Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

mercredi 20 janvier 2016 à 01h07min

Le vendredi 15 janvier 2015 ou vendredi noir, le sol burkinabè vit son attaque terroriste le plus meurtrier et le plus spectaculaire de son histoire. Ces attaques qui surviennent aux lendemains des élections les plus démocratiques et les ouvertes de son histoire, et surtout quelques jours après la mise en marche du nouveau pouvoir avec les organes interpellent plus et poussent à des réactions légitimes du peuple meurtri et endeuillé. Cette solidarité internationale et le deuil national doivent servir d’introspection, de méditation et donner du courage à ce peuple.

Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

Définition

Le terrorisme a toujours eu une définition plurielle et non consensuelle. selon SCHMID (1988), il est « une méthode d’action violente répétée inspirant l’anxiété, employée par des acteurs clandestins individuels, en groupes ou étatiques (semi-) clandestins, pour des raisons idiosyncratiques, criminelles ou politiques, selon laquelle, et par opposition à l’assassinat, les cibles directes de la violence ne sont pas les cibles principales. Les victimes humaines immédiates de la violence sont généralement choisies au hasard (cibles d’occasion) ou sélectivement (cibles représentatives ou symboliques) dans une population cible, et servent de générateurs de message. Les processus de communication basés sur la violence ou la menace entre les (organisations) terroristes, les victimes (potentielles), et les cibles principales sont utilisés pour manipuler la (le public) cible principale, en faisant une cible de la terreur, une cible d’exigences, ou une cible d’attention, selon que l’intimidation, la coercition, ou la propagande est le premier but ».

Ce n’est qu’en 1972 (la résolution 3034-18 décembre 1972), que l’ONU s’intéressera véritablement à la question du terrorisme suite à la prise d’otages aux Jeux Olympiques d’été de Munich. La France, à travers son code pénal (articles 421.1, 421-2, 421-2-1 et la Loi n°96-647 du 22 juillet 1996) appréhende la notion de terrorisme à travers la commission d’une série d’actes (élément matériel) avec des objectifs au-delà politiques (l’élément intentionnel), acception similaire des USA à travers son ‘’Federal criminal code’’ (section 2331 du chapitre 113B de la partie I du titre 18). Nous citons ces deux Etats au regard de la présence de leurs soldats au Burkina Faso avec pour objectif de contribuer à la lutte contre le terrorisme dans le Sahel.

Objectif : Saper le moral d’un peuple solidaire et enthousiasmé

L’attaque survenue au centre de Ouagadougou, a objectivement atteint certains des objectifs même si les motifs de revendication sont à la fois douteux et illogiques. Le marché central de Ouagadougou, les étalages environnants et les commerces, ont fermé les rideaux. La peur d’être exécutés dans un maquis de la place ou dans l’enceinte d’un hôtel a envahi les habitants des grandes villes. Dans ces circonstances, les activités sont ralenties, les libertés d’aller et venir sont réduites. La psychose s’installe et les autorités publiques sont débordées ou se concentrent sur d’autres objectifs.
Toutefois, le peuple burkinabè dans toutes ses composantes ne doit pas céder à la psychose. Elle doit surmonter cette douleur et renaitre pour la conquête de sa liberté durement acquise, car il serait difficile d’identifier les logiques des attaques terroristes.

Profil, ressources et modes d’actions

‘’ Le phénomène de la « re-naissance » Le phénomène de la « re-naissance » musulmane constitue une des réponses possibles au besoin de recherche identitaire qu’éprouvent certaines personnes parmi les plus vulnérables de notre société, souvent jeunes, issues de l’immigration ou de quartiers défavorisés, au parcours familial ou professionnel heurté. Cherchant à résoudre leurs problèmes personnels, elles se tournent vers l’islamisme radical, qui offre une « solution » idéologique simpliste
et totalisante’’.

Les adeptes du terrorisme sont ainsi des individus dépourvus d’idéal et sans espoir pour des lendemains meilleurs. A ce stade, la conviction finale est la clé du ‘’paradis’’ que leur offre leur maitre spirituel.

Ces individus en manque d’amour et bien-être social sont nourris par une nébuleuse à la manne financière importante. Notre société fournit aux terroristes les moyens de leur lutte : les armes de toutes sortes, les médias et les moyens roulants. Les finances sont fournies par des collectes et de largesses de donateurs choqués par les déviances de notre libertinage. Quoi de plus normal que de contribuer à la moralisation d’une vie publique en panne.

Enfin, ces modes d’action sont les plus simples et spectaculaires : les attaques coordonnées (USA-2001 ; France-2014) ou la technique du loup solitaire (Mohammed Merah en France-2012). Il s’agit d’impacter par une action néfaste et à peine détectable. Il suffit juste de savoir se servir d’une arme à feu ou d’un véhicule pour être envoyé en mission de terrorisme.

Beaucoup de chance pour le Burkina Faso

Le bilan survenu au Burkina Faso aurait pu être plus lourd et même très très lourd. Imaginons, si ces ‘’fous de dieu’’ avaient utilisé des armes de destruction massive ou avait décidé de frapper à des dates plus importantes (la veillée de Noël ou le réveillon du nouvel an ajouté à la défiance manifeste de l’autorité publique constatée à ces dates avec les coups de pétards à n’en point finir) ou à des lieux importants de grands rassemblements (Grand marché ou salles de ciné).

Le livre blanc sur le terrorisme (France/Ministère de la sécurité-le livre blanc sur le terrorisme 2006) qui est une stratégie globale élaborée dans le cadre de la lutte contre le terrorisme détermine les sites importants à protéger contre les attaques terroristes.

Le Burkina Faso devait s’attendre à tout au regard du contexte géographique, sécuritaire

L’émergence du terrorisme mondial touche tous les Etats dans tous les continents : riches et pauvres, grands et petits. Dans ce contexte le Burkina Faso, au cœur de l’Afrique de l’Ouest, ne devrait pas baisser la garde. Les prémices sont venues avec les attaques de Samoroguan (octobre 2015). D’une part, au regard du contexte géographique. Notre pays ne se trouve pas sur la planète Mars encore moins sur la Lune. Les super-puissances comme les USA (2001), Russie (2013), Angleterre (2005) et la France (2014) en occident sont des exemples patents. En Orient et au Moyen-Orient (Liban-1983 ; Yémen-1992 ; Pakistan-1995 et 2002 ; Indonésie-2002 ; Turquie-2003), beaucoup d’Etats ont subi le terrorisme avec des victimes américaines et françaises à majorité. L’Afrique avec la Tunisie(2002), l’Algérie (2013) et le Kenya (2015) est un cas parlant. Et nos voisins immédiats de l’espace CEDEAO (Nigéria, Mali, Niger).

D’autre part, au regard du contexte sécuritaire à un double niveau. Le 1er niveau est constaté depuis la chute en 2014 du régime de Blaise COMPAORE, où ‘’l’immunité terroriste’’ dont jouissait le Burkina a pris fin (cela au regard des liens supposés avec certains groupes pour la libération des otages faisant du Burkina un pays neutre). Au 2nd niveau, avec la cinglante défaite du CND suivie du démantèlement du RSP et les écoutes téléphoniques en rapport avec des attaques terroristes qui seraient attribuées à Guillaume SORO et à l’ancien ministre BASSOLE, devaient réveiller tous les systèmes de renseignement.

Sur ce dernier point, il convient de préciser que si les frontières du Burkina sont poreuses, les contrôles routiers devaient être stricts. En effet, la police, la gendarmerie et la douane devaient unir les forces sur le terrain. Malheureusement, sur les cars de transport en commun étaient perquisitionnés comme il le fallait. Alors qu’on sait la fortune dont dispose les terroristes. Un terroriste n’est pas un indigent (il peut donc se procurer un véhicule de dernière génération) afin d’échapper aux mailles), c’est un ‘’monsieur tout le monde’’ que seuls des signes de radicalisation extérieurs peuvent permettre de détecter.

Mécanismes de luttes contre le terrorisme

La lutte contre le terrorisme est un combat de longue haleine. Les puissances occidentales en ont fait un combat quotidien. Tout d’abord, savoir qui est son ennemi. Savoir de nos jours qui est terroriste relève du miracle. Sa diversification, son mode d’action, et ses différentes organisations ne permettent pas de le cerner (AQMI, EIIL, Boko Haram, Shebbab en version africaine). Malheureusement, même si leurs adeptes se recrutent sur internet et dans les prisons et se radicalisent grâces à des prêches d’imams radicaux en déphasage avec les enseignements du SAINT CORAN, la première des choses est d’éviter de confondre l’Islam au terrorisme. Cette confusion saperait les bases de notre démocratie et de notre ‘’vivre-ensemble’’. Le vocabulaire français a trouvé une expression qui sied : « le terrorisme d’inspiration islamiste (in Le livre blanc sur le terrorisme).

La lutte proprement dite se fera à un triple niveau :

1er niveau : la sensibilisation et la communication publique. La population doit cultiver le réflexe de se mettre à l’abri et non de jouer au détective ou de vouloir être des témoins oculaires ;

2ème niveau : le renforcement des capacités institutionnelles et de la législation. Ce renforcement va se faire au niveau opérationnel à travers la prévention du risque : la surveillance du territoire et des cibles à haut risque doit être accru ; la surveillance des mouvements et des transferts internationaux des fonds et la surveillance des communications électroniques sans, toutefois, porter atteinte au principe sacré de la vie privée ; la détection de tous mouvements et individus suspects. Le second type de renforcement concerne les capacités opérationnelles des forces de défense et de sécurité-(administration-personnel-moyens matériels et financiers) voire la création d’une unité d’élite spécialisée dans la lutte contre le terrorisme ;

3ème niveau : la coopération internationale : un seul Etat sera impuissant dans sa lutte. Le partage d’informations et les mutualisations des moyens dans le cadre de la coopération internationale, bilatérale ou dans le cadre des organisations d’intégration s’avère indispensable.

Le Burkina Faso pourra s’inspirer de la politique antiterroriste américaine ou de celle de la France dans sa définition d’une nouvelle politique sécuritaire dans le cadre de la lutte contre le terrorisme.

SAWADOGO Nomwendé Florentin
Juriste/ Centre d’Etudes et de recherché sur les migrations internationales et le développement (CERMID)
sanoflo@gmail.com
Tel : 78 95 93 82

Vos commentaires

  • Le 19 janvier 2016 à 14:09, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Le couple dyadiste (et non djihadiste) "Terrorrisme : Anti-Terrorrisme" est voué à l’echec. "Nous ne devons pas negocier avec les Terrorristes" disent-certains, et j’en conviens. Mais sachons que l’erreur la plus grave, c’est de chercher à les combattre. La solution, c’est l’EVITER. C’est pourquoi, il faut peut-etre un front de Non-Alignement vis-à-vis du terrorrisme. S’engager dans la logique dyadiste ci-haut cité est meurtriere : 1) il faut trop de moyens pour combattre les "Terrorristes" et le Burkina n’en a aucun. 2) Chaque fois qu’une attaque terrorriste intervient, la population est toujours perdante : 1 terrorriste pris en action et condamné à perpetuité ne saurait compenser 10, 20,30, VIES detruites. 3) Toute disposition securitaire a une VERTU, celle de valoir mieux que ZERO, mais recèle un VICE, celle d’etre toujours inferieur à 1 c’a-d qu’elle ne peut jamais jurer d’etre impossible à contourner. Autrement, quelque soit la vaillance des FDS, ils peuvent nous sauver de ce que j’appelle le PIRE MAXIMAL (à l’echelle d’Hiroshima ? ), mais restent impuissants à freiner le PIRE MINIMAL. Les victoires dites "acquises" ne sont que des "victoires de desolation" et non des "victoires constructives". En tout etat de cause, le grand analyste europeen BERTRAND BADI ne dira pas le contraire, lui qui reproche, sur RFI, aux Americains et autres d’etre à l’origine de la naissance de Daech en IRAK. Le terrorrisme, c’est de la psychose IMPORTEE. C’est pourquoi très tôt, nous aurions dû dire poliment, "Wend na leook lèooga, la a leok a RIGDA", "Que Dieu benisse le renard et le Chasseur de renard". Malheureusement, nous sommes deja dans G5. Dans tous les cas, il faut que notre pays fasse profile bas au lieu de se bomber le torse contre des gens qui n’ont rien à perdre et tout à gagner. En cela, peut-etre faut-il que le President Roch s’entoure de disciples de TAOISME pour "apprendre l’art de l’inaction." "Dieu n’est-il pas Burkinabè ?"

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 14:36, par SING En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Les gens cherchent loin. Sincèrement à qui profite ces attentats ? L’objectif de rendre le Burkina Faso ingouvernable avec le retrait des bailleurs de fonds qui avaient déjà commencé à se manifester depuis l’élection de Roch. En faisant en sorte que les nouvelles autorité fasse de la sécurité sa priorité au détriment de l’amélioration des conditions de vie des burkinabè alors il(régime de Blaise) dira que avec Blaise les conditions de vie des gens étaient meilleurs. Tout est fait à dessein, il s’agit de faire en sorte que les burkinabè regrettent le départ du parrain. Là où la transition et le nouveau pouvoir ont manqué de tact c’est de feindre que les militaires RSP en exile ainsi que les François COMPAORE et autres avec leurs milliards qu’ils détiennent de par devers eux et leur proximité avec les djihadistes ne vont pas tenter de tout faire foirer toute initiative qui vise au développement de ce pays. Que vous me preniez au sérieux ou pas mais sachez que tant que Blaise qui avait juré de faire payer ces RSS, est avec l’ennemi du Faso en l’occurrence Guillaume SORO en Cote d’Ivoire je suis au regret de vous le dire cette situation ne sera qu’un début si on ne prend pas garde.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 14:49, par Moussa En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Voila comment il faut renforcer la collaboration des populations : premièrement il faut faire des séances de sensibilisation dans les moindre villages du Burkina. Pour cela on n’a pas besoin d’organiser des missions. Il suffit de responsabiliser les préfets, les services déconcentrés et les délégués de villages, chacun devant passer et repasser le message profitant de ses tournées et rencontres avec les populations. Deuxièmement, il faut cultiver le réflexe de dénoncer la moindre anomalie ou situation suspecte au niveau des populations et élèves même dans les villages les plus reculés : il faut pratiquer les méthodes du président nigérien Seyni Kountché. Troisièmement, il faut promouvoir (sans lésiner sur les moyens) la vidéo surveillance dans tous les lieux publiques fréquentés. Enfin, il faut mieux équiper et mieux responsabiliser nos forces de défense et de sécurité.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 14:53, par Dieu vous voit En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Je peux vous affirmer sans me tromper que Blaise COMPAORE n’a jamais aimé ce pays je sais pourquoi je dis cela car depuis le 16 janvier j’ai essayé de comprendre et d’analyser ce qui nous arrive. Pourquoi ont-il fait cela au moment où le gouvernement s’apprêtait à s’installer pour remettre l’économie nationale sur les rails ? Rien que Hier j’ai reçu une track faisant cas des fruits empoisonnés que les djihadistes ont balancé à destination de notre pays. Qu’est ce qui est derrière tout ça ? Créer encore et encore la panique au sein de la population. L’attaque de l’hôtel avait pour objectif faire fuir les partenaires sociaux(dont la majorité travaillaient directement pour soulager les burkinabè). Pour finir je n’ai que ça à vous dire Mr Blaise -François COMPAORE et Compagnies " merci pour ce que vous faites".

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 15:30, par DAO En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    selon l’internaut 1 "il ne faut pas combattre le terrorisme ; il faut l’éviter" ok ; mais en faisant comment concrètement ? peut il nous édifier en donnant des exemples sur comment éviter le terrorisme ? ce serait très interessant comme contribution !!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 15:31, par changeons En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Internaute N°2, je suis d’accord avec ton analyse. N’allons pas chercher loin. Le régime de blaise a travaillé avec ces bandits, ces batards et ennemis de Dieu. Il est connu de tout le monde que Melmoctar le borgne trafiquait la cigarette de marque Malboreau via le Burkina par la bénédiction de françois compaoré. Arba Diallo l’avait dit (Paix à son âme) : "si tu aimes le miel, tu finiras par être piqué par les abeilles’. blaise est parti et le Burkina a été piqué par des abeilles. Paix aux âmes des victimes. Soyons vigilants.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 16:30, par Boinzem En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Internaute SING et internaute Dieu vous voit, si vous êtes payés pour écrire des bêtises, sachez qu’il y a des limites à ne pas dépasser. Vous êtes entrain de reprendre la thèse de votre mentor Salif Diallo, l’homme qui dine avec le diable. Sachez que la classe politique française s’est montrée solidaire lors de toutes les attaques que le pays a subi en 2015. Quelle image voulez-vous donner à notre pays en insinuant, sans aucune preuve, que Blaise et Cie sont derrière ces attaques ? Vous voulez continuer de diaboliser et diviser le peuple burkinabè pour préserver vos intérêts politiques égoïstes, mais Dieu vous voit. Allez-y lire les réactions des forumistes suite au message de Salif Diallo, 1er Vice Président du MPP. Tout le monde a compris et refuse les accusations sans preuves.

    C’est irresponsable et dangereux de diffamer et diviser les burkinabès pour se faire un crédit politique suite à ce malheur. Les martyrs de l’insurrection et du putsch manqué ont été ainsi utilisés pour mousser les campagnes électorales. La plus grosse erreur et le plus grand tord que nous pouvons faire en tant que burkinabè, c’est de continuer dans la désunion et en politisant les attaques terroristes. Face à cette attaque barbare et ignoble, il faut être méchant pour vouloir en faire un trophée politique. Personne ne peut et ne doit essayer de tirer un crédit politique de ce massacre honteux et révoltant.

    Je vous demande de ne pas essayer encore de diaboliser Blaise COMPAORE et Cie, car Dieu vous voit dans toutes vos manœuvres. Maintenant que les RSS ont le pouvoir, c’est leur entière responsabilité de déjouer tous les plans ourdis contre le peuple burkinabè. Ils se sont lavés les mains pour leurs erreurs et méfaits politiques passés. Ils ne peuvent plus accuser les absents pour leurs échecs du présent et encore moins pour ceux de l’avenir.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 16:32, par Boinzem En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Internaute SING et internaute Dieu vous voit, si vous êtes payés pour écrire des bêtises, sachez qu’il y a des limites à ne pas dépasser. Vous êtes entrain de reprendre la thèse de votre mentor Salif Diallo, l’homme qui dine avec le diable. Sachez que la classe politique française s’est montrée solidaire lors de toutes les attaques que le pays a subi en 2015. Quelle image voulez-vous donner à notre pays en insinuant, sans aucune preuve, que Blaise et Cie sont derrière ces attaques ? Vous voulez continuer de diaboliser et diviser le peuple burkinabè pour préserver vos intérêts politiques égoïstes, mais Dieu vous voit. Allez-y lire les réactions des forumistes suite au message de Salif Diallo, 1er Vice Président du MPP.

    C’est irresponsable et dangereux de diffamer et diviser les burkinabè pour se faire un crédit politique suite à ce malheur. Les martyrs de l’insurrection et du putsch manqué ont été ainsi utilisés pour mousser les campagnes électorales. La plus grosse erreur et le plus grand tord que nous pouvons faire en tant que burkinabè, c’est de continuer dans la désunion et en politisant les attaques terroristes. Face à cette attaque barbare et ignoble, il faut être méchant pour vouloir en faire un trophée politique. Personne ne peut et ne doit essayer de tirer un crédit politique de ce massacre honteux et révoltant.

    Je vous demande de ne pas essayer encore de diaboliser Blaise COMPAORE et Cie, car Dieu vous voit dans toutes vos manœuvres. Maintenant que les RSS ont le pouvoir, c’est leur entière responsabilité de déjouer tous les plans ourdis contre le peuple burkinabè. Ils se sont lavés les mains pour leurs erreurs et méfaits politiques passés. Ils ne peuvent plus accuser les absents pour leurs échecs du présent et encore moins pour ceux de l’avenir.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 16:46, par Lieutenant Colombo En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Prévoir des agents de securité en civil armés discrétement lors des regroupements, lieux de rejouissance, etc. Un peu comme dans les avions, etc. En plus de ces agents qui sont arrêtés avec des gros fusil très visibles, prévoir des agents en civil armés discrétement.
    Les lieux :
    Avenues publiques comme Kwamé Nkrumah, lieux publics fréquentés par les étrangers surtout les occidentaux (maquis en face de l’aéroport, les hôtels, restaurants, centres culturels, etc.)
    Transformer la police de proximité en agents de sécurité civil discrétement armés (pistolet automatique puissant, pas de fusil qui est difficilement camouflable).
    Avoir des équipes motorisées en duo, sillonnant les artères des grandes villes, surtout à la tombée de nuit.
    On ne veut plus de personne voilée integralement dans les lieux publics comme les banques, marchés, restaurants, etc.
    Enfin, vigilance tout azimut sur les faits et gestes des gens à comportement bizarre, habillés en manteau, gros boubou suspects et renforcement des contrôles policiers sur toute l’étendue du Faso. C’est ce prix qu’on pourra minimiser ce phenomène jusqu’à le reduire à son strict minimum.
    Signé : L’Etalon Plus qu’Enragé mais Déterminé.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 16:54, par SALAM En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Les terroristes ont frappé au cœur du Burkina Faso à 19h30mn, avec des armes lourdes très performantes, malgré le dispositif sécuritaire de nos forces sécurité aux frontières comme à l’intérieur du Burkina Faso . Je ne comprends pas que la seule grande mesure prise à l’endroit des populations burkinabés, c’est de ramener le couvre feu de 1H00 à 23H00, sur toute l’étendue du territoire ; cette mesure de mon point de vue est de nature à accroitre la psychose des burkinabés, qui, en plus du choc de ce soir maudit du 15 janvier 2016, a déjà longtemps souffert avec cette histoire de couvre-feu de 1H 00 du matin. S’il fallait combattre le terrorisme par la force, les grandes puissances comme la France, les USA, l’avait déjà enrayé ; je demanderai tout simplement à nos nouveaux dirigeants ceci :
    1) de créer dans les meilleurs délais un ministère de la sécurité qui va mieux organiser la sécurité des burkinabés ;
    2) Arrêter ce fameux couvre feu mais instaurer des systèmes de contrôle permanent efficace des lieux publics fréquentés ;

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 16:55, par SALAM En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Les terroristes ont frappé au cœur du Burkina Faso à 19h30mn, avec des armes lourdes très performantes, malgré le dispositif sécuritaire de nos forces sécurité aux frontières comme à l’intérieur du Burkina Faso . Je ne comprends pas que la seule grande mesure prise à l’endroit des populations burkinabés, c’est de ramener le couvre feu de 1H00 à 23H00, sur toute l’étendue du territoire ; cette mesure de mon point de vue est de nature à accroitre la psychose des burkinabés, qui, en plus du choc de ce soir maudit du 15 janvier 2016, a déjà longtemps souffert avec cette histoire de couvre-feu de 1H 00 du matin. S’il fallait combattre le terrorisme par la force, les grandes puissances comme la France, les USA, l’avait déjà enrayé ; je demanderai tout simplement à nos nouveaux dirigeants ceci :
    1) de créer dans les meilleurs délais un ministère de la sécurité qui va mieux organiser la sécurité des burkinabés ;
    2) Arrêter ce fameux couvre feu mais instaurer des systèmes de contrôle permanent efficace des lieux publics fréquentés ;

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 18:02, par Jonassan En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Qui propose comme solution de les éviter ? Moi, je ne trouve pas cela stratégique. Leurs objectifs étant de combattre les impies, ce n’est pas vous qui allez vers eux mais c’est eux qui viendront vers vous. Comment éviter quelqu’un qui ne supporte pas qu’on ne prie pas comme lui, que l’on ne s’habille pas comme lui. Pour moi, la seule solution = LES AFFRONTER. On peut gagner la guerre. Si toutes les victimes potentielles s’assemblent (plus de 99% des burkinabé), Batard BelMoktar et ses sbires vont tomber.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 18:28, par ILB En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Pas de panique ! C’est une guerre que les djihadistes ne peuvent pas gagner. Ils sont peureux et laches ; c’est pourquoi ils se cachent. D’autres avant eux l’ont fait et ont même déclenché le 2e guerre mondiale avec toutes ses atrocités ; ils ont perdu. Le Burkina est éternel.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 19:05, par RV En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Juste demander à Roch de ne pas se disperser : Blaise, Soro, terrorisme, développement,.... Il savoir faire les choses aux bons moments. On ne peut pas attaquer les autres, même à juste titre, et ne pas s’attendre à ce qu’ils se défendent !

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 21:43, par BEN En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Bjr. Depuis le 16/01/2016, des audits sécuritaires systématiques doivent être entamés afin de prendre des mesures idoines pour tous les lieux de grandes fréquentations sans oublier les hôtels 2,3,4 et 5 étoiles . Le restes comme cité par les autres internautes peut être mis en œuvre avec le temps.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 21:44, par BEN En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Bjr. Depuis le 16/01/2016, des audits sécuritaires systématiques doivent être entamés afin de prendre des mesures idoines pour tous les lieux de grandes fréquentations sans oublier les hôtels 2,3,4 et 5 étoiles . Le restes comme cité par les autres internautes peut être mis en œuvre avec le temps.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2016 à 06:04, par Tilade Sina En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Je partage l’opinion de l’internaute n:2 dans ce sens que ceux qui avaient divinise Blaise vont commencer a dire que nous , on avait dit que sans Blaise , personne ne peut gouverner ce pays. Mais j’ai confiance au peuple burkina Sans Blaise le Burkina avancera. Dieu est la et ces terroristes feront une erreur fatale et on les mattera comme l’erreur de Guindiere.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2016 à 09:22, par Affaire de tous En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Les citoyens burkinabè devraient comprendre que la lutte contre le terrorisme et le banditisme est une affaire de tous. Chacun devrait bien jouer sa partition en signalant aux forces de sécurité tout individu suspect pour des contrôles et enquêtes. Il ne s’agit pas de faire des dénonciations calomnieuses pour des règlements de comptes car, cela expose à des conséquences de droit qui peuvent compromettre les auteurs et complices de faux et usages de faux. Le gouvernement, la justice et les forces de sécurité sont appelés à travailler de façon objective et adéquate sans précipitation inutile. Bien diriger le département de la sécurité n’est pas une question de militaires ou de civils. Il s’agit plutôt d’avoir des personnalités dynamiques, perspicaces pour piloter les services de sécurité. Des gens qui savent anticiper en se basant sur un réseau fiable de renseignement. Le ministre d’Etat Simon Compaoré, comme on le reconnait d’une manière générale, est un homme d’action qui saura mobiliser les forces de sécurité pour le renforcement de la sécurité publique à l’intérieur du pays. Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré, ministre de la défense, veillera davantage à la sécurisation des frontières par l’armée. Donc, restons confiants sans nous laisser divertir par des mesquineries visant à privilégier des querelles de personnes au détriment de l’intérêt national. C’est au pied du mur qu’on reconnaît le bon maçon. Le gouvernement est entré en activité et les résultats sont attendus avec espoir.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2016 à 10:56, par Garde toujours l’espoir En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Comment peut on comprendre quelqu’un qui s’habillais comme les autres, décide de porter des pantalon courts, rage sa tête et laisse sa barbe. Il ne cause plus avec ses anciens amis et il ne salue plus les femmes, c’est de la radicalisation. Une fois lors de mois de carême musulman, un imam prêchait en disant ceci : ceux qui vendent le dolo, ceux qui transportent le bois, ceux qui coupent le bois et ceux qui le boivent, ils partiront tous en enfer. Ce jour là j ai compris qu’à l’allure que certains interprètent les livres saints de leur façon cela risque de diviser les populations. Les terroristes exploiteront toujours nos faiblesses pour nous attaquer. Chacun veut cout a cout ressemble à l’autre. il y a des gens qui devient subitement riches sans les autorités ne cherchent à savoir comment ils ont l’argent et on les appelle les opérateurs économiques juste pour faire des importation. Il faut que le président change rapidement le nom de l’hôpital du djadiste

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2016 à 11:04, par adaba isaac En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    vraiment on ne veux ça dans notre pays tout mes hommages a tout nos disparue seul Dieu a le dernier mot
    pour moi si cè possible que le gouvernement vas dans chaque cartier ou lance un info de recrutement pour tout les jeunes ceux ki veule défend le pays et la chaque cartier il vont choisir des jeunes 20 ou 40 jeunes dans une cartier les formes la après la formation chaque cartier vont s’organise pour défende ; pour la sécurité du pays et on chaque cartiér vas monter de garde dans son cartié et la il fond consu une ténus de sécurité et parmi ce qui on forme il auront des gens pour les enkaiter et on sera formes par la gendarmerie pour les enkaiter
    c’est aussi mon idée et on nè près sur tout moi pour défende mon pays jusqu’à la mort
    SVP passer l’information on veux aussi aide notre pays et notre frère du corps je veux vraiment la sécurité de mon pays mes donner corps et arme
    merci je ne suis pas fou deh on veux aussi combattre pour notre pays

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2016 à 12:51, par L’Oeil du peuple En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    C’est du laxisme dans la gestion de la sécurité du pays et même de l’incompétence avec tout ce qu’on a pu voir. On pouvait faire l’économie de ces dégâts car les autorités avaient été alertées par plusieurs attaques qui donnaient déjà des signes avant-coureur. L’attaque de l’hôtel Radisson au MALI devait déjà nous permettre de sécuriser nos lieux publics et hôtels. Si gouverner c’est prévoir, c’est faire de l’anticipation, nos autorités n’ont pas été à la hauteur de ces principes de gouvernance. Voilà aujourd’hui le prix que le pays paie pour une négligence criarde de ces dirigeants.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2016 à 16:36, par L’Oeil du peuple En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Nous devons savoir anticiper sur les évènements et non être attentistes Nous sommes au regret de constater que nos force de sécurité et de défense ont perdu le reflexe de combat. Il faut une formation permanente de nos agents de sécurité et de mise à niveau. Nous pensons qu’avec ces évènements, nos forces de sécurité vont se réveiller car on a l’impression que le sang était coagulé dans leur vaine. La vigilance doit être toujours de mise sur l’ensemble du territoire.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2016 à 17:31, par wagawaga En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Le grand savant de l’Islam le cheikh Metwali SHAARAWI,qu’Allah le bénisse, ai demandé a un jeune extrémiste : est ce que exploser une discothèque dans l’un des pays musulmans est licite ou illicite ?
    Il me répond : Bien sûr que c’est halal.. et il est permis de les tuer ! 
    Je lui ai alors dit : et Si tu les tue alors qu’ils sont en pleine désobéissance en vers Allah, quel serait leurs sort ?
     Il me répond : L’enfer bien sûr .. 
    Je lui ai dit : et le diable où veut-il les mener ? 
    Il me répond : bien sûr, en enfer !
    Je lui ai dit : Donc, toi et le diable vous investissez pour un même but qui est celui de mener les gens en enfer ! Puis je lui ai rappelé l’histoire du Messager d’Allah,Paix et Salut sur lui,quand les funérailles d’un Juif sont passés près de lui, et le Prophète Muhammad,paix et salut sur lui,,se mit à pleurer.. 
    Les compagnons lui ont demandé : Qu’est-ce qui te fait pleurer, ô Messager d’Allah ?
    Le Messager d’Allah,Paix et Salut sur lui, répondit : une âme s’est échappé d’entre mes mains vers enfer !
    Je lui ai ensuite dis : regarde la différence entre vous et le Messager d’Allah, que la paix soit sur lui, qui visait à guider les gens et les sauver de l’enfer .
    Vous êtes dans un monde et le bien-aimée Muhammad, paix soit sur lui dans un autre monde !!!
    Rahmato Allahi alayk ya cheikh Shaarawi..

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2016 à 18:46, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    Merci, Intervenant 5, DAO. La reponse à votre question figure dejà dans mon intervention.Si vous reparcourez mon analyse, -
    - je suis parti du general avant d’aboutir au singulier. La frontière entre ces 2 progressions : "Malheureusement, nous sommes dejà dans G5".
    - j’ai terminé par une proposition en m’adressant generiquement au President Roch. C’est sûr que que vous ne croirez pas à cette proposition "art de l"inaction". Et pourtant !
    En gros, je reconnais que pour notre cas, nous sommes dejà pieds joints dans Anti-terrorrisme. D’où ma proposition de faire profil bas et autres ..
    De plus, question : avez-vous dejà entendu qu’il ya eu attaques terroriste à Pekin, à Seoul, à Rio de Janeiro, en Suisse ? au Canada ? Moi pas autant que je sache ! Cela veut dire que le Affronter le Terrorrisme n’est pas INEVITABLE. Et pour notre cas, nous avons encore des chances de freiner l’ESCALADE.

    Répondre à ce message

  • Le 21 janvier 2016 à 16:23, par madi En réponse à : Le Burkina Faso, victime d’une attaque terroriste : Leçons et perspectives

    hoooooooooooo mon pauvre burkina faso et les terroriste on vous a fait quoi au juste au seigneur guide nous

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés