Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Le succès c’est d’aller d’échec en échec sans perdre son enthousiasme» Winston Churchill

Bobo-Dioulasso : Un concours chorégraphique Solo pour booster les talents

Accueil > Actualités > Culture • • vendredi 18 décembre 2015 à 03h02min
Bobo-Dioulasso : Un concours chorégraphique Solo pour booster les talents

La première édition du concours chorégraphique solo de Bobo-Dioulasso, dénommé « Simply the best » ou « simplement le meilleur » se tiendra les 22 et 23 décembre 2015 dans la ville de Sya. Organisé par « ANKATA », laboratoire international de recherche, de création et de production des arts de la scène, ce concours entend booster le talent chorégraphique des artistes. L’information a été rendue publique le mercredi 16 décembre 2015 à Bobo-Dioulasso lors d’une conférence de presse.

Apporter des réponses « concrètes » aux problématiques touchant le secteur de la danse contemporaine marqué par la faible structuration, l’étroitesse du marché, le manque d’opportunités et d’ouverture ; c’est dans cette vision que « ANKATA » initie ce concours.
ANKATA entend créer une forte émulation chez les jeunes créateurs, célébrer l’excellence et la créativité et, finalement, leur offrir un espace d’expression et une ouverture sur le monde. « A travers ce concours, nous voulons mettre les meilleurs chorégraphes sous les feux des projecteurs afin de leur donner un coup de pouce pour démarrer leur carrière », a signifié Serge Aimé Coulibaly, chorégraphe et initiateur du concours. Insistant sur le fait que l’idée de ce concours est de stimuler la créativité pour booster le talent chorégraphique des artistes, il estime qu’il est opportun de mettre en valeur les arts d’Afrique et de leur redonner toute leur place et ce, à travers un concours fait par les artistes africains.
Pour la phase finale de cette première édition qui se tiendra les 22 et 23 décembre 2015 à Bobo-Dioulasso, cinq artistes chorégraphes burkinabè tenteront de convaincre le jury « pluridisciplinaire ». Mais auparavant, l’appel à candidature, clôturé le 20 novembre 2015, a permis selon l’initiateur du concours, de recevoir une quinzaine de dossiers parmi lesquels les cinq finalistes ont été sélectionnés sur un certain nombre de critères. Ce sont donc ces cinq finalistes qui vont convoiter la première place. « Pendant ces deux jours, ces cinq finalistes présenteront leurs spectacles devant un jury pluridisciplinaire » a-t-il confié.
Cette première édition ne concerne que les chorégraphes burkinabè. La deuxième prendra en compte ceux de l’Afrique de l’Ouest et plus tard, elle sera ouverte à tous les pays africains, puis au monde. « Pour la première édition, nous avons uniquement ciblé les artistes burkinabè. En 2016, nous allons l’étendre à l’Afrique de l’ouest et à partir de 2017 à toute l’Afrique », précise Serge Aimé Coulibaly.
Parallèlement à la compétition, ANKATA entend convier les différents créateurs et les professionnels des arts le 22 décembre 2015 autour d’une table ronde pour réfléchir sur le thème : « Quels types de créateurs pour le 21ème cycle ? ». Conformément à l’idée qui sous-tend l’organisation de ce concours, les deux premiers lauréats bénéficieront de nombreux prix dont des résidences de création et une participation à des festivals internationaux.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Festival Basga de Zorgho et organisateurs d’événement : Une convention pour mieux promouvoir la musique burkinabè
Musique : Toksa, le rappeur dont le flow va s’exporter en France
Poésie : L’enseignant Rassomane Savadogo dénonce l’exploitation minière avec des proses
Humour burkinabè : Il est temps d’arrêter la perversité et la mendicité
Watiti Watoma : L’artiste congolais qui veut conquérir le cœur des mélomanes burkinabè
Conte et éducation des enfants : « Le conte est incontournable pour la structuration de la vie de l’enfant », enseigne Kientéga P. Gérard dit KPG
Prix Goncourt des Lycéens et Prix Orange du Livre en Afrique : Critiques sur le sacre de Djaili Amadou Amal
Festival international de Danse de Ouagadougou (FIDO) : La 9e édition aura lieu du 23 au 30 janvier 2021
Culture du niébé au Burkina : Des chercheurs publient un livre sur sa progression des cinquante dernières années
Littérature : "Toute Chose est belle en son temps" une oeuvre de Ranipoma Bernard Zoungrana
Dans les griffes d’un vrai malade : Une nouvelle de Daniel GUIRE et SANON Anselme
Musique : L’artiste Amidos le mannequin dédicace son nouveau clip « Waguess Burkina »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2021 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés