Ruines de l’ancienne Assemblée nationale : Bientôt un complexe « Musée de l’insurrection-Nouvel hémicycle »

jeudi 11 février 2016 à 00h12min

Le comité d’initiative citoyenne pour la réalisation d’un complexe parlementaire intégré « Musée de l’insurrection-Nouvel hémicycle » a été reçu par le président de l’Assemblée nationale, le 10 février 2016. Les membres dudit comité sont allés exposer à Salifou Diallo le projet de l’érection d’un musée sur les ruines de l’ancienne Assemblée nationale. L’objectif est d’en faire un symbole fort de la lutte du peuple burkinabè, pour la défense de la démocratie, des institutions, de l’alternance et de la nécessité de respecter scrupuleusement la constitution. Le comité en sort renforcé dans son idée puisqu’elle est partagée par le patron de l’actuel parlement.

Ruines de l’ancienne Assemblée nationale : Bientôt un complexe « Musée de l’insurrection-Nouvel hémicycle »

La prise et la destruction de l’Assemblée nationale par le peuple insurgé le 30 octobre 2014 a été un acte symbolique, mais aussi un moment décisif dans l’insurrection populaire ayant conduit au départ de Blaise Compaoré du pouvoir. Les stigmates de cette violence sont encore visibles sur les murs noircis de fumée et les fenêtres soufflées de l’Assemblée nationale. Selon plusieurs citoyens, ces stigmates sont à conserver pour marquer la conscience nationale, constituer un lieu de mémoire et témoigner du message du peuple souverain et de la demande citoyenne du respect de sa volonté, de la démocratie et de la liberté.

Le comité d’initiative citoyenne pour la reconstruction de l’Assemblée nationale est né il y a plusieurs mois. Ladite initiative est portée par un collège de personnalités de la société civile burkinabè. Les membres de ladite initiative sont allés exposer au nouveau président de l’Assemblée nationale un projet qui nous tient à cœur, le 10 février 2016. Il s’agit de l’érection d’un musée sur les ruines des bâtiments de l’Assemblée nationale. Plus précisément, il s’agit de la réalisation d’un complexe intégré comportant un nouveau siège de l’Assemblée nationale, et l’érection d’un musée sur les ruines du parlement assiégé. Cette initiative a des visées symbolique, mémorielle, pédagogique, institutionnelle et économique. Selon ses initiateurs, elle permettra de marquer la démocratie burkinabè en renouveau, à en cimenter la légitimité dans le financement populaire de la construction du musée et à frapper la conscience des populations, des politiques et des dirigeants actuels et futurs.

Convergence de vues entre initiateurs et président de l’Assemblée nationale

Et, la satisfaction se lisait sur les visages des membres du comité à leur sortie d’audience. « Le projet que nous avons en tête, nous l’avons exposé au président de l’Assemblée nationale. Il se trouve que nos idées convergent parce que eux aussi à leur niveau, ils avaient effectivement en tête d’ériger un monument souvenir commémoratif qui va rendre hommage à la jeunesse burkinabè, à la lutte de tout le peuple burkinabè tel qu’il s’est manifesté les 30 et 31 octobre, ensuite lors du coup d’Etat manqué du 16 septembre et lors de toutes les résistances que le peuple burkinabè a déployées pour consolider ces acquis engrangés à l’occasion de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 », a confié Edouard Ouédraogo, le porte-parole du comité, à l’absence du président Luc Marius Ibriga.
Selon Edouard Ouédraogo, le public sera bientôt saisi de la question pour réfléchir sur le contenu architectural et artistique à donner à ce monument et sur les moyens de l’ériger. « Il faudra non seulement un monument commémoratif, mais que ce soit aussi l’occasion pour les Burkinabè de montrer leur capacité contributive à la réalisation de cette œuvre qui doit passer à la postérité. Donc, concrètement, nous pensons qu’il faut initier une contribution populaire. Même si elle ne sera pas suffisante, ce sera le symbole fort de la volonté du peuple burkinabè d’ériger effectivement ce musée en souvenir des luttes et des sacrifices consentis pour la restauration et la consolidation de la démocratie dans notre pays », a-t-il poursuivi.
Cette initiative citoyennese veut une contribution à la constitution de la mémoire de l’insurrection populaire d’octobre 2014 et la promotion de la conscience d’un renouveau démocratique au Burkina.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés