Code électoral : Désormais disponible en langues nationales dioula, fulfuldé et mooré

vendredi 19 février 2016 à 00h29min

La Commission électorale nationale indépendante (CENI) a reçu de ses partenaires, le code électoral traduit dans les langues nationales dioula, fulfuldé et mooré. La remise officielle a eu lieu ce jeudi, 18 février 2016 au siège de l’institution.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Code électoral : Désormais disponible en langues nationales dioula, fulfuldé et mooré

« Le Canada place parmi ses thèmes prioritaires d’action, le renforcement de la démocratie, la primauté de l’Etat de droit et le respect des droits de personnes. Pour souligner son attachement à la démocratie et contribuer à la faire avancer au Burkina Faso, l’Ambassade du Canada a opté de consacrer son allocation 2015-2016 du Fonds canadien d’initiatives locales (FCIL) au financement de petits projets visant à appuyer le Burkina à renouer pleinement avec une gouvernance démocratique », a situé le chargé d’affaires de l’Ambassade du Canada, Luc Pincince. Selon ce dernier, grâce au FCIL, la représentation diplomatique a soutenu, durant 2015-2016, quatre projets avec pour dénominateur commun de contribuer à des élections apaisées, ouvertes et transparentes.

A en croire Luc Pincince, cette initiative de traduction du code électoral a été proposée par le Centre européen d’appui électoral (ECES) en collaboration avec le professeur Mamadou Lamine Sanogo de l’Institut national des sciences et des sociétés (INSS). Un projet qui a eu l’adhésion de l’Ambassade du Canada « au regard de ses nobles objectifs ».

« Il permet de toucher une bonne partie de l’électorat burkinabè qui n’a hélas pas accès à un document qui renseigne sur ses droits et devoirs électoraux, en raison de son incapacité à lire et à écrire en français. Il enrichit la participation démocratique car il permet à une frange auparavant en marge de la chose politique, de s’y intéresser, de la comprendre un tant soit peu et d’exprimer ses opinions », justifie-t-il ; ajoutant que le Canada n’est pas à sa première expérience d’appui à une traduction de documents de grande portée dans les langues locales.
Traduits en dioula, fulfuldé et mooré, ces documents, tirés en 6000 exemplaires (soit 2000 par langue), vont contribuer, selon le président de la CENI, Me Barthélémy Kéré, à améliorer la qualité des compétitions électorales.

Oumar L. OUDRAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés