Accompagnement social des sinistrés de l’explosion de Larlé : Pour le gouvernement c’est fini ; « pas du tout », rétorque la CCVC

lundi 21 décembre 2015 à 23h17min

Plus d’une année après l’explosion de Larlé qui avait fait des victimes et de nombreux dégâts, le gouvernement a entrepris « d’accompagner socialement » les sinistrés. Des chèques ont été remis à 90 personnes ce 21 Décembre à Ouagadougou. Cela fait suite aux recommandations de la cellule post-crise installée le 17 août 2015. D’un montant total de 29 682 530 de FCFA, cet appui n’entame en rien la procédure judiciaire en cours, selon le ministre de l’action sociale pour qui le volet social, en ce qui concerne le gouvernement est clos. Pas du tout, rétorque le responsable de la CCVC de Baskuy qui tranche : « nous ne sommes pas satisfaits ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Accompagnement social des  sinistrés de l’explosion de Larlé : Pour le gouvernement c’est fini ; « pas du tout », rétorque la CCVC

Le 15 juillet 2014 dans la soirée, une partie du quartier Larlé à Ouagadougou était un champ de ruines. Une « étrange » explosion occasionnait des pertes en vies humaines et de nombreux dégâts matériels. Depuis, de nombreux ménages et commerçants qui ont tout perdu triment. Les actions sporadiques du gouvernement et de la communauté reportaient leurs problèmes, sans en trouver une solution durable.

Une année après le « drame », soit le 15 juillet 2015, l’Association des sinistrés soutenue par les membres de la Coalition contre la vie chère (CCVC) des arrondissements 1 et 2 de Ouagadougou ont marché sur le ministère de l’action sociale pour faire entendre leurs cris, en remettant une lettre qui résumait leurs préoccupations, à l’attention du président du Faso.

Un mois après, le 17 aout 2015, une cellule post- crise sur l’explosion de Larlé était installée, avec pour objectif d’identifier les problèmes consécutifs à ladite explosion et proposer au gouvernement des mesures d’accompagnement des sinistrés.

« Comme critère essentiel pour être bénéficiaire de l’accompagnement social, il fallait résider dans la zone de sécurité délimitée par la gendarmerie au moment de l’explosion ou dans ses abords. Ou encore, avoir exercé une activité économique dans ladite zone au moment de l’explosion », a précisé la ministre de l’action sociale et de la solidarité nationale, Nicole Angéline Zan.

Ainsi, 39 ménages et 51 sinistrés ont été retenus pour un « accompagnement social », pas pour un dédommagement, a insisté la ministre de l’action sociale.
-  Relogement : Le gouvernement donne l’équivalent de 20 tôles, une tonne et demie de ciment et des frais divers d’un montant total de 448 269 f CFA à chacun des 39 ménages répertoriés,

-  Familles endeuillées : Chacune des deux familles endeuillées reçoit 1 million de FCFA

-  Commerçants : Le gouvernement versera à chacun des commerçants répertoriés un montant de 200 000 F CFA.


« Nous ne sommes pas satisfaits »

Ces actions du gouvernement s’inspirent dans une certaine mesure de la plateforme remise par l’Association des sinistrés soutenue par les membres de la Coalition contre la vie chère (CCVC) des arrondissements 1 et 2 de Ouagadougou. Ladite plateforme exigeait :
-  le relogement des victimes sur le site de l’explosion dans des maisons reconstruites ;
-  le dédommagement des victimes qui ont perdu leurs biens ou dont les biens ont subi une dégradation du fait de l’explosion ;
-  la recherche active des véritables coupables de ce drame, leur sanction exemplaire et l’indemnisation des ayant-droits des victimes décédées ;
-  le remboursement des frais d’ordonnances et de scolarité péniblement honorés par les victimes ;
-  le point exhaustif des fruits de la chaine de solidarité qui s’est manifestée à l’égard des victimes et qui a été gérée par les services de l’action sociale et la mairie de l’arrondissement 2.

C’est donc au regard de cette plateforme que Djiebré Siméon, responsable de la CCVC de Baskuy estime que les réponses sont loin de ce que la plateforme exigeait. « Au regard de cela, nous ne sommes pas satisfaits », a-t-il dit. Alors que la ministre estime que les actions proposées par le gouvernement s’inspirent des conclusions « consensuelles » des travaux de la cellule, la CCVC soutient avoir participé aux travaux de la cellule, sans pouvoir peser dans ses décisions.
« Nous avons participé aux travaux de la cellule post-crise, mais nous n’étions que deux pour représenter les sinistrés, sur 17 membres. Notre parole ne pouvait pas porter et toutes les propositions que nous avons faites ont été vites recentrées sur l’accompagnement ».

Prenant ainsi le contre-pied de la ministre qui a estimé que la remise officielle des chèques marque « les dernières œuvres sociales du gouvernement de la transition à l’égard des victimes de l’explosion », Djiebré Siméon lui estime le contraire.

« Nous disons que le dossier n’est pas encore clos. C’est une partie des victimes qui a été accompagnée. On subit le même sinistre et c’est une partie des victimes qui est accompagnée ? Nous reviendrons sans doute au niveau de l’action sociale pour poser cette question ».

Quant à l’auteur de cette situation, le propriétaire des explosifs, à entendre la ministre Nicole Angéline Zan, il a été appréhendé par les services de sécurité, incarcéré à la MACO et la procédure judiciaire suit son cours. La cellule a quant à elle « recommandé l’accélération de la procédure judiciaire afin que les sinistrés soient dédommagés à la hauteur de leurs pertes ».

Tiga Cheick Sawadogo (tigacheick@hotmail.fr)
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés