Conseil constitutionnel : Les membres du Haut conseil pour la réconciliation et l’Unité nationale ont prêté serment

jeudi 11 février 2016 à 00h10min

Au cours d’une cérémonie solennelle de prestation de serment ce mercredi 10 février 2016 au Conseil constitutionnel, 21 personnes dont une absente ont été installées dans leur fonction de membre du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale. Aussi, l’audience a connu la prestation de serment de Moussa Minougou comme membre de la CENI en remplacement du commissaire Bertrand Kologo, décédé.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Conseil constitutionnel : Les membres du Haut conseil pour la réconciliation et l’Unité nationale ont prêté serment

Le Conseil constitutionnel a refusé du monde en cet après-midi de 10 février 2016. En effet, conformément à la loi N°074 du 6 novembre 2015, 21 membres du Haut conseil pour la réconciliation et l’Unité nationale (HCRUN) dont un absent ont été officiellement installés dans leur fonction. Après que le greffier en chef du Conseil constitutionnel, Me Massmoudou Ouédraogo ait lu les décrets de leur nomination et leur curriculum vitae, le président du Conseil constitutionnel (CC), Kassoum Kambou a formulé en invite le rituel du serment suivant : « Je jure solennellement de bien et fidèlement remplir mes fonctions de membre du Haut conseil pour la réconciliation et l’unité nationale en toute indépendance et impartialité, de façon digne et de garder le secret des délibérations ». Et à chacun des membres de répondre, à tour de rôle, la main droite levée, « je le jure ».

« Nous venons de sacrifier à une formule importante dont la prestation de serment. Le Conseil constitutionnel vous félicite pour le choix porté sur vous par les plus hautes personnalités de notre pays que sont le président du Faso, le premier ministre et le président de l’Assemblée nationale », a acquiescé Kassoum Kambou. A l’écouter, le choix des autorités n’est pas fortuit parce que, « les plus hautes valeurs morales et éthiques de notre société et les qualités professionnelles que chacun de vous incarne ont certainement plaidé en votre faveur. Ce choix est d’autant plus pertinent au regard de l’importance de la mission qui vous attend. C’est dire que vous n’avez plus désormais le droit de trahir la confiance qui est placée en vous ». En effet, a précisé le président du CC, ces membres auront la tâche de faire en sorte que les filles et fils du Burkina se réconcilient définitivement. Et pour cela, ils devront étudier 5065 dossiers et élucider tous les crimes et toutes autres violations graves de droits humains à caractère politique qui ne le sont pas encore de 1960 à 2015, et proposer des solutions appropriées. « La mission est certes lourde, mais elle est noble. C’est pourquoi, je dis que vous n’avez pas une obligation de moyen mais une obligation de résultat. Le peuple attend que l’objectif qui vous est assigné soit pleinement atteint sinon les risques de tous les dangers sont grands pour notre pays. Le conseil constitutionnel voudrait que durant votre mandat que vous ayez à l’esprit le serment que vous venez de prêter. C’est certainement, le guide le plus sûr qui vous permettra de mener à bien le travail » a-t-il conclu.

Le président de la HCRUN, Benoît Kambou a pour sa part rassuré que des commissions ont été prévues pour faciliter leur travail. « Elles vont très vite se mettre en œuvre pour que nous fassions un travail qui ne déçoit pas la nation » a-t-il dit. Et de poursuivre, « nous avons un mandat de cinq ans. Donc, il ne faut pas se précipiter parce que le délai est long. Nous n’allons pas à pas de tortue mais progressivement ».

Avant la prestation de serment des membres du HCRUN, le président du Conseil constitutionnel a procédé à l’installation de Moussa Minougou, nommé en conseil de ministres le 3 janvier 2016 pour le compte de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 11 février 2016 à 09:16, par wawei
    En réponse à : Conseil constitutionnel : Les membres du Haut conseil pour la réconciliation et l’Unité nationale ont prêté serment

    Vraiment, si j’avais mon mot à dire sur ce machin ; pourquoi de 1960 à nos jours pour une réconciliation au Burkina ? et réconciliation pourquoi ? Si les initiateurs de ce "truc" ont inclue 1960, je crois que c’est juste pour nous divertir. Lamizana n’a pas réglé le problème de 1960 ? même si Lamizana n’a pas pu tout réglé, Saye ZERBO ne l’a pas fait ? Ecoutez, il faut aller droit au but ; on sait que les problèmes ont commencé avec l’assassinat crapuleux de Nézien BADEMBIE suivi de celui des YORIAN, GUEBRE Fidèle et autres ! C’est ça qu’il faut chercher à élucider !!! même le cas des assassins assassinés, okay ! Mais réconciliation entre qui et qui dans un pays où on ne connait pas de problèmes religieux ou ethniques comme cela se passe dans d’autres pays ! Non ! il faut simplement appeler la clique des Blaises-là et les juger ! aujourd’hui on a fait la part belle à GUINGUERE et BASSOLET en leur permettant d’être en prison après leur putsch ; pensent-ils à Didier TIENDREBEOGO et consorts qui sont passés par les armes ? pensent-ils à Henri ZONGO et LINGANI ?
    Arrêtez de vous foutre des gens et allez droit au but au lieu de nous mener en bateau-là par ce farfelu machin de haute cour de mer....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés