Relance de l’économie : Des mesures urgentes attendues

vendredi 19 février 2016 à 00h38min

Dans sa déclaration de politique générale(DPG), le premier ministre a fait le point de ce que sera l’action du gouvernement pour les cinq ans à venir. En attendant de voir se matérialiser les promesses électorales du président élu, la prise de mesures urgentes et fortes s’impose.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Relance de l’économie : Des mesures urgentes attendues

En effet, la situation économique d’ensemble du pays n’est pas rose, et c’est peu dire. Les Burkinabè tirent plus que jamais le diable par la queue et certains de dire carrément que la queue du diable à fini par casser. La pauvreté est plus que jamais omniprésente au sein des populations et des ménages. Leur pouvoir d’achat est presqu’inexistant. Aussi, les regards sont tournés vers le premier ministre Paul Kaba Thièba et son gouvernement. Ils doivent faire preuve de génie pour changer la donne et donner à nouveau aux Burkinabè des raisons de croire en un avenir meilleur et serein. L’optimisme du premier ministre devant la représentation nationale lors de sa déclaration de politique générale laisse croire que l’homme entend se donner tous les moyens pour l’atteinte de ses objectifs. Et cela est déjà un bon signe même si c’est seulement au pied du mûr et aux résultats qu’il sera jugé par ses compatriotes. Et il doit le savoir, leur jugement ne sera pas des plus tendres. Chaque action posée par son gouvernement sera passée à la loupe de la critique.

Pas d’état de grâce pour Kaba et ses disciples

Le gouvernement Kaba, au- delà des discours, doit vite prendre des décisions afin de relancer l’économie nationale, plongée dans une situation de morosité pour ne pas dire plus, tout simplement. Cette situation de morosité est durement ressentie surtout au niveau du secteur privé. En effet, ils sont plusieurs prestataires qui Ont des factures en souffrance au niveau de l’administration publique. D’où l’impérieuse nécessité et urgence pour l’Etat de se donner les moyens d’effacer la dette intérieure qui se chiffre à des milliards.

Le privé n’est pas le seul à pâtir de la situation économique nationale difficile. En effet, les fonctionnaires attendent impatiemment l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Idem pour les étudiants pour ce qui est de leurs conditions d’études. Que dire alors du gros lot des Burkinabè sans emploi ou au chômage ? Ils attendent du gouvernement la prise de mesures à même de les sortir de leur situation. Car un pays ne peut aspirer au développement durable avec une masse importante de sa population qui ne contribue pas à la création des richesses mais qui dépend forcément des autres pour vivre. Aussi, l’action continue et l’efficacité doivent être la marque du gouvernement pour sortir le pays de sa situation de précarité. Et les Burkinabè n’attendent que de voir.

Angelin Dabiré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés