Conseil national de la transition : 110 lois votées en une année

mardi 29 décembre 2015 à 00h13min

Le CNT (Conseil national de la transition) a clos ce lundi 28 décembre 2015, sa session parlementaire unique de l’année par trois activités essentielles : dépôt de gerbe de fleurs, baptême de la rue du CNT et cérémonie solennelle de clôture des activités qui a enregistré la présence du Premier ministre, Yacouba Isaac Zida et des présidents d’institutions. A l’heure du bilan, il est ressorti que les députés ont adopté au cours de l’année 110 lois, 33 résolutions et adressé 68 Questions au Gouvernement.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Conseil national de la transition : 110 lois votées en une année

Débutée le 22 décembre 2014, la mission du CNT est arrivée à termes. Pour marquer ce moment solennel, les députés ont organisé des activités dont le clou a été la cérémonie officielle de clôture de la session parlementaire unique. Durant ces treize mois, les représentants du peuple ont accompli les tâches dévolues aux députés : voter les lois, consentir l’impôt et contrôler l’action gouvernementale.
En termes de bilan, ce sont 110 lois qui ont été votées, 33 résolutions adoptées et 68 questions adressées au gouvernement. Une performance jamais égalée depuis 2007. « En comparaison avec les autres législatures, l’Assemblée nationale n’avait voté que 27 lois en 2007, 63 en 2008, 66 en 2009, 49 en 2010, 35 en 2011, 68 en 2012, 43 en 2013 et seulement 26 lois jusqu’à la plénière controversée du 30 octobre 2014 », a fait remarquer Chérif Sy, président du Conseil national de la transition. En plus de ces actions, le CNT a réalisé une enquête parlementaire sur les fraudes fiscales, les chèques impayés qui a permis de recouvrer plus de 4 milliards de francs CFA.

Un travail bien accompli

Au moment où s’achève leur mission au CNT, les députés de la transition ont affirmé leur satisfaction d’avoir bien accompli la tâche qui était la leur. « Retournons à nos mandants avec l’allégresse communicative du guerrier victorieux et l’opiniâtreté du conquérant permanent. Quittons-nous avec le ravissement partagé d’avoir mené le combat dans un camp ou dans l’autre dans la chaleur de nos commissions respectives avec des armes courtoises et du débat démocratique ; avec par-dessus tout la satisfaction ultime de tous. Nous avons appartenu, nous appartenons et nous appartiendrons à jamais au camp du peuple burkinabè qui mérite que tous ses fils et filles se sacrifient pour son bien-être », a indiqué Aboubacar Bouda, du Groupe parlementaire Alliance pour la république et la démocratie.
Profitant de l’occasion, M. Bouda a tenu à présenter ses excuses à ses collègues. « A l’heure des déchirements de la séparation, l’être humain est scellé par l’élan du pardon et de la tolérance, enterrons dans les dalles de la clémence, les souvenirs des offenses et des imprudences de paroles, des passes d’armes gagnées ou perdues, de nos défaites ou victoires salutaires ou funestes. Aussi, c’est avec humilité que le Groupe parlementaire Alliance pour la République et la démocratie demande la clémence à tous ceux à qui il n’a pu apporter satisfaction. Nous présentons nos excuses, à ceux contre qui, par mégarde sans doute, nous avons porté grief par actions, en parole ou par omission », a-t-il ajouté.

Le CNT, une famille

Durant leur passage au Conseil national de la transition, les députés ont appris à se connaitre, à travailler ensemble et souvent à faire front commun contre l’ennemi. « Cette session unique qui prend fin nous a permis de fonder une famille. Nous devons par conséquent travailler à préserver les liens car ensemble nous avons écrit une nouvelle page de notre histoire », a reconnu Hervé Ouattara, représentant le Groupe parlementaire OSC (Organisations de la société civile).
Selon le président du CAR, en achevant leur mission au CNT, les OSC seront sur d’autres chantiers. Ceux de la lutte pour une sauvegarde des réformes adoptées par le parlement de la transition. « Au moment où nous retournons à nos organisations respectives, nous prenons l’engagement de demeurer les sentinelles des principales réformes adoptées au CNT pour le renouveau de la démocratie au Burkina Faso. A cet effet, Saint Exupéry avait dit : « Celui-là qui veille modestement sur quelques moutons sous les étoiles, s’il prend conscience de son rôle, son rôle est plus qu’un serviteur. Il est une sentinelle et chaque sentinelle est responsable de tout l’empire », a-t-il ajouté.

Une réponse aux détracteurs des organes de la transition

Critiqué par certains pour avoir mal conduit le CNT, Chérif Sy, président de l’institution, a saisi l’occasion pour répondre à ses détracteurs et plus globalement à ceux de la transition. « Des Burkinabè ont cru bon de prédire une fin tragique à notre transition. Dans leur cas, prédire cette chose lamentable, c’est la souhaiter secrètement. Car il s’agissait bien de porter une « mauvaise bouche » à ce que nous avions entrepris. Et comme souhaiter, espérer ne suffit pas, ces gens ont passé le temps à être méchants envers la transition. La médisance dont les organes de la transition ont été accablés, n’est-ce pas tout simplement de la méchanceté ? Qui ne se souvient des vilénies colportées ici et là, à propos de la nouvelle loi portant nouveau Code électoral ? », a souligné le patron du désormais ex-CNT.
Pour marquer d’une pierre blanche la vie du CNT, une rue a été baptisée au nom de l’institution. C’est la voie menant au siège du CNT. Et un peu plus tôt dans la matinée, des représentants du CNT sont allés déposer une gerbe de fleurs sur le carré des martyrs de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et ceux du coup d’Etat manqué du 16 septembre 2015.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés