Installation des nouveaux ministres : Le compte à rebours a commencé !

mardi 19 janvier 2016 à 00h58min

Nommés par décret le 12 janvier 2016, 12 nouveaux ministres ont été officiellement installés dans la matinée du 18 janvier 2016 dans leurs fonctions. Les cérémonies ont été présidées par le secrétaire général du gouvernement et du conseil des ministres, Alain Thierry Jean-Baptiste Ouattara. Pendant que les sortants remercient les collaborateurs pour l’accompagnement dont ils ont bénéficié, les entrants impriment leurs marques en déclinant les « grandes orientations » et leurs engagements à relever les défis dans le sillage du programme du président du Faso.

Installation des nouveaux ministres : Le compte à rebours a commencé !

18 janvier 2016, journée des premières installations des ministres. Le secrétaire général du gouvernement et du conseil des ministres, Alain Thierry Jean-Baptiste Ouattara a fait le tour des ministères pour installer les nouveaux maitres des lieux.

- Ministère de l’économie et des finances : Alizatou Rosine Coulibaly va travailler pour la bonne gouvernance économique et financière

Le périple du secrétaire général du gouvernement et du conseil des ministres a débuté au ministère de l’économie et des finances. La ministre de l’économie, des finances et du développement Alizatou Rosine Coulibaly, la ministre déléguée auprès du ministre de l’Economie, des finances et du développement, chargée du budget Edith Clémence Yaka, et la Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Economie, des finances et du développement, chargée de l’aménagement du territoire Mme Pauline Zouré, y ont été installées.

La nouvelle argentière a prôné l’éthique, la rigueur, la transparence, la discipline, la professionnalisation dans la recherche de l’efficience. Alizatou Rosine Coulibaly ne veut pas que son ministère soit celui de la corruption, mais plutôt un exemple, la locomotive du gouvernement. « Lisez le programme du président du Faso, si vous ne l’avez pas encore fait, faites-le », a-t-elle lancé à ces collaborateurs avant de leur signifier que son bureau sera toujours ouvert. Aux partenaires sociaux du ministère, elle dira que « seul le Burkina compte ».

- Ministère des infrastructures : Eric Bougouma prend l’engagement de briser l’enclavement intérieur et extérieur du Burkina

Le Ministre des infrastructures, Eric Bougouma et le Ministre des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière, Souleymane Soulama, ont été installés dans leurs nouvelles fonctions.
Eric Bougouma a noté que son département n’a qu’une seule priorité, celle de briser l’enclavement intérieur et extérieur du Burkina Faso ». Et c’est avec l’ensemble des collaborateurs qu’il entend réaliser cet objectif, cher au président du Faso, selon lui, et ce « le plus rapidement possible pour le développement de notre pays ».
Le ministre des transports, de la mobilité urbaine et de la sécurité routière, Souleymane Soulama quant à lui, a noté la nécessité de diminuer de façon drastique le nombre de morts sur les routes burkinabè. « Il faudra sensibiliser et sévir », a-t-il martelé.

- Ministère de la santé : Dr Smaïla Ouédarogo veut prévenir au lieu de guérir

Le premier médecin du pays Smaïla Ouédraogo a désormais enfilé sa blouse de ministre pour s’occuper de la santé de tous les Burkinabè, des villes et des campagnes. Et Smaïla Ouédraogo veut pour ce faire, rendre disponibles les services de santé, mais surtout faire en sorte que la population tombe moins malade.

« Cela veut dire développer le volet promotion de la santé en faisant en sorte que la plupart des facteurs qui peuvent conduire un individu à tomber malade, soient maitrisés et contrôlés ». Mais au cas, où la maladie s’inviterait, malgré tout, elle trouvera en face, dans les centres de santé, des consommables médicaux pour des soins médicaux de qualité.

- Ministère du développement de l’économie numérique et des postes : Aminata Sana pour des services internet et postaux plus rapides et de qualité

Nouvellement promue à la tête du ministre du développement de l’économie numérique et des postes, l’ancienne directrice du développement de l’expertise nationale dans le domaine des TIC a réaffirmé sa volonté de poursuivre les chantiers de son prédécesseur. A ses collaborateurs elle a marqué sa disponibilité constante et d’être à leur écoute
« Le backbone, la politique de l’économie de numérique, le technopole et le service postal qu’il faut moderniser », sont entre autres ses priorités.

- Ministère de la communication et des relations avec le parlement : Rémis Fulgance Dandjinou revient à la « maison  »

« Il y a 25 ans, en janvier, j’ai commencé comme animateur à Canal arc-en-ciel et c’est en janvier que je me retrouve au poste de ministre de la communication, je suis donc revenu à la maison », a laissé entendre le tout nouveau ministre de la communication et des relations avec le parlement, Rémis Fulgance Dandjinou.
Un retour dans la maison avec beaucoup de dossiers sur la table. Des chantiers à parachever, comme ceux de la Télévision numérique terrestre (TNT), de la mutation des organes de service public en service d’Etat, et surtout l’épineuse question de la couverture nationale du territoire. « La TNT est un enjeu financier, le ministre sortant a réuni en partie les fonds ; la TNT c’est aussi un enjeu de déploiement. Nous allons travailler pour que cela se fasse le plus tôt possible, pour que la qualité des contenus nationaux puisse être disséminée à travers tout le pays », a laissé entendre l’ancien directeur général adjoint de la télévision Canal 3.

- Ministère de la Justice, des droits humains et de la promotion civique, Garde des Sceaux : Bessolé René Bagoro veut mettre l’homme qu’il faut à la place qu’il faut

L’un des ‘’rescapés’’ du gouvernement de la transition, Bessolé René Bagoro retrouve le fil de la direction avec le ministère de la justice, des droits humains et de la promotion civique, garde des sceaux. Magistrat de profession, il n’est pas en terrain inconnu. Et selon lui, son département est un pilier important de l’Etat de droit.
« L’une des causes de l’insurrection a été aussi due à certains dossiers au niveau de la justice. Il s’agira de faire en sorte que la justice se renouvelle, tant au niveau des hommes, des mœurs et au niveau du travail. Nous allons travailler véritablement, sans relâche, avec la courtoisie nécessaire, à faire en sorte que l’on mette l’homme à la place qu’il faut ».
Réputé ministère des débrayages, le nouveau ministre ne veut pas dans son département que des revendications, « mais aussi le devoir de redevabilité ». Mais il a rassuré qu’il travaillera « main dans la main avec les partenaires sociaux ».
Il faut noter que la ministre sortante Joséphine Ouédraogo était absente et a été représentée par la directrice de Cabinet.

- Ministère de la culture, des arts et du tourisme : Un Peulh après un Bobo

Tahirou Barry a pris ses quartiers. Il succède à Jean Claude Dioma. Donc un Peulh, après un Bobo, des parents à plaisanterie. Ce qui fera dire au maitre de cérémonie que désormais tous les agents du ministère auront du lait au petit déjeuner. « Encore faut-il avoir des bœufs  », rétorquera le tout nouveau ministre qui dit mesurer la grandeur de la tâche qui l’attend.
« Je ne viens pas en Jack Bauer ni avec un bâton magique, je viens juste apporter ma modeste contribution à la marche de notre pays vers l’émergence » a-t-il précisé dans une bonne atmosphère.

- Ministère de l’urbanisme et de l’habitat : Maurice Dieudonné Bonanet veut des résultats, et vite !

Le Ministère de l’urbanisme et de l’habitat, c’est l’ancienne maison de Maurice Dieudonné Bonanet puisqu’il l’a intégrée en 1981 avant de la quitter en 1988. C’est donc avec joie qu’il a dit retrouver la maison, mieux cette fois en ministre.
"Il nous faut vite des résultats parce que nous sommes dans un secteur où la demande sociale est très forte (…) Nous n’avons pas droit à l’échec. Nous devons réussir quel que soit le prix à payer », affirme t- il avec détermination.

- Ministère de la jeunesse, de la formation et de l’insertion professionnelle : Jean-Claude Bouda veut du sacrifice !

Celui qui aura en charge la lutte contre l’épineuse question du chômage de la jeunesse est conscient du contexte de sa venue aux affaires et ne se dérobera pas à sa mission.
« Je me considère comme un héritier de l’insurrection populaire qui a abouti à l’alternance politique dans notre pays ». Jean-Claude Bouda attend donc de ses partenaires du ministère, « beaucoup d’engagement et de sacrifice » pour opérer une rupture au niveau de la gouvernance, et engranger des acquis.

- Ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation : Avec Jean-Martin Coulibaly, la réussite n’est pas une option

Le nouveau ministre à la tête de l’Education nationale et de l’alphabétisation, Jean-Martin Coulibaly a invité ses agents à faire preuve de probité, de dévouement à la nation, et d’avoir surtout une culture des résultats. « Il n’y a pas de place à l’échec, c’est la réussite et la réussite », a-t-il déclaré.

- Ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation : Filiga Michel Sawadogo reste dans son ministère « explosif »

Filiga Michel Sawadogo ministre sortant a regagné son fauteuil au ministère de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation. Le Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, chargé de la recherche scientifique et de l’innovation Urbain Couldiati, a lui aussi été installé.
Connaissant déjà ses dossiers, le Pr Filiga Michel Sawadogo a noté que son ministère est « le plus sensible et le plus explosif du Faso ». L’urgence selon lui, sera de travailler à résoudre la question des retards académiques qui selon lui doit passer par la prise de conscience des enseignants (correction et remise des copies dans les délais) et des étudiants.
L’un dans l’autre, il a pris l’engagement de travailler avec tous ses collaborateurs, « pour mener la barque à bon bort ».

-  Ministère des ressources animales et halieutiques : SomanogoKoutou, l’optimiste
Somanogo Koutou, tout en étant conscient des chantiers qui l’attendent, s’est dit « serein et optimiste ». Il a estimé qu’il n’y a rien à inventer mais plutôt à innover par le travail et la détermination.

Après les décrets les nommant donc, les ministres sont désormais investis de toutes les prérogatives pour aller au charbon dans la mise en œuvre du programme du chef de l’Etat.
Il faut dire que l’ombre de l’attaque terroriste du weekend a plané sur les différentes cérémonies de passation de service. A chaque étape, une minute de silence a été observée à la mémoire des victimes de ces actes qualifiés partout de « barbares ».

Tiga Cheick Sawadogo(tigacheick@hotmail.fr)
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 19 janvier 2016 à 09:25, par Ben-oït le sage En réponse à : Installation des nouveaux ministres : Le compte à rebours a commencé !

    Du courage et bon vent aux nouveaux ministres installés. La reconnaissance aux sortants. Je remarque qu’il y a eu des installations sans passation ou du moins qu’il y a eu passation à l’absence des ministres sortants, en tout cas certains des ministres sortants n’y étaient pas. Il n’y a t-il pas de responsabilités à situer à certains endroits ? Que requiert la règle en la matière ? aidez moi à comprendre un peu.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 09:33, par la gachette En réponse à : Installation des nouveaux ministres : Le compte à rebours a commencé !

    Mes condoléances les plus attristés à tout le peuple Burkinabé et à tous les peuples qui ont perdu des compatriotes dans cet ignoble massacre du 15 janvier.
    Mon propos s’adresse au jeune ministre de la santé,son premier acte doit être de démanteler le clan mafieux que son prédécesseur a installé dans les directions centrales et régionales.
    Le ministère de la santé aujourd’hui est une copie miniaturisé du régime de Blaise Compaoré où c’est un petit nombre qui dicte sa loi.Tenez,l’organigramme du ministère a été tripatouillé à maintes reprises pour asseoir le diktat de ce clan.(à titre d’exemple,les directions régionales qui étaient jadis rattachées à la direction générale de la santé ont été directement rattachées au secrétariat général).Mr le ministre on vous sait engagé car ayant milité dans des mouvements estudiantins qui font leur preuve sur le terrain de la lutte pour un Burkina plus juste.Aussi,le choix de vos collaborateurs doivent être précédés de sérieuses enquêtes de moralité.Les directeurs,anciens MCD qui prenaient la moitié des perdiems des agents lors des formations,qui harcelaient sexuellement leurs secrétaires qui vendaient des produits parallèles ... doivent être bannis des postes de responsabilité car le chien ne change jamais sa manière de s’asseoir.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 09:47, par MOSSI_AIME En réponse à : Installation des nouveaux ministres : Le compte à rebours a commencé !

    Certainement Pr FILGA a le plus grand défi à relever en commençant par mettre les hommes qu’il faut aux places qu’il faut ! Sinon en appeler à la seule conscience des enseignants et étudiants, comme si ces derniers étaient inconscients, sans engager la responsabilité de ceux qui managent l’ institution universitaire c’est se condamner à ne pas avancer !!!

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 12:10, par ouijepeux En réponse à : Installation des nouveaux ministres : Le compte à rebours a commencé !

    Mes encouragements au Ministre de la jeunesse, nous sommes mobilisé à vous accompagner pour redorer le blason de la jeunesse consciente,dynamique et battante.Nous voulons que vous vous attaquez dans les meilleurs délais les maux que sans doute vous connaissez.
    Que la Providence divine vous assiste

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 14:22 En réponse à : Installation des nouveaux ministres : Le compte à rebours a commencé !

    Alerte au prochain cabinet du nouveau Ministre de l’Environnement :

    1. respecter les grades dans les nominations
    a. Dans le même grade, X peut avoir plus d’échelon que Y et être inférieur dans le grade (la nomination doit tenir compte de l’année de port du galon et non le nombre d’échelon dans le grade). ceci pour éviter que les plus gradés soient commandés par les moins gradés
    b. Un contrôleur ou un assistant des Eaux et Forêts qui a obtenu parallèlement des diplômes (donc non reconnus par l’administration et non reclassé), reste et demeure Contrôleur ou Assistant (comme mentionné sur son bulletin de paie). Consultez la situation administrative réelle de chacun avant sa nomination

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 15:18, par Ado En réponse à : Installation des nouveaux ministres : Le compte à rebours a commencé !

    Merci à l’internaute n° 2 (la gâchette)
    Vous avez dit juste. Pas seulement au ministère de la santé mais dans tout les ministères.
    Messieurs les Ministres songez surtout à remplacer et le plus rapidement possible les Chefs et les Coordonnateurs des différents projets et Programme de vos départements. Ces responsables (99%) nommés sous le régime déchu sont toujours au service de ces derniers. La campagne de l’ancien parti au pouvoir à été financé en grande partie par ces projets et programmes de développement.

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 16:51 En réponse à : Installation des nouveaux ministres : Le compte à rebours a commencé !

    On espère le nouveau cabinet du MEEVCC tiendra compte des grades dans les nominations

    Répondre à ce message

  • Le 19 janvier 2016 à 20:43 En réponse à : Installation des nouveaux ministres : Le compte à rebours a commencé !

    Il est impérieux que le Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation s’intéresse à l’université de Koudougou qui est en pleine agonie.
    L’UK a bien mal à sa gouvernance. Le climat est très malsain et l’autorité du Président Georges Sawadogo est mise à rude épreuve. Trop de manquements dans la gouvernance. On prétend qu’il n’y a pas "d’école de bonne gouvernance" (déclaration du président de l’UK). Pourtant la bonne gouvernance s’enseigne dans des écoles et relève parfois du bon sens.
    L’avenir des étudiants et de l’UK dépasse les considérations partisanes, régionalistes et familiales. Monsieur le Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation opérer le changement à la tête de l’UK. L’incapacité à gérer les hommes au sein de l’UK est une raison suffisante pour agir... Pour une normalisation des années académiques, opérez les changements nécessaires... Les enseignants et les étudiants ont pleine conscience des défis qui les attendent. Ils ne demandent que de bons dirigeants à la tête des universités publiques.

    Répondre à ce message

  • Le 20 janvier 2016 à 22:06 En réponse à : Installation des nouveaux ministres : Le compte à rebours a commencé !

    Il est impérieux que le Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation s’intéresse à l’université de Koudougou qui est en pleine agonie.
    L’UK a bien mal à sa gouvernance. Le climat est très malsain et l’autorité du Président Georges Sawadogo est mise à rude épreuve. Trop de manquements dans la gouvernance. On prétend qu’il n’y a pas "d’école de bonne gouvernance" (déclaration du président de l’UK). Pourtant la bonne gouvernance s’enseigne dans des écoles et relève parfois du bon sens.
    L’avenir des étudiants et de l’UK dépasse les considérations partisanes, régionalistes et familiales. Monsieur le Ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation opérer le changement à la tête de l’UK. L’incapacité à gérer les hommes au sein de l’UK est une raison suffisante pour agir... Pour une normalisation des années académiques, opérez les changements nécessaires... Les enseignants et les étudiants ont pleine conscience des défis qui les attendent. Ils ne demandent que de bons dirigeants à la tête des universités publiques.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés