Paul Kaba Thiéba, Premier ministre : « Je prends l’engagement d’être à la hauteur »

vendredi 8 janvier 2016 à 00h13min

Le décret de nomination de Paul Kaba Thiéba au poste de Premier ministre du Burkina Faso a été rendu public très tôt ce jeudi 07 janvier 2016. Quelques heures plus tard, le nouveau chef du gouvernement foulait le tarmac de l’aéroport international de Ouagadougou. Mais, sans un mot à la presse. Pour sa toute première déclaration publique, c’est à 18h30 qu’il a donné rendez-vous aux Hommes de media à l’hôtel Laïco de Ouaga 2000 où il a pris ses quartiers. Prenant la mesure de cette lourde charge mais combien honorable, celui qui était jusque-là un parfait inconnu de la scène politique burkinabè a pris l’engagement d’être à la hauteur de la responsabilité à lui confiée.

Paul Kaba Thiéba, Premier ministre : « Je prends l’engagement d’être à la hauteur »

Prévu pour 18h30, c’est finalement à 19h que le Premier ministre fait son apparition. En l’annonçant, le directeur de la communication de la primature a pris le soin de rappeler aux nombreux journalistes présents qu’il s’agit juste d’une déclaration, « donc pas de questions  ». Lorsque le patron du premier gouvernement post-transition prend la parole, il se présentera d’abord à son auditoire : « Bonjour à tous, mon nom est Paul Kaba Thiéba… ». Après avoir remercié comme il se doit le Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré pour cette marque de confiance, il lance : « je prends l’engagement de faire tout ce qui est à mon pouvoir pour être à la hauteur ».

Ensuite, il ne manque pas de rappeler le contexte dans lequel il prend les rênes du gouvernement, « un moment particulier de l’histoire de notre pays  ». Pour mettre fin au « régime antipopulaire » de Blaise Compaoré, « les jeunes de ce pays ont pris leur responsabilité de marcher dans la rue, de braver les armes, de braver la mort (…) Les jeunes de ce pays se sont également battus pour lutter contre la tentative de récupération du pouvoir à travers le coup d’Etat manqué », a-t-il rappelé, avant de louer « ce courage, cette clairvoyance, cette détermination de la jeunesse ».

Le chef du gouvernement a, par ailleurs, montré sa connaissance des préoccupations des insurgés et notamment celles de la jeunesse burkinabè. « La jeunesse burkinabè, aujourd’hui, a besoin de changement, de démocratie, de progrès économique et social qui soit à la hauteur du sacrifice consenti », a soutenu Paul Kaba Thiéba. Quand « le chef de l’Etat m’a demandé de venir diriger ce gouvernement, j’ai accepté parce que je pense que la politique qu’il va impulser sera à mesure de répondre aux attentes des jeunes, en termes de démocratie, en termes de progrès économique et social », a-t-il confié.
Mais, à quand la formation du gouvernement Thiéba 1 ? Le tout nouveau Premier ministre n’a pas donné de date précise, mais promet « un gouvernement qui sera à la hauteur des attentes, des défis auxquels le peuple burkinabè est confronté ». Sur ce, il prit congé des journalistes non sans préciser : « je vais de ce pas travailler avec le chef de l’Etat » pour la constitution du nouveau gouvernement.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Messages

  • Un véritable casting s’impose pour la nomination des membres du nouveau gouvernement de l’après transition. Le peuple croira en un véritable changement si ce gouvernement à venir inspire de la confiance. Cela suppose que la crédibilité de chaque membre du nouveau gouvernement ne saurait être mise en mal. Si l’entrée est un "raté", la sortie sera une catastrophe. Sous la transition, la crédibilité de certaines personnalités nommées au gouvernement a été contestée. Cette fois-ci le contexte n’est pas le même cependant le halo du gouvernement aura des effets positifs sur le peuple burkinabè. Il faut éviter à tout prix la rupture de confiance dès le départ si le président nouvellement veut se donner plus de chances réussir le présent mandat. Bonne chance par anticipation au nouveau gouvernement !

  • Nous y voilà avec un premier ministre avec un CV lourd, exigent, rigoureux, et qui assume. A mon humble avis parlons maintenant de ce que veut le peuple Burkinabé comme ministres pour faire avancer le Burkina, et avoir un bon repas par jour. Ayant vécu presque tous les gouvernements du pays que nous aimons depuis son indépendance, je puis affirmer avec certitude, ce que veulent les Burkinabé comme ministres au gouvernement du président Roch Kaboré élu démocratiquement a plus de 50% des voies. Les Burkinabé veulent des ministres proches d’eux, et de leur quotidien : Des ministres qui descendent sur le terrain pour toucher du doigt la réalité quel que soit le département qu’ils dirigent et non pas des ministres cloitrés dans leur bureau a donner des ordres aux porteurs de valises qui profitent du denier public. Le peuple Burkinabé veut que son excellence monsieur Paul Kaba Thiéba leur donne des ministres qui fassent tourner leur cervelle et réfléchir à des bonnes solutions : Surtout faire en sorte que le programme présidentiel du MPP, accepter par le peuple, aboutissent : ‘’’’’ L’eau a la volonté, les soins remboursés, retaper les écoles et les Universités, que les routes totalement impraticables soient faites, les emplois pour les jeunes, initié des bons projets pour l’environnement, eaux et forêts. Dans l’alternance politique et économique du nouveau Burkina, le peuple Burkinabé sait ce qu’il veut : Le premier ministre Paul Kaba Thiéba un expert en économie, saura quel ministre a pris quoi, et ce qu’il en a fait avec : Oui à partir de la nomination du premier ministre du nouveau Burkina avec son décret publié le 06 . 01 . 2016, il est devenu comptable de l’émergence du pays que nous aimons tous, et il doit toujours pensé au peuple meurtrie par un régime sanguinaire, ce même peuple aura une patience en or pour accompagner son excellence monsieur le premier ministre Paul Kaba Thiéba pour sa mission. Surtout que notre super économiste n’oublie pas la leçon dont le peuple Burkinabé et sa jeunesse a donné au président Blaise Compaoré et son premier ministre TIAO .

  • Ainsi soit-il. Nous ne pouvons que souhaiter succès à M. Thiéba . Nous n’avons aucune raison à croire qu’il ne sera pas à la hauteur et nous faisons confiance aux évaluations faites par le Président et ses conseillers. Supportons le PM et la décision difficile que le Président a eu à prendre. Au boulot maintenant pour du concret !

  • Oui, Ka a vraiment raison sur ce coup-là. Pour une fois que je suis d’accord avec lui car il a fait preuve de clairvoyance et de sagesse en adéquation avec son âge concernant les attentes du peuple Burkinabè et sur l’engagement solennel du nouveau Premier Ministre, cet expert en monnaie et finances. Je constate avec bonheur que M. KA, désormais, a quitté la haine sectariste ou c’est la haine viscérale qui l’a quitté pour la nouvelle année 2016. J’espère que c’est pour toujours. Bonne chance en tout cas à M. THIEBA et nous l’attendons pour les 100 premiers jours. M. Paul Kaba THIEBA n’aura aucune difficulté pour les décaissements à la BCEAO étant lui-même de la maison. J’espère sinèrement de tout cœur qu’il aura les coudées franches pour désigner ses collaborateurs directs. Voilà une clairvoyance politique qui a manqué aux différents gouvernement de M. Blaise COMPAORE du fait de la haine que le sieur François COMPAORE vouait aux intellectuels. Un pays où les hommes politiques haient ses intellectuels est un pays mort politiquement. Le Citoyen.

  • La lenteur du président pose question. Le choix du pm à pris un mois. À quand un gouvernement en place. Tout se passe comme si ce président n’est pas presse pour s’attaquer aux problèmes des burkinabé. Ça sent de l’indifférence vis à vis des problèmes des gens et de l’amateurisme politique.

  • Bonjour à toutes et à tous !!!! : Camarades :
    L’eau et le pain : au peuple !
    - la santé : au peuple !
    - l’école démocratique et performante : au peuple !
    - la formation : au peuple !
    - la justice : au peuple !
    - toute la justice sociale : au peuple !
    - le progrès : au peuple !
    - camarades :
    - pour un Burkina de progrès ! en avant !
    - pour un partage des fruits de la croissance : en avant !
    LA PATRIE OU LA MORT, NOUS VAINCRONS !

  • Bon vent à son excellence Thiéba. Pour que le nouveau gouvernement puisse répondre aux attentes des Burkinabè, un accent doit être mis sur la jeunesse. le Burkina disponible d’HOMMES surtout des jeunes valeureux et consciencieux qui sont cachés au pays ou à l’étranger. il est souhaitable de faire appelle à ceux jeunes qui ont les mains propres pour diriger le pays. il faut rompre avec les vieilles habitudes. En mettant des vieux escrocs à la tête des différents ministères ou directeurs centraux etc... on se retrouvera face à un peuple qui connaît désormais son avenir. A bon entendeur SALUT....

  • 1 /Est-ce vrai que c’est le papa du premier ministre alors ministre à son temps qui a nommé le papa du président ROCK au poste de directeur de la BIB
    2/Est-ce vrai que le président et son papa ont tous eu à dirigé la BIB comme DG ?
    3/Est-ce vrai que la maman du premier ministre et la maman du président ont fait la même classe dans le même établissement (tounouma) à BOBO DIOULASSO ? Alors bon vent au cercle et que Dieu accompagne tous les burkinabè. AMEN !!!!!

  • - Monsieur le PM, tout ceci est bien beau. Le burkinabè est devenu comme St Thomas qui dit qu’il veut voir Jésus à l’oeuvre avant de croire à ses réalisations.

    Moi je vous dit qu’il y a des choses qu’il faut revoir très vite :

    1/- Les questions de monopole (ziz, ciment, fer à béton, cuirs et peaux, etc.) qui sont concentrées dans les mains de quelques individus qui s’entendent pour maitenir haut les prix à cause de leur gloutonnerie. Il faut laisser la concurrence jouer !

    2/- Autoriser l’importation du gaz et le remplissage des bouteilles par le privé. La SONABHY qui a le monopole est incapable de satisfaire les gens en plus d’être trop endettée ! En même temps discipliner les taximans qui utilisent le gaz pour leurs véhicules pourris ! Ils ne s’en cachent même plus alors que la loi l’interdit !

    3/- Réhabiliter le CHU YO et l’équiper et règlementer les prix dans les cliniques privées ainsi que les services qui y sont rendus par des médecins de CHU YO ou de la fonction publique !

    4/- Remettre les fonctionnaires au travail et procéder à la décongession des services à Ouaga et Bobo en affectant plusieurs fonctionnaires dans les provinces et les départements. Celui qui ne veut pas rejoindre sans motif valable sera prié de déposer sa démission !

    5/- Permettre aux jeunes d’avoir des emplois en renvoyant tous ces vieux retraités qui continuent d’occuper des postes soit par prolongation, soit dans les projet et programmes. Par exemple pour le cas du Ministère de l’Agriculture que je connais le mieux, je pense au cas de ce monsieur qui fut un haut cadre de ce pays, directeur d’exploitation dans une grosse société dans la Comoé au temps où il y avait à boire et à manger, puis SG, ensuite responsable adjoint d’une institution sous-régionale, parti en retraite, il effectue tous les gros contrats de consultation du Ministère, ensuite récemment encore il devient Coordonnateur d’un très gros programme ! Lui il est qui ? Qu’il s’en aille laisser la place à ceux qui sont en activités afin que les jeunes gagnent du travail. Il est cause de chômage des jeunes en fin de compte et celà dénote sa gloutonnerie. Monsieur, qu’est-ce que tu n’as pas eu depuis tout ce temps et avec tous ces postes juteux que tu as occupés pour rester toujours accroché ? Personne n’est indispensable et les cimetières sont pleins de gens indispensables ! Fou ton camp et laisse la place à d’autres !

    Par Kôrô Yamyélé

  • Autres temps ,autres moeurs. Après le charbonnier (" je vais aller au charbon"), après le beau parleur, hableur ,après le journaleux qui ne tient pas ses paroles, voici le pragmatique qui va droit au but : la jeunesse et encore la jeunesse pour coller à l’air du temps.BONNE CHANCE.

  • J ose croire ne pas assister a une mise en scène. Si non voila un bon bouc emissaire. Cet homme ne doit pas meriter ça. Alors quand il va constater que tout ça n est que pure mise en scène, qu il ait le courage de demissionner pour son honneur et l avancer de la democratie au Burkina

  • Parmi les premiers ministres que le Burkina a eu, 5 étaient économistes et 1 seul ne l’était pas, au regards des résultats enregistrés jusque la, personnellement je suis sceptique quand a la capacité des économistes premiers ministres a sortir notre pays du sous développement chronique dans lequel nous sommes englués depuis plus de 30 ans. Il nous faut 1) des patriotes intègres volontaristes qui vivent au quotidien la réalité des populations a l’image de Thomas Sankara et de 2) des hommes qui n’ont pas passé leur vie a s’accommoder aux régimes passés afin de garantir leurs intérêts personnels. Me Sankara aurait pu être un très bon premier ministre car lui depuis le 15 octobre 1987 il a toujours été hors du système.

  • Il ressemble bizarrement à un ex président ivoirien. J’ai voulu dire c’est lui, espérons que c’est seulement physique

  • Bienvenu dans ton pays, Excellence M.P.M. pour moi c’est vous donnez un conseil, pour mieux gouverné au Burkina actuel : faut tous voire- ne rien entendre- ne rien dire- agir suivant votre conscience et votre compétence, car maintenance au Burkina les chiens on l’habitude d’ aboyer même si la caravane ne passe pas.que le BON DIEU vous accompagne.

  • Bon arrivée. ihi dan-ansè ! Trop de problèmes : écoles et éducation, santé, agriculture, foncier, sécurité... Tout le monde l’attend ! Je constate qu’il a très duré à l’extérieur ce PM. Mais cela n’entache peut être pas pas ses compétences. En choisissant les ministres et autres DG faut pas qu’il nous envoies les futurs prisonniers (les anciens qui nous ont tout volé). Cherche de vrai conseillers surtout pour de bon choix. Mr le PM vous avez fait l’université de Ouaga, je vous informe qu’il n’y a plus de maîtrise labà ! L’étude ce limite au Burkina à la licence pour 99% des étudiants et elle (la licence) durent au moins cinq (5) ans. Nos jeunes frères vous attendent !
    Paysan d’Afrique, Producteur pour l’Afrique.

  • S’il arrive que un DG ou un ministre est coincé entre les mailles de la justice, il faut laisser la justice indépendante. Dites au Président que même ses amis d’hier d’aujourd’hui et de demain sont égaux devant la justice !
    TRAORE

  • Monsieur le premier ministre, vous voici aux commandes pour piloter le destin de la nation Burkinabè. Soyez soucieux du bien commun national et ne mettez en avant que l’intérêt national. Vous aurez alors le soutien et même la protection de notre peuple insurgé et désormais très vigilent pour tout ce qui le concerne. La pire des erreurs serait de tenter de biaiser dans la lutte contre la corruption, l’impunité et l’injustice. Nous attendons par exemple de voir les mines du Burkina profiter d’abord aux ouvriers de la mine et à la nation qu’aux entreprise minières ; que les revenues du coton profiter d’abord aux paysans cotonculteurs et à l’industrie cotonnière locale aux banquiers qui financent et refinancent cette filière.
    NOUS ATTENDONS DE RECONNAITRE LES TALENTS DU MAÇON AU PIED DU MUR.

  • Monsieur le premier ministre, vous voici aux commandes pour piloter le destin de la nation Burkinabè. Soyez soucieux du bien commun national et ne mettez en avant que l’intérêt national. Vous aurez alors le soutien et même la protection de notre peuple insurgé et désormais très vigilent pour tout ce qui le concerne. La pire des erreurs serait de tenter de biaiser dans la lutte contre la corruption, l’impunité et l’injustice. Nous attendons par exemple de voir les mines du Burkina profiter d’abord aux ouvriers de la mine et à la nation qu’aux entreprise minières ; que les revenues du coton profiter d’abord aux paysans cotonculteurs et à l’industrie cotonnière locale aux banquiers qui financent et refinancent cette filière.

  • Monsieur le premier ministre, vous voici aux commandes pour piloter le destin de la nation Burkinabè. Soyez soucieux du bien commun national et ne mettez en avant que l’intérêt national. Vous aurez alors le soutien et même la protection de notre peuple insurgé et désormais très vigilent pour tout ce qui le concerne. La pire des erreurs serait de tenter de biaiser dans la lutte contre la corruption, l’impunité et l’injustice. Nous attendons par exemple de voir les mines du Burkina profiter d’abord aux ouvriers de la mine et à la nation qu’aux entreprise minières ; que les revenues du coton profiter d’abord aux paysans cotonculteurs et à l’industrie cotonnière locale aux banquiers qui financent et refinancent cette filière.

  • Il a quitté le Burkina depuis 1983. Espérons qu’il sera en phase avec les attentes du peuple et les réalités du pays.

  • J’ai cru comprendre que le MPP de Roch est un parti social-démocratique. Et voilà qu’il nomme un premier ministre banquier donc libéral. Première grande contradiction qui trahit d’avance les questions sociales chères au peuple. Ça commence très très flou !

  • Quelqu’un sur facebook se demande s’il faut faire des études d’économie pour occuper les hautes fonctions telles PM ou président du Faso. Autrement dit est ce les compétences en économie qui motivent le choix de ces personnes ? ou faut-il avoir un bagage de théories d’ économie pour mieux gérer un pays ? Je pense que c’est ce que les grandes puissances impérialistes nous ont fait croire pour nous maintenir dans la précarité et suivre de près l’exécution ou l’application de leurs mesures anti-sociales basées prioritairement sur le pillage des ressources, le capitalisme et la monopolisation des ressources (minéraux, sol et autres) par les investisseurs venant des grandes puissances. Sinon, nos paysans gèrent mieux leurs familles sans faire des écoles en économie. Nos chefs traditionnels gèrent mieux les villages et les cantons sans faire de long trajet en économie. Si l’Afrique veut réellement bouger dans son développement il faut intégrer l’aspect social et tradition au premier plan car ces aspects ont toujours été gage de cohésion sociale, de paix, ils ont toujours marché dans nos foyers, nos villages. L’application strictes des théories économiques dans le développement des pays africains ne peuvent que semer des révoltes car elles n’ont jamais su profiter aux pauvres, elles n’intègrent jamais leurs aspirations profondes. Mais plutôt des émiettements qui nous maintiennent dans la pauvreté sans répondre au besoin des peuples inssurgés

  • Je ne comprends pas certains internautes.. Le monde entier est dans un ordinateur. Nous sommes Burkinabè mais on sait ce qui se passe au Burundi. A l’exterieur ceux qui nous admirent n’ont pas vecu notre insurrection en live mais par les reseaux socio tout le monde sait ce qui s’est passé. Thieba est vachement intelligent une semaine lui suffira pour prendre le poole de notre pays. Du reste il ne sera pas le seul a travailler. ou bien ?

  • - Vous savez cher forumistes ? Quoi que je fasse, il y toujours des gens qui m’insultent même si j’écris ’’Bonjour mon Dieu’’, mais c’est bizarre, car dans les faits, moi Kôrô Yamyélé je suis comme Machiavel et j’ai vécu une histoire comme la sienne dans le CDP (ou l’Ex-CDP). Je suis donc un aigri politique (pas un aigri social comme Machiavel !) qui, membre-fondateur de l’ODP/MT puis opposant farouche à l’entrée systématique dans l’ODP/MT des Alain YODA et autres Ludovic TOU sans un probatoire (ou une période d’observation), a fini par être découragé de voir que le CDP était devenu une poubelle !

    Les nouveaux arrivants, très hypocrites, provocateurs et injurieux, ont été trop récompensés par Blaise COMPAORÉ qui depuis ce temps nous trahissait déjà. Puis la gangrène prit corps dans le CDP avec le copinage, les récompenses des femmes, copines, frères, soeurs, belle-mères et maîtresses. Le CDP est devenu en un rien de temps une pourriture qui puait de très loin et les copains et les coquins s’y congratulaient, s’y trahissaient mutuellement en infidélités pendant que nous autres, les vrais combattants du début, étions marginalés. Le CDP était devenu une scène de danse nocturne des hyènes !

    Découragés, nous avons compris que dans ce CDP des hyènes qu’on voyait, il fallait jouer au faux pour être récompensé, il fallait savoir mordre dans l’obscurité ton voisin tout en dansant avec lui, mais comme moi Yamyélé je ne sais pas jouer au faux ni calomnier nuitamment quelqu’un, j’ai rejoint tout doucement la terre où je gagne bien ma vie grâce à la magnanimité des populations d’un petit village du Burkina qui m’a offert hospitalité, gîte et couvert.

    - Donc comme Machiavel, je fus aigri politiquement, et j’en ai voulu à mort à certains vieux CDPistes que je jugeais coupables de ma déchéance politique. Mais contrairement à Machiavel, je n’ai pas été haut fonctionnaire du Roi et je n’ai pas attendu de connaitre la galère de la disgrâce avec la perte d’un emploi quelconque.

    C’est pourquoi comme Machiavel dans son livre ‘’Le Prince’’, moi aussi dans mes réactions dans le forum, quelques fois je me laisse entraîner par une forte prégnance de mon état d’âme blessé en politique.

    Par Kôrô Yamyélé

  • Félicitation monsieur le P M ! Merci de savoir déjà que la jeunesse doit occuper une place de choix dans votre nouvelle politique post-transition ! Puisse le Tout-PUISSANT t’accompagner dans la composition de ton gouvernement. Il faut des hommes et des femmes courageux(ses) pour réinstaurer l’autorité de l’Etat et faire cesser les réactions brutales et sauvages violant les règles de Droit. Ensuite il faut particulièrement des hommes et de femmes avisés(es) surtout dans les départements en charge de la Fonction publique, de l’enseignement supérieur, de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse. Ces départements ne sont pas les seuls départements du gouvernement qui recommandent des actions fortes. Mais ce sont les départements qui recommandent des actions urgents et vigoureuses et une synergie d’actions du fait de leur caractère transversal. En effet, pour le département de la Fonction Publique, le nouveau ministre doit avoir le courage de rétablir les statuts particuliers accordés à tords ou à raisons à une catégories de fonctionnaires parce qu’ils sont soient armés ou soit parce qu’ils avaient un ministre fort dans le gouvernement. Chaque fonctionnaire est particulier dans son domaine et contribue à sa manière à la réussite des emplois considérés comme particuliers. En exemple, sans une santé parfaite et une éducation sérieuses, ceux considérés comme particuliers seront à l’hôpital ou dans les rues ou en campagne et donc improductif." Dieu a horreur de la fausse balance". De la même manière la transition a reconnu l’injustice appliqué sur les fonctionnaires au détriment des contractuels, il faut que cesse cette particularisation des fonctionnaires, car les raisons ne manquent pas aux autres emplois pour obtenir leurs statuts particuliers. Concernant l’enseignement supérieur et l’éducation nationale, nul n’ignore le problème des infrastructures d’accueil et l’insuffisance du personnel enseignant et l’inadéquation entre la formation et l’emploi(d’où la révision des curricula). Quant à la question de la jeunesse, il faut plus d’actions pour les jeunes que les beaux discours. Pour ce faire, les conditions d’octroi de crédits pour le financement doivent être révisés en impliquant les collectivités et les services déconcentrés de la jeunesse, les mouvements et les associations de jeunesse dans tout le processus d’octroi surtout dans l’identification des bénéficiaires sérieux, responsables, travailleurs, consciencieux et acceptant le remboursement de ces fonds publics. Il faut également envisager la saisie des biens de ceux qui ont reçu les financements et qui refusent de rembourser en se disant que c’est l’argent de l’Etat.Il faut également envisager retenir à la source ces prêts comme le FONER , car plusieurs sont devenus des fonctionnaires.
    Cher P M, la tâche est immense et dure la situation présente du pays. Mais L’ETERNEL VEILLERA SUR TOI DANS LA COMPOSITION DE TON EQUIPE ET T’AIDERA A PRENDRE LES HOMMES ET LES FEMMES QU’IL FAUT ET NON DES BUREAUCRATES ET DES THEORICIENS ! BON VENT ET SUCCES DANS TES ENTREPRISES POUR LE BONHEUR DES BURKINABES ! modeste contribution d’un citoyen labda.

  • Discours digne d’un chef de parti et comme tel vs serez traites.En effet,Mr Thieba,vs parlez de"regime antipopulaire"de Blaise Compaore !ce regime est issu des urnes et donc emanation du peuple souverain 2010 et confirme en 2012 par les legislatives.Ce meme regime antipopulaire a ete faconne par votre actuel patron 25 ans durant.Vs convenez avec moi que 6 lunes ne font pas de l’homme un sujet nouveau.
    Conseil Mr Paul K Thieba,si vs vlez reussir quittez dans ca,le populisme n’a jamais produit des resultats.

  • Eau sante education formation emploi logement. et ensuite route et autres

  • Toutes nos félicitations au nouveau Premier Ministre, Son Excellence Paul Kaba Thiéba. Loin de le hanter ou de l’apeurer, celui ci nous a montré que l’esprit de l’insurrection et de la résistance du peuple Burkinabè devrait constituer sa boussole. Pour réussir sa mission combien noble et exigeante, il lui faudra :
    - désigner des citoyens plus technocrates que politiques dans son nouveau gouvernement
    - éviter des individus ayant un passif lourd avec le peuple Burkinabè malgré leur appartenance au MPP
    - faire un diagnostic sincère et réelle des préoccupations du peuple, surtout de sa frange la plus jeune et valide
    - prioriser les secteur sociaux tels que la santé, l’éducation et l’emploi des jeunes
    - lutter contre l’arrogance, la corruption, la gabegie et le népotisme dans notre administration publique
    - travailler à payer les dettes intérieures de l’État, surtout les arriérés de salaires et d’indemnités des fonctionnaires.
    - donner des subventions aux agriculteurs et éleveurs pour développer ces secteurs vitaux.
    Bon vent Excellence.

  • Bons vents Monsieur le PM. Eloignez-vous des politiciens politiciens. Quand Kadré Désiré est venu, il était tout nouveau dans l’échiquier politique. Il a mis du temps pour comprendre les coups-bas des politiciens politiciens qui étaien déjà en rangs de bataille chacun derrière son mentor. Vous devez faire une bonne analyse du passage de Kadré pour votre gouverne. Dans le gouvernement, vous saurez 1) ceux imposés par Salif, 2) ceux imposés par RMCK, 3) ceux imposés par Simon et 4) ceux imposés par les accords pour constituer la majorité parlementaire (soit 4 rangées) et éventuellement ceux que les RSS vous concéderont. Vous le constaterez dès les premières sessions du Conseil des ministres : les arguments sont bâtis d’avance et les interventions bien orchestrées.
    Vous pouvez vous affranchir un peu : négociez que pour chaque poste, il y ait plusieurs CV à défaut d’appel à candidature (comme pour les législatives) même si le temps presse. Pour les postes de DG, directeurs, exigez que les ministres fassent élaborer des plans de développement (au moins 10 ans) et fassent des appels à candidature. Les candidats sont nommés pour un mandat de 3 ans renouvelable une fois sans possibilité d’être révoqués par le Ministre sauf pour insuffisance de résultats.
    bonne chance.

  • Mr l’internaute 8(O.D) je pense que ton père est mieux placé pour répondre à ta question.

  • Toutes nos félicitations au nouveau Premier Ministre, Son Excellence Paul Kaba Thiéba. Loin de le hanter ou de l’apeurer, celui ci nous a montré que l’esprit de l’insurrection et de la résistance du peuple Burkinabè devrait constituer sa boussole. Pour réussir sa mission combien noble et exigeante, il lui faudra :
    - désigner des citoyens plus technocrates que politiques dans son nouveau gouvernement
    - éviter des individus ayant un passif lourd avec le peuple Burkinabè malgré leur appartenance au MPP
    - faire un diagnostic sincère et réelle des préoccupations du peuple, surtout de sa frange la plus jeune et valide
    - prioriser les secteur sociaux tels que la santé, l’éducation et l’emploi des jeunes
    - lutter contre l’arrogance, la corruption, la gabegie et le népotisme dans notre administration publique
    - travailler à payer les dettes intérieures de l’État, surtout les arriérés de salaires et d’indemnités des fonctionnaires.
    - donner des subventions aux agriculteurs et éleveurs pour développer ces secteurs vitaux.
    Bon vent Excellence.

  • bon vent a toi, mais si vous voulez réussir votre mission, faudra jamais laisser les gens faire de n’importe quoi d’autre croi que tout es permis maintenant sinon tu ne pourra pas gouverner faut taper !!! merci tonton .

  • Pour avoir pointé le doigt sur Paul Kaba Thiéba, le but du président Roch Kaboré était de récompenser les régions qui l’ont donné plus des voies : Les récompenses politiques se limitent aux postes. Qui dit poste de responsabilité, demande des qualifiés et des personnes capables de relever les défis et surtout de résoudre les attentes du peuple. C’est le cas de Salif Diallo et Paul Kaba Thiéba qui sont des régions non contesté par l’équipe du MPP. Les meetings de campagne présidentielle de Roch Kaboré de BOBO à OUAYOUGUYA l’ont prouvé. Sachiez que les nominations des cadres d’un premier gouvernement dont le président vient d’être élu, viennent du parti, mais aussi de la région dont les voies n’étaient pas à négligé, surtout si cette région a des cadres dont les qualités sont à prendre. C’est le cas de Salif Diallo de Ouayigouya, et Paul Kaba Thiéba né à BOBO et un des meilleurs cadres de notre pays . Roch Kaboré a été élu grâce à des voies venues de là ou on n’attendait pas. Maintenant refouillez les résultats de l’élection présidentiel du président Roch Kaboré par région, et oubliez vos ethnicités. Les remercîments d’un chef d’état à ses électeurs se passent ainsi. Arrêtez de vous tarauder pour les prochaines nominations : C’est ainsi, et partout à travers le monde, c’est humain, et diplomatique. Les cadres avec des CV lourds de toutes les régions et qui sont capables de relever le défi et les attentes du peuple seront consultés, qu’ils soient a l’intérieur du pays ou à l’extérieur me disait un des responsables du MPP, et ça sera le point fort de la politique de l’alternance politique de Roch Kaboré, qui veut que tout Burkinabé sans distinction d’ethnie soit dans le bain pour faire avancer le Burkina : Parmi eux nos hôtes des pays voisins ou ailleurs qui veulent donné leur pierre pour renforcer l’émergence du nouveau Burkina, seront de la partie. Ça s’appelle l’odeur d’une bonne gouvernance et Personnellement je suis partant pour cette politique qui n’oublie pas la jeunesse. A L’intervenant Henri no 5, voilà pourquoi les lenteurs du choix de son excellence le président Roch Kaboré, et peut être du premier ministre qui sera aussi long, ça s’appelle aussi, prendre du temps et faire bien. Je préfère cette option. Merci a mon frère le citoyen de me lire.

  • Internautenaute 21 ne comprend rien aux questions d’ideologie ;veux -tu qu’il fasse appelle au paysan des bas-de-falaises de sindou parce qu’on parle de la sociale- democratie, ?

  • Bonjour Mr le Premier Ministre,
    Mon problème ,je souhaiterais que vous faites l état des lieux de la transition et faire
    auditer tous les ministères y compris les sociétés d état existants.
    En suite la situation des crimes économiques ,pour récupérer l argent rapatrié.Bon courage.

  • D’acords avec yako

  • ON NE PEUT JUGER UN HOMME QU’APRÈS UN ACTE
    .MR KABA ALLONS MAINTENANT !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  • Je ne comprends pas la réaction de certains internautes qui semblent ne pas être en phase avec le Burkina Post-insurrectionnel. Pedant que certains remercie le PM, d’autres utilisent des qualificatifs du genre Excellence. Je me demande pourquoi ce traitement de faveur de ce Monsieur, une star qui est accueilli comme un Méssi. Le temps nous dira sur Rock a fait un bon choix, alors mes chères compatriotes l’heure n’est pas aux louanges prématurées mais à l’action. Ce Monsieur sera évaluer sur son bilan et rien d’autre.

  • Mon frère RV, économiste ne veut pas dire forcément banquier. C’est un technicien de l’économie et non un banquier. Restons cool, nous nous en sortirons car nous avons fait le plus dur en nous débarrassant du clan Compaoré et son système clanique va forcément disparaître. Quand le maître du chien s’en va, celui-ci ne peut que quitter la cour ou il meurt de faim.
    Soutenons le nouveau premier ministre parce que c’est très courageux de sa part d’avoir accepter une telle responsabilité surtout à cette période post-insurrectionnelle où les attentes des populations sont multiples et diverses.
    C’est un san, c’est un lutteur. Il ne demande que vos encouragements et il va terrasser tous ses adversaires que sont la pauvreté, le faible taux d’alphabétisation, la mal gouvernance, la corruption bref tous ces maux qui gangrènent notre société.
    Amicalement RV.

  • Koro yamyele j,ai tout compris merci pour cette explication . Cela se comprend, je M, excuse de t,avoir souvent attaqué quand tu t,en prenais au cdp que j,ai rejoint plus tard par conviction et j y suis toujours et pour de bon.

  • Mes chers forumistes, le MPP n’a rien de parti social-démocrate. Les premiers ministres dans les colonies françaises ont été et seront toujours imposés par les impérialistes et leurs valets locaux. L’objectifs est de protéger leurs intérêts égoïstes au détriment des masses laborieuses.

  • A lire le CV de ce monsieur je reste tranquille. Ah oui ! Je pense que le Roco a cherché et a trouvé. A l’écouter parler, on se rend compte que c’est quelqu’un qui pèse ses mots. il remue environ sept fois la langue dans la bouche avant de parler. Nul doute qu’il va travailler. Mais il revient à chacun de nous Burkinabè de l’accompagner, de lui faciliter la tâche. Il faut que chacun joue correctement son rôle. Si nous ne payons pas nos impôts, si nous brûlons les feux rouges, si nous allons en retard au travail, si nous contestons à tout vent sans comprendre, nous ne facilitons pas la tâche à son Excellence Monsieur le Premier Ministre Paul Kaba THIEBA (PKT). Nous nous sommes insurgés pour chasser Blaide Compaoré. Maintenant prouvons lui et à ses amis que nous avons eu raison.
    J’ai oui dire aussi que le village du PM serait vers Tougan. J’espère que ce n’est pas un S..., pardon, un Chameau ! Sinon il m’entendra tous les matins. N’gaw !

  • Internaute 4, qu’est-ce que tu mets dans le terme intellectuels ? Si nous ne sortons pas de la "diplômite" aiguë héritée du colonialisme français, nous allons encore plonger dans chaos. Imaginez un gouvernement Thiéba, constitué uniquement de docteurs en tout ce qu’on veut sous le prétexte que c’est le niveau de diplôme qui signifie l’intelligence. Si ce sont des personnes imbues de leur diplômes et de leurs fonctions sans tenir compte des réalités du pays, on est mal. Désormais, tout le monde grouille pour se faire appeler "docteur" au faso et malgré tous ces "docteurs" dont on dit que ce sont des têtes tellement pleines, le pays est dans la merde. Cela doit nous faire réfléchir à notre rapport aux diplômes et à la notion d’intellectuels. Il y a des non docteurs plus intelligents et surtout plus pragmatiques sur le terrain que bien des docteurs. Il fut un où tant qu’on avait pas étudié en Europe, on n’était pas perçu comme intellectuel même quand on était intelligent et productif sur le terrain. Ce genre de complexe là nous dé-servis en Afrique et plus encore chez nous. J’espère que Thiéba même s’il arrive de la BCEAO avec un CV à tout rompre, ne tombera pas dans ce piège là en ne recrutant que ses amis de la banque et de la finance.

  • Internaute 43, suis parfaitement d´accord avec vous ! Le Burkina regorge de plein de docteurs, sortis majors des universités européennes. Malgré tout, nous n´avons pas beaucoup avancé jusque là. Et cela est dû au fait que les données de bases dans notre pays sont fausses. Rien ne sert de former tout le monde dans la gestion des grandes entreprises si nous n´avons pas ce genre d´entreprises chez nous. Nous devons encourager le travail manuel. Accepter salir nos mains dans les garages et dans les champs. Les autres ont d´abord créé les entreprises en tant que techniciens, sans notions en gestions des entreprises. C´est quand les entreprises ont grandit que les universités ont commencé à former les économistes dont les entreprises avaient besoin. Nous ne devons pas copier le système des autres, mais essayer d´adapter l´école à nos besoins. Ce n´est pas parce que quelqu´un sait bien attacher une cravate que la personne peut produire et nourrir les autres. Pensons à cela.

  • Internaute 43, t’as rien compris au post de l’internaute n° 4. Personne ne peut vous aider car effectivement il faut un niveau intellectuel pour comprendre certaines choses. et visiblement, vous n’avez pas ce niveau même si vous n’êtes pas docteur. On n’a pas besoin d’être docteur pour être dirigeant de ce pays comme on n’a pas besoin de gens qui réfléchissent par leur derrière non plus, mais il faut des gens qui comprennent les intérêts du peuple. Si c’est ce que vous avez voulu dire, on s’est compris, sinon, dommage pour vous.

  • Les grands secrets pour sauver les BURKINABES

    ABOLIR LA SOUS TRAITANCE DES EMPLOIS AU BURKINA FASO

    REDEMARRER OU IMPLANTER DES GRANDES INDUSTRIES AGROALIMENTAIRES
    ( exemple BRAFASO, STFL DE LOUMBILA)

    METTRE EN PLACE UNE USINE DE TRANSFORMATION DU BEURRE DE KARITE ET UNE USINE COSMETIQUE à COTE

    UNE USINE DE LAITERIE ET BOUCHERIE MIEUX QUE L’ABATTOIR ACTUEL

    REDYNAMISER LA SONABEL ET L’ONEA

    METTRE EN PLACE L’ASSURANCE MALADIE UNIVERSELLE

    SUPPRIMER LE MONOPOLE DES PRODUITS

    SUPPRIMER LA TVA SUR LES PRETS BANQUAIRES DES SALARIES

    SUPRIMER LA TVA SUR LE CIMENT, LE MATERIEL DE CONSTRUCTION ET CERTAINS PRODUITS DE PREMIERES NECESSITE

    PLAFONNER LE PRIX DES PARCELLES

    LOTIR EN VUE DE FINIR AVEC TOUTES LES ZONES NON LOTIS DE OUAGADOUGOU ET SUPPRIMER L’EXISTANCE DE NOUVELLES ZONES NON LOTIS

    FAIRE LA VRAIE JUSTICE SANS AFFINITE

    METTRE DE LA RIGUEURE DANS LA FONCTION PUBLIQUE COMME ADO L’A FAIT EN RCI AVEC DES SANCTIONS LOURDES POUR LES FENIANTS

    MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI MERCI MRCI

  • c’est avec amertume que les patriotes ont appris cette nouvelle, à savoir que la france nous a imposé un premier ministre du nom de Paul Kaba Thieba. on croyait qu’on s’était échappé pour de bon de la tutelle française avec l’appui des américains pour l’élection de Roch et la défaite du candidat des français. hélas ils ne s’avouent pas vaincus, ils tiennent à placer un cheval de troie au sein du régime. ils échoueront encore comme à la tentative de putsch

  • Merci internaute 44 Nagiga-01, merci pour ta réponse à mon message (internaute 43) car nous nous sommes bien compris et j’apprécie beaucoup ton analyse. Par contre, je dis à l’internaute 45 que ce n’est pas la peine d’être méprisant et insultant surtout quand on n’a strictement rien pigé du propos qu’on commente. Internaute 45, je ne connais pas ton niveau d’études et tu ne connais pas le mien donc, respectons-nous. Justement, personne ne te dit qu’il faut être forcément docteur pour être capable de diriger le Burkina. Si tu es docteur en quelque chose, ce que je respecte, ça ne doit pas être en français, sinon, tu aurais compris la teneur de mon message. C’est sincère et sans rancune !
    Encore une fois, l’Afrique et particulièrement le Burkina, n’ont pas besoin d’une prolifération de ’’docteurs’’ dans tous les domaines, façonnés à l’occidental et ne comprenant pas grand- chose des difficultés profondes de leur pays, bureaucrates, inopérants et inefficaces sur le terrain. Il y en a de plus en plus dans les bureaux feutrés et climatisés et pourtant, le pays ne décolle pas. Au contraire, nous régressons et nos braves populations sont de moins en moins soignées, de moins en moins éduquées et toujours plus pauvres ! ’’Nos si grands intellectuels’’ ne voient pas ça depuis leur position privilégiée. Ils en sont trop loin et aussi parce que dans l’imaginaire des gens, la notion d’intellectuel n’est liée qu’à l’accumulation de diplômes. C’est cette espèce de clivage entre ces deux mondes qu’il est temps pour nous de briser si nous voulons réellement progresser.
    Le Burkina a besoin pour se développer, de toutes les composantes de sa population et notamment de personnes intelligentes et pragmatiques, tout simplement (docteurs ou pas docteurs...). Ils peuvent être ouvriers, artisans, agriculteurs, employés, cadres, commerçants... Peu importe. Pourvu qu’ils soient honnêtes, travailleurs et aient de bonnes idées pour le pays.
    Pour ma part, il n’est pas souhaitable que l’équipe de Mr Thiéba ne soit composée que d’économistes, de banquiers, de grands juristes bureaucrates et de cadres de la BCEAO car, ils resterons tous dans leur bulle en haut là-bas et ne comprendront jamais rien de nos problèmes d’ici-bas dont ils sont trop éloignés, y compris le président Rock lui-même !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés