Pluviométrie : Il faut accélérer la mise en œuvre des mesures anti-inondations à Ouagadougou

mardi 9 août 2016 à 22h58min

C’est maintenant une habitude pour les Ouagalais. Chaque grande pluie avec ses inondations. C’était encore le cas ce mardi 9 août 2016 où le ciel a ouvert ses vannes depuis 4h du matin. Des maisons, des ponts et même des routes inondés. La circulation a été pendant un moment impossible sur certains axes de la ville. Il devient plus que nécessaire pour les autorités d’accélérer la mise en œuvre des mesures envisagées pour lutter contre ces inondations.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Pluviométrie : Il faut accélérer la mise en œuvre des mesures anti-inondations à Ouagadougou

Le pont situé à quelques encablures de la Maison d’arrêt et de correction de Ouagadougou (MACO), le pont Kadiogo, le quartier Paspanga et nous en oublions certainement. Des ouvrages et des maisons n’ont pas échappé à la furie des eaux qui ont commencé à tomber depuis 4h du matin. Selon les services de la station météorologique de Ouagadougou-Aéroport, 77,6 mm d’eau sont tombés sur la ville.

Les dégâts, comme il fallait s’y attendre, sont encore énormes. Des infrastructures routières sous les eaux, entrainant l’impraticabilité des voies pendant une bonne partie de la journée. Les voitures stationnées aux abords du pont Kadiogo ont dû être déplacées pour la plupart pour ne pas être englouties par les eaux. Ce serait la deuxième fois, rien que cette année 2016.

Cette situation rappelle celle du 1er septembre 2009 qui avait créé le désarroi chez les Ouagalais. Le 21 juillet dernier, établissant le bilan des dégâts des pluies diluviennes de la veille à quatre morts et 2000 ménages sinistrés, le maire de la ville de Ouagadougou, Armand Béouindé avait annoncé une batterie de mesures dont l’opération de curage des caniveaux. L’opération a effectivement été lancée mais cela n’a pas, pour l’instant, épargné aux Ouagalais de revivre cette situation désagréable.
Le bilan de cette sinistre journée fait état d’un mort. Un mort dont on pouvait faire économie. Il devient dès maintenant impérieux pour les autorités d’accélérer la mise en œuvre des mesures envisagées pour lutter contre ces inondations.

Aux populations, on ne le dira jamais assez, il faut prendre, chacun à son niveau, des mesures pour prévenir les inondations. Car les premières victimes se comptent toujours parmi les inciviques et les imprudents.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 9 août 2016 à 22:38
    En réponse à : Pluviométrie : Il faut accélérer la mise en œuvre des mesures anti-inondations à Ouagadougou

    bonsoir mes chers compatriotes temps que vous aller rester assis et attendre que le gouvernement face tout pour vous,ben ne vous étonnée pas de votre sort ça sera comme ça pour vous pour vos enfants et même vos arrières petits enfants.moi j’ai fait une proposition au gens de mon cartier kilwin à ouagadougou que chaque propriétaire de parcelle creuse devant c’est à dire sa parcelle en collaboration avec la mairie bien sûr la vas nous donnée les techniciens pour les largeurs profondeurs exceptérat mais malheureusement les sages ne mon écouter même d’autre mon dit que c’est parce que tu vie à l’étranger que tu auge faire de telle propositions.je leur est dis que bien au contraire je me fait de souci pour vous et surtout au enfants car, il n’y a aucun membre de gouvernement dans notre quartier donc levons nous pour notre propre bien être et surtout à la santé de nos enfants.je crois qu’il faut quitter dans j’attend qu’on face pour moi.
    je vous souhaite bonne saison de pluie à mon très cher patrie le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2016 à 09:50
    En réponse à : Pluviométrie : Il faut accélérer la mise en œuvre des mesures anti-inondations à Ouagadougou

    Au Burkina, il n’existe pas encore un VRAI PLAN d’aménagement et d’urbanisation pour les villes et campagnes. Ce n’est pas bien pour un pays sans vision. Notre pays manque-t-il de géographes-topographes pour nous sortir une bonne cartographie des cours d’eau ? Je préconise d’organiser en 2016-2017 les états généraux d’urbanisme afin que plus jamais les villes et zones habitées ne soient inondées quand on sait que désormais les changements climatiques nous imposent une pluviométrie non maitrisable avec son cortège de malheurs.

    Je réfute la thèse de l’imprudence ou l’incivisme ou l’anarchie de certains citoyens qui s’installent dans des zones inondables. Juste une question pour comprendre : existe-t-il des zones (terres) de non droit au Burkina ou chacun peut faire ce qu’il veut ? Arrêtons les bêtises du genre "ils savent que cette une zone inondable mais ils s’y installent anarchiquement". Si l’autorité compétente prend ses responsabilités, ce sont des situations résorbables.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2016 à 10:05, par TANGA
    En réponse à : Pluviométrie : Il faut accélérer la mise en œuvre des mesures anti-inondations à Ouagadougou

    Burkinabès, vous n’avez pas dit que vous n’êtes pas des CDR ?
    D’Accord, on verra quel CDR viendra vous aider.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2016 à 10:49, par Intrigué
    En réponse à : Pluviométrie : Il faut accélérer la mise en œuvre des mesures anti-inondations à Ouagadougou

    Mes condoléances à la famille éplorée et aux Burkinabès en général.

    Il faut le dire, notre pays a été géré comme un campement. La première photo parle d’elle même. Les gens sur cette photo semble s’être réfugier sur un îlot de bitume qui tient dérisoirement en attendant d’être lui même emporté très certainement. Vous avez parlez dans votre article de curage de caniveaux. ça c’est quand il existe des caniveaux. Parce que hélas, force est de constater que certaines route sont construite sans caniveaux. Et cette question de curage. A quoi sert-t-elle si la boue qu’on a enlevé reste au bord du caniveau et y retourne dès la première pluie.C’est un travail à la Sisyphe en fait. Concernant les habitations précaires dans les quartiers non loti. S’il est vrai que ceux qui ont été dédommagés sont dans le tort, il est vrai aussi que l’Etat n’a rien fait jusqu’à présent pour que les burkinabés dans leur ensemble ait des maisons décente. Je n’ai rien contre ceux qui ont travaillé honnêtement pour avoir plusieurs maison au Burkina. Mais combien sont ceux qui ont pillé les parcelles de ce pays. Quand on parlait des maisons sociale de la BHBF, on disait si je ne m’abuse qu’il fallait avoir un revenu de 100 000F. Il sont combien qui travaillent déjà pour prétendre avoir 100 000F. Quand vous avez plus de 100 000F, vous n’êtes pas éligible nous a-t-on dit. Quand vous vous tournez vers les banques (surtout si vous êtes du privé, vous ne pouvez prétendre avoir un crédit qui vous permettra de couvrir et l’achat de la parcelle, et l’obtention des papiers et la construction de la maison. Sans parlez du taux d’intérêt qui vous reviendrais à des millions de francs a payer en plus du crédit. Il est temps que nos dirigeant soit mieux inspirés.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2016 à 10:52, par Sidbewindin Somande
    En réponse à : Pluviométrie : Il faut accélérer la mise en œuvre des mesures anti-inondations à Ouagadougou

    SVP, que les ouagavillois reconnaissent les canivaux comme moyen d’evacuation des eau de pluie et non comme des poubelles. Se sera deja un grand pas en avant pour une ville sans inondation. Faite un tour aux abords de la foret Bangreweogo et se sera clair pour vous pourquoi Ouaga s’inonde. tout ce qu’on a jeter en ville s’y retrouve.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2016 à 12:30
    En réponse à : Pluviométrie : Il faut accélérer la mise en œuvre des mesures anti-inondations à Ouagadougou

    L’état d’ensablement des barrages est une des premières causes des inondations. Ils se remplissent très rapidement et les eaux charriées par les canaux d’évacuations faute de pouvoir s’y déverser se retrouvent dans les rues et ensuite dans les maisons. Vivement le curage des barrages.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août 2016 à 16:54, par Cheikh
    En réponse à : Pluviométrie : Il faut accélérer la mise en œuvre des mesures anti-inondations à Ouagadougou

    Quant à moi, j’ai dit et je répéterai toujours conformément à des propositions que j’ai déjà faites ici même. Il faut que la voirie se réveille avec des camions et des bacs, avant de parler de curage de caniveaux. Sinon où mettre les déchets ? Il faut bien qu’il y ait des bacs déposés dans chaque zone pour recueillir ces déchets, et des camions faisant des rotations périodiques, pour les transvaser ailleurs ! Autrement dit, en commençant rien que par le creusage des caniveaux, c’est comme si on mettait la charrue avant les boeufs.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés