Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

samedi 19 décembre 2015 à 11h14min

Jusqu’à leur échéance, Les Burkinabè tiennent aux organes de la transition comme à la prunelle de leurs yeux. Les généraux Diendéré, Bassolé, l’ex-RSP et leurs ouailles l’ont appris à leurs entiers dépens. Eux qui, après nombre de velléités, ont fini par franchir le Rubicon en décidant formellement et vainement d’y mettre fin le 16 septembre 2015.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le   plan B de la transition

En effet, l’avènement de ce régime, fruit de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, a coûté à ce peuple le prix le plus fort en sueur, en larmes et en sang de ses fils et filles. Mais les dirigeants de cet inter-règne savent plus que quiconque que cette confiance et la protection dont ils bénéficient ne sont pas synonymes d’un chèque en blanc. Au contraire, ils doivent constamment rendre compte à leur mandant souverain qu’est ce vaillant peuple du Burkina Faso. Les épisodes Sagnon à la Culture et Djiguemdé aux Infrastructures sont là pour le rappeler à toutes fins utiles.

Étant donné qu’en politique, peut-être plus qu’ailleurs, nul n’est parfait, le tandem Kafando-Zida s’achemine vers une sortie jugée globalement honorable. Cela dans la mesure où l’essentiel de leur agenda était, on le sait, d’offrir au pays des hommes intègres, de nouvelles autorités politiques en organisant des élections transparentes, justes et démocratiques. Ce qui est désormais chose faite.

Malheureusement, au regard des travaux des derniers conseils des ministres, l’on observe comme un air de dérapage. En effet, que peut-on dire d’autre en examinant, par exemple, les délibérations de leur séance du mercredi 9 décembre dernier. Ainsi, à moins de deux ou trois semaines environ de leur passation des charges avec l’équipe Kaboré, Michel Kafando et son équipe sont comme pris d’une boulimie gouvernementale en déphase avec leur fin de mandant : rien moins que 53 marchés y ont été attribués, trois ambassadeurs nommés, entre autres nombreuses promotions.

Notons que, curieusement, lesdits diplomates en chef ont été choisis parmi eux-mêmes ou leurs proches : le ministre des affaires étrangères et de l’intégration régionale promu en Suisse, son ancien secrétaire général nommé à l’ambassade stratégique de Bruxelles, tandis que le poste de chef de la mission diplomatique du Burkina au Danemark échoit tranquillement à la ministre déléguée chargée du budget. Comme quoi, ici, charité bien ordonnée commence et s’arrête à soi. On peut observer, en passant, comme des primes aux responsables qui ont le plus de problèmes avec leurs administrés pendant leurs présents mandats.

Au sortir d’un tel constat, sans préjuger de possibles autres décisions de ces gouvernants en fin de mission, l’on est plutôt animé d’une fâcheuse impression et de nombreux questionnements : ces gens semblent penser et agir sans tenir compte de l’avènement des nouvelles autorités élues au suffrage universel direct du peuple souverain.

Quand on sait par exemple qu’un ambassadeur, c’est le représentant personnel du chef de l’Etat mandant, on est pertinemment en droit de se demander en quoi ça urgeait tant d’imposer au président Roch Marc Christian Kaboré ses plus proches collaborateurs sur la scène internationale . Ne pouvait-on vraiment pas attendre que la nouvelle équipe vienne conclure, en dernier ressort, des attributions des marchés dont on lui impose pourtant le règlement de l’ardoise salée et le suivi de l’exécution de ces travaux ? Véritablement, les autorités de la transition auraient d’énormes difficultés à convaincre nombre de gens de leur bonne foi quant à l’extrême urgence des dossiers qu’ils ont ainsi dénoués. Des attributions et des promotions qui ont lieu seulement à quelques encablures de leurs adieux au peuple burkinabè.

En somme, on se demande quel incendie il y a en la demeure. En effet, à moins de vouloir en abuser, la continuité de l’administration ne devrait pas être seulement comprise dans le sens étriqué de tout décider, voire précipitamment et massivement, en lieu et place de ses successeurs et de leur refiler les patates chaudes à tout va, avec obligation de résultats sans murmures ni contestations. A notre humble avis, cette disposition administrative devrait aussi exprimer la confiance et l’aménagement d’espaces de décisions ultérieures pour les continuateurs de la mission d’Etat.

C’est de la sorte, avons-nous la faiblesse de penser, qu’on peut laisser à la nouvelle équipe, la latitude de prendre en compte leur idéologie et leur programme de gouvernement pour lesquels le peuple a jeté son dévolu sur eux et attend d’eux des résultats probants.

Certains observateurs sont tellement surpris par cette ultime boulimie gouvernementale de la transition finissante qu’ils n’hésitent pas à affirmer, de plus en plus ouvertement, que le président Kaboré serait non seulement au courant de ces actes, mais aussi qu’il a été associé. Ils prennent notamment pour preuve, le tête-à-tête qu’il y a eu, le mercredi 9 décembre 2015, entre lui et le président du Faso sortant. Ce à quoi des voix s’élèvent autour du nouveau chef de l’Etat pour démentir catégoriquement de telles allégations en martelant que : « Roch n’est mêlé ni de près, ni de lion à de telles prises de décisions ».
Fort heureusement, les autorités de la transition oublient peut-être qu’elles offrent elles-mêmes une porte de sortie à leurs successeurs.
En effet, il nous paraît opportun de se souvenir qu’en sa séance du mercredi 07 janvier 2015, le conseil des ministres a pris un décret important. Ce dernier porte « modalités de désignation et de révocation des Directeurs généraux des établissements publics, des sociétés d’Etat, des sociétés d’économie mixte à participation majoritaire de l’Etat, des fonds rattachés aux départements ministériels et des projets/programmes de la catégorie A. Ce décret habilite le Conseil des ministres à nommer et à révoquer directement, durant la période de la Transition, les directeurs généraux, sur proposition des ministres de tutelle technique, sans requérir l’avis des conseils d’administration ou du Comité interministériel de sélection des candidats. »

D’une part, comme on le voit, ce décret lève une restriction qui existait. S’il peut se justifier pleinement au regard des circonstances dans lesquelles il a été promu, il convient néanmoins de vérifier, à présent, qu’il n’y a pas eu, dans sa mise en œuvre, quelque dérapage grave çà ou là. C’est l’une des raisons qui peut militer à ce que le nouveau pouvoir puisse éventuellement envisager la prolongation de sa durée de vie afin d’apporter, où que de besoin, les correctifs nécessaires.

D’autre part, la mesure vient rappeler tout simplement toute l’actualité de cette pratique en vigueur dans l’administration centrale de tous les pays du monde selon laquelle le conseil des ministres reste souverain pour nommer ou décharger de ses missions tout agent de l’Etat.

Il s’ensuit de ce qui précède que la transition lègue, au pouvoir entrant, en même temps que quelques patates chaudes, un véritable boulevard pour mettre en œuvre sa politique managériale des agents de l’Etat. En somme, dès sa prise de service, le président élu du Faso et ses camarades doivent ouvrir l’œil et le bon. Cela leur permettrait de ne pas traîner comme des boulets aux pieds, une cohorte de canards boiteux nommés sur l’une ou l’autre des bases suivantes : l’amicalisme, le népotisme, le régionalisme, l’affairisme, confessionnels et/ou le canapé. Dès sa prise de fonction, le nouveau pouvoir doit rapporter ces nominations fantaisistes et inélégantes. Bref, sans sentimentalisme aucun, tous ceux-là qui ont bénéficié de promotion sur des bases étrangères à la compétence, au dynamisme au sens élevé de la responsabilité et d’une probité irréprochable en phase avec la soif de changement de gouvernance exigée par notre peuple, doivent pouvoir passer leur chemin, appelés à d’autres fonctions.

Il y va de la réussite du quinquennat présidentiel, lequel ne devrait pas pouvoir être contrarié dès son entame par des desseins inavoués parce qu’inavouables. En un mot, autant le régime entrant devrait tirer avantages des nombreux acquis de la transition, autant il devrait tirer toutes les conséquences face à ses éventuels passifs et autres dérapages.

Thomas Diabré
Etudiant en France (thomasdiabre@gmail.com)

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 décembre 2015 à 11:30, par trop fort
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Pourquoi tu nous précises étudiant en France ? c’est quoi le message ? on s’en branle de là où vous êtes. Écrivez vos articles, décrivez votre identité et votre fonction et puis c’est tout. "étudiant en France"... et puis on n’a qu’à faire quoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2015 à 11:54, par Sidpawalmdé
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Belle analyse. Cependant, Etudiant en France n’est pas du tout un titre ou qualification. Tu es dans quel domaine d’étude ? Ton niveau ? Bref ne nous emmerde pas avec la France parce qu’on s’en fou vraiment.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2015 à 11:58, par DE YAM
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Arrêtez ce disque. C’est peine perdue car l’argumentaire qui l’accompagne est tout simplement étroit et irrecevable.Si le Gouvernement a parjuré ou violé une loi, une disposition en la circonstance, que cela soit dénoncé et démontré plutôt que ces sentiments tout subjectifs qu’ on s’évertue à étaler inutilement.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2015 à 12:34, par Papa
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Depuis le debut de la transition je n’ai jamais apprecie’ certains actes qu’elle pose, on a l’impression que les autorites de la transition travaillent pour elles -meme que pour le peuple comme elles se reclament . On peut citer entre autre la promotion de Zida au grade de general de division alors qu’on pouvait lui decorer de la plus haute distingtion et, comme si ca suffisait pas voila qu’il est promis ambassadeur a wachington , des nominations en desordre a la veille de leur depart . Meme le nouveau president qui arrive ,j’ai des doutes.tellement je suis dechu . chers freres commencez a augmenter les trous de vos ceintures car le plus dur va commencer bientot.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2015 à 12:39, par Badisak
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Votre inquiétude a peut-être une justification quelque part, mais s’agissant des attributions de marchés et des nominations, on peut y avoir une autre lecture :
    - avec toutes les difficultés (irruption du RSP et séquestrations répétées membres du gouvernement en plein conseil, coup d’état manqué du 16 septembre) qui ont jalonné le parcourt de la Transition et toutes les conséquences y relatives, il me semble aisé de comprendre qu’un retard était inévitable pour la mise en route de certains projets. Les attributions tardives de marchés pourraient se justifier par ces difficultés ; aussi, il convient de savoir que dans le principe, on ne peut pas lancer un marché sans avoir boucler le budget y relatif. De ce point de vue, l’idée de passer une patate chaude aux nouveaux dirigeants ne tient pas forcement.
    - s’agissant des nominations qui se font en ce moment dans l’Administration, je partage votre point de vue quant-à l’opportunité ; mais s’agissant des ambassadeurs, cela me paraît difficile voire possible sans le consentement des nouveaux dirigeants.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2015 à 12:55
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    mon cher frère il n’ y a pas d’adieux ici nous somme tous burkinabé et nous le resterons quel qu’en soit celui qui est au pouvoir. c’est vous autre qui donne des mauvais conseils aux dirigeants. cordialement.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2015 à 13:15, par abdoul
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Une suite de vérité a Drabo. Je vous ai dit de ne pas vous en faire. Ces nominations resteront lettres mortes et bien de marchés conclus seront annulés. Et mieux est encore d’autres répondront devant la haute cour de justice. Comme vous l’avez si bien dit les promotions népotisme amicales clientélistes canapé confessionnel .....seront annulés.....sinon le Président Kabore aura du mal à mettre son programme.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2015 à 13:49, par Freeman de T
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    C’est une bonne analyse mon frère ! J’espère seulement que les bénéficiaires de ces décisions précipitées ne viendront pas nous chanter la vieille chanson de la "continuité de l’Etat" lorsque le Président Kaboré viendrait à les remettre en cause. Wait and see !
    Dieu bénisse le Burkina !

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2015 à 15:31
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Quand on a rien à dire,on la boucle.Parcequ’un nouveau président est élu,le Burkina Faso doit cesser de fonctionner en attendant que le zorro national soit installé.C’est à ne rien comprendre du fonctionnement d’un Etat.Sur les nominations,qu’est ce qui gêne ?Les autorités de la transition peuvent nommer qui ils veulent même au jour J de leur départ,c’est dans leur prérogatives.Si des nominations dérangent les nouvelles autorités,ils peuvent procéder à des remplacements à ça sera fait certainement.Alors pourquoi des esprits malsains,incultes passent leur temps à critiquer juste pour se faire plaisir ?Y’en a marre à la fin.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2015 à 16:39
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Mr thomas Diabre est ce que vous etes sur que ceux qui ont fait le lit de la gouvernance de blaise compaore ne feront pas pire que les transitaire ? On a refuser la rupture preparons nous a subir !

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2015 à 18:43, par abigail
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Par l’amicalisme, le népotisme, le régionalisme, l’affairisme, confessionnels et/ou le canapé !

    Pourquoi, mélanger confessionnels et/ou canapé et pas avec les autres ? Que voulez-vous écrire ou laisser lire entre les lignes ! On devrait tous faire un effort pour éviter de créer certaines confusions qui pourraient créer des précédents ! Vous aurez pu écrire par le système de promotion canapé ! Merci d’en tenir compte !

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2015 à 19:13, par RV
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    La première mesure de bon sens est un audit indépendant de tous les ministères de la transition. Sinon, c’est trahir la mémoire des martyrs.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2015 à 19:46, par siya Dja
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    C’est vraiment décevant de la part de la transition. Voilà qui montre que nous devons ouvrir l’œil et surtout le bon sur tout ceque Zida nous a apporté comme information durant cette Transition. Lui et son Gouvernement ont passé tout leur temps à se servir au lieu de travailler pour l’intérêt du peuple. On s’attribue des grades comme dans le Zaïre de Mouboutou ou La Centrafrique de Bokassa. Des décorations à n’en pas finir. C’est le nouveau président démocratiquement élu avec le peuple qui devaient vous reconnaitre ses mérites et non vous même.Quel désordre dans mon cher Faso. Le président Kafando oublie que c’est la pression du peuple qui a permis sa libération et celui de son premier Ministre et voilà comment il nous remercie. Cela sera encore plus décevant de la part du nouveau président si toute fois il ne prenait pas des mesures idoines pour rassurer ce peuple qui a placé sa confiance en lui pour revenir sur certaines nominations de complaisances et mettre les hommes qu’ils faut. Autrement dit cela confirmerait qu’il y a effectivement eu Deal avec la transition.
    J’ai foie comme beaucoup de Burkinabè que notre Rocco aime son peuple et qu’il placerait l’intérêt supérieur du pays au delà de tout.
    Vive SEM Roch M. Christian Kaboré !
    Vive le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2015 à 20:29, par et pourtantl
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Kafando a la justice. Pour trahison.On ne peut pas sacrifier des enfants enough leurs demandant de resister a des canons pour defendre une cause et puis contourner faire les memes betises que le regime passe. Allons pour une petition. Nul sera au dessus de la Lois.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2015 à 21:17
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Mon cher compatriote, ne soyez pas étonné pour ça. C’est nous qui avons dit que la transition doit bien balayer avant de partir. En d’autres termes, nous avons dit que les politiques ont d’autres considérations alors que la transition est neutre comme si le gouvernement qui venait ne sera pas élu par le même peuple. Comme si la transition est dirigée par des hommes apolitiques.Raison pour laquelle, beaucoup de lois ont été légiférées en si laps de temps.
    Donc, c’est une évidence qu’ils nomment des hommes honnêtes, intègres à des postes où le Burkina Faso sera bien représenté.

    Répondre à ce message

  • Le 19 décembre 2015 à 22:11, par gangoblo
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Bien dit mon frère . Le président Rick n’’est pas obligé de travailler avec ces "arrangés". Il y en a des nominés qui ne prendront pas service et seront remplacés. D’autres descendront de l’avion et devront remonter sur le second vol pour retour. Il en sera de même que les marchés passés et qui seront financés dans le budget 2016. Les hommes sont ce qu’ils sont, sinon comment comprendre qu’on ait déjà oublié les raisons de l’insurrection. Le président Rock lui sait ce qui l’attend au tournant. Il n’a pas été élu pour commettre les mêmes erreurs que ces prédécesseurs élus et non élus . Les hommes de la transition eux sont en fin de mandat d’où ces comportements non catholiques . Cela ressemble à de la méchanceté mais Dieu n’est pas yoroba.
    Que Dieu guide le président Rock vers le chemin qui mène au bien être du peuple qui l’a élu.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2015 à 09:05, par Le Citoyen.
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Je suis particulièrement fier de cet écrit. Son style, sa forme, son élégance et sa véracité.
    Félicitations à son auteur, ce qui prouve que la relève est assurée. Qui peut croire que ces nominations ont été faites par la transition dans le dos du nouvel élu à moins d’être daltonien. Monseigneur Paul OUÉDRAOGO nous a sagement instruit que la bonne gouvernance est celle qui se fait dans la vérité. Roch vient de louper la première marche.
    De ce point de vue, les critères de nomination que vous citez, seront le baromètre de référence pour constater la différence entre le MPP et le Cdp des Assimi et autres Yoda Alain et leur petit maître François COMPAORE.

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2015 à 12:00, par KONATE
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Très bonne analyse mon frère DIABRE, il faut même qu’on fasse le bilan de la transition, que les membres du gouvernement de la transition refasse la déclaration de leurs biens et que l’on puisse la comparer avec celle faite à leur entrée en fonction. Si le peuple burkinabè à dit non à Blaise COMPAORE et sa suite, c’est pour que plus jamais "la mauvaise gouvernance" n’ait droit de cité au BURKINA. Nous lançons un vibrant appel à son EXCELLENCE LE PRÉSIDENT KABORE d’écouter la voix de son peuple. Il n’y a aucune récompense à faire à tout ceux qui ont géré la transition, s’ils ont accepté conduire cette transition c’est au nom de la patrie et de l’amour qu’ils ont pour ce pays, ils n’y ont pas été contraint à ce je pense. S’ils vous plaît Hommes de la transition, restez toujours des hommes intègres qui pourront marcher la tête haute dans le pays des HOMMES INTÈGRES. Nous croisons nos bras et nous attendons les nouvelles autorités "au pied du mur". QU’ALLAH LE TOUT PUISSANT les guide et les éclaire sur le bon chemin celui qui mène au développement de notre beau pays. A bon entendeur, bonne chance !

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2015 à 18:00, par le vrai General
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Merci M.Diabre pour cette analyse,tant en phase avec 99%des burkinabè.il faut que le président Roch fasse un curage total en élevant toutes ces personnes nommées pendant la transition car c’est des nominations de copain, frère en Christ, et de neveux. ..et j’en passse, et ce qu’ révolte le peuple est qu’il est sorti combatre pour un idéal mais malheureusement beaucoup de nos ministres et directeurs de société n’ont toujours pas compris, ceux pourquoi les insurgés ont chassé Blaise, in fine, pour que nos martyrs reposent véritablement en paix il faut sans délai dégager toutes ces personnes nommées par complaisance,parution est ami du Premier ministre ou parc que on est protestant. Sinon l’insurrection n’aurait servi à rien, sinon que le pousse toi pour que je vole aussi

    Répondre à ce message

  • Le 20 décembre 2015 à 22:34, par kougri
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    moi je suis pas d’accord dês.mon ami frere lointain tu avait fini ton analyse en disant que charité bien ordonne commence par soi-meme.tu croit que burkinabé est jaloux ou aigri.non apres le travail bien fait on se felicite on mange on boi jusqu’a sieté dans la gaite.ensemble ils ont depose une pierre solide ils ont semé .il fo qu’il soit dans les acoté pour veiller au grain .tu te trompe dans ton analyse en disant que le nouveau presi aura des difficulté.non ce n’est pas un presi d’un groupe mais pour tout les burkinabés donc peut compose avec des burkinabes apte.pourquoi pas mba michel conseiller du rocco.mon frere fo pas divise pour mieux...!france !!?cordialement

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2015 à 00:31, par Le Monarque
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Juste un coucou à Trop c’est trop pour son coup de gueule.

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2015 à 08:58, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    ’’...sans sentimentalisme aucun, tous ceux-là qui ont bénéficié de promotion sur des bases étrangères à la compétence, au dynamisme au sens élevé de la responsabilité et d’une probité irréprochable en phase avec la soif de changement de gouvernance exigée par notre peuple, doivent pouvoir passer leur chemin, appelés à d’autres fonctions’’.

    - DIABRÉ, félicitation pour cette proposition ! ROCK doit remettre en cause ces nominations fantaisistes comme celle de la Ministre du Budget comme ambassadrice ou encore celui-là qui s’est mal illustré dans son MAE qu’on envoi comme ambasadeur car ami à M’Bâ Michel.

    Je vous ai toujours dit que ZIDA et son groupuscule d’amis font trop de pression sur le ’’Vieux’’ !

    - ROCK doit remettre en cause toutes ces fantaisies pour avoir l’onction du peuple dès le départ !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2015 à 09:01, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    - TROP FORT (internaute 1) vraiment tu es trop jaloux ! Va aussi en France si t’en a la capacité ! A bas les jaloux de ton espèce. Jaloux et envieux !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2015 à 09:08, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    - ABIGAIL (Internaute 11) tu fais semblant ou bien tu veux provoquer les gens ? Il a parlé de ’’nominations confessionnelles’’ !! Tu n’étais pas là au départ quand ZIDA inondait tous les postes de ses confrères de religion protestante ? Il a fallu un tolé général pour qu’il y mette fin ! As-tu déjà oublié cette épisode ? Est-ce que dans autres religions il n’y a pas des gens capables pour que ZIDA agisse ainsi ? Il a failli transformer le Faso entier en Temple géant !

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 21 décembre 2015 à 17:18
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Analyse pertinente Mr. Merci beaucoup.

    Pour ceux qui sont dérangés par l’ajout de "Etudiant en France", vraiment je ne les comprends pas. En quoi cela pourrait-il déranger ? C’est comme ses nom, prénom ainsi que son adresse électronique qu’il a bien voulu mentionner. Mais s’il est étudiant en France et il le dit, il n’a pas menti. Où est le problème ? Peut être que s’il était à l’université de Bobo, cela passerait inaperçu ; ou bien que vous auriez mieux aimé et accepté...

    Répondre à ce message

  • Le 22 décembre 2015 à 19:05
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Regardons la vérité en face ; sans l’accompagnement de la transition le MPP ne serait pas au pouvoir donc ne vous faites pas d’illusion pour une remise en cause des actes posés par la transition.

    Répondre à ce message

  • Le 27 décembre 2015 à 10:21, par BAOH Aidara
    En réponse à : Attributions de marchés et nominations tous azimuts : Le plan B de la transition

    Belle analyse ; je comprends maintenant pourquoi l’investiture du président élu à été remise 2 semaines après la proclamation des résultats définitifs, alors qu’elle aurait même pu être faite le lendemain de cette proclamation définitive ; les autorités de la transitions ont terni leur image par ses dernières nominations ! mais comme le président Roch aura la latitude d’y remédier, nous espérons en son sage jugement !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés