Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

mardi 23 février 2016 à 01h03min

Le Centre national des œuvres universitaires (CENOU) a entrepris depuis 2015 un certain nombre de réformes afin d’assainir sa gouvernance administrative et financière. C’est la « bonne nouvelle » annoncée par le directeur général, Serge Auguste Bayala, au cours d’un point de presse animé dans la soirée de ce lundi 22 février 2016.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

En dépit des orages qu’il a traversés, le CENOU a tenu à effectuer sa mue en 2015 et espère « installer désormais cette culture de transparence dans son fonctionnement », selon son premier responsable. Des actions ont été engagées et certaines commencent à porter des fruits, à en croire Serge Auguste Bayala. Il a affiché l’ambition du centre de passer d’un discours de promesses à un discours de vérité et cela ne sera possible que par un « changement du paradigme managérial » visant à responsabiliser chaque acteur, à rationaliser et à moderniser la gestion des œuvres universitaires. Déjà, les réformes engagées et les actions à venir sont contenues dans un livret intitulé « Le centre national des œuvres universitaires : une année de réformes et un agenda pour 2016 ».

900 millions d’économie dans la restauration

C’est connu, les espèces sonnantes et trébuchantes ont toujours été la source de plusieurs crises dans l’administration publique. Dans un CENOU où « il y a plus de décaissements que d’encaissement », il a été mis en place un comité de trésorerie. Selon Serge Bayala, cela première a notamment permis d’assurer la continuité des œuvres sociales. La rationalisation a également touché la gestion du carburant permettant au CENOU d’économiser 20% de l’enveloppe budgétaire allouée à cet effet. Cette économie a permis de soutenir des œuvres sociales telles que la santé et l’hébergement des étudiants.

Un autre résultat non négligeable souligné par le directeur général a été l’amélioration du contrôle dans les restaurants. Grâce à la sensibilisation des acteurs et à un contrôle pointu à travers l’élaboration d’une fiche à trois volets qui a permis de disposer en temps réel des quantités servies par jour, le CENOU dit avoir réalisé près de 900 millions de francs CFA d’économie, ce qui aurait pu servir 1 million de plats supplémentaires aux étudiants.
Malgré une dette estimée à 7,5 milliards de francs CFA à la date du 1er janvier 2015, le centre dit avoir réalisé plus de 2 milliards de maitrise de charges grâce aux efforts consentis. « Rassurez-vous, nous n’allons pas réaliser des économies sur le dos des étudiants mais c’est beaucoup plus dans le fonctionnement de l’administration », a laissé entendre Serge Bayala.

Plusieurs acquis ont été également énumérés par le directeur général du CENOU à savoir la recherche de solutions non-conflictuelles dans les litiges, les actions de communications afin de mieux faire connaitre le centre, la subvention « plus structurée » aux associations estudiantines. Pour ce dernier point, plus de 4 millions de francs CFA ont permis de soutenir les activités des étudiants en 2015. Pour être plus exact, le DG a confié que 67% de l’enveloppe a servi aux associations à caractère syndical et le reste est allé aux autres structures.

Poursuivre la bataille

Au regard de ces résultats engrangés (la liste n’est pas exhaustive, ndlr), le CENOU veut poursuivre la bataille en approfondissant la gouvernance administrative et financière, en consolidant le dialogue constructif et le processus de rationalisation. L’informatisation des restaurants universitaires est l’un des grands projets attendus et il devrait permettre selon Serge Bayala de réaliser 40% d’économie sur les dépenses. Du ticket papier, les étudiants utiliseront bientôt une carte magnétique, ce qui facilitera l’achat des tickets.


« C’est un changement profond de mentalité qui est en cours », a confié le DG du CENOU tout en rappelant que son équipe travaille « sans relâche » pour que tout étudiant burkinabè ait accès aux œuvres universitaires dans les limites de ses capacités.

Herman Frédéric BASSOLE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 février 2016 à 10:20, par Issiaka SOMBIE
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Sauf erreur de ma part, je ne pense pas que le Pr Serge BAYALA ait déjà assumé la fonction de DG de la SN SOSUCO. En tout état de cause, je lui souhaite bon courage pour les reformes engagées qui in finé, j’espère, vont signicativement contribuer à améliorer les conditions de vie et d’études des étudiants.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 10:22, par l’éteincelle
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Mon frère internaute N° 1 évitetez la médisance gratuite. Vous ne connaissez pas ce monsieur. vérifiez vos sources au lieu de tromper le lecteur et vous ridiculiser à moindres frais. Ce monsieur,directeur du CENOUest un universitaire complet et il n’a jamais fait un jour à la SN Sosuco encore moins etre son directeur. Certes la sn sosucco a été dirigé par un Bayala qui par la suite s’est fait élire maire de sa commune qui est réo dans le sanguié. Mais combien de Bayala y a t-il au Burkina pour se laisser aller facilement à la médisance d’un homme parcequ’il s’appelle aussi Bayala. Cela montre à suffissance que vous etes aveuglé par un acharnement à salir coute que coute. Vous devez présenter vos excuses à ce monsieur qui ne mérite pas d’etre pris à partie à la place d’une autre personne que d’ailleurs vous n’avez connue que de nom sinon vous aurez compris ça ne pouvait pas etre la meme personne que ce Bayala dg du CENOU.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 10:24, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    - Tu économises 900 millions dans la restauration, cependant les étudiants dans toutes les universités du pays crient famine ? Il n’y a pas de quoi s’en vanter mon pauvre type car tu es un vulgaire affameur d’étudiants ! Si c’était au temps de Thomas SANKARA, tu allais être licencié avec poursuite judiciaire car c’est aussi la mauvaise gestion et ensuite tu es un affameur du peuple. Or Thomas SANKARA avait une sainte horreur des affameurs du peuple et il es aimait exactement comme le chien aime le singe ou encore comme l’amour du chat envers la souris !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 10:33, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    - HORNET, joie de petit étudiant ! Je crois que faire l’analyse du contenu de ce texte te dépasse et ensuite tu es envahi pat tes propres passions ! Donc moi je ne t’en veux pas de vanter les mérites d’un affameur d’étudiants qui économise 900 millions sur la restauration alors que les étudiants crient partout au Burkina à l’insuffisance des plats dans les RU ! Je crois que le vrai problème des étudiants est ce Serge BAYALA. La presse, pour plus d’équité et d’équilibre dans le traitement de l’information, devrait aussi recueillir le sentiment des étudiants. On ne doit pas aussi se refugier derrière la redevabilité pour raconter des contre-vérités. Que laparole soit aussi donnée aux étudiants afin qu’ils s’expriment sur ce sujet !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 12:24, par marius
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Félicitation et beaucoup de courage !! je vous souhaite de la réussite dans ce gigantesque projet. Je voudrais attirer l’attention des gens de bonnes ou de mauvaises intentions que Mr Serge Bayala n’a jamais été DG de la SN-SOSUCO !!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 13:39, par Legrene
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    « Rassurez-vous, nous n’allons pas réaliser des économies sur le dos des étudiants mais c’est beaucoup plus dans le fonctionnement de l’administration » pourtant c’est ce qui est fait ; c’est tres honteux pour un DG d’une telle structure de caractère social a fond de gestion insuffisant de faire des économies de 900 millions pendant que les sous-directions ne fonctionnent plus par manque de moyen, des restaurants fermés pour priver les étudiants de restaurations, les cités sont en manque de matériels . pendant tous ce temps on a plus de 900milions qu"on dit d’économie, . rapel : M. Bayala, le CENOU est a caractère social

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 13:41, par Bédjou
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Internaute 1, il convient auparavant de vous assurer de ce que vous allez écrire. Vous faites des affirmations dont vous n’êtes pas sûr. C’est de la diffamation à la limite. Bien vrai qu’un Bayala a diriger la SOSUCO, mais ce n’est pas Serges.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 14:08
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Ne faisons pas de confusions de genre Bayala n’est pas égal à BAYALA, Serge bon vent à toi petit frère, ne laisse pas les mangeurs te détourner de tes objectifs.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 15:09, par Vérité Simple
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Monsieur ou Madame Vérité Absolue,

    Je suis effarée par votre propos. Vous vous rendez compte du danger de ce que vous rapportez ?

    Je vous rappelle que la population burkinabè ayant accès a internet est jeune, pas toujours au fait de l’histoire de son pays, croyant à tort que ce qui est écrit est vrai !

    Alors, vous qui êtes intellectuel, vous qui savez lire, vous qui avez accès à internet, faites attention aux propos que vous rapportez ! C’est de votre responsabilité, en tant que citoyen digne de ce pays de raconter et diffuser des choses vraies !

    Ma dernière fille qui lit ce propos, qui à peine 18 ans me dit : "mince, quel pays pourri" !!!
    Vous vous rendez compte ???
    Faites donc attention. Nous avons besoin de paix et de vérité. Évitez les histoires faussement sensationnelles !

    Primo, Le BAYALA M de la SN SOSUCO a 70 ans aujourd’hui ! C’est un Monsieur DIGNE, HONNÊTE ET PROBE, et j’ai été salarié de la Sosu sous sa direction, d’où ma réaction.

    En effet, vous êtes à mille lieu de comprendre l’histoire de la Sosu ! Mais ce serait long à vous expliquer !

    Si vous vivez à Ouagadougou, je vous invite à aller voir personnellement ce BAYALA, et je peux vous jurer que 30 mins passées à ses cotés, vous ressortirez très instruit et informé sur la Sosu et bien d’autres...

    Pour rappel, la Sosu était en déficit total ! La boîte courrait à sa fermeture et l’Etat l’a vendu à un groupe de princes Ismaélites (IPS).
    IPS a injecté des sous et la Sté a été privatisée en 98. Mr BAYALA M a été appelé pour redresser le déficit. Comme un grand financier de sa trame, il a érigé un plan de travail et il a bossé ! Mais le burkinabè est impatient, il veut tout, tout de suite !
    Ce Mr a instauré des restrictions pour faire des économies, mais pour certains, c’était impossible de sacrifier leur confort précaire pour un avenir meilleur.

    Ce qu’il avait mis en place ne plaisait pas à certains qui avaient leurs habitudes de pacha, et comme en bon africain, on ne s’imagine pas que le sacrifice que je fais aujourd’hui peut améliorer mon avenir ou celui de mes descendants... Bref, en 4 ans, le déficit Sosu était redressé

    Seulement, l’abondance attire les vautours ! Dès que la Sosu a commencé à faire bénéfice, un certain DG de Fasoplast, représentant du groupe IPS a voulu faire de la Sosu sa vache à lait. Bien sur, avec la complicité de certains commerçants et personnalités de son temps.

    Mr BAYALA se retrouvant pris entre ces eaux troubles, a préféré partir en démissionnant. Hélas, il fallait tout de même monter une histoire de 5 milliards sur son dos pour faire passer la pilule aux yeux de la population...Juste pour info, si ce Mr avait détourné ou fait perdre 5 milliards, les princes Ismaélites du groupe IPS ne l’aurait pas laissé partir aussi facilement !!! Eux, ce sont des hommes d’affaire, et ça ne blague pas...

    Enfin, Je reste là pour ne pas monopoliser le débat !

    Deuxio, le DG du Cenou, est un fils BAYALA qui veut appeler les étudiants à la responsabilité ! Ce Serge BAYALA a fait ses études à l’UO et connait mieux que quiconque les réalités du Campus !

    Ce qu’il faut accepter, c’est que toute réussite ou tout succès implique des sacrifices sur le long terme, mais c’est parfois dure pour l’africain qui veut tout bien, MAINTENANT ET DE SUITE !
    Sankara avait voulu qu’on lutte sur le long terme, où est il ?..
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 15:24, par NEBIE-LIANAYOU
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Internaute 1 et 4. meme si c’est la meme personne, quell est le lien ? En quoi, il est à la base des pbs de la sosuco ? le PCA e les actionnnaires seuls sont responsables.
    En plus, en quoi la sosuco est -elle semblable au cenou. Pensez vous qu’on peut gerer une industrie manifacturiere laissée par le colon mais toujours aux aguets de la meme manière qu’un "etablissement humain" du genre universitaire ?!!!

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 15:47, par JOB
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Internet n° 1 : Évitez de faire des amalgames qui induisent les gens en erreur. L’ancien DG de la SN SOSUCO s’appelait Mathieu BAYALA. Serge est dans le milieu universitaire et n’a jamais dirigé de société. Cette fois-ci la "vérité absolue" a porté les habits d’un "mensonge grossier".

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 17:13, par Kouda
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Kôrô Yamyélé, préféreriez-vous qu’un nombre total de plats qui coute 1 milliard soit facturé à 1,9 milliards ? Ecoutez, prends la peine de bien lire, de bien comprendre le sujet abordé avant de débiter de telles insanités. Votre post 1 est on ne peut plus déplorable.
    Au lieu d’encourager le DG a réinvestir ces économies (récupérées de gaspillages liés à la corruption, la surfacturation...), vous tombez à bras raccourcis sur le DG du cenou.
    Le boulot qu’il fait n’est pas parfait, ce boulot peut être amélioré, mais de grace, élevons le niveau du débat, faisons des propositions d’amélioration et au de chaque fois se limiter à la critique facile.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 18:04, par le fou du roi
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Bonjour chers tous,

    Bravo Pr Bayala pour ta bonne gouvernance, la transparence et les résultats atteints en si peu de temps. Bon courage à vous.
    Quant à vous Kôrô, je me suis toujours demandé ces derniers mois si c’etais vraiment le même qui faisait les analyses pertinentes au temps fort de la lutte contre la modification de l’article 37 ?
    Parce que ce Kôrô déçoit de jour en jour. Voila quelqu’un qui "ne comprend rien aux questions de gestion" et qui est toujours entrain de dire des merdiers.
    Un Kôrô est un supposé être sage donc humble mais celui-ci ces derniers temps à perdu tout sens de sagesse et d’humilité pour surtout apprendre.
    Je m’explique le Directeur du CENOU dit « Rassurez-vous, nous n’allons pas réaliser des économies sur le dos des étudiants mais c’est beaucoup plus dans le fonctionnement de l’administration ». Et vous Kôro vous traitez le DG de "Tu économises 900 millions dans la restauration, cependant les étudiants dans toutes les universités du pays crient famine ? Il n’y a pas de quoi s’en vanter mon pauvre type car tu es un vulgaire affameur d’étudiants ! Si c’était au temps de Thomas SANKARA, tu allais être licencié avec poursuite judiciaire car c’est aussi la mauvaise gestion et ensuite tu es un affameur du peuple..." et vous vous dite Kôrô, j’en doute fort. C’est quelle sagesse tu apprends aux enfants ? le gaspillage des ressources de l’Etat ? Renseignez-vous bien avant d’attaquer les honnêtes citoyens. S’il vous plait.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 22:52, par yaabi
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Le fameux Kôrô Yamyélé a certainement pété un cable. Toi le soi-disant Koro préfère payer des fausses factures sur le dos du contribuable burkinabè et tu oses évoquer le nom de Thomas Sankara. C’est triste les Koro d’aujourd’hui du type Yamyélé, à moins que atteint par l’âge le cerveau à du mal à comprendre que c’est l’amélioration dans le contrôle qui permet de dégager ce résultat. Bantaré quand tu es passé par là !
    Big Up monsieur le Dg et bon courage

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 08:12, par Hornet
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Je ne comprends pas webmaster, mon message a disparu or j’étais le deuxième internaute. Hier vous avez laissé passer mon message, et ce matin il disparait. Si l’objectif est de selectionner les messages pour ne pas nous laissé participer qu’on nous le dise et nous prondrons acte. Merddrrrrrrrrrr.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 08:23, par Hornet
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Koro yamyélé, je vous comprends votre QI ne vous permet pas de voir au délà de votre nez. vous aurez dû lire et chercher à comprendre la publication avant de divaguer.
    Mister BAYALA a mis en place des outils de gestion à savoir la veille stratégique pour ne citer que cela, pour anticiper la gestion des problèmes. Les résultats sont saillants d’où cette communication. D’ailleurs un bon manager sait quand il faut communiquer et je pense que c’est un signal fort a l’endroit des personnes de mauvaise foi.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 08:31, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    - KOUDA (ou bien c’est BOUDA puisque tu crois que ce que tu dis vient d’un Livre saint), moi je n’ai pas à faire à toi puisque tu ne nous montres rien comme bilan pour qu’on s’exprime. BAYALA lui au moins a fait un bilan, c’est pourquoi nous on critique. En plus toi le burkinÂNEbè (ou burkinÂNEBÊTE si tu préfères), quand on dit ses sentiments, tu les qualifies d’insanités. KOUKA, oui ce sont des insanités. OK ?

    - Et puis KOUDA alias ’’BOUDA’’, je défie lefaso.net de donner la parole aux étudiants afin qu’ils s’expriment sur ce bilan de Serge BAYALA qui par ce stratagème veut simplement conserver son poste ! Il ne veut pas se retrouver devant les étudiants dans les salles de cours, là où se trouve sa place réelle !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 08:40, par pa
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Bonjour,
    Je pense que le Cenou gagnerait à s’acquitter de ses dettes à travers toutes les universités du pays. Je veux surtout mettre en exergue les questions d’engagement pris non honorés envers des acteurs du privé.
    Aidez les à vous aider.
    Le Cenou sait de quoi je parle.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 09:09, par OUALI
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Bonne decision prise M.BAYALA mais svp dites a la gerante d’ameliorer la qualite au RU central, sinon la qualite diminue de jour en jour.merci

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 09:40, par Lexys
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Je crois que Yamyélé a un problème personnel avec le DG du CENOU. Cela fait la 3ème fois que je lis ses pots à propos du DG du CENOU et la virulence de ses propos est en totale inadéquation avec le contexte et le contenu des écrits auxquels elle se rapporte. Si c’est effectivement le cas, il serait bon et honnête de chercher l’endroit approprié pour faire ce règlement de compte car cette plateforme n’en est pas un. Sinon en quoi est-ce qu’il est incohérent de chercher à rationaliser les charges d’une structure à but social dans un contexte d’insuffisance des subventions octroyées par l’Etat ? Faut-il continuer à gaspiller les ressources sous le prétexte que le CENOU est une structure à but social ? C’est totalement irresponsable. Ce n’est pas parce c’est à but social qu’il faut tolérer les gaspillages et la mauvaise gestion. Nous tous avons fréquenté le RU et on sait les multiples dérapages qui s’y produisent. Le Pr Bayala a le mérite et le courage de s’attaquer à la résolution des vrais problèmes. Dans son mode opératoire actuel, le CENOU n’a pas d’avenir. A suivre les Yamyélé, il faut rendre les prestations du CENOU gratuites et accessibles à tous les étudiants (vrais ou faux). On le voudra qu’on ne pourrait pas. Avec quelles ressources assurer de telles prestations ? Là, les Yamyélé n’ont aucune proposition sérieuse. C’est pas de la magie !
    Je me souviens d’ailleurs que ce monsieur était tombé à bras raccourci sur le DG du CENOU, au moment où des problèmes avec les étudiants pour la réouverture des cités, pour lui vomir tout ce qu’il avait dans le cœur contre la communauté des professeurs de l’université (sic).
    On n’a pas besoin des donneurs de leçons mais des critiques constructives et des propositions opérationnelles. Il faut arrêtez maintenant Yamyélé, tu commences à nous pomper l’air avec tes critiques à la con avec tes propositions sans tête ni queue !
    Webmaster, laisse passer !

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 13:28, par Ouvrez l’oeil !
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Internaute 9 "vérité simple", merci pour vos éclaircissements...c’est très instructif.

    Quant à Kôrô Yamyélé, il commence sérieusement à me décevoir et, probablement, je suis loin d’être le seul dans ce cas. Depuis la nouvelle année 2016, il semble avoir "retourné sa veste".... et n’hésite pas à débiter des propos discourtois et inutilement provocateurs.

    Ouvrez l’œil !

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 14:02, par Balé
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Juste dire courage à Serge ! Il a notre soutien.

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 16:30, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    - Si le Kôrô Yamyélé commence à ’’decevoir sérieusement’’ les partisans, les agnts flagorneurs et les défenseurs de Serge BAYALA, c’est tant mieux et il aurait atteint ses objectifs. Moi je ne vois pas en quoi Serge BAYALA a fait des résultats en affamant les étudiants. N’est-ce pas le même qui avait été à la base de la crise de la cité KOSSODO ?

    Donnez la parole aux étudiants pour nous départager. Si vous avez raison, je jure que je vais vous présenter mes excuses sur cette toile même car moi je ne suis pas un lâche, ni un lèche-bottes pour suivre aveuglément quelqu’un, même pour bénéficier de miettes !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 16:30
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    Mr BAYALA êtes vous sur de ce que vous dites ?

    Répondre à ce message

  • Le 24 février 2016 à 19:01, par WALAY
    En réponse à : Œuvres universitaires : Un parfum de « transparence » dans les réformes de Serge Bayala et de son équipe

    C’est vrai que KORO Yamyélé n’est très juste sur ce sujet mais, voyez-vous, j’ai visité le budget du CENOU et croyez- moi, le budget de fonctionnement de l’administration du CENOU sans les salaires et la restauration ne vaut pas 500 millions. Comment faire des économie de 900 millions sur des dépenses de moins de 900 millions et c’est je ne comprend plus rien. Le DG est un bon gestionnaire mais là il y a des questions sérieuses. WALAY

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés