Habitat, assainissement et accès à l’eau potable : Précarité et pesanteurs socio-culturelles, des défis à relever.

vendredi 22 janvier 2016 à 00h00min

Les résultats de l’enquête multisectorielle continue indiquent que 3 ménages sur 4 ont accès à l’eau potable. En revanche, plus de la moitié de la population défèque dans la nature. Cette dernière situation témoigne de la précarité économique des ménages mais également des pesanteurs socioculturelles.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Habitat, assainissement et accès à l’eau potable : Précarité et pesanteurs socio-culturelles, des défis à relever.

La question du logement demeure toujours une préoccupation majeure au Burkina Faso. Au niveau national, plus de 7 ménages sur 10 vivent dans les zones non loties. Les régions du Sahel et du Centre Nord enregistrent les faibles taux avec respectivement 3,6% et 8,2% de ménages qui habitent des zones loties. La région du Centre particulièrement dominée par la capitale Ouagadougou, a plus de huit ménages sur dix (81,1%) qui habitent dans les zones loties, alors que

Il ressort de l’enquête que 76,3% des ménages ont accès à l’eau potable. Cependant, la consommation d’eau de barrage, rivière, cours d’eau ou lac demeure toujours relativement élevée au niveau national (1,7%) mais est en nette baisse par rapport à 2009 où cette proportion était de 6,3%. De même, la consommation d’eau de puits comme eau de boisson reste toujours élevée (16,4%) et est en baisse de 4,7 points par rapport à 2009. La plupart des ménages burkinabè (44,0%) s’approvisionne en eau de forage comme eau de boisson.

Quant à l’accès à l’éclairage, la torche à pile reste la principale source chez plus de la moitié des ménages burkinabè (61%). L’utilisation de l’électricité est beaucoup plus importante en milieu urbain (62,7%) qu’en milieu rural (9,3%).

En matière d’assainissement, les ménages ont généralement recours à la nature ou à des ouvrages d’assainissement divers. Au Burkina Faso, la défécation à l’air libre est la pratique la plus répandue. Cela concerne la moitié des ménages (50,5%). Une situation qui témoigne de la précarité économique des ménages mais également du poids important des habitudes socioculturelles.

Note : Les informations proviennent des résultats de l’Enquête multisectorielle continue (EMC) effectuée au Burkina Faso en 2014. L’enquête s’est déroulée sur le terrain du 15 janvier au 15 décembre 2014 sur un échantillon de 10 800 ménages répartis sur l’ensemble du territoire national. Elle a été réalisée par l’Institut national de la statistique et de la démographie (INSD). Le financement a été assuré par l’Agence suédoise de développement international (ASDI).
Le rapport complet est disponible sur le site internet de l’INSD (www.insd.bf).

La Directrice Générale Adjointe

Madame Aïssata SANE/CONGO
Chevalier de l’Ordre du Mérite
de l’Economie et des Finances

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés