Burkinabè de la diaspora : Le Tocsin salue les premières actions du président du Faso

mardi 23 février 2016 à 00h13min

L’association, le Tocsin, a été reçue ce lundi, 22 février 2016 au Palais présidentiel, Kosyam, par le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Les responsables de ladite structure sont allés congratuler M. Kaboré pour son élection et porter à sa connaissance, les préoccupations de l’organisation. « Satisfaction », confient-ils à l’issue de leur tête-à-tête avec le président du Faso.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Burkinabè de la diaspora : Le Tocsin salue les premières actions  du président du Faso

Arouna Savadogo, président de l’association et les membres de son bureau ont d’abord félicité le président du Faso pour sa « brillante » élection à la suite des élections du 29 novembre 2015. Elections dont ils saluent la « transparence et la crédibilité » pour y avoir pris part en tant que structure d’observation. Ils ont, par ricochet, donné leurs encouragements au président du Faso dans la conduite de ses missions quinquennales.

Selon M. Savadogo, son organisation se réjouit de la prise en compte de « tous les Burkinabè », de l’intérieur ou de l’extérieur, dans les premières actions du président du Faso. Il en veut pour illustrations, la nomination « à la haute charge de premier ministre, d’un Burkinabè de l’extérieur en la personne de Paul Kaba Thiéba » et la création du Ministère des Affaires étrangères et des Burkinabè de l’Extérieur et la nomination d’un ministre délégué, chargé de la coopération régionale et des Burkinabè de l’Extérieur. Tout en saluant ce ‘’ pas important’’, le Tocsin a encore plaidé pour un ministère plein dédié aux Burkinabè de l’extérieur.

Ce cadre a permis aux responsables de dresser les préoccupations majeures du Tocsin consignées dans un mémorandum transmis au président du Faso. Et c’est naturellement que l’effectivité du vote des Burkinabè de la diaspora, un des combats majeurs de l’organisation, a été remis au goût du jour. Une ‘’préoccupation’ qui a, selon le président du Tocsin, trouvé écho favorable auprès de Roch Marc Christian Kaboré qui a marqué son accord pour la prise en compte de la diaspora aux élections présidentielles de 2020 et des scrutins à venir. Toujours au chapitre des préoccupations, la participation pleine et entière de la diaspora au développement du pays par la mise en œuvre de mesures incitatives pour attirer les compétences et les investissements, la protection des droits des Burkinabè de l’Extérieur dans leur pays d’accueil, un meilleur ancrage institutionnel du Conseil supérieur des Burkinabè de l’Etranger (CSBE) par son rattachement à la présidence du Faso ou à la Primature pour plus d’efficacité, une meilleure participation des Burkinabè de l’Extérieur à la vie politique nationale (avec en ligne de mire, la participation des membres élus de la diaspora à l’organe législatif), l’adoption effective de la Stratégie nationale de Migration (SNMig), la prise en compte du besoin de reconnaissance des structures associatives de la diaspora par l’Etat burkinabè dans le cadre de la loi portant liberté d’association, la révision à la baisse du coût de la carte d’identité consulaire et l’augmentation de sa durée de validité (au besoin, l’aligner sur ceux de la Carte nationale d’identité burkinabè).

En outre, les responsables de l’association ont plaidé pour que dans son contrôle de l’action gouvernementale, l’Assemblée nationale mettre un accent particulier sur la gouvernance migratoire et les questions relatives à la diaspora. Ils ont également souhaité que soient prises des lois incitatives pour attirer les compétences et les investissements de la diaspora burkinabè. Aussi prônent-ils la reconnaissance des structures associatives de la diaspora dans le cadre de la loi portant association et, enfin, la participation de l’Assemblée nationale aux débats sur les questions de migration et de diaspora au Comité interparlementaire de l’UEMOA.
Reconnu association d’utilité publique en 2013, le Tocsin a pour missions d’initier et encourager toutes les activités favorisant l’intégration des Burkinabè de l’extérieur au Burkina et dans leur pays d’accueil, d’inciter les Burkinabè de l’extérieur à participer au développement du Burkina, de développer la solidarité entre les Burkinabè de l’intérieur et ceux de l’extérieur, de servir de relais entre structures gouvernementales et Burkinabè de l’extérieur.

Le Tocsin, c’est aussi la promotion des droits humains, de la paix, de l’intégration et de l’Unité africaine.

Oumar L. OUEDRAOGO
(oumarpro226@gmail.com)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 février 2016 à 07:39, par SY
    En réponse à : Burkinabè de la diaspora : Le Tocsin salue les premières actions du président du Faso

    Le Tocsin je vous remercie pour cette rencontre avec le Chef d’État le père de la Nation. Où je ne partage pas avec vous c’est quand vous dites pour un meilleur ancrage institutionnel du Conseil Supérieur des Burkinabè de l’Étranger (CSBE) par son rattachement à la Présidence du Faso ou à la Primature pour plus d’efficacité ; je dirais que cela part à la contradiction de la création du Ministère des Affaires Étrangères et des Burkinabè de l’Extérieur. Oui si nous devrons rattacher le Conseil Supérieur des Burkinabè de l’Étranger à la Présidence du Faso ou à la Primature alors il faut supprimer le Ministère chargé des Burkinabè de l’Extérieur sinon ce ministère n’a plus de sens. Merci au moins à vous d’avoir proposer des solutions à notre Président pour la construction de notre cher Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 08:11
    En réponse à : Burkinabè de la diaspora : Le Tocsin salue les premières actions du président du Faso

    Bjr à tous !
    Je vous comprends bien. Il y a quelque chose que vous ignorez peut-être mais le Président de par son expérience sait bien que l’existence d’un Ministère à part chargé des Burkinabè de l’extérieur ne peut pas bien fonctionné. Au contraire, il créera plus de dépenses à l’Etat. Il sait bien que les questions liées aux Burkinabè de l’extérieur est avant tout une des missions fondamentales de tout Ministère en charge des affaires étrangères.Il faut un seul et unique Ministère pour conduire sa politique étrangère y compris celle des Burkinabè de l’extérieur. Et, il a résolu cette question en prenant en compte l’aspect " Burkinabè de l’Extérieur " et la nomination du Ministre délégué chargé de cette question.
    Merci de la compréhension.

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2016 à 11:49, par SOGOSSIRA de Tuiré
    En réponse à : Burkinabè de la diaspora : Le Tocsin salue les premières actions du président du Faso

    Que le webmaster m’autorise un coup de gueule sur ce sujet qui heurtera la sensibilité de mes frères et sœurs de l’étranger mais il faut des points de vue pluriels pour enrichir le forum. À mon humble avis nos compatriotes de l’étranger commencent à se prendre pour le centre de gravité du Burkina ; ils en ont le droit parce que Burkinabè mais ils ne doivent pas ignorer qu’ils ne sont que morceaux du Burkina que le vent de l’histoire à éparpillé hors du Burkina. Je les soutiens pour un passeport d’une durée de 10 ans je les soutiens pour des cartes consulaires biométriques de longue durée à prix accessible, je les soutiens pour la diligence dans l’obtention de leurs papiers administratifs et d’état civile. Là où je ne les soutiens pas c’est quand ils exigent fissa fissa que le Burkina ponctionne dans ses maigres ressources pour les faire voter à partir de l’étranger alors que nos villageois n’ont pas d’eau ni de centre de santé et sont enclavés sans pistes a plus forte raison de routes ou goudrons, nos agriculteurs n’ont pas de retenus d’eau pour leurs cultures de subsistance, nos enfants n’ont pas d’écoles et se contentent pour les mieux lotis de paillotes en guise d’école. L’argent qui va être utilisé pour les faire voter ce sont les Impots des Burkinabè de l’intérieur qui n’ont même pas la queue du diable à tirer parce qu’il a fuit l’enfer du Faso pour les rejoindre dans la diaspora en côte d’ivoire. Sans renier leurs droits, je les invitent à être juste et indulgent avec le Faso et à accepter d’attendre que les Burkinabè sorte de leur état de "misquine"(plus pauvre que le pauvre) avant de leur apporter l’urne burkinabè dans leur "seconde patrie" de raison où ils payent leurs impôts. En un mot le vote des Burkinabè de l’étranger est la dernières des priorités de notre pays. Alors que les 3 fous (RSS) aux affaires notamment le fou de la finance qui trône à Kossyam l’entendent bien, les subsides de notre patrie doivent prioritairement être utilisés pour nous sortir de la misère et non satisfaire le vote de la diaspora qui n’apportera rien dans le bien être des burkinabè. C’est vrai que c’est l’air du temps mais notre lucidité légendaire doit nous éviter cette distraction et en tant que banquier qui sait que l’argent c’est la sueur du travail qui ne doit pas être jetté par la fenêtre, RMCK doit reléguer ce sujet au fond du tiroir de Kossyam.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés