Pèlerinage diocésain à Ouagadougou : Les fidèles catholiques ont prié pour une paix durable au Burkina Faso

lundi 8 février 2016 à 01h31min

Dimanche 7 février 2016, les fidèles catholiques de l’archidiocèse de Ouagadougou se sont rassemblés sur le site du sanctuaire notre Dame de Yagma pour le pèlerinage annuel diocésain. Et comme d’habitude, c’est une foule innombrable qui a pris part à la célébration eucharistique de ce jour, présidée par le cardinal Philippe Ouédraogo.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Pèlerinage diocésain à Ouagadougou : Les fidèles catholiques ont prié pour une paix durable au Burkina Faso

Peu importe le moyen de déplacement et la distance. A bord d’un camion, d’un tricycle, à vélo ou à pieds, ils étaient nombreux ces fidèles catholiques à répondre au rendez-vous annuel de leur diocèse. Et c’est par la méditation du rosaire puis une catéchèse publique sur le sacrement de la réconciliation, que les pèlerins du jour ont fortifié leur foi avant la célébration eucharistique.

Placé sous le signe de la miséricorde divine, « Avec Marie notre Mère, soyons miséricordieux comme le Père et artisans de réconciliation, de justice et de paix », le recueillement de ce jour est axé sur deux points essentiels. « Nous vivons ce pèlerinage sous le signe de l’action de grâce et de l’intercession pour le Burkina Faso et l’Eglise famille de Dieu » a signifié le cardinal Philipe Ouédraogo.

En effet, au regard des évènements tragiques qu’a connus le peuple burkinabè, il était opportun de rendre grâce à Dieu pour toutes les merveilles accomplies. « Le peuple burkinabè a de quoi dire merci au Seigneur pour tout ce que nous avons vécu tout au long de la transition. Cette eucharistie est une action de grâce, avec le peuple burkinabè, toutes religions confondues, nous disons merci au seigneur pour sa bienveillance sur ce peuple » a renchéri le cardinal Philippe Ouédraogo.

Toutefois, souligne le pasteur de l’Eglise catholique « le pays reste confronté à des défis après les troubles socio-politiques qui ont été à l’origine de nombreuses blessures et ont conduit à une facture sociale. Il se présente à nous, le triple défi de la réconciliation, de la justice et de la paix ».
Fabrice Ouédraogo, un pèlerin de la paroisse de Bissighin s’inscrit dans cette dynamique. « Dieu nous a fait grâce en nous épargnant le pire mais ce n’est pas fini. Nous devons continuer à implorer la protection divine, car il y a toujours des soubresauts dans les familles et dans les cœurs » a-t-il signifié. Ce qui justifie d’ailleurs le choix du thème de cette année et l’idée centrale de l’homélie.

Ainsi, en s’appuyant sur le passage de la pêche miraculeuse du chapitre 5 du livre de Saint Luc, le pasteur de l’église catholique a invité les pèlerins à mettre leur confiance en Dieu dans l’accomplissement de leur mission et celle de l’Eglise. Il s’agit en d’autres termes, de marcher à l’image de la miséricorde divine. « Le christ nous invite à aller au large » a-t-il dit.

Par ailleurs, en s’interrogeant sur la situation nationale du pays « comment guérir les cœurs blessés et meurtris et ouvrir la voie au pardon et à la cohésion sociale ?, que faire pour éviter la vengeance et la chasse aux sorcières afin que prévale la quête de la justice et du pardon », le cardinal a invité les chrétiens à se surpasser. Le but étant selon lui, d’aboutir à une paix véritable et durable qui passe nécessairement par la tolérance, le dialogue, la réconciliation et la justice.
La célébration eucharistique de ce jour a pris fin par l’adoration du Saint sacrement. Les pèlerins ont bénéficié à l’occasion d’une indulgence plénière (rémission de la peine temporelle attachée au péché). A cet effet, Yameogo Awa qui prépare son inscription à la catéchèse se dit soulagée après la célébration eucharistique. « J’ai laissé mon enfant malade à la maison. Je suis soulagée parce que le cardinal nous a signifié que même les membres de nos familles absents, bénéficiaient de l’indulgence plénière » a-t-elle confié.
Le cardinal pour sa part, a remercié les forces de l’ordre et ce beau monde qui a bravé la psychose de la peur, de la violence et du terrorisme pour traduire leur foi et leur confiance en Dieu.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés