Lutte contre la corruption et pour la bonne gouvernance : Luc Marius Ibriga, le Stakhanov* de la lutte contre la corruption

samedi 16 janvier 2016 à 03h30min

Ce 14 janvier, l’Autorité Supérieure de Contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE- LC) était au rapport chez le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Que cette structure soit la première des institutions de la république à présenter son rapport au nouveau chef de l’Etat moins d’un moins après sa prise de fonction n’est pas une simple coïncidence de calendrier ! Le nouveau pouvoir veut marquer les esprits dans sa volonté de rupture dans la gouvernance du pays et trouve un bon allié en Luc Marius Ibriga.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lutte contre la corruption et pour la bonne gouvernance : Luc Marius Ibriga, le Stakhanov* de la lutte contre la corruption

Tous les observateurs ont noté dans le discours des nouvelles autorités la reprise des thèmes favoris du RENLAC, le réseau national de lutte contre la corruption, et du Collectif contre la vie chère (CCVC), thèmes qui ont moussé le combat oppositionnel contre le régime de Blaise Compaoré. Ce discours est, on ne peut plus, en phase avec les initiatives novatrices du nouveau contrôleur général de l’Etat, Luc Marius Ibriga. En effet, depuis qu’il est à la tête de l’ASCE, l’homme a montré qu’il a de l’entregent et mérite certainement son surnom de « Monsieur Propre ».

L’homme, même s’il lui arrive d’être excessif et intolérant dans ces propos, a des suites dans les idées et fut l’un des pionniers à aller au charbon avec son forum des citoyens pour l’alternance, FOCAL, contre les velléités du président Compaoré à modifier l’article 37 de la constitution.

Au lendemain de l’insurrection populaire, il a été parmi ceux qui ont porté à bout de bras la rédaction de la charte de la transition pour donner une couleur civile et civilisé au coup d’Etat militaire qui a couronné l’insurrection populaire. Dans ses nouvelles responsabilités de contrôleur général d’Etat, il a donné en un an, beaucoup de relief à l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat qui au passage s’est ajoutée une étoile, celle de la lutte contre la corruption ; et le professeur se montre à l’aise dans le sujet.

A la sortie de la première audience que lui a accordé le nouveau président du Faso, ce lundi 11 janvier, on l’a senti aux anges de voir que Roch Marc Christian Kaboré lui donnait coudées franches dans sa mission. A en croire les déclarations qu’il a faites à la presse, au cours de l’audience, le président du Faso a souhaité que l’ASCE-LC puisse faire un audit sur la gestion des finances publiques par le gouvernement de la Transition. Ce qui, de l’avis de M. Ibriga, répond à un souhait des autorités de la Transition. En effet, selon le professeur Ibriga, le Premier ministre sortant, Yacouba Isaac Zida, dans une lettre adressée à sa structure, avait demandé l’audit général de la Transition.

Pour Luc Marius Ibriga, « le président a instruit de manière claire sa volonté de voir les actes de corruption et de mauvaise gestion sanctionnés avec la dernière rigueur. Ce qui veut dire qu’il se préoccupe que les rapports de l’ASCE-LC soient exécutés et que l’on prenne les mesures nécessaires pour les faire ». Avec le soutien ferme de la part du président du Faso, M. Ibriga a affirmé qu’immédiatement, sa structure prendra les mesures nécessaires pour que ceux qui doivent de l’argent à l’Etat puissent le rembourser.

Voilà qui s’appelle être au four et au moulin quand on sait que le weekend dernier, les organes de contrôle de l’ordre administratif de l’autorité supérieure de contrôle d’état et de lutte contre la corruption (ASCE- LC) tenaient la deuxième session de leur cadre de concertation pour l’année 2015 ! Parmi les recommandations issues de ces concertations, on citera la mise en œuvre effective de la loi portant prévention et répression de la corruption, le renforcement de la chaine de contrôle, l’amélioration de l’efficacité des structures de contrôle et des relations qui les unissent. S’exprimant à la fin de la rencontre, le professeur Ibriga a indiqué qu’elle a permis de clarifier le rôle de chaque organe de contrôle, toute chose qui leur permettra de mieux relever les défis qui les attendent à savoir protéger les deniers publics et le patrimoine de l’Etat, entre autre. Pour y arriver, les participants à cette session statutaire de l’ASCE- LC ont proposé la création d’un corps de contrôle et d’un emploi spécifique au niveau de l’inspection générale des finances.

Ces recommandations si elles étaient mises en œuvre, boosteraient le renouveau de l’ASCE- LC avec des effets induits pour la bonne gouvernance. On en revient à notre idée de départ : Luc Marius Ibriga ne chôme pas dans son rôle de contrôleur général d’Etat. Il n’est pas seulement un activiste de l’alternance ; bien plus, c’est un Stakhanov(*) de la bonne gouvernance.

(*) Stakhanov : ouvrier minier russe du temps de L’Union soviétique, qui s’est fait remarquer des autorités étatiques par son zèle et son efficacité exemplaire au travail.

Derbié Térence Somé
Pour Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 janvier 2016 à 22:34, par Truth Hurts
    En réponse à : Lutte contre la corruption et pour la bonne gouvernance : Luc Marius Ibriga, le Stakhanov* de la lutte contre la corruption

    Qu ’ALLAH LE TOUT PUISSANT bénisse le professeur Ibriga. Amin !

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2016 à 15:53
    En réponse à : Lutte contre la corruption et pour la bonne gouvernance : Luc Marius Ibriga, le Stakhanov* de la lutte contre la corruption

    c’est bien de vouloir s’attaquer à la corruption ; mais à quel niveau ? Si c’est uniquement les petits comme les policiers et autres petits fonctionnaires seulement cela ne marchera pas et vaudra pas la peine de créer des structures de diversion et dépenser des milliards du contribuable.
    et puis ; si on a distribué en cachette pagnes et argent aux illettrés (les plus nombreux) pour être élu ; comment pourra t-on lutter contre la corruption ?
    MAIS SI VOUS ETRE SERIEUX, NOUS SOMMES DE COEUR AVEC VOUS.

    Répondre à ce message

  • Le 18 janvier 2016 à 21:10, par Le Citoyen
    En réponse à : Lutte contre la corruption et pour la bonne gouvernance : Luc Marius Ibriga, le Stakhanov* de la lutte contre la corruption

    Merci Luc pour cette noble mission. Pourvu que ta mission se poursuivent éternellement !
    Quand on voit que les maigres ressources du Burkina Faso sont gaspillés par des gouvernants inconscients, il y a de quoi les fouetter judiciairement.
    Que tous ceux qui doivent de l’argent à l’Etat commencent à le régler avant qu’on ne les sanctionne. 10% sera la majoration de retard. Le Citoyen.

    Répondre à ce message

  • Le 22 janvier 2016 à 14:01, par Zindi Wend-taoré
    En réponse à : Lutte contre la corruption et pour la bonne gouvernance : Luc Marius Ibriga, le Stakhanov* de la lutte contre la corruption

    La lutte contre la corruption doit se mener à tous les niveaux de l’administration Publique. Dans les régions par exemple, les "responsables" sont de véritables potentats en ce qui concerne la gestion des crédits de l’Etat en complicité avec les services de contrôle locaux des Finances publiques ( Contrôles Financier ; Directions Régionales du Budget et même les Trésoreries régionales).Les ressources destinées au fonctionnement des services déconcentrés sont pillées presque systématiquement. Le carburant est utilisé par une ou deux personnes, les missions sont presque toutes effectuées par le Directeur, les dépenses sont justifiées par factures fictives ou par des surfacturations. Le comble, pour éviter toute revendication, les DR évitent toute rencontres pouvant permettre d’évoquer les difficultés de fonctionnement. Je pense donc que toute reforme de la gouvernance doit impliquer tous les acteurs et/ou bénéficiaires dans la gestion ; car aucun contrôle à postériori ne peut permettre de mettre à nu ce type de complicité solidaire. Donc,Il faut que chaque agent joue un rôle de contrôle et qu’un cadre de concertation mensuelle obligatoire puisse permettre de poser tous les problèmes de chaque service de façon statutaire. Dans une démocratie la gestion ne peut et ne doit être le monopole de quelques personnes . Ce qui se passe jusque là est tout simplement ahurissant !.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés