Le Pr François ZOUGMORE de l’UO1 remporte le trophée international Energie Environnement-Climat

jeudi 18 février 2016 à 17h49min

La découverte du Pr ZOUGMORE et de son équipe porte sur une nouvelle méthode de mesure de la quantité d’eau de pluie tombée. L’équipe est partie du constat qu’il y a en moyenne un pluviomètre pour 1 480 km2 au Burkina Faso. A cause de cet état de fait, la mesure de la pluie n’est pas très précise. Il existe d’autres méthodes de pluviométrie comme les radars météorologiques ou l’utilisation des données satellitaires mais ces méthodes sont très coûteuses pour les pays pauvres comme le Burkina.

Le Pr François ZOUGMORE de l’UO1 remporte le trophée international Energie Environnement-Climat

Fort heureusement le Laboratoire de Matériaux et Environnement (LAME) de l’Université Ouaga1 Pr Joseph KI-ZERBO a remarqué qu’il ya un nombre important d’antennes relais de téléphonie mobile dans le monde. En ce qui concerne le Burkina la couverture du seul opérateur Telecel était de 80% en 2014. D’où l’idée d’utiliser ces pylônes de téléphonie pour mesurer la quantité d’eau de pluie tombée.

L’opération est simple. Lorsque les signaux émis entre deux pylônes de télécommunication pour transporter l’information utile, rencontrent une cellule pluvieuse, ils perdent en puissance à cause de l’effet de la pluie sur les liens micro-ondes par absorption et par diffusion. C’est cette perte de puissance qui est utilisée pour déterminer la quantité d’eau de pluie tombée entre les deux antennes relais, puis au sol.

La « méthode ZOUGMORE » qui a été testée entre Korsimoro et Kaya dans la région du Centre Nord du Burkina Faso avec un taux de fiabilité de 95% présente de grands intérêts. Comme la méthode s’appuie sur les pylônes existants, elle est dès lors moins coûteuse et offre une grande portée d’utilisation parce que les pylônes couvrent la quasi-totalité du territoire. Selon le Pr ZOUGMORE, cette méthode permet également de déterminer avec beaucoup de précision la quantité d’eau tombée sur de grandes étendues, de prédire les éventuelles sécheresses ou inondations et de permettre une meilleure utilisation des ressources en eau.

Concernant le trophée, le Pr François ZOUGMORE dit ressentir un sentiment de fierté, de reconnaissance du travail abattu. Il espère également que ce trophée va inspirer les jeunes chercheurs et la jeunesse Burkinabè.

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Pr Filiga Michel SAWADOGO, a félicité le Pr ZOUGMORE pour sa distinction qui, au-délà de sa personne, de son laboratoire et de la communauté scientifique, honore tout le Burkina Faso, voire l’Afrique entière.

Direction de la Communication et de la Presse ministérielle / MESRSI

Messages

  • Félicitations Pr ! Je suis fier de toi. Tête bien pleine !

  • Mes vivent félicitations au prof. C’est le Burkina entier qui est honoré par cette distinction. Vive le pays des hommes intègres.

  • Une belle trouvaille qui honore la communauté scientifique et le peuple burkinabè ! Comme quoi il y a des chercheurs qui trouvent dans le pays. Un peu plus de communication accessible au large public comme cela a été le cas ici est à vulgariser car c’est sur la base de preuves scientifiques (pas seulement !) qu’un développement endogène durable est possible. Félicitations au Pr Zougmoré et à son équipe.

  • félicitation, mon Pr, comme quoi, au Burkina il y’a des chercheurs qui trouvent. il faut seulement que nos politiques sachent les utiliser pour développer le pays.
    En attendant nous avons besoin de maitriser la quantité d’eau qui tombe sur notre sol par an pour l’autosuffisance alimentaire.

    encore félicitation !

  • toutes mes felicitations a vous et a votre équipe

  • Felicitation mon professeur . un de vos etudiants a SEA 1999-2003

  • "Des chercheurs qui cherchent on en trouve, mais des chercheurs qui trouvent, on en cherche". Ce digne fils du Burkina vient de démentir ce dicton. Que Dieu lui donne longue vie et l’inspire encore davantage !

  • Félicitations au professeur et à toute son équipe. Puissions nous nous dire qu’il reste plein de choses utiles à découvrir et à mettre à point pour nos pays pauvres et pour le bonheur de nos peuples !!!

  • Félicitations au Professeur et à toute l’équipe. Om est fier

  • Bravo et félicitation sincère au Professeur et à toute son équipe. Ils nous prouvent que la persévérance dans le travail paye et on est utile partout, pas seulement en politique. Merci d’attirer l’attention de la jeunesse burkinabè sur la nécessité de travailler et de toujours travailler. Arrêtons d’être vindicatif et de croire que seuls ceux qui parlent forts et n’importe comment ont raison. Prof merci !

  • Ce Monsieur m’a ténue en cours d’électronique avancé en cinquième année d’étude d’ingénieur. Très grande fierté de voir son travail couronné !

  • Félicitations pour vos travaux cher Professeur.

  • Bravo Professeur !
    Vous faites la fierté du Burkina Faso tout entier.
    Toutes mes félicitations

  • Premier Maitre de Conference en Physique du Burkina Faso, ce monsieur est un pilier incontournable de la formation doctoral. Prof vous méritez amplement ce prix. Que Dieu vous bénisse.

  • Felicitations professeur Zougmore avec le trophee bien merité pour cette innovation. Sans doute une grande support pour améliorer la gestion intégrée des ressources en eau par les 5 agences d’eau en Burkina. Aussi au niveau internationale cette découverte aura une contribution positive pour adapter la gestion d’eau au changement climatique.

  • Félicitations Pr Zougmoré avec tous nos encouragements.
    Une raison au moins pour féliciter les téléphonie mobiles parce que tous passent leurs temps à nous escroquer (qualité de service médiocre), nous surfacturer (tout appel est facturé même si la personne n’a pas répondu ni même son répondeur activé) etc

  • Bravo Pr ZOUGMORE ! Félicitations et bonne suite à vos travaux de recherche !

  • Félicitations et courage au Pr Zougmoré et à son équipe de recherche. Il va falloir trouver un brevet pour cette découverte et promouvoir son utilisation dans d’autres pays. Et qui parle d’autres pays, dit autres contextes physiques. Je pense aux zones forestières où les hautes cimes d’arbres peuvent faire écran entre deux antennes téléphoniques ; ce qui nécessitera, je crois, des gradients de correction.

  • Toutes mes félicitations à mon professeur ZOUGMORE. Que cela inspire tous les chercheurs de cette Afrique, qui se doit de savoir qu’elle aussi peut contribuer à l’avancée technologique du monde et à son auto-développement.

  • Toutes mes félicitations mon Pr, que Dieu vous aide et vous accompagne pour la suite de vos travaux.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés