Gouvernement Paul Kaba Thiéba : « Le seul point d’insuffisance que je perçois, c’est la question de la Défense qui est entièrement à la charge du Chef de l’Etat », note Siaka Coulibaly, analyste politique

jeudi 21 janvier 2016 à 00h47min

Malgré les actes terroristes perpétrés en fin de semaine dernière, l’équipe gouvernementale continue de dérouler sereinement son emploi du temps avec l’installation officielle des ministres, nommés le 12 janvier dernier. Justement, sur la composition du gouvernement, nous nous sommes intéressés à l’analyse de Siaka Coulibaly, que nous avons rencontré dans la soirée de jeudi, 14 janvier dernier à son cabinet, le Centre de suivi et d’analyse citoyens des politiques publiques (CDCAP). Activiste de la démocratie, des droits humains et de l’environnement, l’analyste scrute … le gouvernement Thiéba.

Gouvernement Paul Kaba Thiéba : « Le seul point d’insuffisance que je perçois, c’est la question de la Défense qui est entièrement à la charge du Chef de l’Etat », note Siaka Coulibaly, analyste politique

Lefaso.net : Quelle lecture avez-vous eue du gouvernement nouvellement formé ?

Siaka Coulibaly : Un premier élément, est qu’on a quand même l’impression qu’il y a une amélioration par rapport au système Compaoré : ce ne sont pas les caciques du parti qui ont investi le gouvernement. Les gens qu’on voit ne sont pas forcément connus de la scène, ils ont plutôt un profil de technocrates. Donc, par rapport au système Compaoré, je trouve que c’est une amélioration, parce que en ces temps-là, c’était presque connu d’avance ; il y avait des gens indéboulonnables, on renouvelait les gouvernements, c’étaient toujours les mêmes. Mais là, on a vu quand même qu’à part quelques-uns, la plupart qu’on considère comme les ténors du parti ne sont pas dans le gouvernement. Ce peut être un premier signe de changement. Il y a aussi le fait que beaucoup de membres de ce gouvernement sont des techniciens de leur secteur ; ce qui ne se faisait pas beaucoup de par le passé. Que ce soit pertinent ou pas, la suite va nous le dire. On peut penser qu’il y a une volonté de changer, de rompre avec le passé. Ce sont juste les impressions de départ. On verra dans la suite, si ce modèle fonctionne ou pas, parce qu’un technicien pour un département ministériel, ça peut être judicieux mais l’expérience politique également est un atout pour le poste de ministre. Et à ce niveau, c’est un peu une lacune du gouvernement actuel où il n’y a pas beaucoup de gens expérimentés à l’image de Simon Compaoré (qui a fait 17 ans à la tête de la mairie ; donc il connaît bien son secteur), de Dieudonné Bonanet qui a également été ministre de l’Environnement, de Clément P. Sawadaogo, Filiga Michel Sawadogo, etc. Et ça, au moment de situations difficiles (parce que l’administration de ministère est toujours une situation difficile), ça peut jouer négativement. Maintenant, tout dépendra du front social, c’est-à-dire la gestion des besoins des groupes sociaux et la réaction de ces groupes par rapport à la gestion qui est faite. Donc, tout le monde s’attend à ce que ce soit un gouvernement qui fasse des propositions, qui prenne des mesures, qui change ceci ou cela. Alors, dans le contexte où nous sommes, est-ce que les membres de ce gouvernement auront la marge de manœuvre nécessaire pour faire ce qui est attendu d’eux ? On a suivi la Transition, on a vu tout ce qui s’est passé, ce n’est pas évident que ce gouvernement soit dans la position pour repartir immédiatement dans le sens du changement qu’on attend. Donc, leur tâche n’est pas vraiment facile. Le seul point d’insuffisance que je perçois, c’est la question de la Défense qui est entièrement à la charge du Chef de l’Etat, je trouve que ce n’est pas judicieux de l’avoir fait ; il aurait pu nommer un ministre délégué à la Défense, avec qui il allait partager certaines responsabilités. C’est-à-dire que la gestion de la réforme de la Défense pouvait lui revenir et la gestion des personnels, les missions à l’étranger, etc., qui sont des questions administratives auraient pu être faites par le ministre délégué, pour éviter que justement la gestion de ces aspects ne vienne directement sur le Chef de l’Etat. Mais, ce n’est pas une catastrophe, c’est une préoccupation que je pressens et que j’exprime.

Lefaso.net : On a une‘’innovation’’ qui est qu’en plus des ministres délégués, on a des Secrétaires d’Etat ; est-ce une bonne option… ?

Siaka Coulibaly : Les ministres délégués et les Secrétaires d’Etats ont à peu près les mêmes choses ; ce sont des ministres qui n’ont pas une grande autonomie par rapport à un ministre. Ils sont obligés de travailler dans le cadre du plan d’action d’un ministre. En général, ce sont comme des adjoints des ministres en question. Cela se justifie par le fait qu’on estime que le ministère est très gros, concentre plusieurs sous-secteurs, donc il faut trouver des responsables pour conduire et aller vite en termes de résultats. A part cela, ce n’est pas une surprise, je pense qu’il y a eu déjà des Secrétaires d’Etat à certains moments sous Blaise Compaoré (il y a quand même longtemps).

Lefaso.net : Avec la configuration actuelle des pouvoirs maintenant au complet, y-a-t-il possibilité de lire le type de régime, de fait, et comment entrevoyez-vous les rapports entre les trois pouvoirs ?

Siaka Coulibaly : Le type de régime est prévu par la Constitution, c’est un régime dit semi présidentiel. En réalité, il est présidentialiste mais avec quelques options ouvertes au cas où la politique viendrait à être changeante. Comme la Constitution prévoit que le président nomme un premier ministre au sein de la majorité parlementaire, le jour où l’opposition devient majoritaire, le président est obligé de nommer un premier ministre de l’opposition. C’est quand, peut-être, la Constitution sera revue, qu’on va se pencher sur l’équilibre des pouvoirs entre le premier ministre et le président du Faso.
Les rapports entre ces pouvoirs dépendent maintenant des personnalités qui les gèrent. Mais, dans le cas où nous nous trouvons, je ne vois pas de problème en ce sens que ce sont des personnalités issues du même parti politique. Donc, a priori, il ne devrait pas y avoir de contradiction. A priori, je dis. Maintenant, dans la gestion, il se peut qu’elles (ces personnalités) aient des différences de vues, par rapport à certains problèmes. Même là, normalement, étant du même parti politique, ça devrait se régler à ce niveau, sans que ça ne déteigne sur les institutions. Donc, le Parlement va faire son travail de contrôle gouvernemental ; même s’il est aussi vrai que lorsque le parti gouvernemental est majoritaire au parlement on pense que le contrôle est moindre (parce qu’ils ne vont quand même pas se tirer dans les pieds). Donc, il ne faut pas s’attendre à de grands remous de ce côté. Sauf s’il y a beaucoup de contestations par exemple, si les gens se mettent à faire des contestations, là, il peut y avoir des différences de points de vues dans la gestion de ces contestations.
La chose aurait été différente, si l’opposition avait réussi à créer une majorité à l’issue des élections (par exemple ceux qui ont rejoint la majorité présidentielle auraient pu aussi rejoindre l’opposition et là, elle aurait eu la majorité et le premier ministre issu de leur rang). A ce moment, les choses allaient être très différentes, avec des contradictions de visions, de programmes politiques. Surtout que dans notre Constitutionune telle situation est prévue mais sa gestion, non. C’est pour tout cela que nous avions souhaité que l’on revoit la constitution pendant la Transition, pour prévoir le cas où c’est un premier ministre de l’opposition qui serait nommé. Parce qu’actuellement si ça arrive, c’est directement une catastrophe (puisque le premier ministre que nous avons dans la constitution, doit aider le Président à mettre en œuvre son programme). Il fallait donc des ajustements de la Constitution pour prévoir cette éventualité. Ça n’a pas été fait mais on attend, comme le parti au pouvoir parle lui-même de réformes, on verra ce qui va être fait.

Lefaso.net : On assiste à une sorte de reconfiguration de la scène politique avec le ralliement d’un certain nombre de partis politiques ‘’d’opposition traditionnelle’’ à la majorité présidentielle ; force ou faiblesse pour la démocratie ?

Siaka Coulibaly : Les partis ont la liberté de s’aligner avec qui ils veulent. Sur le plan formel, il n’y a pas problème. Mais, connaissant l’histoire politique du pays, et les positions de ces partis, c’est à partir de là qu’on trouve que ce n’était pas évident que ces partis rejoignent la majorité présidentielle ; parce qu’ils ont été, de par le passé, opposés (surtout l’UNIR/PS, parti sankariste opposé au régime Compaoré qui compose aujourd’hui avec ceux mêmes qui ont animé le régime). Donc, la plupart des Burkinabè ne comprend pas cela. Mais sur le plan formel, il n’y a pas problème et la preuve en est qu’ils l’ont fait dans le cadre institutionnel (parlement) et ils sont maintenant au gouvernement ; donc ce n’est pas une entorse aux lois du pays.
Mais sur le plan politique, on verra bien sur certains dossiers (Thomas Sankara par exemple) comment Me Sankara (président de l’UNIR/PS), qui est l’avocat de la famille, et où l’affaire est en justice, va se comporter en cas de certaines évolutions du dossier. Ce sont des interrogations sur lesquelles on attend de voir. Peut-être qu’il va rapidement trouver un autre avocat qui va prendre le relais pour éviter que justement, sa position avec le pouvoir d’aujourd’hui, ne soit en contradiction avec la défense de ce dossier. Tous ces partis, il faut les attendre sur le terrain par rapport à un certain nombre de questions pour voir leurs réactions.

Lefaos.net : Le fait que le premier ministre n’ait pas vécu sur le terrain burkinabè est une force ou une faiblesse pour sa mission ? Pourra-t-il conduire le bateau ?

Siaka Coulibaly : Il va conduire le bateau ; parce que le poste de premier ministre, dans notre Constitution, n’est pas un poste de grandes responsabilités politiques. Le premier ministre aide le président du Faso à appliquer son programme. Donc, les grandes responsabilités politiques seront prises par le président du Faso, le premier ministre est chargé de la mise en œuvre. En réalité, ce n’est pas aussi important que les gens le pensent.
Maintenant, ç’aurait été un atout pour lui, de connaître à l’expérience, le contexte politique de près. Là, ça allait lui éviter certaines situations compliquées, ça allait lui faciliter d’aller plus vite sur certains dossiers. Sinon, ce ne sera pas un handicap total pour lui. Et puis, même s’il est à l’extérieur, c’est sûr qu’il se tenait informé de l’évolution ; tous les Burkinabè qui sont à l’extérieur se tiennent informés de ce qui se passe, surtout depuis 2014 où la situation politique à évolué très rapidement.
Ensuite, le fonctionnement même du gouvernement va faire en sorte qu’il va rapidement savoir quelles sont les situations qui se présentent. Je ne crois donc pas que ce soit un vrai handicap pour lui de ne pas être du sérail. Mieux, je pense que ce type de premier ministre matérialise la volonté du président (comme il l’a lui-même dit), de tourner la page. Au lieu de prendre quelqu’un qui est du terroir, qui connaît, il a préféré prendre une nouvelle tête. Peut-être que les gens vont se dire : « on va voir, qu’est-ce que celui-là va faire ». Un ancien, on le connaît déjà, on connaît déjà comment il réfléchit, comment il procède, de sorte que ceux qui sont contre allaient déjà se braquer. Alors que là, on est obligé d’attendre qu’il fasse ses preuves. Et ça, c’est déjà un bon coup politique qui a été joué par le président du Faso.

Propos recueillis par Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Messages

  • Bien vu on attend de voir.ils seront a la hauteur de la bonne gouvernance j’ai foi en eux.k Dieu Les Guide .Allos Seulement

  • La question de la défense est effectivement le point noir de ce gouvernement. En plus, le premier ministre est très émotionnel, par exemple dire au lendemain de l’attaque qu’ on n’a pas besoin d’enquête pour savoir si les as crédibilité de la journée sont liés est un propos grave, même très grave. Ce gouvernement ne me rassure pas du tout.

  • Vitement que le président se choisisse un ministre délégué chargé de La Défense ou alors qu’il s’entoure de courageux bons conseillers qui n’agiront pas pour plaire ( des bénis oui oui ). Mais le président ayant ses raisons que nous ne connaissons pas , le temps nous dira qui a raison . Que Dieu le guide et bénisse ses actions.

  • Bonne analyse Monsieur Coulibaly.
    Mais que dites vous d’une telle dénomination "Ministère de la Jeunesse, de la Formation et de l’insertion professionnelle ????". Je m’explique, de quel type de formation s’agit-il ? L’emploi ne se limite t-’il qu’à l’insertion ????Vraiment bizarre. Intitulé comme ça, ça nous ramène en réalité 15 ans en arrière, c’est vraiment dommage. Mais bon, allons seulement ! Que Dieu nous vienne en aide

  • Ce monsieur fait de bonnes analyses politiques s’il est lucide. Félicitation pour cette analyse pertinente. Mais je pense qu’il doit des excuses publiques au peuple pour avoir soutenir les événements de septembre. Déçu de la transition parce qu’il voulait se faire une place au soleil durant cette période certes mais à soutenir un coup d’État pour une personne de son bord c’est du jamais vu. En homme intègre, on doit reconnaitre ses erreurs se faire pardonner et la vie continue. Ne laissons jamais nos intérêts particuliers prennent le dessus sur l’intérêt général.

  • Toi aussi Siaka tu crois que c’est mieux que UNIR/PS reste à l’opposition avec le CDP qui dit à qui veut l’entendre que Blaise COMPAORE est son Dieu au lieu d’aller vers les tombeurs de Blaise ? Un analyste politique doit être beaucoup plus lucide que ça ! Dans ma langue on dit qu’il faut s’adresser à celui qui a tué le mouton et non à celui qui le dépèce ! Blaise est assassin de Sankara pas Rock !
    Tu as soutenu le coup d’état bête de Diendéré donc basta !

  • « Parce qu actuellement,si ça arrive,c est directement une catastrophe (puisque le premier ministre que nous avons dans la constitution doit aider le president à mettre en oeuvre son programme).Il fallait donc des ajustements de la constitution pour prevoir cette éventualité. »
    - Parfaitement d accord, c est une abération cet article 63 qui est explicite.
    "Le PM est le chef du GOV ;à ce titre il dirige et coordonne l action gouvernementale .Il est responsable de l exécution de la politique de défense nationale... »On aurait pu en rester là que ça ne poserait aucun problème comme c est le cas de la constitution française ,titre III article 21,alinéa 1 :« Le premier ministre dirige l action du gouvernement.Il est responsable de la défense nationale .Il assure l exécution des lois.Sous réserve des dispositions de l article 13,il exerce le pouvoir reglementaire et nomme aux emplois civils et militaires. »
    - C est conformément à cela que Lionel Jospin(gauche,PS) premier ministre de Chirac(droite,RPR) de 1997-2002 a mis en oeuvre son propre programme et non celui de son patron de president .Idèm pour PM Edourd Baladur 1993-1995 (droite) sous Mittérand (PS).
    Pourquoi ajouter à cet article 63 de notre constitution « définie par le président » ? Est à ce à dire qu une majorité accordée par les électeurs à un parti opposé au président parce qu il leur a proposé un projet de société aléchant,il ne peut ,en temps que dirigeant du gouvernement , mettre en oeuvre son programme sans l accord du président ? Vite une correction.Vous avez vu juste Mr Coulibaly.

  • Avez-vous la preuve qu’il a soutenu le coup d’État ? Non ! Eh Burkinabè, yaako !

  • REPONSE à la question de l’internaute n°8 :

    18 septembre 2015 ·
    SIAKA COULIBALY SOUTIENT LE GÉNÉRAL DIENDÉRÉ

    " L’arrestation, ce jour, du Président de la Transition, Michel Kafando et du Premier Ministre Izaac Y. Zida n’est pas du tout une surprise. ....

    Michel Kafando, malgré son âge avancé, n’a pas dirigé la transition comme un père de famille. Il a pris parti dès le début de la transition ...

    ....des jeunes sans expérience politique, étaient chargés d’insulter sur les réseaux sociaux tous ceux qui osaient dire le contraire des décisions des autorités de la transition.

    L’arrestation du Président et du Premier Ministre doit permettre de remettre à plat le processus politique par leur remplacement immédiat par des personnalités neutres politiquement. Le Burkina Faso a besoin d’hommes sérieux et responsables pour relever le défi du départ de Blaise Compaoré.

    Les personnes qui appellent à la mobilisation contre les militaires ne font que manipuler la situation à leur seul profit .... Ils répondront de leurs actes devant la justice.

    Les militaires, toutes unités confondues, étant déjà sortis, il vaut mieux entériner l’opération et envisager de nouvelles dispositions pour avancer. Il est difficile pour un démocrate de soutenir un coup de force, mais dans ce cas-ci, les « civils », en la personne de Michel Kafando, n’ont pas été à la hauteur des défis politiques du pays. Il doit être changé. "

    Propos de SIAKA COULIBALY lors du coup d’Etat. je l’ai sur ma page facebook sa photo à l’appui.

  • Bonne analyse beaucoup d’espoir pour le pays si les ennemis nous laissent en paix. Quant au ministère de la défense effectivement beaucoup se sont interrogés sur cette question.

  • Gouvernement Paul Kaba Thiéba : « Le seul point d’insuffisance que je perçois, c’est la question de la Défense qui est entièrement à la charge du Chef de l’Etat », note Siaka Coulibaly, analyste politique
    Ce monsieur a approuvé le coup d’état de Général Dienderé. C’est pour cela qu’il a été exclu de la convention des organisations de la société civile pour l’observation domestique des élections (CODEL) présidé par Halidou Ouédraogo. C’est le même Siaka Coulibali qui a quitté la commission de réconciliation (dont le président est monseigneur Paul Ouédraogo) en racontant dans les médias que les membres de la commission allait touché chacun 5 millions de francs alors que c’est faux. Tous ça pour dire que je me méfie de ce genre de personne qui sont en fait des politiciens caché.

  • Je me méfie beaucoup de ce type qui est très partisan et politicien en réalité. Qu’est ce que la plupart des Burkinabè ne comprend pas ? L’unir/PS devait il aller se rallier à l’opposition en s’unissant encore avec ceux (le CDP) qu’il a toujours combattu depuis toutes ces année ? Je crois plutôt que c’est ça que les Burkinabés n’allaient pas comprendre. Unir/PS et MPP ont tous lutter au CFOP ensemble pour chasser Blaise et c’est ça le plus important à mon avis. Est ce que le CDP a lutté au CFOP ? Vous aussi faites pardon en regardant souvent la vérité en fasse. Entre 2 mots il faut choisir le moindre mal et là le moindre mal c’est bien sûre le camp du MPP.

  • Merci Bouba (internaute 9). Cet "analyste" devrait commencer par analyser ses propres déclarations.

  • Bonjour chers internautes,
    Après moi le déluge. C’est e constat amer que nous vivions depuis la démission de son Excellence BLAISE Compaoré. Rien que des scènes macabres depuis le 30 octobre, plus de 100 morts et une insécurité à la libanaise

  • Voilà SIAKA ! tu as cherché problème. Au lieu de rester cacher après tes déclarations de soutien au coup d’Etat, tu viens t’exposé gaillardement en donnant une itw. Maintenant qu’on a ressorti tes propos, ceux qui ne savaient pas vont savoir.

  • Le Colonel Nombré a été Secrétaire Général du Ministère de la Défense sous Blaise COMPAORE, sous Michel Kafando et le demeure encore. C’est un gars sérieux, discret et travailleurs qui maitrise les dossiers et ne bavarde pas beaucoup.

    Vu le nombre d’année qu’il a passé comme SG du Ministère de la Défense, pourquoi ne pas le confirmer maintenant Ministre plein ou délégué à la Défense ?? Où bien faut-il obligatoirement un militaire politicien et ambitieux ? A mon humble avis, il faut mettre un officier supérieur qui peut faire l’unanimité et être obéi par les hommes de rang et ramener la cohésion dans le corps. Ne mettez surtout pas Barry le mélangeur ou le Général de pacotille qui n’a aucun fait d’arme pour mériter ces galons usurpés.

    Que Dieu bénisse le Burkina Faso, la Patrie qui nous est chère et la terre de nos braves et dignes ancêtres.

  • ceux qui réclament un militaire à la défense et à la sécurité ne lisent pas les textes. Le statut des militaires les empêchent d’occuper des fonctions politiques. De même que les magistrats. En attendant qu’on définisse clairement les postes politiques, le mandat de député et celui de ministres sont éminemment politiques. par conséquent, aucun militaire ou magistrat ne peut faire partie d’un gouvernement au Burkina Faso.

  • Au Burkina, de nos jours, tout le monde est devenu spécialiste en ceci ou en cela sans pour autant maîtriser quoi que ce soit. En mooré on dit que celui qui est assis connait les techniques qu’il faut utiliser pour terrasser l’adversaire. Critiquez dans le sens de faire avancer le pays au lieu de le faire parce que nostalgiques du passé. S’ils sont arrivés là où ils sont , ils savent ce qu’ils font, donc laissez les travailler et portez vos jugements dans quelques mois.

  • Moi je n’ai pas de page facebook. merci donc Bouba, n09 de partager les inconstances et ionconsistances de ces raspoutines modernes. Siaka Couliobaly, ta place devrait etre a la MACA aupres de ton dieu peureux.. Moi mon Dieu est Zen. C’est le peuple. Meme s’ il se trompe, c’est son erreur- la qui est la verite. Cha’ de fakap !!!!

  • N08, oui on a la preuve. Lis juste le post n09. Tu dis quoi maintenant, Siaka Coulibaly qui a poste lui- meme le n08 pour nous emberlificoter. Ton derriere est dehors. Ton calecon est sale et en plus il est dechire. D’ ailleurs meme c’est un calecon dechire comme le calecon de CDP et d’ un General terroriste a la MACA.

  • Siaka Coulibaly , c’est aussi notre Talleyrand. Il faut faire une recherche avec Google et vous saurez pourquoi Napoleon disait de lui que c’ est un tas de merde dans une botte de laine. Si je dois commencer a depouiller la merde de Talleyrand ici, on ne va pas se quitter aujourd’ hui.

  • Même si Siaka a soutenu le coup d’état, c’est aussi son droit. Laissez le monsieur tranquille oui. Il a simplement fait une analyse dialectique du comportement déviant des autorités de la Transition qui aurait entrainé le coup d’état (politique d’exclusion, le fait d’ignorer que tous les Burkinabè ne sont pas des insurgés). Cela ne veut pas dire qu’il soutient l’acte. Basta !

  • Mr. Coulibaly Siaka, vous avez soutenu le coup d´Etat de Diendéré et vous n´avez pas honte de venir vous présenter pour donner des leçons à nos dirigeants ? Voulez-vous tester l´intelligence des burkinabe ?
    Vous êtes quel genre de LUMIERE vous ? Vous brillez quand cela n´est même pas nécessaire.

  • Nous sommes tous des analystes politiques. M. Coulibaly est complètement aveugle en matière d’analyse. Même un bébé savait que le putsh de dienderé ne pouvait pas passer et lui, bêtement l’a soutenu. Ce monsieur est un vrai looser.

  • Regardez les gens, c’est son droit de soutenir un coup d’Etat. Plein de gens l’avait fait à son temps même l’Etat Major. Pourquoi tant de haine au Burkina. Méchants, mesquins et autres. Ablassé avait raison. Quant vos tablettes acquises gratuitement vont se gâter on verra bien. J’ai l’impression que les partisans de RSS ne savent toujours pas que leurs mentors sont au pouvoir. Ces gens finiront par se retourner contre leurs propres géniteurs (Ben Laden et USA). Wait and see !
    Ne peut-il pas soutenir un coup d’état ? C’est son point de vue au regard de la situation du moment. Quittez dans ça. Je pense que le Burkina a plutôt besoin de sécurité et de développement pas toujours la haine. Il faut arrêter ce comportement de va en guerre.
    On est fatigué ! On veut avancer.

  • Siaka Coulibaly te voila réparti dans une opération de charme envers le gouvernement espérant une nomination. Nous te tenons à l’œil toi qui a soutenu le putsch de Gilbert Guenguéré. Si tu avais un peu de dignité tu allais te camoufler en attentant ton arrestation. N’oubli pas que tu as formé avec Zaida une coalition contre le nouveau code électoral. En plus rappel toi de ta gestion opaque et de la COSTE dont jusqu’à nos jours tu es incapable de fournir un bilan. Tu as même été incapable de venir répondre à une AG que des membres avaient initiés pour un bilan à mi parcours. Tu as été exclu de la FOSCAO pour avoir soutenu Gilbert Guenguéré. En faite tu n’est qu’un escroc politique, situationniste professionnel qui lorgne des nominations. Il nous souviendra que tu avais voulu intenté un procès contre le président de la Commission des réformes et de la réconciliation Nationale, ce vaillant homme d’église honnête et respecté de tous.
    Siaka cache toi sinon nous allons te déshabillé totalement.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés