Thèse de doctorat en Physique : Emmanuel Nanéma s’intéresse à la couche de l’atmosphère au-dessus de Ouagadougou

mardi 2 février 2016 à 00h17min

« Modélisation de NmF2, foF2 et hmF2 à la station de Ouagadougou au cours du cycle solaire 22 par TIEGCM 1.94 et IRI 2012 et appréciation de leurs prédictions », c’est le thème de la thèse de doctorat unique que vient de soutenir Emmanuel Nanema. Il a présenté les résultats de ses travaux de recherche devant un jury international, le 30 janvier 2016. Le jury présidé par le Pr François Zougmoré a positivement apprécié son travail, et l’a déclaré digne du grade de Docteur de l’université Ouaga 1 Pr Joseph Ki-Zerbo, option sciences appliquées, spécialité géophysique externe, avec la mention très honorable.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Thèse de doctorat en Physique : Emmanuel Nanéma s’intéresse à la couche de l’atmosphère au-dessus de Ouagadougou

Et de deux pour Emmanuel Nanéma. Il était déjà titulaire d’un doctorat 3e cycle en énergie solaire photovoltaïque, depuis 1996. Mais, l’amour des études et l’envie d’approfondir ses connaissances afin de pouvoir encadrer des jeunes dans la recherche l’ont conduit à faire un second doctorat, cette fois en physique de l’ionosphère, géophysique externe.

Cette thèse était dirigée par Pr Frédéric Ouattara, un des anciens promotionnaires de l’impétrant au premier cycle universitaire et qui dirige actuellement le laboratoire de recherche en énergétique et météorologie de l’espace de l’université de Koudougou. Une thèse motivée par le besoin de faire une meilleure connaissance de la couche ionosphérique, mais aussi d’apprécier la qualité des modèles IRI (International reference ionosphere), version 2012 et TIEGCM (Thermosphere-ionosphere-electronodynamics general circulation model), version 2013.

Travaux effectués dans trois laboratoires

La recherche a été effectuée dans trois laboratoires : le laboratoire des matériaux et de l’environnement de l’Université de Ouagadougou, le laboratoire de recherche en énergétique et météorologie de l’espace de l’Université de Koudougou et dans un laboratoire de la région de Denver dans le Colorado aux USA.« Le travail a consisté en une étude de la couche de l’atmosphère au-dessus de la ville de Ouagadougou. (…) Le présent travail est une investigation de l’ionosphère par la détermination de trois paramètres à la station de Ouagadougou au cours des quatre saisons de l’année en fonction du temps à l’aide des modèles TIEGCM et IRI », explique Emmanuel Nanéma.

« L’étude de ces trois paramètres de l’ionosphère à l’aide des modèles TIEGCM et IRI à la station de Ouagadougou dans les conditions de jours calmes au cours du maximum et du minimum de phase du cycle solaire 22 nous a permis de dégager une appréciation de la qualité de chaque modèle par rapport aux données de la station. Le modèle IRI produit des résultats plus proches de ceux des données que le modèle TIEGCM. Toutefois, TIEGCM est un modèle acceptable de simulation malgré ces limites. Les pics matinaux ne sont pas toujours reproduits par les modèles, comparés aux résultats des données expérimentales », conclut-il.

Des publications dans deux revues scientifiques

Aussi, « notre travail nous a permis de faire des publications scientifiques entre 2013 et 2014, dans des revues internationales. Ce sont des travaux dont les résultats s’appliquent également dans le secteur des télécommunications et dans l’énergie solaire », précise Emmanuel Nanéma.

« Vous avez dans une démarche pédagogique vivante et plaisante, présenté votre mémoire avec une grande clarté et brio. Nous avons, au niveau du jury, particulièrement apprécié le travail scientifique effectué tant par sa qualité que par la pertinence des publications dans des revues à impact supérieur, et la pertinence avec laquelle vous avez répondu aux questions », a souligné le Pr François Zougmoré, président du jury.

Le jury a estimé que l’intelligence et la qualité humaine et scientifique de l’impétrant sont de bon augure pour qu’il puisse renforcer la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche. De ce fait, ayant positivement apprécié le travail, il a déclaré Emmanuel Nanéma digne du grade de Docteur de l’université Ouaga 1 Pr Joseph Ki-Zerbo, option sciences appliquées, spécialité géophysique externe, avec la mention très honorable. S’en suit une salve d’ovations.

Retour à la recherche par la grande porte

C’est donc le retour dans la famille des chercheurs par la grande porte. Faut-il le rappeler, après son premier doctorat en 1996, M Nanéma était déjà dans la recherche de 1997 à 2004, notamment au Centre national de la recherche scientifique et technologique (CNRST) où il a glané ses premiers grades de chercheur. En 2004, il a interrompu pour servir au Fonds de développement de l’électrification (FDE) en tant que directeur technique pendant sept ans. Puis, il revint pour entamer ces travaux qui lui valent ce second doctorat aujourd’hui.

Cette étude pourra être poursuivie par l’étude d’autres paramètres. Car, « IRI nous permet de capturer 37 paramètres, TIEGCM peut aller jusqu’à 90. Nous n’avons étudié que trois, alors nous pouvons étendre… », confie-t-il. Avis aux jeunes chercheurs !

Moussa Diallo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés