par lélé
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    tout ça, c’est la transition ! je suis content que le ministre de la justice soit un transitaire. Quand on pense que gouverner c’est vilipender ses adversaires, c’est ce qui arrive. Dans cette réforme, l’Etat a tout donné aux magistrats, sauf l’argent. Deux choses. Premièrement, dans l’ancien statut, le magistrat n’avait pas le droit de grève. Mais comme Blaise était le diable, il fallait sauter ce verrou pour montrer que les transitaires sont meilleurs. Deuxièmement, le CSM sans le président du Faso et le ministre de la justice est composé uniquement de magistrats, un syndicat bis. Ailleurs, dans le CSM, il y a d’autres corps qui siègent en majorité, pour éviter le corporatisme. Aujourd’hui, les parquetiers sont indépendants du ministre de la justice. Il n’a plus aucun pouvoir. il faut nommer un ministre chargé des relations avec la justice. Ainsi le gouvernement n’aura plus la pression de l’opinion concernant les questions judiciaires.
    Pour terminer, je voudrais demander à mes frères magistrats de mettre balle à terre. Car l’indépendance va avec la responsabilité. Si vous refusez, les réquisitions aujourd’hui, demain aucun magistrat ne sera moralement habilité à juger un agent de santé qui l’aura refusé même si des milliers de patients vont périr. ...

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:35, par Pegd
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Tout ça c’est de la peinture. En grattant un peu, on verra que la réclamation majeur c’est l’argent et encore l’argent pour une justice de plus en plus pourrie. On préfère nos kolgweogo, eux au moins ils sont toujours opérationnels.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:36
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Le vrai problème de la Justice durant le règne de Blaise était l’immixtion de l’exécutif dans les affaires judiciaires (dossiers Norbert Zongo et Thomas SANKARA) et la corruption des magistrats. Aujourd’hui suite à l’insurrection et à l’avènement de la transition, le premier problème semble régler car le Président n’est plus Président du Conseil supérieur de la Magistrature. S’agissant du second point, il vaudrait sanctionner vigoureusement la corruption des magistrats qui doivent être des exemples. Maintenant , que les magistrats oublient cette idée d’avoir les mêmes salaires que des ministres ou des députés car les fonctions de ces derniers sont liées à un mandat électif alors que les magistrats sont des fonctionnaires qui exercent une profession jusqu’à à la retraite. Imaginer un nouveau magistrat sorti de l’école avec un salaire de 950 000 F dans ce Burkina, cela risque d’être source de frustration et de revendication des autres corporations.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:39, par charles
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Réné Bagoro tu as chaud !!!! Tu était là wowowwowowo , voilà ton tour est arrivé faut résoudre les problèmes pertinents relevés par tes collègues. Tu verra maintenant ce que c’est que dirigé et ce que c’est que critiquer et pousser les gens à l’insurrection, à l’anarchie.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:41, par Verité
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    N’importe quoi. Des irresponsables. Me Benao Batibié avait écrit sur FB que les journalistes font leur boulot et que c’était aux hommes et femmes à la robe noire de faire aussi leur preuve. Travaillez impartialement pour la justice et la paix des coeurs, au lieu de vous asseoir chaque fois là à faire des grèves. Pourtant vous vous laissez corrompre et le dysfonctionnement de l’appareil d’Etat, la corruption, manque de transparence, le banditisme, l’impunité sont dûs en grande partie par votre silence, votre inaptitude à être rigoureux et à prononcer le droit sans ambages, et votre défaillance à vous unir pour la justice. Quand il s’agit de rêver, vous savez vous unir.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:41
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Tout cela est bien intéressant et salutaire comme mesure si on veut vraiment donner son indépendance à la justice au Burkina. Mais je crois que l’arbre ne doit pas caché la forêt. Est ce que Monsieur Ouédraogo (le journaliste) pourrait nous donner plus d’informations sur la question de la rémunération des magistrats avec des chiffres svp. Est ce vrai qu’ils réclament le même traitement salarial qu’un ministre et si cela est vrai quel serait l’incidence financière sur le budget national ? Il faut dire la vérité rien que la vérité. D’ailleurs y a combien de magistrats au burkina ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:43, par DIEU EST GRAND
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Je félicite et je valide les propos du dernier intervenant . " Ce n’est pas parce qu’il est devenu ministre qu’il va se foutre des gens" . JE SUIS MAGISTRAT

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:51, par DIEU EST GRAND
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Je félicite et je valide les propos du dernier intervenant . " Ce n’est pas parce qu’il est devenu ministre qu’il va se foutre des gens" . JE SUIS MAGISTRAT

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:53, par Omer
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Il faut respecter les gens chers magistrats. Depuis quand un syndicat part en grève dans notre pays uniquement pour améliorer les services offerts à la population donc à une indépendance de la justice ? Vous êtes uniquement motivés par l’argent. Au lieu d’aller en grève pour cette question, commencez à respecter les heures de travail, à respecter ceux qui viennent solliciter la justice de leur pays. Vous êtes les mieux traités des fonctionnaires, mais cela ne vous suffit pas. Vous ne respectez pas ceux qui font appel à la justice de leur pays. Vous êtes hautains et vous vous prenez pour des dieux. Pourtant nombre d’entre vous sont rentrés là-bas en trichant ou en achetant vos place. Vous êtes souvent corrompus et vous n’aimez pas travailler. Votre sport favori c’est de renvoyer des dossiers encore et encore sans raison valable. Si vous pensez que vous n’êtes pas bien traités il faut démissionner ou aller prendre une autre nationalité (tiens, celle de la côte d’ivoire est en promotion actuellement).
    Dans ce pays, on a eu des militaires patriotes et intègres, des journalistes patriotes e intègres incarné par Norbert Zongo, des professeurs, une jeunesse révoltés mais quel juge dans ce pays a tenu tête à une autorité face à l’injustice ? Quel syndicat de magistrat a levé le petit doigt pour se dresser contre l’injustice dans ce pays ? Vous n’êtes pas justes pour représenter la justice dans notre pays. La population le sait et vous savez très bien e que le peuple pense de vous. Je ne vous soutiens pas. Mais votre grève ne change pas grand-chose car les jours ouvrables et quand vous êtes au bureau vous ne travaillez pas non plus. Au moins on va économiser l’électricité une semaine.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 08:54, par togs-sida
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Bjr ! Je salut les magistrats et je loue leur courage dans leur travail quotidien pour la justice. L’indépendance de la justice nécessite vraiment que les magistrats soient bien traités. La justice est un pouvoir constitutionnel comme le pouvoir législatif et celui exécutif. Les émoluments des députés sont à plus d’un million, pour les membres du gouvernement on en parle pas. Les magistrats trainent derrière avec moins du million alors que dans leur travail par rapport aux autres cités, le magistrat à plus de responsabilité et subi plus de pression de part et d’autre : résignation, risque d’être empoisonné ou assassiné par les justiciables, etc. Pour que l’indépendance de la justice soit vraiment une réalité au Burkina, il faut une volonté sincère des politiciens. Ils veulent étouffer la justice pour n’est plus être inquiétés quand ils commettent les gaffes. Il faut que le gouvernement prennent ses responsabilités pour résoudre tous les problèmes que les burkinabè ont maintenant car on ne peut plus attendre. Pendant la campagne présidentielle passée on a entendu que Rock est la réponse, que Rock est la solution... Donc il n’a qu’a donner les solutions aux problèmes au lieu de se cacher derrière l’attaque terroriste du 15 Janvier dernier. Nous avons plusieurs départements ministériels chargé chacun par une mission. Que celui qui se sent incompétent cède la place à ceux qui ont réellement la solution aux problèmes du peuple burkinabè. Rien n’a changé, au contraire on recule, La transition a fait mieux en moins de 3 mois malgré les perturbation de l’ex RSP et la diversité de ses membres...

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 09:06, par Le profane
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Mesdames et Messieurs du monde judiciaire, vous parler d’indépendance de la justice au Burkina Faso, dites moi dans quel pays au monde la justice est indépendante et je vous prouverai que c’est faux. Dans aucun pays au monde la justice n’est indépendante. C’est du saupoudrage, du "trompe l’oeil". Sinon pourquoi Georges W. Bush, Tony Blair, Sarkozy Nikolas, Benyamin Netanyahou et autres truands du monde ne sont pas devant les tribunaux ? S’ils y échappent c’est parce que les politiques ont fait adopter les textes qui les couvrent impunément. Dites moi encore comment un magistrat peut aller par exemple mettre en exécution un mandat d’arrêt dans un autre pays sans l’aval du politique ? Écoutez, vous ne nous dites pas la vérité et vous prétextez le manque de moyen pour ne pas faire votre travail. Dans ce pays là, l’enseignant manque du tout mais tous les jours il est en classe et fait son travail, la preuve il va a produit. L’infirmier manque de tout mais tous les jours il sauve des vies au Burkina ici. et les exemples sont légions. Vous vous cachés derrière l’analphabétisme des populations et vous criez à la victimisation, sinon sans citer des noms, vous pouvez tout de même nous dire quels sont les affaires que vous avez jugé et dont la nature pouvait impacter moi ma vie de citoyen lambda. Si je suis votre logique c’est parce que vous estimez que l’ancien pouvoir n’a rien fait pour vous que vous laissez moisir les anciens ministres en prison ? on a compris le manège.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 09:14, par Pas d’accord avec la grève
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    Nous sommes tous d’accord qu’il faut faire quelque-chose pour l’ensemble des fonctionnaires. Le problème, on vient de sortir d’une élection, une nouvelle équipe est en place il y a même pas deux mois. Aussi, le Faso vient de sortir d’une tentative de coup d’Etat qui a fait perdre des milliards à notre économie.
    Normalement ces magistrats que j’ai envi de qualifier de non-compatriotes devraient accorder 6 mois au nouveau gouvernement pour prendre le pouls de la situation financière des caisses de l’Etat avant de lancer leur mot d’ordre de grève.
    Si c’est courir derrière l’argent et les avantages, ces magistrats véreux sont prêts à faire des 100 mètres plats pour aller en grève alors que beaucoup de dossiers dorment dans leurs tiroirs. En tout cas pour cela, nous ne sommes pas d’accord avec leur comportement de commerçant qui ne cherche qu’à faire du profit, rien que du profit ; ils font comme s’ils ne sont pas au Faso. Si le faux général avait pas réussir son coup d’Etat, est ce qu’ils allaient bomber leur poitrine pour venir reclamer une augmentation de salaire et avantages ? Des gens qu’on respecte beaucoup et qui agissent comme s’ils n’avaient rien dans le crâne. Ils n’ont qu’à laisser le nouveau gouvernement en paix pour 6 mois avant d’agir.
    Signé : L’Etalon Très Enragé

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 09:19, par l’éteincelle
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro cause ?

    La justice mérite qu’on l’écoute ! l’éducation mérite qu’on l’écoute ! la sécurité mérite qu’on l’écoute ! tout le monde mérite qu’on l’écoute ! alors c’est koi les priorités, chacun dit qu’il doit y avoir des priorités, mais quand on se refère à la sous région pr revendiquer il faut faire attention car comparaison n’est pas raison. Si nos députés et ministre se referent a la sous région ,les enseignants,les militaires,etc...on serra mort les yeux fermés dc soyons réaliste. Les ressources de l’etat ne st pas illimitées et il ya 18 millions dt certains n’ont même pas de l’eau non potable(à 15 km de waga et bobo). Sachons raison garder. De la transparence oui mais trop d’exigence au profit de soi...il ya des risques !

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 09:24, par Vérité rougit les yeux
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Il faut arrêter ces comparaisons idiotes avec la sous-région. Avons-nous les mêmes réalités ?
    Ces magistrats-là commencent à nous pourrir la vie. Vous croyez que vous êtes les seuls dans ce pays ? J’ai vu les fameux décrets et ce n’est pas croyable ! Ils veulent même des frais spéciaux de mission à l’étranger ! Vous vous croyez où ? C’est à croire que la terre tourne autour d’eux.
    Pouvoir, pouvoir, pouvoir,... Vous voulez être à égalité avec les autres pouvoirs ! Mon oeil ! De quelle légitimité disposez-vous ? Qui vous a élus ? Quelle est votre charge de travail ? Le magistrat de brousse qui se trouve à Diapaga ou à Nouna traite-t-il combien de dossiers par an ? Et vous voulez vous comparer aux ministres. Et puis, vous oubliez que vous avez un emploi à vie contrairement au tenants des autres pouvoirs. Vous êtes des agents de l’Etat comme les autres ; et ça il faut le comprendre une bonne fois pour toute. De toute façon et comme vous le constater vous-mêmes, votre grève n’empêche pas le pays de tourner et aux citoyens de vaquer à leurs occupations. Vous perdez votre temps et je demande au gouvernement de rester ferme.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 09:27, par Nobga
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    "...En outre, la saisine du Conseil de discipline est désormais ouverte même aux particuliers si une faute déontologique est reprochée à un magistrat à l’occasion d’une procédure alors que dans aucune autre profession, une telle option n’existe."
    La saisine, c’est le masque ! Qui juge ? Un particulier peut-il jugé un magistrat ? Non ! Ce sont ses camarades magistrats qui vont le juger et non le civil. Donc, rien n’a changé.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 09:33, par Dja
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    si l’on comprend difficilement la position des magistrats grévistes, on comprend encore moins la défense du ministre bagoro. on est dans un jeu ou a l’impression que le serpent se mange la queue. bagoro syndicaliste devant l’éternel hier est celui-là qui brandit aujourd’hui la déontologie de la profession pour aviser ses collègues. Comme quoi, la vérité n’est qu’une construction personnelle, elle dépend de la position qu’on occupe. Bon courage, ça ne fait que commencer !

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 09:47, par vino
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Je pensais que les magistrats réclamaient de nouveaux avantages en plus de ceux obtenus sous la transition. Mais apparemment tout ce qu’ils demandent c’est l’application des lois qui ont reformé en profondeur le domaine de la justice. Pour le principe je pense que dans un Etat démocratique à moins que l’Etat ne joue à la voyoucratie, il se doit de montrer l’exemple en appliquant la loi.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 10:05, par Ousmane
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    C’est fer qui coupe fer,pour parler comme les ivoiriens. BAGORO (Magistrat-ministre) Vs Magistrats.On assiste à un vrai match juridique entre hommes de droit.Vous aussi,le Gouvernement vient de rencontrer les syndicats pour les informer sur la situation économique du pays rien que cette semaine.Calmez-vous aussi un peu.Han haaann,je comprend,vous voulez cueillir à froid maïs (kaba= maïs en langue dioula).Mais c’est mal connaitre Pablo,le financier.n’gaaw.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 10:09, par faché
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Non de Dieu, il faut virer tous ces magistrats non content d’être parmi les corps les mieux payés de la fonction publique, bloquent le fonctionnement de la justice. C’est simplement du chantage. Les faits montrent que ce n’est pas parce un juge est bien payé que son indépendance est garantie. Bien au contraire, on constate que c’est dans ce secteur qu’il ya le plus de corruption.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 10:11, par babemba
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    vraiment disons nous la vérité. nous demandons que l’état ouvre les yeux. concernant nos magistrats nous dirons que le peuple a une très mauvaise impression de sa justice. Vous pouvez faire un sondage. vous constaterez que les citoyens burkinabé ne veulent pas de leur justice. Nombreux sont ceux qui veulent que les différents prestations de service soient rendues par la gendarmerie ou par la police entre autres, les jugements, la confection des certificats de nationalité, les casiers judiciaires. que l’état face ses investigations, il trouvera que le peuple n’a pas besoin de sa justice. Nous le disons ouvertement. il y a un très grand faussé entre la justice et le peuple. il est même difficile qu’un citoyen dise un simple bonjour à un magistrat burkinabé. beaucoup ont eu chaud. mais avec les avocats burkinabé, le peuple n’a pas de problème. aujourd’hui le peuple estime que la grève des magistrats ne devrait pas du faite que ces responsables sont bien nantis. leur devise selon certains est : "tout pour nous et rien pour les autres".les gens considèrent même que nos magistrats sont comme des dieux.VOYEZ VOUS QUE LE PEUPLE a refusé de s’exprimer SUR LE SUJET, C’est par ce qu’il n’en veut pas.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 10:17, par mimo
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    un juriste de la trempe de bagoro et de surcroit ministre de la transition ne doit pas raisonner de la sorte

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 10:31, par SIDNABA
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    J’ai vraiment honte de ses juges du Burkina Faso. Tenez, pendant 30 années pleines, le Président Compaoré les a tous "Caporalisé" et il a fallu la jeunesse Burkinabè pour nous libérer et libérer également ses juges qui parlent à présent "d’indépendance" de la Justice.
    Aussi, pourquoi ces juges acquis n’exposent pas à l’opinion nationale et internationale, les couts financiers de cette reforme de la justice qu’ils tiennent à faire appliquer ? En Français facile, cette reforme coute Combien au contribuable Burkinabè ? Durant les 30 dernières années, quel bilan avez vous à communiquer au peuple Burkinabè pour demander qu’il saigne davantage pour des juges acquis ? Vous avez classé sans suite des dossiers tels Norbert Zongo, Thomas Sankara, etc. Il a fallut le soulèvement populaire de notre jeunesse pour que ces dossiers refassent surface malgré vous et au grand bonheur du peuple Burkinabè. Demandez à Halidou Ouédraogo, à Komi Sambo Antoine, etc. combien ils avaient comme salaires quand ils jugeaient honorablement les dossiers soumis ? Aujourd’hui votre problème n’est pas financier mais moral et surtout la couardise en votre sein. Il faut donc résoudre ces préalables avant toute autre demande surtout financière.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 10:35, par OCy
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Nos magistrats sont en grève d’une semaine sur quelle base objective et urgente ? Tout d’abord espérons que le salaire d’une semaine sera retranché du salaire mensuel car c’est la règle et ils le savent. Nos hommes de justice veulent que le gouvernement ferme les yeux sur les urgences et priorités des populations qui attendent les mesures vitaux comme l’eau, les enfants qui sont exposés aux intempéries par manque de classes, les cantines scolaires qui ne sont jusque-là pas encore fonctionnelles et autres pour voir le cas de leur statut particulier et avantages dû à leur rang. L’indépendance de la justice semble être un prétexte pour mettre plus de beurre dans leur pain. Combien doit-nous couter cette indépendance de la justice par an ? Les autorités de la transition n’aurait dû pas prendre des décisions fortes qu’ils vont balancer à d’autres.
    Les revendications des magistrats et des fonctionnaires en général ne répondent à aucune norme vue l’état de pauvreté de notre pays. On se réfère à chaque fois aux agents des pays de la sous-région sans voir le niveau de vie des burkinabè en général par rapport à ceux de la sous-région. La masse salariale très largement au-dessus de la norme et avec ça il y a manque de personnel.
    La plupart des acquis et promesses sous le régime de Blaise COMPAORE ressemble plus à de la corruption ou tentative de corruption. Comme exemple la relecture de indemnité en 2014 et la promesse de révision de la loi 13 de la fonction publique. Le régime connaissait bien le poids des syndicats sur son projet de l’article 37 et il fallait voir comment faire pour minimiser les risques.
    On se plaint mais personne n’ose démissionner de la fonction publique. En tout cas, il y a des gens qui cherchent une place pour ce caser parmi eux des gens ce sont auto formés.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 10:39
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    quelqu’un disait un jour "...le moralisateur de circonstances est forcement un moralisateur par intérêts...", l’inconstance de certaines personnes dans leurs déclarations est la preuve qu’aucun politique n’est accessible à une justice indépendante ; le ministre de la justice aurait dit un jour, lors d’une interview accordée à lefasonneten 2011 quand il était SG de son syndicat, quand lui avait été posé la question suivante :
    La question de l’indépendance des magistrats reste une préoccupation pour le pays. Qu’est-ce qu’il faut faire pour avoir des juges indépendants ?
    il répondait
    Je pense qu’il faudrait que les magistrats prennent conscience qu’ils ne sont pas des employés du ministère de la justice et que les postes de procureurs et de présidents de tribunaux auxquels on nous affecte sont en réalité des droits. Chaque magistrat doit se dire qu’il a un emploi et peut avoir une fonction. Son emploi c’est d’être magistrat. Pour la fonction, il peut être procureur ou président. Si un jour on lui enlève sa fonction, on ne peut pas lui enlever son emploi, sauf s’il a posé des actes contraires à la déontologie. Donc, la première chose à faire, c’est que les magistrats prennent conscience qu’ils ont une mission constitutionnelle, une mission noble qui est de protéger les droits des citoyens et doivent de ce fait en être conscients et prendre leur rôle au sérieux.
    Deuxièmement, il faut que les gens se battent parce que vous ne verrez pas ce régime là qui donnera l’indépendance sur un plateau d’or. L’indépendance tout comme toute liberté est une conquête permanente.
    Ensuite, nos textes ont besoin d’un petit toilettage, notamment en faisant en sorte que le parquet c’est-à-dire l’ensemble des magistrats qui travaillent avec le procureur puissent être déconnectés du ministère de la justice. Aujourd’hui, quand vous travaillez au parquet, vous n’avez aucune volonté propre. Votre carrière et votre vie se trouvent entre les mains du ministre.
    Il va falloir également que le Conseil supérieur de la magistrature soit réformé afin qu’il soit un véritable organe de gestion de la magistrature en excluant le Président du Faso et le ministre de la justice qui sont des représentants de l’exécutif et qui en sont respectivement le président et le vice-président. Ce qui fait qu’en réalité, c’est toujours leur volonté qui passe....." (.....)Chaque vision, chaque engagement a ses avantages et ses inconvénients. Moi, personnellement, en m’engageant pour le respect du droit et la défense de l’indépendance de la magistrature, je ne doute pas que je cours des risques et si c’est le prix à payer, je suis prêt à le faire. "
    cette même personne, devenu aujourd’hui ministre ,peut il prétendre être donneur de leçons de morale à ses collègues ? à vous de me répondre !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 10:46, par Myl
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    C’est la transition qui nous a mis dans ces pétards. Il faudra forcement reprendre les travaux. Vous avez profité de la fragilité de cette transition. C’est trop facile ça.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 10:58, par lemonument
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Bien dit ; mais le clash est consommé suite à la déclaration du ministre Bagoro ; je n’ai rien contre lui mais en tant que ministre il doit préconiser le dialogue comme il le sous entend au lieu de brandir des menaces qui ne peuvent pas faire fléchir même un jeune magistrat du 3è grade ; le ministre parle de sanction, mais je connais les hommes de droit ; aucune sanction ne les fera reculer ; les greffiers sont allés en grève sans mot d’ordre mais il n’y a rien eu ;

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 11:04, par Kishki
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Soutien total. Meilleures conditions pour les travailleurs

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 11:07, par ouedraogo alima
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    le journaliste qui a fait cet écrit est un vrai fils du pays ; il l’a fait avec l’objectivité qui sied dans ce genre de circonstance ; je crois que souvent les internautes mettent un peu de prise de partie et de passion dans leur commentaire ; mais le problème de la justice est plus profond ; demandez aux avocats, ce sont eux mêmes qui cherchent de l’encre pour faire tirer leurs décisions ; j’ai vu des magistrats en train au palais de ouagadougou avec une clef usb à chercher comment tirer ; certains ont enlevé leurs sous pour acheter leur imprimante ; je connais un qui est affecté depuis octobre, il m’a confié que jusque là, il n’a pas de chaises ; ce sont là les conditions dans lesquelles le magistrat travaille ; il monte à l’audience avec 40 dossiers, il ne peut pas arrêter quand il est 15h30 ; et pendant ce temps d’autres ont des indemnités de session ;
    Les magistrats n’ont aucun avantage ; vous croyez que c’est avec plaisir qu’il serpente tous ces établissements à la recherche de vacation et autres contrats ; il veut certes transmettre le savoir mais aussi il cherche à joindre les 2 bouts ;

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 11:18, par assetou traore
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    BAGORO se trompe d’adversaire ; mais qu’il sache qu’il repondra de la question de parcelle qu’il a dealé à Ouaga 2000 ; il se prend pour qui ; un peu de retenue quand on s’adresse à des magistrats ; dans quel pays sommes nous ? vous croyez que quelqu’un viendra respecter vos magistrats à vos places ; Tout compte fait, c’est aussi bien pour les magistrats ; vous avez eu la possibilité de fouetter mais vous avez laissé passer sous prétexte que le magistrat est soucieux de la paix sociale ; vous avez accompagné la transition ; elle a utilisé votre déclaration suite au coup d’état manqué pour dire au monde entier que les magistrats ont condamné ; aujourd’hui elle vous a lâché ; Tant que des politiciens comme Salif et Simon seront là, les magistrats n’auront rien ; il faut vous battre et désormais vous connaissez votre adversaire, c’est votre ancien collègue René BAGORO ;Au passage, tous mes respects à Josephine OUEDRAOGO ancienne ministre ; cette femme a révolutionné le corps de la magistrature

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 11:24, par SINCERITE
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    ces syndicats de magistrat m’énervent !!! Dans ce pays ici , les gens ont volé , piller , tuer sans que votre syndicat ne s’est levé pour dénoncer quoi que ce soit !!!! C’est l’argent qui vous intéresse !! avez vous besoin d’argent pour être indépendant a partir du moment votre indépendance est consacré par les textes !!! le peuple souffre par manque de justice !!! combien de fois vous avez été attaqué par le peuple ??? Vous allez le payer tôt ou tard ici ailleurs et pour toujours !!! si j’étais a la place de Roch j’allais vous licencier tous et procéder a un nouveau recrutement de juges même si on va recruter des magistrats déjà formés d’autres pays !!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 11:34, par Dieudonné
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Le problème tel que posé est effectivement différent de ce que la version qui circule dans les réseaux sociaux. merci Lefaso.net et particulièrement Omar qui franchement s’illustre bien en matière d’écrits (je veux dire clarté dans la traduction des faits et non le style journalistique que je ne saurai apprécier du fait de mon ignorance du style). C’est surprenant que le juge Bagoro joue au dilatoire ! voici un des rares juges que j’ai adoré surtout quand il était au tribunal administratif de Ouaga. il a lors d’un actu hebdo impressionné de son franc parlé et de sa vision rapport Justice-Executif. je ne doute point que les reformes entreprises sous la transition sont des combats d’une longue lutte qu’on ne saura ignoré son implication personnel (alors syndicat). C’est ainsi que je m’abstiens de toute condamnation en attendant sa VERSION lors d’un probable communiqué de presse du gouvernement ! Courage cher magistrat et vivement que les intérêts égoïstes ne prévalent pas sur ceux généraux. sinon votre lutte sera dénaturée.

    Unité dans la diversité, c’est le Faso qui y gagne !

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 11:43, par Bazoulé
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    On va vous faire des retenues sur salaire en fonction de votre période d’inactivité. Je crois que cela est légal.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 11:59, par charles
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Internaute n°39, c’est vous les transitaires à travers le président du CNT et les insurgés qui avez demandé l’indépendance de la justice non ? ne dite pas aujourd’hui que la justice ne peut pas être indépendante. Vive l’indépendance de la justice !!

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 12:09, par katya
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Ce n’est pas du dilatoire et l’on connait ceux qui sont derrière cette grève. Pourquoi ne pas constitutionnaliser l’interdiction du droit de grève aux magistrats greffiers comme le corp habillé pour plus de stabilité de cette institution ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 12:10, par naz
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    les kogolweogos sont là pour résoudre nos problèmes ,donc chers magistrats une solution de rechange est déjà opérationnel.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 12:19, par le voyageur solitaire
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Bravo a vous chers magistrats,mon soutien est inconditionnel et total.on a besoin d’une justice crédible dans ce pays et pour cela il faut y mettre du prix.quelque soit ce qu’on dit sur vous je vous préfère 1000fois aux kolgweogo.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 12:19, par Le beau
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Vs parlez trop. Suis à OUAGA. A kel koglweogo j p m’adresser par un certificat de nationalité et un casier judiciaire. C’est urgent.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 12:29, par WARABA
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Je n’ai rien contre la magistrature de notre pays, mais seulement je m’interroge sur ce que c’est que la justice selon ce corps qui est le potentiel acteur. Je sais aussi que la justice est l’œuvre de tous les citoyens du pays, mais les magistrats doivent être les premiers à donner l’exemple pour une justice digne de ce nom. Il est certain que nos palais ont de sérieuses difficultés pour administrer la justice.Mais, face à ce problème, je ne vois pas ce que le corps de la magistrature a fait comme effort tant personnel que collectif pour redorer son blason et à même de donner une certaine crédibilité aux justiciables. Malheureusement, ce disant des intellectuels, ils se livrent souvent dans à des comparaisons qui ne sont pas du tout comparables soit à d’autres corps du pays, soit à d’autres pays dans la sous région comme si ces corps ou peuples ont les mêmes réalités et même destin. Par exemple, tous les dossiers emblématiques de crimes de de sang et d’économie n’ont pas jusque là connus un examen sérieux pouvant faire une petite lueur sur l’effort fourni par ces magistrats. Exemple du dossier sankara, dossier Norbert zongo dont le non lieu avait été prononcé par ces mêmes magistrats, dossier Guiro (qui a été un jugement de la honte), le dossier Juge NEBIEdans lequel on se rappelle qu’à la mort du Juge NEBIE certains syndicats du même corps notamment le SAMAB avait levé la voix pour dire qu’il s’agissait ni plus ni moins d’un assassinat. l’opinion avait cru que les palais de la justice du Burkina Faso allaient être paralysés les jours qui suivaient. mais, rien n’a été à l’epoque. par contre, il a fallu qu’un usager de la justice interpelle un certain juge ROUAMBA Quentin, suffisait à paralyser le palais de justice de Ouagadougou. cela se passe dans les même corps de la magistrature où l’assassinat d’un magistrat est moins important que l’interpellation d’un autre. et on parle de crédibilité de ce corps ? Aussi, avec un petit nombre d’environ 500 magistrats, il ya déjà 3 syndicats dans ce petit corps. pourquoi cette floraison de syndicats dans ce corps ? les motifs qui sous-tendent cette réalité semblent plus des calculs d’intérêts que du soucis d’indépendance de la magistrature. La recherche du gain facile, la corruption, des comportements hautains de certains magistrats qui romprent avec le principe fondamental d’égalité des citoyens Burkinabé. Ils clament haut et fort d’un manque de ressources humaines dans les juridictions et en même temps, ils se font nommer dans des ministères ou administrations comme des conseillers ou d’autres. Pire même en n’officiant plus en tant que magistrats ou juges, ils se permettent de toucher injustement l’indemnité de judicature, indemnité qu’ils osent même encore reclamée son augmentation en se comparant à certains pays comme le sénégal. etc...les magistrat doivent comprendre que l’oeuvre de justice est un sacerdoce. tout le monde n’a pas âme de juger. Rendre la justice demande une certaine hauteur de sagesse. ceux qui confondent rendre la justice et aller chercher de l’argent en rendant sa justice, qu’ils démissionnent. Beaucoup de dossiers ont revélé des noms de beaucoup de magistrats ces dernières années, mais cela ne dérangent aucunement leur conscience. Ceux qui se sont battus pour une magistrature noble, on les connait parmi vous. on les repère par la qualité des jugements ou arrêts qu’ils ont rendus, par leur humilité, et par leur combat au quotidien. sinon, la majorité dans ce corps relève de la mauvaise graine. D’où l’état actuel de délabrement de notre justice !

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 12:32, par GORKO
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Messieurs les Magistrats, l’indépendance, c’est d’abord personnel et dans la tête de chacun avant d’être collectif et codifiée par des autorités politiques d’un pays. Ce que les autorités de la transition ont fait-là s’appelle "du trafic d’influence" et ça ne marche pas dans un pays "très pauvre". Vous voulez être indépendants, allez, soyez indépendants ; agissez indépendamment de toute autorité politique et si ont vous entrave, le peuple souverain le verra, le saura et se lèvera pour vous aider à être indépendants. Les réformes viendront après. Autrement, nous ne voulons plus que dans pays il y ait des super fonctionnaires (lourdement payés) et des sous fonctionnaires (moyennement payés). Nous sommes tous (fonctionnaires de tous secteurs) égaux devants les ressources de ce pays. Toute augmentation de salaire devra attendre la nouvelle grille salariale qui viendra remettre tous les Burkinabè sur un pied d’égalité. Arrêtez donc de nous parler de réformes qui coûteront extrêmement chères à un pays qui n’a d’autres ressources que ses HOMMES. Quant aux KOGLWEOGHO, vous pouvez réclamer leur encadrement, mais jamais leur dissolution car, la justice Occidentale n’a jamais résolu un problème même dans les pays développés. Pour une fois qu’un pays Africain veut innover en utilisant sa tradition, des Noirs aux cols blancs crient au scandale. "Les solutions aux problèmes africains passeront par les VRAIS AFRICAINS ET NON LES AFRICAINS-EUROPÉENS" Exemple : Si on a tué un repris, c’est que la justice fonctionne très très mal. Du reste si une justice est proposée par des gens qui savent qu’ils sont faux et qu’ils peuvent être rattrapés, alors ils vont tricher avec les lois qui régiront cette justice : c’est le cas de la justice occidentale qu’on nous sert partout dans le monde. Celui qui ne veut pas être sévèrement sanctionné par nos traditions’ qu’il se tienne tranquille et personne ne le touchera. Vive les KOGLWEOGHO !

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 12:33, par Le beau
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Vs parlez trop. Suis à OUAGA. A kel koglweogo j p m’adresser par un certificat de nationalité et un casier judiciaire. C’est urgent.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 12:52, par Je suis Bagoro
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    quand on lit les reactions on se rend vite compte que les magistrats se sont organisés pour animer le forum. dites vous que le peuple a besion que vous lui montriez que vous travailler. ce qui n est pas le cas en ce moment.
    de plus vos pretention sont irrealistes et peuvent entrainer des troubles sociaux : nos yeux sont ouverts.
    dans votre lutte pensez a avoir de l’ egard pour Bagoro. le ministre qu’il vous faut

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 12:55, par jeck
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    ce qui est dilatoire ici ce sont les prétextes de grève évoqués par les magistrats. demander plus de moyen pour travailler au bénéfice des populations est très honorable. vous dites que c’est par votre travail supplémentaire que nous avons des résultats en terme d’amélioration de la justice. Mes chers magistrats ; à ma connaissance les médecins et les enseignants font également de gros efforts bien au delà de leur rémunération. Si vous êtes honnête avec vous mêmes, vous reconnaitrez que la profonde aspiration de ce mouvement tourne autour de la révision de votre statut de magistrat, en résumé "plus d’avantages". allant dans cette logique, médecins, enseignants, agents des finances...tout le monde ira en grève et c’est la crise financière assurée. donnez du temps aux nouvelles autorités et en attendant ne faites pas du tord à la population pour laquelle vous prétendez travailler avec dévouement et acharnement

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 13:10, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    - Je m’adresse à BASSAN JUSTE (Internaute 6), L’OEIL DU PEUPLE (Internaute 23, SING (Internaute 27) et à tous les autres injurieux : s’il vous plait, modérez votre langage envers ces braves magistrats qu’on a suffisamment dénigré finalement.

    Moi Yamyélé je ne suis pas un fonctionnaire, pas même un salarié, mais le Ministre BAGORO est à l’origine de cette grève précipitée ! Je suis fermier mais quand un fonctionnaire ou un salarié quelconque grève et si le motif me semble juste, je le reconnais avec lui. La grève actuelle des magistrats est justifiée et je m’explique sur la base de l’article :

    Sous la Transition, voulant une justice libre et non inféodée au pouvoir exécutif, deux lois ont été adoptées le 25 août 2015 comme écrit. La 1ère sur la composition, l’organisation, les attributions et le fonctionnement du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), la 2ème sur le statut de la magistrature. Ensuite, il y eut la modification de la Constitution concernant des articles en rapport avec la justice. Je ne suis pas magistrat mais comme innovations majeures obtenues, on pourrait citer en référence á ce qui est dit :

    - L’exclusion du président du Faso et du ministre de la justice comme membres du CSM. Souvenez-vous que le Président du Faso en était même le président de cette CSM,
    - La suppression de l’autorité du ministre de la justice sur les magistrats du Parquet, soumis à partir de cet instant uniquement à l’autorité de la loi et des chefs de parquet (notons qu’avant celà le ministre de la justice pouvait leur donner des ordres et en ce sens on a tous entendu parler ici de ‘’juges acquis’’),
    - L’interdiction aux magistrats même étant en disponibilité de faire la politique. Si un magistrat veut le faire, il démissionne,
    - La possibilité donnée aux particuliers de saisir le Conseil de discipline si une faute déontologique est reprochée à un magistrat à l’occasion d’une procédure. Notons ici que dans aucune autre profession, même dans la Médecine pourtant sensible, cette possibilité n’est offerte aux citoyens. Le cas des magistrats fait donc exception !
    - La création d’un Secrétariat permanent du Conseil supérieur de la magistrature qui doit être doté de ses propres locaux, d’un personnel propre et d’un budget propre pour gérer la carrière des magistrats, préparer les sessions du CSM et appliquer ses décisions, etc.

    Chers lecteurs, soyons réalistes et comprenons-nous bien ! Toutes ces lois ont été prises mais sont inapplicables car il n’y a pas de Décrets d’application si je comprend bien. Ce qui veut dire que la justice ne sera pas libre et elle demeurera toujours inféodée au pouvoir exécutif comme de par le passé. L’application de ces Décrets va impliquer des incidences financière biensûr mais pas forcément dans tous les cas. Il est même dit que sous la Transition, une commission interministérielle avait été mise en place pour faire des propositions dans ce sens et c’était quasiment un acquis (Notons que le même BAGORO était Ministre sous la Transition et avait participé aux travaux car concernant son corps de métier).

    Et puis Paf !!! Voilà que BAGORO est enncore nommé Ministre (et cette fois de la Justice !) et il vient demander de reprendre tout ce travail ! Et sachez qu’il était ministre sous la Transition qui a fait ce travail, il est magistrat et il était syndicaliste comme dit.

    Alors chers amis, quelques questions :

    - Pourquoi brusquement le Ministre BAGORO veut remettre en cause tout ce qui était acquis même l’indépendance de la justice vis-à-vis de l’exécutif ?
    - Le présent Gouvernement actuel des RSS voudrait-il faire la même chose qu’au temps de Blaise COMPAORÉ que les acteurs principaux de ce gouvernement (RSS) ont combattu ?
    - Pourquoi voudraient-ils réinstaurer l’ancien système ?
    - Ont-ils peur de devoir faire face un jour à cette justice qui était entrain d’être libre ?
    - Veulent-ils réinstaurer l’ancien système pour encore museler la justice dans notre pays ? Souvenez-vous que sous Blaise COMPAORÉ, le Président du faso qu’il était est aussi le Président du CSM et qu’à ce titre il avait son mot à dire dans tout, même dans les affectations des juges ! Mais est-ce que dans le même temps il avait son mot à dire dans les affectations les Médecins, des Enseignants d’Université et les chercheurs ? Pourtant il y a aussi un Conseil des Médecins ! Si c’est non, pourquoi les Magistrats si ce n’est le désir de les contrôler ? Soyons ’’Wonnêtes !’’ et surtout soyons lucides chers citoyens et ne scions pas la branche sur laquelle nous sommes tous regroupés,

    CONCLUSION :
    1/- Les Magistrats ont raison et leur grève est totalement justifiée,
    2/- Les politiciens sont entrain de les diaboliser en faisant répandre la rumeur que les Magistrats veulent un salaire de Ministre, des voitures de fonction et des protocoles. Ce qui est complètement faux ! Aucun Magistrat ne l’a dit et même si un le disait, moi j’aurai répondu ‘’Pourquoi pas ? Le Ministre est-il un Dieu pour que d’autres ne prétendent pas avoir le même traitement qu’eux ?’’,
    3/- Le Ministre BAGORO est-il en mission dans la Justice pour réinstaurer l’ordre ancien ? Si oui, les Magistrats et les burkinabè en général ne doivent pas se laisser faire !

    - Comme quoi, ’’Le chien ne change jamais sa manière de s’assoir, ou chassez le naturel, il revient au galop’’.

    On a passé le temps à décrier les Magistrats parmi lesquels plusieurs sont honnêtes, mais s’ils ont raison, ils ont raison et accordons-les leur raison au lieu de nous évertuer à les insulter, à les dévaloriser, à les diaboliser.

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 13:21, par daody
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    que les autorites revisent la grille salariale et on aura la paix.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 13:50, par Mardimatin
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Internaut 37 soutien total. Tu as tout dit.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 13:51, par Chef Massoud
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Les enfants gâtés de notre administration veulent encore plus de beurre et puis du beurre de haute qualité.
    Wait and see !

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 14:11, par Joseph Traoré
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Il suffit d’avoir un dosssier à la justice pour comprendre que ces gens bouffent cado l’argent du contribuable Burkinabe. Ils ne travaillent pas assez vite et bien. Ils sont deja tres bien payés. Si l’Etat ouvre la boite aux pandore, tout le monde s’y engouffrera.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 14:13, par solo
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    grève pour boire le whisky. ok bonne chance mais rock est vigilant.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 14:14, par voila ça dèh
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Bien relaté l’equipe du ’lefaso’. Mais vous avez mis du temps avant de vous prononcer sur le probleme là ; qu’yavait Il ?
    qu’a cela ne tienne. seule la lutte libère. Je suis de tout coeur avec les magistrats pour avoir vu les conditions dans lesquelles ils travaillent.
    Vivement la magistrature Vraiment indépendante !!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 14:17, par clé en tête
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    BAGORO a au moins fait une preuve d’indépendance en 2010. La plupart de nos magistrats sont cupides et hautains. Il faut une réforme pour les dessaisir de certaines attributions (certificat de nationalité, casier judiciaire...). J’ai toujours conseillé aux gens de ne jamais trimballer quelqu’un devant nos tribunaux pour juger. Ils rendent les décisions selon la tête du client. C’est vraiment dommage.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 14:36, par tomo
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Oui pour l’indépendance de la justice mais si vous comparez vos conditions a ceux des autres pays alors ayez le courage de comparez aussi les économies de ces pays à notre économie puis tirez la conclusion. Dites moi quand le peuple insurgé se battait quels sont parmi vous qui ont pris part ou tout simplement qui ont soutenu ne serait ce que par un écrit. Sachons raison gardé construire notre pays sinon ce n’est pas seulement ROCK , Thieba ; Bagoro... qui vont trinquer mais nous tous et les responsabilités seront partagées.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 14:44, par alfa
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    bonne chance et beaucoup de courage a vous.mais svp 06 jours de greve n’est il pa trop mes cher magistrats.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 14:54, par Duniyaam
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Ok, attendons de voir. Nous fonctionnaires de la fonction publique, on verra ce que le Gouvernement va nous servir après avoir accédé à la demande de ces repus qui ne pensent qu’à leurs intérêt personnels. Ils prennent des gros salaires et ne font rien. S’ils continuent leur grève, on va prendre leur salaire pour donner aux Koglwéogo, ils vont faire le même travail que les magistrats pensent être les seule à savoir faire. Soyons raisonnables, vos salaires doivent évolué en fonction des moyens du pays. Après vous, on va paralyser l’Administration pour voir si vous serez payés. Wait aand see

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 14:55, par legran
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Les juges ne peuvent pas debattre avec des gens qui n’ont pas le niveau du débat. il y a des gens qui ont appris le français dans la rue et qui se cachent derrière leur clavier pour jaser à tout vent.il y a des gens dont la réflexion ne dépassent pas le bout de leur nez.C’est un débat entre intellectuels ; que ceux qui sont bornés se taisent. que celui-ci veut passe le concours car c’est ouvert à tous les burkinabè sans distinction. Chaque Burkinabè est libre de poser ses révendications, que personnes n’en veuille aux magistrats. Vous êtes illogiques quand dites que l’Etat ne peut pas supporter 3 milliards dans son budget annuel pour l’amélioration des conditions des vie des magistrats ; que dire alors de 14 milliards qu’on débloque par trimestre pour satisfaire un fond commun qui n’a aucune base légale. Dans tous les cas vous tourner, critiquer et mal causer, vous finirez par vous référer aux juges. Je termine par dire au ministre d’avoir le courage de dire à ces gens qu’il malheureuse excité qu’il ne peut rien contre les magistrats. les temps sont révolus et la peur à changé de camps, lui-même il le sait

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 15:20, par Duniyaam
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Mesdames et messieurs les magistrats, vous devez avoir une seule chose à l’esprit. N’oubliez jamais que
    "1- LE POUVOIR JUDICIAIRE APPARTIENT AU PEUPLE ;
    2- VOUS EXERCER LES POUVOIR JUDICIAIRE AU NOM DU PEUPLE ;
    3- SI VOUS VOUS IDENTIFIER AU PEUPLE, ET VOUS EXERCER LE POUVOIR JUDICIAIRE CONTRE LE PEUPLE, LA PROCHAINE INSURRECTION VOUS CHASSERA EN BROUSSE ET VOUS REMPLACERA PAR LES KOGLEWEOGO." Vous ne pouvez pas dire que vous n’avez pas le minimum, alors que vous êtes les mieux payés de ce pays. Comment les autres fonctionnaires font pour produire des résultats avec les maigreurs et vous ne faites rien de bon avec vos gros salaires ? A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 15:24, par legran
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    j’ai honte de savoir que certains internautes raisonnent comme s’ils sont dans des cabarets.Détrompez-vous, les juges ne sont pas des fonctionnaires, allez voir leur statut. La justice est le secteur le moins important dans ce pays. Allez y comprendre que le budget alloué au ministère de la justice est jusqu’alors inférieur à 1¨% du budget national , alors que l’armée à elle seule concentre plus de 17% du budget national.Apprenez à vous cultiver avant de vous inviter aux débats. Nous connaissons qui est qui dans ce forum des internautes et ne restez pas derrière vos crises de jalousie personnelles pour tronquer les revendications des magistrats et désinformer le peuple. Et vous devez savoir que ce n’est pas en vous excitant que vous ferez plier les magistrats. Et si vous pensez que pouvez vous passer de la justice, il faut laisser le temps au temps

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 15:30, par ka
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Magistrats, 80% parmi vous savent que les nouveaux gouvernants ne sont pas amnésiques et vous connaissent mieux plus que les citoyens lambda, comme le dit mon ami Körö Yamyélé, les magistrats ripoux du régime Compaoré continuent à vous manipuler à leur guise, sachant que rien ne sera plus comme avant : Si l’état et votre ministre de tutelle ne réagissent pas, ils savent pourquoi : Les manipulateurs ripoux ont en face d’eux, des maîtres manipulateurs. Alors c’est à prendre ou à laisser, après tout vous aviez prêté serment de servir par honneur et de protéger le peuple quoi qu’il arrive.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 15:31, par Charlienne
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Vous avez plutôt intérêt à gréver pour les koglweogo ne fassent pas votre boulot à votre place.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 15:31, par jules richard Tamini
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    sans vrai pouvoir judiciaire, pas de démocratie véritable. Ouevrons tous pour un pays juste et équitable

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 15:32, par Le Psalmiste
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Mémoire d’histoire:Juillet 2011 (René Bagoro, secrétaire général du Syndicat burkinabè des magistrats : « Je ne suis proche, ni de l’opposition, ni du pouvoir, mais du droit »...
    Le président du tribunal administratif de Ouagadougou, René Bagoro, peut être considéré comme l’une des valeurs sures de la magistrature burkinabè. L’on se rappelle, son acte déclarant illégale la carte d’électeur au lendemain de la présidentielle du 21 novembre 2010 avait mis du baume au cœur de l’opposition ; créé le doute dans les rangs de la majorité ; discrédité la (CENI) et fait trembler le Conseil d’Etat)
    .
    Ainsi, Réné Bagoro, aujourd’hui plus proche du pouvoir est-il ondoyant et divers ? comme tout autre homme d’ailleurs !
    L’avenir nous le dira ! Mais en tant que jeûne "intello" dans ce paysage politique incertain, je lui conseillerais la sagesse de Salomon !

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 15:40, par La Sagesse
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Tout finira par se savoir. De toutes les façons à ce rythme là, la prochaine insurrection se fera contre l’ appareil judiciaire si nos juges corrompus ne quittent pas dans cet égoïsme

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 15:44, par jrms
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    que ces salo qui ne se souci pa de notre securité soient tous requisitonné et puni s’ils refusent d’executer la requisition.vous magistrats trouvez vs normal qu’on vs donne des million par moi et laissé la creation des emploi ?on comprend que l’exitence de KOKLEWEOGO n vs plai pa car vos deals n son plu en actualité.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 15:49, par legran
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    si les prétentions des magistrats sont irréalistes, celles obtenues par d’autres corps le sont davantages. A ce que je sache, des fonctionnaires de ce pays se tapent plus de 4 millions tous les trois, ce qui est de loin le salaire annuel d’un magistrat et ça ne choque la conscince de personne. n’obligez pas les magistrats à sortir de leurs gondes.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 15:56, par diplomatie
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Chers magistrats vous n’êtes pas les seuls travailleurs dans ce Faso. Parce que le peuple a fais fuire Blaise COMPAORE vous pensez que c’est vous qui êtes le centre du monde. Si tel est le cas faites exécuter votre mandat d’arrêt par Alassane OUATTARA. Voilà que Blaise vous nargue en se faisant ivoirien avec son frère. Le pays est pauvre et déjà ce que vous gagnez par mois triple ou quadruple le salaire des autres travailleurs (enseignants, instituteurs, infirmiers, agents d’agricultures, élevage, environnement, etc.) Bac+4 vous voulez engloutir tout le budget de l’Etat et ceux qui sont devenus chauves sur les bancs avec Bac+8, 10, 12. Et certains d’eux sont toujours en chômage ? Et ceux qui disent qu’ils travaillent ne peuvent s’acheter un véhicule France aurevoir. Pensez vous à ces pauvres paysans qui ne demandent à l’Etat que d’améliorer l’état des routes, leurs sécurités et réviser les prix des denrées, des produits pharmaceutiques ? On comprend pourquoi le dossier SANKARA n’a jamais avancé depuis 27 ans sous Blaise parce que vous étiez huilés jusqu’aux os. Vous avez en partie raison car c’est pareil avec ces ministres, députés et autres DG qui se remplissent les poches et crient chaque jour sur les ondes aux "sourds muets" que le train de vie de l’Etat a diminué parce que le pays est pauvre. Ils sont très rares ces burkinabés qui acceptent de nos jours se sacrifier pour l’honneur et la dignité de la patrie. Ce qui les préoccupent c’est les gros émoulements, comment rassasier leurs ventres et comment mener une vie rosée auprès de leurs maîtresses pour faire croire que sans eux le pays n’existe pas. Le peuple insurgé observe l’Etat, s’il cède aux revendications de ces magistrats il devra une fois pour toute trancher la question des salaires et notamment la fameuse loi 013 afin que tous les travailleurs publics comme privés aient de meilleures conditions de vie.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 16:00, par jrms
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    si le gouvernement laisse cette reendication passé il doi se preparé car tous les fonctionnaire sortirons pour reclamé

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 16:01, par abdoul
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    La magistrature est un corps de métiers comme tous les autres, vous n’êtes pas comme je l’ai dit plus haut plus importants ou plus intelligents que les autres travailleurs. Déjà vous vous êtes bien traités, mis a la Catégorie P que les médecins qui ont passe en moyenne 8 ans d’études universitaires ardues sont mis en catégorie A. Mieux est, sous le régime passé bon nombre parmi vous étaient des magistrats acquis, soit par peur ou par pur opportunisme. Hors mis les forces de sécurité qui peuvent en bénéficier de façon justifiée au regard des astreintes sans limites ( a toute heure de la journée, qu’il soit de service ou non un agent de force de sécurité peut être immédiatement appelé à aller au travail si la sécurité de la population ou de la nation est menacée, ces gens n’ont pas d’heure de travail et côtoient le risque à chaque jour), les statuts particuliers , sont une source pour exacerber les inégalités sociales entre travailleurs, et contraire a l’idéologie Marxiste. En quoi vous les magistrats êtes particuliers par rapport aux autres ?

    Dans la social-démocratie, on peut au vu des contraintes, astreintes, duretés et tentations... que comporte un métier, proposer des indemnités en nature ou en espèce pour compenser cela. Nous devrions éviter les comparaisons (les magistrats, les prof d’universités, les médecins, les financiers.... De tel pays touchent mieux que nous, pourquoi pas nous ?). Nos ressources ne sont pas pareilles et supposons que nos ressources soient identiques, le nombre de population est différente ( exemple source uemoa.int, le Burkina a 16.3 millions d’habitants, le Sénégal a 12.8 millions, le Mali a 15.4 millions d’habitant la Cote D’ivoire 22.7 millions ,le Togo a 6,0 millions, le Benin a 9 millions d’habitants, le Niger a 15.7 millions la Guinée Bissau 1.5 million d’habitants en juillet 2012.) Donc voyez vous le Burkina vient en deuxième position en terme de charges.

    Je lance un appel au partenaire social des magistrats de faire preuve de maturité, de responsabilité, de discipline et de lever leur mot d’ordre de grève et s’inscrire dans une démarche républicaine qui suit une certaine régularité et un certain bon sens. Vous êtes d’ailleurs les garants de cette régularité et de cette discipline, et parmi vous il ya et nous en connaissons d’intègres et d’honnêtes magistrats. Nous pouvons tous réfléchir a trouver une solution satisfaisante. Sachez aussi que nous ne sommes plus dans la transition qui a fait preuve de vacillements et de pataugeage a plusieurs reprises, le peuple s’est dote le plus démocratiquement au monde des dirigeants pour les cinq prochaines années, donc les dérives seront punies. Nous sommes tous égaux devant la loi. Soyez vous des magistrats, vous n’êtes pas au dessus des lois. Vous devrez bien faire votre travail, et surtout vous assagir davantage.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 16:03, par Lalbila
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Supprimez tous les Fonds Communs et donnez satisfaction aux Magistrats, eux au moins se référent aux Textes.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 16:12, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Si les administrateurs, les militaires et les magistrats étaient interdits de grève, il y a /avait bien une raison, liée au caractère catastrophique des conséquences de telles grèves. Je me demande par quelle acrobatie d’interprétation on a bien pu revenir la dessus ? Mais passons...

    Selon le premier internaute citant lui même l’observateur, l’incidence financière des revendications des grévistes serait de "seulement" 3 milliards de Fcfa par an. Sachant qu’ils réclament, en dehors des revalorisations salariales, la mise en place de leur secrétariat permanent du conseil supérieur de la magistrature et des améliorations des matériels de travail, divisons la poire en trois. Cela ferait donc environs un milliard de revalorisation salariale pour environs 300 magistrats. Donc environs 3 millions et demi par magistrat et par an, soit une amélioration de 280.000 Fcfa environs par mois par magistrat au titre des indemnités diverses ! Sachant qu’ils sont déjà parmi les fonctionnaires les mieux payés du pays par rapport à leur niveau de formation, on comprend que le gouvernement ne se précipite pas pour les satisfaire.

    Entendons nous bien, il est normal que les juges soient bien traités pour être (un peu) à l’abri de la tentation de la corruption. Le renouveau de la justice passe aussi par l’amélioration des conditions de vie et de travail des magistrats. Mais vouloir aligner leurs salaires sur ceux de nos voisins de la sous région dont les PIB/habitant sont plusieurs fois celui du Burkina n’est pas très logique ni très patriotique. Et on comprend encore moins le besoin de le réclamer avec insistance ici et maintenant alors qu’il leur était demandé un peu de patience, comme d’ailleurs à tous les Burkinabè, fonctionnaires ou pas qui attendons les mesures concrètes des nouveaux dirigeants.

    On peut se demander pourquoi cette précipitation et cette pression alors que le principe des améliorations est acquis et que les discussions portent sur les montants ? Espèrent-ils vraiment ainsi imposer ces montants d’indemnité sans discussion ? Ou veulent-ils pousser le gouvernement à la faute et dans quel but ? Car il est évident qu’accorder de telles augmentations ne va faire que relancer les revendications plus anciennes d’autres corps et pourrir le climat social pour tout le mandat présidentiel et législatif, et ils le savent...

    Le cercle vicieux est connu : Augmentations inconsidérées sous la pression, dérapages budgétaires, tarissement des financements extérieurs, arrêt des investissements structurants créateurs d’emplois et sociaux, y compris écoles et hôpitaux, nouvelles grèves et revendications, etc. Aucun Burkinabè ne souhaite cela à notre pays, même pour faire échouer un régime, ce serait trop cher payé par tout le peuple du Faso.
    Alors la vraie question est : Que veulent vraiment les magistrats ???

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 16:23, par clé en tête
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    BAGORO a déjà fait une preuve d’indépendance en 2010. Tout se passe dans la tête.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 16:40, par AL
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    BAGORO est une bonne personne, un bon magistrat, la majorité des magistrats le savent. Tous ceux qui le connaissent savent qu’il est bon à ce poste. Seulement les magistrats veulent améliorer leurs conditions de vie et de travail et l’inpendance de la Justice passera par là aussi. Le problème n’est pas BAGORO, si le pouvoir avait réglé ce problème à temps, avec BAGORO à la tête de ce ministère, on allait plus entendre parler de juges acquis, le pouvoir comme les justiciables allaient mieux profiter. le pouvoir même allait gagner beaucoup dans ça. Le pouvoir ne devrait pas laisser la situation arrivée là. Courage à BAGORO, je suis sûr que si ça dependait de lui, c’était déjà réglé, qu’on ne l’en veut pas. Le Gouvernement doit l’aider et aider toute la justice à ce relever pour le bonheur de notre pays.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 16:59, par GORKO
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Je demande à certains de ne pas confondre les rôles. Les magistrats font leur travail, les Koglweogo feront le leur, à savoir dissuader, prévenir et même protéger la majorité des Burkinabè (plus de la moitié des Burkinabè sont en milieu rural). Aucun magistrat n’ira à MOBWENDE TENGA pour sécuriser les populations en cas d’attaque (pas même les forces de défense et de sécurité). Il faut donc les former, les éduquer et les équiper à la taille de leur tâche et vous verrez que nous ne ressemblons pas aux pays qui suivent moutonnement les méthodes occidentales qui n’arrivent pas à protéger même les Occidentaux.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 17:14, par katya
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Le gouvernement peut réactiver les mandataires de justice qui régleront le problème de casiers judiciaires et certificats de nationalité. Koglweogo pour les voleurs, et leurs amis politiques resteront en prison jusqu’à ce qu’,ils subissent le temps pour eux de comprendre que le mal est collatérale.. même un an de grève ne changera rien et c’est vous qui arpenteriez les couloirs à la recherche d’ une hypothétique vacation pour survivre et même là aussi les portes vous seront fermées au profit des professeurs d’universités qui en ont les bagages nécessaires.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 17:35, par M.Houille
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    je voudrais savoir combien gagne un magistrat burkinabè en début de carrière ? On aurait une idée de ce que nous autres sans- culottes coûtons à l’état burkinabè.Je suis d’avis avec un politique français qui disait qu’on devait parler" d’autorité" judiciaire et non de "pouvoir" judiciaire !!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 17:37, par sidsomdé
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Kôrô Yamyélé , 3 milliards pour ajouter ici et maintenant au salaire des magistrats, je ne connais pas leur nombre mais ha ! Nous autres aussi on veut un peut mais on accepte que le pays est convalescent , on attend qu’il guérisse un peu.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 17:47, par Cheikh
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Très franchement, je n’ai jamais su que les magistrats pouvaient s’unir à un tel point pour soutenir une action.Sinon le moment le plus propice à ce genre de mouvements était plutôt celui de l’assassinat du juge Nébié. Malheureusement aucun magistrat honnête n’a eu à broncher face à ce crime . Voilà qu’aujourd’hui, pour des prétextes qui ne valent nullement le dixième de cet acte ignoble, chacun se permet de retrousser gaillardement ses manches.
    Vraiment honte aux magistrats !

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 17:51, par L’alternateur
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Bonjour chers internautes,
    BAGORO DOIT PUREMENT ET SIMPLEMENT DÉMISSIONNER ET RÉPONDRE DES ACTES QU’IL A POSÉ DURANT LA TRANSITION EN TANT QUE MINISTRE DE L’HABITAT. L’ASCE À ÉPINGLÉ DE GROS DEALERS SUR NOS BIENS À TOUS. UN MINISTRE DE LA JUSTICE INJUSTE ET VOLEUR. 50000 M2 ET PLUSIEURS TERRAIN MIS EN VALEUR EXPROPRIÉS PAR DES BANDITS DE GRANDS CHEMIN. QUE TOUS CEUX QUI ONT DES PARCELLES À OUAGA 2000 SE DÉPÊCHENT D’ALLER VOIR S’ILS SONT TOUJOURS PROPRIÉTAIRES. BAGORO !!! DEMISSIONNES HIC ET HUNC ! !!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 17:51, par le peuple
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    la chute du dictateur et leveil de conscience du peuple en matiere de justice font que les vendeurs de meche de la justice narrivent plus a maintenir leur niveau de vie donc il faut revendiquer pour liser sa consummation.je matendait plustot a une revendication de verite et justice pour linsurrection et le coup d etat.Commencer par ca et le peuple vous soutiendra.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 18:02, par legran
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    La réponse est simple monsieur Sebgo, les magistrats veulent l’application de la loi et rien que l’application de la loi. ils sont fatigués de continuer de faire la courbette. Ne soyez pas offusqués, les magistrats sont fatigués et écoeurrés par le dilatoire des dirigeants et ce n’est pas une catégorie d’internautes mal inspirés qui leur feront frémir. N’en déplaise à leurs détracteurs l’assaut est lancé......

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 18:22, par Le truand
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    A tous ceux ki parlent de diplômes. Sachez kil Ya des députés burkinabè qui ont BAC-10.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 18:24, par JUSTICE
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    huuuuuum ! au delà de la justesse des revendication j’ai l’impression qu’il y a quelque chose qu’on ne nous dit : Mon intuition me dit que cette grève est dirigée contre quelqu’un ! on ne veut pas de lui ! alors on mobilise en mettant en avant les préoccupations légitimes de la corporation ! sinon pourquoi mettre sous pression un gouvernement qui n’a pas encore fini de s’installer ? mème pas un état de grâce ??

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 18:46, par Bangrebiiga
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Les magistrats refusent de faire le SND en debut de carriere.
    A leur integration ils ont 2 ans de rappel pour le temps passé en formation.
    Ils ont une indemnité (judicature) qui fait 150 000 francs (salaire d’un fonctionnaire A1, recruté avec le même niveau)
    Un magistrat en début de carrière a près de 500 000 francs net.
    L’independance demandée, c’est une attitude et une organisation institutionnelle. Ce n’est pas un engraissement des masgistrats au detriment des autres concitoyens.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 19:20, par vérité no1
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    @alternateur, comme vous connaissez tout, eh bien vous pouvez commencer à rédiger sa lettre de démission ! Vraiment, ce vieux n’a jamais été sage ! Vous les CDPistes, sachez qu’on peut pas greffer un coeur ici, allez-y molo-molo ! La soupe vous a échappé et ce sont les règles de la vie ! Webmaster, laissez passer, avec alternateur, je n’utilise aucune balance pour mesurer mes propos ! Bon weekend mon ami !!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 20:08, par Anonyme
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Dites moi au BF, un douanier,un enseignant et un infirmier (pr ne citer qu’eux)ont-ils les mêmes salaire et avantages, à diplôme égal ? Arrêtez donc les comparaisons futiles.

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 20:31, par BF
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Soutient indéfectible aux magistrats. On vous croit on vous suit .

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 21:13, par vrai general
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Moi javais alerté le premier ministre dans ce forum ici,de faire ce qui est juste ,sil veut vraiment reussir sa mission,en degageant tous les pourris de la transition,du ministre au directeur general ou regional de la transition.il ne la pas fait,il est juste là avec des audieces a nen point finir.je comprends la reaction des magistrats,meme si je n artage pas leurs vues,je pose la question aux internautes,est il juste quon deblque 14millards pour un groupe de travailleurs pour un partage juste par trimestre,et demandez a dautres corps de n pas revendiquez juste 3milliards par an.multiplez les 14 milliard fois 4,vous verez que les gars du minstere se partage 46milliard par ans sans que cela nemeuve aucun internaute ou un citoyen,donc arretez cette hypocrisie et comprenez que les magistrats ont aussi le droit de revendiquer

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 21:24, par Malick
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    C’est justement pourquoi je disais toujours que Kafando etait mieux. Rock est revenue avec histoire de politique la encore. Avec la transition on avait laisse la politique c’est a dire la manipulation et on travaillait rapidement. Grace a la transition au moins l’affaire Sankara est revenue sur la table, depuis avec toi rien, tu manipules la justice et joue a un jeu dangereux. Il faut qu’on arrete ca. Rock vraiment mets toi au travail. Tu vas faire on va se rappeller de la transition. LAISSE LA JUSTICE FAIRE SON TRAVAIL EN PAIX,PARDON....laisse la justice etre independante ne cherche pas palabre ou il n’y a pas. Voila affaire de Soro et Blaise, regarde toi meme comment tu geres ca. Bon on attends toujours, on fera le bilan quand tu auras fait tes 90 jours. .

    Répondre à ce message

  • Le 25 février 2016 à 22:53, par SIDSOBA
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    quatre positions :
    1- Si vous êtes honnètes, si vous croyez à la pertinence de vos revendications,si vous ne voulez pas tromper le peuple, divulguez l’incidence financière que vous aurez avec ces reformes ; vouz avez deja les meilleurs salaires alors que vous n’êtes pas les meilleurs travailleurs
    2- Si on vous augmente, on n’augmente pour tous les fonctionnaires parcequ’ils vous ont dévancé dans la plate forme avec la relecture de la loi 013 ,l’état ne peut pas vous satisfaire et laisser la grande masse : votre satisfaction doit passer par la satisfaction de tous
    3- vous ne pouvez pas vouloir et l’indépendance et le droit de grève. Autrement dit, ne cherchez pas à être indépendant si c’est pour grèver pour l’argent car l’argent ne suffit à personne et vous serez toujours entrain de grèver.
    4- Laissez le gouvernement travailler, en persistant vous apparaissez comme des fouteurs de trouble s et c’est dommage pour des hommes de loi !

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 02:47, par Professeur
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Moi personnellement je pense que nous pouvons nous passer de cette justice qui n’existe que pour brimer nos populations.faites un sondage et vous aurez l’opinion des burkinabé sur leur justice.Aucun agent de l’état n’a tous les moyens pour travailler.Des enseignants donnent du savoir à des enfants sous des paillotes et meme sous des arbres des agents de santé restent parfois impuissants face au manque de minimum des force de sécurité se font parfois trucider par des bandits parce que les conditions de travail sont précaires par moment on utilise ses moyens personnels pour le service public.C’est dire que personne n’est mieux.Avec le minimum mis à votre disposition vous pouvez rendre la justice.C’est une question de moyens mais surtout une question de volonté de conscience de raison.La multiplication de votre salaire ne saurait etre une condtion pour rendre justice.même nos responsables coutumiers rendent mieux la justice. Notre justice coûte cher et nous brime.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 06:04, par Abdoul
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Les magistrats, vous venez par cette grève, de convaincre les plus sceptiques que ce n’est pas l’indépendance de la justice qui vous intéresse. Vous êtes plus préoccupés par votre poche. C’est dommage pour un corps de métier qui devrait se placer au-dessus. Vous n’êtes pas des fonctionnaires, mais vos salaires sont payés grâce au travail de beaucoup de fonctionnaires. Si tous veulent être égoïstes comme vous, le nouveau gouvernement est parti pour des mouvements sociaux à répétition. En plus, vous n’avez pas honte, vous vous cachez derrière des pseudo pour raconter des inepties aux gens. "Legran", ce que tu fais n’est pas digne d’un magistrat. Tu nages, malheureusement ton dos est dehors. Ressaisissez-vous.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 08:23, par Touroul
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    s’il y a une chose intéressante dans cette grève, c’est le fait que les magistrats réquisitionnés aient refusé de travailler. C’est une jurisprudence. On attend la réaction du gouvernement et du parlement pour voir. S’il n’y a pas de suite. On en tire la conclusion : les dispositions sur les réquisitions sont devenues caques. Dans l’avenir, si les agents de santé, les enseignants et autres refusent de respecter les réquisitions, l’Etat ne pourra rien faire. Même s’il y a des milliers de morts. En outre, il n’y aura pas une juridiction pour trancher en cas de contentieux. A Bon entendeur salut !

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 08:23, par Ben
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Ne vous foutez pas des gens.Pendant que des fonctionnaires touchent 115 à 120000,vous les magistrats êtes à 500,600000f et vous ne voulez pas attendre.Vous n’êtes pas mieux que les autres même maitrise plus deux ans de formations a l’enam.je propose que le gouvernement règle tous les autres aspects qui ont trait au condition de travail et l’aspect financier attendra.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 09:05
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Un magistrat (bac+4 + formation aux frais du contribuable) qui débute sa carrière a un salaire de 500 000 F CFA environ, contre 210 000 F pour un ingénieur (bac+5) toute catégorie confondue. Je ne parle pas des autres qui sont à la traîne. Et aujourd’hui, les majustrat demandent environ 1 000 000 en début de carrière. Allez y comprendre que dans ce pays, le peuple se grille au soleil pour nourir d’autres qui dorment dans les bureaux climatisés.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 09:28, par l’AFRICAIN
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Il faudrait que tous les corps qui réclament plus d’argent comprennent que c’est pas l’argent qui fait le professionnalisme. BIEN TRAVAILLER EST D’ABORD UNE QUESTION DE VOLONTE. Or, les magistrats par les grèves à répétition laissent croire que la volonté manque.
    Aussi, les magistrats doivent éviter de comparer leur salaire avec ceux des pays voisins car ça ne tient. Avec cet argument, vous raisonnez comme cette dame de la Patte d’Oie qui réclame 50 000f/jour de nansongo à son mari parce que pas loin de chez elle ; sa cousine de Ouaga 2000 gagne 60 000f/jour comme nansongo.

    Bref ! Toutes ces revendications partent du fait que le fameux Fonds Commun permet à certains fonctionnaires de narguer les autres. Aux magistrats, je dirai que vous voulez une chose et son contraire : vouloir indépendance et droit de grève. Si vous voulez un statut particulier, on ne doit pas vous donner le droit de grève comme les hommes de tenue.
    Comme propositions, moi je suggère que :
    1) Le ministère de finances arrête d’octroyer ce fameux fonds commun pour ne pas donner de prétexte à ces magistrats et autres fonctionnaires qui sont à l’affut si l’Etat cède aux magistrats
    2) Comme pour le cas du fonds commun, il faut que le peuple sache combien gagne en détail un magistrat débutant. Cela permettra au peuple de savoir si vous avez raison de revendiquer encore du gombo ou non.
    3) Le Premier Ministre doit résoudre rapidement cette question d’IUTS sur primes que certains paient alors que les bénéficiaires de Fonds Commun ne paient pas. C’est INJUSTE ! En appliquant l’IUTS aux revenues des députés cette fois, c’est bon mais c’est pas arrivé. Il reste le cas des primes à régler au plus vite car trop c’est trop.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 09:42, par legran
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Il y a des gens qui ne prennent pas le soin d’aller chercher l’info avant de réagir sur la toile. les magistrats ont clairement dit que l’incidence financière de leur revendication est de 3 milliards. Ce qui est largement inférieur aux 46 milliards que les financiers se partagent illégalement par an. Il y a aussi des internautes spécialisés dans la désinformation. qui vous a dit qu’un magistrat débutant touche 500 000 par mois même s’il devrait pouvoir revendiquer ? tout le monde sait dans ce pays comment les prétendus collecteurs d’impôts se servent goulument avant de remettre la partie infime de l’impôt collecté au trésor. Tout le monde voit comment les douaniers se sucrent dans les corridors. personne ne se pleint. la preuve est que la plupart des concours concernés par la fraude chaque année sont l’ENAREF et la Douane.Allez y comprendre les raisons. il faut avoir le courage de tenir un langage de vérité. que celui qui veut fassent un tour dans les palais de justice et voit comment les juges croupissent sous le poids des dossiers. A titre illustratif, il y a un magistrat pour 36 000 burkinabè. Et chacun vient avec un problème différent de l’autre. certains pensent maladroitement que le travail du juge se limite à monter à l’audience et de condamner des gens. c’est faux. que dites vous des rectifications d’actes ? des différentes ordonnances : Garde d’enfant, pension alimentaire, de référé, des dépassement de quotité cessible ; certificats et casiers judiciaires, des problèmes de couples, des dossiers d’instruction, des déferrements, de la tenue de l’état civil et j’en passe. Certains internautes n’ont jamais mis pied au palais et ne connaissent pas où il se trouve. C’est pourquoi ils ont la critique facile. qu’ils se renseignent auprès des avocats, eux au moins sont mieux placés pour apprécier le travail du juge. Enfin, il faut dire que le problème actuelle de la justice est une question de volonté politique. Et n’oubliez pas que ceux qui ont contribué à affaire la justice sous le régime Blaise Compaoré sont retour aux affaires et pensent pouvoir perpétuer leur inconduite. c’est sans se souvenir que la transition a déconnecté la justice de l’exécutif et la justice respire librement. C’est pourquoi ceux-ci regrettent certains mesures courageuses prises sous la transition. Ce qui est curieux est que certains internautes n’arrivent pas cerner le danger et roucoulent librement et sans conviction sur la toile ; qu’il sachent que la récréation est terminée. C’est l’occasion de savoir que la justice est véritablement un pouvoir et non des moindres.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 10:31, par acerbe
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Détrompez-vous. Ils grèvent pour leurs intérêts personnels...s’ils veulent que la justice soit indépendante et fasse son travail, ils doivent commencer par se balayer eux même car tous corrompus. Que ce magistrat qui ne prend pas de dessous de table lève la main et on verra. D’accord pour l’independance de la justice mais il faut tous les balayer d’abord et reprendre avec de nouveaux magistrats honnêtes...s’ils veulent qu’on donne quelques indices de la corruption dans le corps nous le ferons...en bon entendeur...

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 10:31, par Daramouni
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    En parcourant les interventions des uns et des autres, il ressort que beaucoup ignore les lois qui régissent notre pays. Vouloir comparer les magistrats aux autres travailleurs n’est pas exact. Pour comprendre cela, il faut se référer à la loi 13. La révision du statut général de la fonction publique en 1998, fait du corps de la magistrature, de la sécurité… des corps de souveraineté qui ne sont pas régis par le dit statut, mais un statut particulier. Ce qui explique des traitements différents car on a besoin de ces corps de métier pour taper sans état d’âme pour défendre certains intérêt et certaine remise en cause de position tout ce qui voudraient un jour se mettre en travers de la marche des chefs et des investisseurs. Comparer est bien, mais on compare des choses de même nature. Ceci dit, il faut se demander qui a peur d’une indépendance réelle des magistrats. Quand un juge à la faveur de cette indépendance peut s’auto saisir d’une affaire dont il a eu connaissance sans que le politique ne puisse interférer, c’est incontestablement les citoyens qui gagnent. Finit les trafics en tout genre, les détournements (le délit d’apparence étant là), et autres délits qui nous ont révoltés pendant des années au Faso. Ce qui est certain, les politiques n’aiment pas une justice indépendante, qui échappe à leur contrôle et le ministre actuelle est bien dans le sérail pour bien le savoir. Au-delà donc des questions d’argents, voyons ce que nous gagnons à ce que les moyens matériels et financiers soient mis à leur disposition afin d’obtenir une justice équitable. Et si après on prend un juge acquis après ça, il l’aura cherché. Allons plus loin que les simples questions d’argent. Ce n’est pas pour rien qu’il y a un conseiller français près de Mr le ministre car eux savent ce que veut dire une justice véritablement indépendante dans une leur colonie ou la conscience monte chaque jour d’avantage. Et cela fera certainement tache d’huile ailleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 10:37, par BAC
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    ce qui est contenu dans la relecture du corps de la magistrature et dont les magistrats se battent comme des beaux diables pour exiger l’application c’est que ces nouveaux textes prévoient la gratuite du costume d’audience, une prime d’installation, l’acquisition de véhicule personnel en franchise des droit et taxes, l’autorisation du port d’arme civil...mais tres sérieusement dites moi en quoi une prime d’installation, l’acquisition de véhicule personnel en franchise de droit de douane et taxes contribue à l’indépendance de la justice ? n’importe quoi ???

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 10:39, par LoiseauDeMinerve
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Post 3. T’as raison ur ce qui est de l’approche souhaitée, mais le Ministre our qui le temps est de l’or est parfaitement dans ses droits en se voulant droit, réaliste et pratique. Enfin, je trouve que les magistrats se sont faits hara Kiri, ainsi assis par terre, pr É qu’ils réclament de l’argent. Pour si peu, nombre d’entre eux n’hésite pas à brandir le fameux " outrage à magistrat ". Bonne gens, que dire de magistrats assis à même le sol si non dans la poussière ? Alors dieu ne serait-il plus dieu ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 11:10, par Dos dehors
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Le pouvoir exécutif n’a jamais été forcé à élaborer un projet de loi portant nouveau statut de la magistrature et le législatif de l’adopter. A ce que je sache donc les magistrats ne se sont pas donné le statut dont ils demandent l’application par la prise de décrets.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 11:28, par sidnooma
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    le magistrats ont raison si on peut débloquer 14 milliards pour le fond commun qui na pas de base légale pour les agents des finances on peut bien trouver 3 milliards pour les juges et nous on attend le mot d’ordre de BASOLMA par rapport à la relecture de notre loi 13.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 11:49, par yesgo
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Ce forum s’apparente de plus en plus à une foire aux injures. Nombre d’intervenants croient qu’ils sont à un meeting de partis politiques. Sinon en quoi la revendication des Magistrats peut-elle être assimilée à une quelconque forme de rébellion contre l’autorité ou à une quelconque collusion d’intérêt avec l’ancien régime qui, comme tout ancien, a existé ? Qui peut nous apporter la preuve que sous Blaise COMPAORE les magistrats ne se sont jamais battu pour l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail et plus généralement pour une meilleure administration de la justice ? Et puisque invoquer Blaise COMPAORE c’est invoquer une gouvernance dont les premiers acteurs sont ceux la même qui sont aux commandes de notre pays actuellement, ce serait faire preuve de mauvaise fois que de chialer sur "le besoin de temps pour le nouveau pouvoir". Ceux qui dirigent ce pays sont sensés avoir été élus sur la base d’un programme et à ce que nous sachions, ils n’avaient nulle part inscrit dans leur programme "DEMANDER UN RÉPIT AUX PARTENAIRES SOCIAUX POUR ASSEOIR NOTRE POUVOIR". Chacun connaissait l’existant et les programmes ne peuvent être élaborés qu’à partir du connu, à moins que ce soit de la prestidigitation, ce qui équivaudrait à une grosse arnaque organisée contre le peuple Burkinabé. Il vaut mieux que les supporteurs du nouveau pouvoir, principalement les vuvuzelas du MPP, assagissent le verbe, car il est de notoriété que ce sont les mêmes qui tenaient la palme des sorties tonitruantes sous l’ancien CDP, c’est à dire le CDP piloté par le même triumvirat de l’actuel parti au pouvoir. La sécurité du pays passe nécessairement non pas par les armes sophistiquées de quelque calibre que ce soit, encore moins par l’élitisme de quelques hommes en kaki, mais aussi curieusement que cela puisse paraître, par l’existence d’un appareil judiciaire véritablement indépendant avec des outils (arsenal juridique) adaptés à notre époque et des magistrats à l’abri de toute tentation. Sans cet appareil et ces ressources humaines, personne ne se risquera à investir son kopeck dans cette partie du sahel, personne. Le juge dit le droit, c’est une vérité de la palissade me diriez-vous ? Alors donnons aux juges la matière de leur métier autrement dit, des textes à l’aune des réalités sociales de notre pays. Si dans les textes de contravention il était indiqué que POUR AVOIR BRULE UN FEU ROUGE, votre sanction ne serait pas que simplement pécuniaire mais qu’en sus vous devriez vous séparer de votre engin pour une période d’au moins 48 h, je vous parie que les policiers dont le piquet devant les feux de signalisation n’est que l’avis d’échec de la puissance publique, seraient employés à autre chose. Cessez vos jérémiades sur l’ancien régime car ce n’est pas en criant " l’ancien régime, l’ancien régime" que les Burkinabé trouveront solution à leurs préoccupations. Faites moins usage des rétroviseurs car le pays veut avancer, le pays doit avancer, et c’est de la responsabilité pleine et entière des nouveaux dirigeants. Blaise a joué sa partition, il est parti comme il est parti ; que ceux qui ont juré posséder les meilleurs remèdes se mettent à table en vue de MIEUX S’OCCUPER du patient Burkina dont l’état général suscite interrogations et inquiétudes. A bon entendeur !

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 13:59, par X ONE
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Attention chers forumistes !!!!! Je ne suis pas du corps des magistrats, mais ce gouvernement tient ab initio un langage mensonger !!!! Comment faire passer l’idée qu’il y’a un creux dans les caisses pendant qu’on débloque effectivement 10 à 14 milliards pour les agents du MEF à titre de Fond Commun ? C’est de la poudre aux yeux !! Que le gouvernement THIEBA qui se veut patriotique contribue a renflouer les caisses par une baisse emblématique de leur salaire, frais, avantages et autres accessoires. Je dit également de ne faire des comparaisons incomparables qui, à la limite insinue la jalousie et l’inconséquence avec soi. si le corps est tèlement enviable comme vous le pensez, inscrivez vous et passer le concours : C’est regrettable vos pensées arriérés !

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 14:03, par Raisonable
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Messieurs les magistrats, soyez raisonnables. Vous avez déjà de gros salaires, à ne rien faire, en comparaison, par exemple en comparaison avec les BIB (Braves Instituteurs de Brousses) ou ces infirmiers et agents de santé qui se sacrifient au quotidien pour nos pauvres parents de campagnes. On vous voit ici, vivant la belle vie en des endroits douillet (porc au four, poulets flambé, etc.). Certains se reconnaitront à travers mon post. Je pourrais même citer des noms de certains. Il faut reconnaître que vous n’avez pas raison ici, et cette fois-ci

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 16:16, par vérité no1
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    D’accord avec acerbe, ils luttent pour l’argent ! Depuis quand un Burkinabe s’est motivé en dehors de ses intérêts ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 16:30, par bissongo mibangre
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Chers frères magistrats. Si vous pouviez patienter un peu (1 ou 2 ans ) vous pourez vaincre et avoir raison. pourquoi vous êtes préssés ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 16:50, par Naboho Lassina
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Je viens de lire l internaute numéro 71 j ai bien compris le problème.
    Donc les magistrats ne réclament pas des avantages en nature et financiers.Ils
    demandent l adoption des décrets d application des lois régissant leur indépendance,
    par rapport aux pouvoirs exécutifs.Cherchons à savoir, avant d écrire.Merci

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 16:53, par clé en tête
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Vous tenez les 10 à 14 milliards d’où. Pour votre infos il y a environs 10 000 agents au MEF (qui mobilisent les recettes et exécutent les dépenses) contre environs 500 magistrats. Faites le rapport ! Dans tous les cas sachez que ces montants ne constituent de dépenses supplémentaires pour l’Etat. Ce sont des droits acquis depuis des années intégrés dans les finances publiques. L’incidence de la révision de la loi n°13 n’a été constatée jusque là à cause de ce principe élémentaire de prudence. L’analyse de l’impact financier (à long terme) de votre revendication est plus profonde. Un peu de retenue.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 16:57, par oncle SAM !
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    C’est ahurissant certains raisonnements des internautes comme le N° 58(SINCERITE). je lui dit que la plateforme de discussion du faso.net ne peut suppléer ton oisiveté du fait du chômage. soyez raisonnable ! Ose mediter ceci : "le mendiant doit toujours déférence et courbette à son bienfaiteur" ! C’est ça vous voulez que les juges soient, être à la solde de l’exécutif ? Certes, l’indépendance est une question de moral, mais regardons soi-même : A quel moment devient-on indépendant de ses père et mère ? Vous dites que les magistrats ont le gros lot de salaire et indemnité sans esprit de vérification préalable. Je vous renvoie tous aux déclarations de biens des ministres de la transition ; qui était le ministre le plus pauvre, n’est pas le sinistre Bagoro ? Si seulement c’était reluisant comme vous dites , pourquoi le ministre Bagoro quitte le corps ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 17:17, par Zoubila
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Peut-on aimer une chose et son contraire ? je dis no no et no ! A moins d’être le dernier de la race humaine pour accepter de telles niaiseries comme l’internaute N°58(SINCERITE) qui n’a absolument rien dans son crane. Je pense que le débat ne situe pas à ce nivo ! étant entendu que ton niveau est si bas pour être douteux, tu est mal venu à vouloir prendre part aux débats d’idées sur la toile.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 17:21, par legran
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Je disais hier qu’il faut que les gens arrêtent leur crise de jalousie. Personne n’est née magistrat et c’est un concours qu’on peut passer.Ceux qui envient le corps y sont invités. Le reste, jusqu’à 2100 des magistrats de ce pays réclameront encore et toujours des meilleures conditions de vie et de travail. Maintenant, si des individus pensent qu’on peut chasser les juges des palais, c’est liberté de pensée, mais au par avant, ils devront apprendre à vivre à un état de droit.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 17:37, par Ricano
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Les décrets d’application dont il est questions sont prévus par la loi qui a été proposée par le gouvernement de la transition et adoptée par le conseil national de transition. Alors pourquoi attendre que des gens grèvent pour réclamer l’adoption de ces décrets ? D’ailleurs, BAGORO était dans le gouvernement de la transition. Aussi, si un comité interministériel a travaillé sur ces décrets, pourquoi encore un autre comité restreint du ministère des finances pour les étudier ? Le gouvernement doit faire un effort pour que les populations ne souffrent davantage des effets néfastes de cette grève.

    Répondre à ce message

  • Le 26 février 2016 à 19:16, par Le lynx
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Chers amis magistrats. Vous avez déjà les plus gros salaires du Burkina. De grâce, n’exagerez pas. Ne soyez pas si égoïstes !! Pensez également à ces millions d’autres burkinabe qui peinent à vivre. Et puis votre travail ne touche pas et ne profite pas à autant de burkinabe que celui des instituteurs ou des infirmiers de brousse. On ne peut pas être tous pareils, mais pour une Nation apaisée il faut de l’équité et de la considération pour les autres. C’est pas vous seuls qui travaillez dans et pour ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2016 à 07:54, par GORKO
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Il n’y a pas de métier plus particulier qu l’enseignement. On ne naît pas Magistrat, on le devient. Comment ? Par l’enseignement. Nous resterons toujours à la traîne tant qu’on ne valorisera pas l’enseignement. Il faut que ce gouvernement corrige tous les dysfonctionnements dans le traitement salarial des fonctionnaires pour qu’on en finisse une fois pour toute.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2016 à 08:35, par Dubois
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    SVP, allez sur ce lien "lefaso.net/spip.php ?article43126" et vs serez édifier sur la position du Ministre qd il était SG d’un syndicat. Et dire qu’en ce moment, les magistrats n’avaient pas le droit de grève. Et maintenant q ce bout de phrase a été enlevé de leur statut.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2016 à 12:32
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    L’État n’a qu’a lancer le recrutement massif des jeunes diplômés (bac+4 et 5 ) en droit chômeurs qui rongent leurs doit pour dégonfler ces magistrats zélés et hautains qui s’en fichent de ceux dont les efforts paient leurs salaires (industrielles, commerçants, travailleurs du privé, cultivateurs, petits revendeurs, etc). Soyons un peu sérieux dans ce pays : C’est pas les gros salaires qui font la bonne justice.

    Répondre à ce message

  • Le 27 février 2016 à 13:27, par Le Citoyen Républicain.
    En réponse à : Grève des magistrats : Le « dilatoire » du ministre Bagoro en cause ?

    Mes Chers Concitoyens et concitoyennes,

    D’emblée, je soutiens sans réserve (et en dépit de la réaction de certains ignorants et/ou soulards de cabarets lugubres qui se reconnaîtront...) la grève des Magistrats pour trois raisons fondamentales :

    - In limine locus, notre Kôrô Yamyélé, sur ce point, a fait preuve d’une rare lucidité extraordinaire qu’il faut le féliciter et encourager depuis sa ferme. Il a dû boire du lait frais d’une de ses vaches en lieu et place du tchapalo local. Rires pour charrier un peu ce Citoyen hors pair que j’ai hâte de découvrir et que je suis avec respect et sans complaisance sur les fora.

    - D’une part, pour des raisons de légalité (les décrets d’applications doivent être impérativement appliqués) surtout que M. Le Garde des Sceaux a été intimement associé à l’élaboration de ces textes, lui qui n’a de bord politique que la loi....sans le balai citoyen

    - D’autre part, je mesure à quel point le citoyen burkinabè lamda ignore royalement l’importance du service public de la justice qui se place, selon les codes sociaux normaux devant l’éducation, la santé et tous autres secteurs. Si la justice ne fonctionne pas dans un pays, c’est toute la société qui est malade. Je laisse les auteurs des commentaires désobligeants à l’égard de nos magistrats mourir de leur propre belle mort d’ignorance.

    - Enfin, soyons sérieux, partout dans le monde comme au Burkina, les magistrats qi sont des gens intelligents (car le concours pour devenir Magistrat est sévèrement sélectif que tous les autres secteurs) devraient comprendre que seule et seule la lutte PAIE. Si le Garde des Sceaux actuel est à sa place et à son office actuels, c’est sans doute le combat qu’il a mené pour l’indépendance de la justice. Pourquoi donc, arrivé à un tel niveau de responsabilité il n’en promeut pas les bases d’une lutte qu’il a lui même initiée avec ses camarades de lutte.

    - Conclusion : Le pouvoir rend fou, le pouvoir absolu rend absolument fou. Comment comprendre que le Garde des Sceaux veuille aller aveuglément à l’échaffaud en refusant tout dialogue ou toute négociation avec ses collègues en les traitant de Cdpistes pour ne pas sortir de la crise. C’est un aveu à la fois d’irresponsabilité, d’incompétence et surtout d’impuissance à première vue. Moralité, chaque peuple mérite ses dirigeants et le destin de l’homme, voilà son oracle ! Tout se saura, par l’opération du Saint-Esprit en ces temps de carême, sur les malversations supposées du Ministre BAGORO sur les deals de parcelles à Ouaga 2000. C’est une loi divine. Qui pouvait prévoir la chute brutale de Blaise et son CDP ? C’est la même chose qui guette les dirigeants actuels dans notre pays. Et que dire que personne de ses dirigeants actuels ne veut tirer leçon du passé ? Le réveil sera douloureux, sans doute. Le Citoyen Républicain.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés