Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

lundi 11 janvier 2016 à 23h40min

Carnet d’audiences très chargé pour le Président du Faso qui multiple les apartés avec les personnalités de divers horizons. Dans la matinée de ce lundi, 11 janvier 2016 au Palais Kosyam, Roch Marc Christian Kaboré a reçu plusieurs responsables d’institutions nationales. Chacun est allé faire le point de ses activités et envisager la suite dans la dynamique de la bonne gouvernance prônée par le Président du Faso.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

La page des audiences du jour a été ouverte par le président de l’Autorité supérieure de contrôle de l’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC), Dr Luc Marius Ibriga. Le tête-à-tête qui a duré plus d’une heure, pourrait indiquer la ‘’lourdeur’’ du dossier abordé par ces deux personnalités. Un dossier que M. Ibriga résume en de questions relatives à la bonne gestion au Burkina Faso. « Le Président du Faso a instruit, de manière claire, sa volonté de voir les actes de corruption et de mauvaises gestions sanctionnés avec la dernière rigueur. Cela veut dire qu’il se préoccupe de ce que les rapports de l’ASCE-LC soient exécutés et que l’on prenne les mesures nécessaires pour le faire. Il a affirmé une ferme volonté de lutter contre la corruption et cette volonté est partagée par le Premier ministre. Nous, au niveau de l’ASCE-LC, nous sortons confortés de cette rencontre parce que, nous avons les coudées franches pour agir. Et immédiatement, pour agir par rapport à ceux qui doivent de l’argent à l’Etat et qui doivent se préparer à les rembourser (ceux épinglés par la Commission d’enquête) », a dévoilé Luc Marius Ibriga.

Le contrôleur général d’Etat a également informé le Président du Faso de l’existence du rapport annuel 2014 de l’ASCE-LC, lequel document lui sera transmis dans les jours à venir.

« Mais la question importante qui a été évoquée, c’est que le Président du Faso a souhaité qu’un audit de la Transition soit fait et cette volonté rencontre celle des autorités de la Transition ; puisque le Premier ministre, Isaac Yacouba Zida, avait déjà adressé une lettre à l’ASCE-LC pour qu’elle effectue un audit de la gestion de la Transition. Donc, il y a une rencontre de volontés pour que s’installe au Burkina Faso, une culture de la redevabilité. Celui qui gère de l’argent public, doit s’attendre à rendre compte et nous pensons que cet audit qui va être mené dans les jours à venir, permettra de mettre à nu les bonnes pratiques et les mauvaises pratiques, et permettre au gouvernement de pouvoir mener sa politique en toute connaissance de cause », a souhaité M. Ibriga.

Interrogé sur la suite réservée à la requête des fonctionnaires parlementaires de faire un audit sur la gestion du Conseil national de la Transition (CNT), Luc Marius Ibriga a indiqué que le contrôle de son institution ne s’étend pas au législatif. Il y a une séparation des pouvoirs, et l’ASCE-LC étant une structure qui est, pour l’instant, sous l’autorité du Premier ministre, ne peut étendre son contrôle sur le CNT. « Ce serait une violation de la séparation des pouvoirs… », a-t-il souligné.
Cependant, indique le Contrôleur général, à l’image du Premier ministre, les anciens et les nouveaux ‘’pensionnaires’’ de l’institution (membres du CNT et députés nouvellement élus, ndlr) peuvent se mettre d’accord pour demander qu’un audit soit fait. « La réédition de comptes, ce n’est pas seulement pour l’exécutif, c’est aussi pour le législatif », a expliqué Luc Marius Ibriga.

La deuxième personnalité à être reçue est le président de la Commission de Réconciliation nationale et des réformes (CRNR), Monseigneur Paul Ouédraogo qui dit être allé faire le point des travaux de sa Commission au Président du Faso. Le travail étant arrivé à son terme, la suite sera assumée par le Haut conseil de la réconciliation et de l’Unité nationale. La loi organique a été votée et publiée, la nomination des membres faite et il ne reste actuellement que le dispositif pour que le Conseil se mette au travail. En clair, il s’est agi pour les deux personnalités, d’échanger sur la suite à donner au travail de la CRNR. Car, déclare Monseigneur, « le travail de la commission est une mine de réflexions et de propositions de réformes ».

Le Président du Conseil constitutionnel, Kassoum Kambou a, quant à lui, partagé avec le Président du Faso, les missions de son institution. Une démarche d’autant importante que le Conseil constitutionnel joue pratiquement les mêmes pouvoirs que le Chef de l’Etat, garant de la Constitution. Une réalité qui nécessite au mieux une coordination des actions pour que les droits soient effectivement garantis à tous les citoyens et à tous les habitants du Burkina, explique Kassoum Kambou.

Audit du CNT, la balle dans le camp de son premier responsable !

Le président de la Cour des comptes, Noumoutié Herbert Traoré, a fait un état des activités avec la Président Roch Kaboré avant d’ouvrir les perspectives dans la dynamique d’une meilleure contribution au renforcement de la gestion des Finances publiques. « A partir de cet instant, nous prenons acte des orientations qu’il nous a données et nous allons travailler à soutenir l’action gouvernementale », a rassuré M. Traoré, précisant que le rôle premier de son institution, c’est de conseiller le gouvernement, le Chef de l’Etat en personne d’abord et assister le parlement dans le cadre du budget de l’Etat.
Sur la question relative à l’audit du CNT, le premier responsable de la Cour des comptes a également indiqué qu’il est de principe que son organe de contrôle ne peut pas exercer son pouvoir sur cette institution législative, séparation des pouvoirs oblige. La Cour des comptes examine les comptes des administrations, le Parlement n’en faisant pas partie, échappe donc à ce contrôle.
La Cour des comptes, rappelle-t-il, relève de l’ordre juridictionnel et le Parlement est du législatif. C’est pourquoi la Cour des comptes, en tant que telle, n’a pas mandat à auditer le Parlement. Mais, met-il en exergue, le Parlement a cette obligation de rendre compte aussi à travers des structures de contrôle. En ce sens, le chef de Parlement peut demander à la Cour des comptes de venir auditer la gestion parlementaire.

L’inspecteur général des Finances, Moussa Dama a bouclé la série d’audiences en cette matinée de début de semaine, en livrant le point des activités de sa structure avant de dévoiler au Président du Faso, son sentiment par rapport à la gestion des deniers publics.
En tant que corps de contrôle, l’Inspection générale des Finances intervient dans la bonne gestion des Finances publiques et à en croire Moussa Dama, le Président du Faso a indiqué vouloir accorder une attention particulière aux structures de contrôle. Ces structures « font du bon travail mais la suite réservée à ce travail est un peu mitigée et le Président du Faso s’est engagé à accorder une attention particulière à ces corps de contrôle et à les mettre dans de conditions meilleures pour pouvoir exécuter leurs missions ».

Occasion également pour l’inspecteur général, de revenir sur les difficultés majeures auxquelles fait face sa structure. Il s’agit d’abord du statut des inspecteurs (ils n’ont pas de statuts) ; c’est une fonction qui n’est donc pas attractive. Si fait qu’il est très difficile d’avoir, dit-il, un personnel de qualité. « Il n’y a pas très longtemps, on pensait que les inspections étaient des garages, si fait que les gens n’acceptaient pas d’y aller », révèle-t-il. Une autre difficulté est la formation (une formation adéquate pour un travail de qualité) et, enfin, les moyens financiers et matériels pour pouvoir exécuter les missions. Dans certains ministères, plaide M. Dama, les structures de contrôle n’ont pas un budget autonome pour pouvoir faire leur travail.

Oumar L. OUDERAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 12 janvier 2016 à 01:56, par Bouba
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    Un audit de CNT. D’accord, mais il faut également un audit depuis les législatures précédentes pour plus de justice. Les députés de la transition ont beaucoup travaillé et ont atteint un résultat inégalable. On comprend votre jeu. C’est facile de vouloir détourner l’attention du peuple sur les 27ans de corruption, de gabegie et de mains basse sur les richesses du pays. Commencer d’abord par donner une suite aux dossiers en instance, surtout les crimes de sang, ainsi qu’un audit des 27 ans de gestion, de privatisation et de monopôle au service de la Belle-mère.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 02:15, par Matou à Sikassossièra
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    Papi Monseigneur Ouédraogo , svp ! Svp ! Svp ! La transition est terminée . Le président qui est là est élu sur la base d’un programme de 5 ans. Laisse le s’occuper maintenant de ces questions. S’il a prévu les réformes il va les faire ! S’il a prévu la réconciliation il va la faire.
    A mon humble avis pour la séparation des pouvoirs nous ne voulons plus des premiers responsables de nos églises ( pasteurs et autres évêques ) et mosquées à la tête de nos institutions laïques . Chaque Caïmans n’a qu’à rester dans son marigot. C’est la même chose que l’autre qui est au CES aussi . En cas d’audit et de mauvaise gestion vous mettrez mal à l’aise les contrôleurs et meme l’état . Baba !! i ya mèè wa ! Sābāri wòò !!!
    Excellence Mr le président , tres belle initiative ! Il faudrait professionaliser le conseil constitutionnel , revoir sa structuration. Demander leur pourquoi les gens de la transition non pas déposer la liste de leurs biens à la sortie . A qui la faute ? Pourquoi Mr Kassoum Kambou ne leur a pas notifier par écrit ? Qu’est ce que la loi prévoit ?
    Au fait Mr le président qui doit faire l’audit de la cour des comptes et De L’ASCE-LC ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 04:00, par gangoblo
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    Un adage dit qu’on ne voit pas le ventre du nageur mais on voit son dos . Si chaque président d’institution veut avoir les coudées franches pour bien travailler, alors le peuple n’attend que cela . Monsieur le Predident de la république, ne donnezx pas l’occasion aux oiseaux de mauvaises augures de dire ; on l’avait dit : MPP = ; CDP = MPP.
    On ne peut pas des omelettes sans casser les œufs. Le peuple ne vous pardonnera pas si vous pardonnez, monsieur le président et ne jouez pas avec les hypocrites . Jouez au malin, malin et demi. Vous connaissez bien très bien les burkinabé .
    Que l’oeil soit ouvert sur les fonctionnaires qui traînent les pas sur les dossiers des gens dans leurs bureaux pour avoir des dessous de table. Des rapports traînent dans certains bureaux tout juste parce parce ceux qui doivent s’en occuper n’ont pas reçu leur deuxième salaire. Cette forme de corruption est à combattre. Il faut ouvrir l’œil aussi sur les fonctionnaires qui abusent de leur pouvoir et exploitent l’ ignorance des honnêtes citoyens et les escroquent par des chantages de tout genre.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 04:36, par Filsdupaysan
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    Trop de bruit mes amis. Il y a eu arrestation,pas de suite. Il ya des gens cites dans les rapports qui dotment a l’ASCE....... Rock doit se mettre vite au travail et tenir ses promesses. Dossiers Sankara, Zongo.......faites vite

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 04:49
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    Nous avons l’oeil et l’oreille sur Salif pour l’audit du CND. Les 6 mois de salaires apres fin mandat sont ils maintenus ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 06:12
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    ASCE-LC est rattaché au premier ministère. Moi qui croyait qu’elle était une structure indépendante, je suis un peu sceptique. Quand un premier ministre demande à une structure sous son contrôle de venir l’auditer et en sachant que le premier responsable de cette structure a été nommé par ce premier ministre. Pour une plus grande efficacité, vivement un ASCE-LC indépendante

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 06:35, par Guelbeogo Sibiri
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    Je commence a douter de la capacite de Rock a gerer le pouvoir.je ne peux comprendre que pour trouver le 1er ministre il est pris tout ce temp et voila que pour le gouvernement meme cenario.Mais le plus inquietant pendant çe temps le president voyage recois des DG , laisse des anciens mînistres travailler dans l’illegalite. Et parle d’audite de la transition.Nous a avons marre de cette situation transitoire a ne pas finir.ceci nous montre qu’il faut feliciter Michel KAFANDO et Issac ZIDA.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 08:56, par Younginger
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    J’espère que L’inspecteur général des Finances n’a pas oublié de faire part au PF du contenu du rapport de contrôle dont lui même il a fait l’objet de la part de L’ASCE ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 09:09, par Rimpougnooma
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    A entendre les réactions, tout le monde veut un audit de la transition, du CNT. Le Premier ministre, Isaac Yacouba Zida, avait déjà adressé une lettre à l’ASCE-LC pour qu’elle effectue un audit de la gestion de la Transition" lit on, pourtant, il est encore écrit que l’ASCE-LC étant une structure qui est, pour l’instant, sous l’autorité du Premier ministre, ne peut étendre son contrôle sur le CNT. « Ce serait une violation de la séparation des pouvoirs… »
    Sur la question relative à l’audit du CNT, le premier responsable de la Cour des comptes a également indiqué qu’il est de principe que son organe de contrôle ne peut pas exercer son pouvoir sur cette institution législative, séparation des pouvoirs oblige. La Cour des comptes examine les comptes des administrations, le Parlement n’en faisant pas partie, échappe donc à ce contrôle.
    Question de néophyte, on fait comment ? n’y a t il pas lieu de revoir les dispositions pour qu’on n’ait pas l’impression d’un marché de dupe car comme le précise le Contrôleur général, les anciens et les nouveaux ‘’pensionnaires’’ de l’institution (membres du CNT et députés nouvellement élus, ndlr) peuvent se mettre d’accord pour demander qu’un audit soit fait.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 10:24, par guè
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    Il y en a certains qui veulent dévancer le croco dans l’eau. J’espère que c’est pas un marché de dupe pour berner le Peuple. La transition doit être réellement auditée de fonds en comble. Et les agents de l’Etat et autres qui ont des milliards injustifiés, si vraiment le gouvernement du Rocco est sincère et veut se répentir de son passé, on doit faire des enquêtes, ce n’est pas normale d’avoir de telles sommes qui ne se justifie pas. Il n’y a que dans les républiques bananières que tu trouves ça. Ces milliards sont à confisquer et à reverser dans les caisses de l’Etat, ce qui va nous renflouer un peu.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 11:07, par RV
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    Le CNT fonctionne avec l’argent du contribuable ! Il doit être audité. Mieux, le droit de vérification des comptes publics doit être donné à tout citoyen majeur comme c’est le cas dans les pays scandinaves comme la Norvège. C’est le prix du sang des martyrs !

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 12:11, par cp1
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    Je pense qu’il n ya pas d’institution supérieure qui puisse échapper l ’audit sinon ON CRIT DEJA INJUSTICE !

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 12:43, par L’Oeil du peuple
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    Bonjour DR LUC. On ne vous a pas vu trop sous la transition. Nous espérons vous voir maintenant en action dès lors que tous les textes de votre institution ont été passés en revue pour vous donner toute la plénitude d’agir en toute indépendance pour traquer les grands bandits de la république. Le peuple a besoin de son argent volé pour investir dans les secteurs sociaux -éducatifs. Courage le peuple attend incessamment des résultats de vos contrôles. Aucun centime du contribuable Burkinabè ne sera détourné à des fins personnelles.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 13:13, par Droit d’expression
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    Il est indispensable qu’un audit de la transition soit mené, mais il est encore plus indispensable de mener celui du règne compaoré. Je me demande si un véritable audit a été mené. S’il ne peut être fait sur ses 27 ans de règne, on pourrait se pencher sur les 15 ou 10 dernières années. Le peuple doit savoir comment l’État a été géré pendant ces années afin de mieux exercer son contrôle sur l’action du présent régime dont les principaux acteurs, rappelons-le, ont été de fervents et fidèles collaborateurs de Blaise. Ne disent-ils pas eux-mêmes qu’ils ont "mangé à la table du diable" ? Ceux qui ont trempé dans la corruption doivent répondre de leurs actes et rendre à l’État ce qu’ils lui ont volé.
    Oui à un audit à un audit de la transition !
    Oui à un audit du règne compaoré !

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 15:06, par wend yam
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    il est plus facile d’appliquer la rigueur de la loi sur les autres. c’est le cnt qui a voté des mises en accusation contre d’anciens dignitaires du régime compaoré. que ce même cnt accepte que sa gestion soit auditée comme le veut la loi si il ne se reproche de rien. on ne vote pas la loi pou qu’elle s’applique aux autres. la loi est votée pour s’appliquer à tout le monde. si elle refuse de s’appliquer à tout le monde alors la colère du peuple devra s’exprimer autrement.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 17:04, par guè
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    Vous m’avez censuré, mais je répète, qu’il faut un audit réel et sincère de la Transition et autres agents de l’Etat devenus milliardaires sous le règne de Blaizo, afin de récupérer nos sous pour renflouer nos caisses presques vides. Il y en a qui veulent dévancer l’iguane dans l’eau. Webmaster laissez passer.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 23:13
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    Ah oui ! hypocrisie quand tu nous tient ! IBRIGA nommmé par Zida, ami devant l’éternel de Loada faire un audit sur le même gouvernement dont il faisait lui-même parti ??!! Respecter nous un jour y’ en marre de se faire traiter comme des caves !
    Un vrai audit de la transition doit être indépendant, le cas échéant économisez nos maigres sous.

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 23:14
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    IBRIGA est juge et partie de cette transition, comme peut-il auditer objectivement cette transition ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 janvier 2016 à 23:20
    En réponse à : Présidence du Faso : Roch Kaboré reçoit plusieurs présidents d’institutions

    Un audit des 27 dernières années de gouvernance ou rien. Si vous ne pouvez pas auditer la gestion du diable, ce n’est pas les 13 mois de gestion des diablotins qui donnera quelque chose. Pourquoi se limiter à la transition ? Le MPP veut nous pomper l’air avec des actions d’éclat et voiler leur souper avec le diable. Un audit des 27 ans de gestion est possible. S’il y a vraiment des OSC sentinelle comme on nous abat les oreilles tout temps, c’est ça la prochaine revendication ! AUDITER LES 27 ANS de SOUPER des DIABLES même ceux qui en avaient les longues cuillères !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés