Lutte contre la corruption : Des acteurs pour la préservation et le renforcement des acquis

mercredi 9 décembre 2015 à 23h22min

Le président de la transition Michel Kafando a présidé, ce mercredi 9 décembre 2015 à Ouagadougou, la cérémonie commémorative de la journée internationale de la lutte contre la corruption. Au Burkina Faso, l’événement qui est célébré sous le thème « Engageons-nous pour l’application effective de la loi anti-corruption », a rassemblé plusieurs membres du gouvernement, des présidents d’institutions, des représentants de partis politiques et des acteurs de la société civile.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Lutte contre la corruption : Des acteurs pour la préservation et le renforcement des acquis

« La corruption est une gangrène qui mine le tissu social, il dépersonnalise aussi bien le corrupteur que le corrompu », dixit Michel Kafando. C’est fort de ce triste constat que la transition burkinabè a décidé de démanteler les remparts du fléau à travers l’adoption, le 3 mars dernier, de la loi 004-2015/CNT portant prévention et répression de la corruption. Fruit d’un long processus enclenché depuis 2011 par le Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC) et ses partenaires, cette loi est aujourd’hui au cœur de la journée internationale de la lutte contre la corruption célébrée chaque 9 décembre. Tous les acteurs veulent à présent son « application effective ». D’où le message commun de l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE-LC), le Programme des Nations-Unies pour le développement (PNUD), le Réseau national de lutte anti6 corruption (REN-LAC) et le Réseau africain des journalistes pour l’intégrité et la transparence (RAJIT), délivré à tous les acteurs, notamment les gouvernants.

Un quartet s’engage contre le fléau
Dans ce message lu par Claude Wetta, secrétaire exécutif du REN-LAC, les quatre acteurs ont appelé les nouvelles autorités « légales et légitimes du Burkina Faso » à une « réelle et sincère volonté politique » pour combattre la corruption. Tout en souhaitant que les « acquis » de la Transition soient préservés et renforcés, le quartet dit attendre que les autorités donnent « l’exemple d’intégrité » en déclarant leurs patrimoines en fin ou en début de fonction selon qu’ils soient de la transition ou de la nouvelle équipe dirigeante.

L’ « exemplarité des gouvernants », la stratégie de lutte
Pour ce qui est du Dr Luc Marius Ibriga, Contrôleur général de l’ASCE-LC, il estime que la corruption est un redoutable fléau, un crime grave qui « affaiblit le système éducatif et le système de santé, mine la démocratie, exacerbe les inégalités et l’injustice en pervertissant l’Etat de droit et permet à la criminalité organisée et au terrorisme de s’épanouir ». Dans son discours, il fait remarquer que « si la lutte contre la corruption est l’affaire de tous, elle doit avoir comme principale stratégie l’exemplarité des gouvernants  ». Et cette exemplarité nécessite, selon le « commandant » de l’ASCE-LC, que les acteurs clés de la lutte contre la corruption soient dotés « des ressources financières, humaines, matérielles suffisantes et qu’ils aient une formation régulière et actualisée ».

A propos de la loi, le Dr Ibriga pense qu’ « il est impérieux que par notre attitude nous démentions l’idée selon laquelle, le Burkina Faso est passé maître dans l’élaboration de nouveaux textes qui malheureusement ne sont pas suivis ». Aussi a-t- il appelé les gouvernants, au premier chef, à mettre fin au « verbe abondant extérieurement généreux » et à passer à l’action avec l’application effective de ladite loi. Ainsi, le Burkina Faso qui avait été évincé par le Sénégal à la tête des pays les moins corrompus de l’UEMOA, retrouvera sa première place.
Le président Michel Kafando espère, lui aussi, que ceux qui succèderont à la transition suivront « la ligne tracée » par elle et prendront les mesures nécessaires pour combattre la corruption sous toutes ses formes.

En rappel, le REN-LAC tient depuis le 1er décembre 2015 la 10e édition des journées nationales du refus de la corruption (JNRC). Dans ce cadre, un panel sur le thème « Loi anti-corruption : Contenu et rôle des acteurs pour sa mise en œuvre » a été animé à l’issue de la cérémonie.

Herman Frédéric BASSOLE
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 10 décembre 2015 à 04:30
    En réponse à : Lutte contre la corruption : Des acteurs pour la préservation et le renforcement des acquis

    Arretez votre comedie , vous etes tous corrompus , qu’est ce qui explique les nominations d’ambassadeur aujourd’hui en conseil de ministre , dites moi si ce n’est pas de la corruption . Vous etes tous les memes ,. President , PM, et autres .

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 06:22, par gangoblo
    En réponse à : Lutte contre la corruption : Des acteurs pour la préservation et le renforcement des acquis

    Cessons de jouer à l’hypocrisie, gouvernants comme gouvernés . Il est vrai que la corruption existe dans tous les pays mais quand cela est connu , il y a des sanctions dans certains pays . En Afrique , ceux là qui crient haut et fort et qui devraient faire appliquer les textes de loi sur la corruption, sont les plus corrompus. Quand on se fait un projet au delà de ses moyens c’est qu’on compte sur autre chose et non sur son salaire. Quand un fonctionnaire construit des duplexes, d’où sort il l’argent ? Combien de fonctionnaires toutes catégories confondues ont des immeubles et sont multis millionnaires pour ne pas dire milliardaires . Hypocrisie et égoïsme des dirigeants et aussi de certaines organisations de la société civile. Ce sont les paysans qui s’appauvrissent chaque jour que Dieu fait et leurs enfants sont obligés de mettre fin très tôt à leurs études ou de se battre comme des diables pour réussir . Qu’on crée les textes de loi et qu’on les applique sans distinction et on verra les résultats . Méchanceté, hypocridie et égoïsme des hommes . Mais Dieu voit et agira .

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 06:29, par Yiriba
    En réponse à : Lutte contre la corruption : Des acteurs pour la préservation et le renforcement des acquis

    Espérons que les nouveaux gouvernants vont prendre le temps de former les nouveaux et anciens politiciens également sur la bonne gouvernance publique. Avant de laisser les personnes élues commettre des erreurs, et souvent involontairement, il faudrait leur donner les moyens et outils de comprendre par une formation appropriée ce que c’est que l’éthique, les valeurs de représentant d’état, la responsabilisation, la responsabilité , l’imputabilité, les conflits d’intérêts, gérance axée sur les résultats et transparence dans la gestion financière, le rendement, le bon exemple, le leadership, la compétence, etc.... Tout ceci peut paraitre complexe mais si on est engagé, c’est des principes simples qui s’apprennent vite et bien qu’il faut répéter aux élus. Ils vont se faire prendre au filet à ignorer ces principes, puisque nos pays ne seront plus gérés en républiques de bananes. Du côté du peuple les attentes sont élevées envers les élus, et l’impatience pour des résultats est grandissante. La corruption sera le premier ennemie pour les gouvernants avec des possibilités de poursuite après mandat. Bonne chance à tous les élus.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 07:15, par maenm
    En réponse à : Lutte contre la corruption : Des acteurs pour la préservation et le renforcement des acquis

    Pour une lutte efficace contre la corruption, il existe plusieurs angles d’attaques dont le volet éducatif n’est pas le moindre. Un volet enseigné de manière continue et sur plusieurs génération. Je voudrais cependant attirer l’attention sur la pénalisation et à mon sens la relative faiblesse des peines encourues alors même que ces comportements sont au moins aussi criminels que les trafics de stupéfiants. En terme de crime systémique, de massacre par privation de ressources d’une partie de la population.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 13:50, par Lavie
    En réponse à : Lutte contre la corruption : Des acteurs pour la préservation et le renforcement des acquis

    Bonjour à tous

    Il n’y a pas de remède contre la corruption. Cependant, certaines dispositions peuvent être prise pour le minimiser ou freiner son évolution. Parmi celles-ce, il faut retenir le contrôle interne : "Ensemble des mesures mises en oeuvre pour maîtriser les risques et assurer l’atteinte des résultats".
    La gouvernance de notre pays est gravement malade d’absence de mesures de sécurité ’’ faiblesse de la bancarisation, secteur informel etc’’. La manipulation des espèces doublée par l’absence de la comptabilité effacent la traçabilité des transactions financières et couvre les actes de corruption. Ensuite, il convient de corriger la naïveté de nos principes de gestion. Nous cherchons à longueur de journée, comme le prêtre, le pasteur ou l’imam, l’homme vertueux ou l’entreprise citoyenne en lieu et place de la mise en oeuvre des actions obligeant au respect des règles. Enfin, l’IMPUNITE qui n’est plus à commentée.

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 14:42
    En réponse à : Lutte contre la corruption : Des acteurs pour la préservation et le renforcement des acquis

    gare à celui qui va mettre fin à la corruption ! Qui n’aime pas le favoritisme ? On flatte le peuple et en bas on se sucre ! j’ai voté MPP pour qu’il y ait la continuité sinon je choisirais Zeph ! c’est pareil pour les 53 % ! felicitation à l’UNIR/PS pour avoir ouvert l’oeil ! on vous flatte Opposition opposition pendant ce temps les autres se regalent ! avec cette alliance certains de vos militants gouteront un peu le beurre ! Benewendé a tant risqué sa vie lors de l’insurrection pour se retrouver avec ce resultat pathétique !

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 17:02, par dieu merci
    En réponse à : Lutte contre la corruption : Des acteurs pour la préservation et le renforcement des acquis

    c’est dieu seul qui peut sauver le Burkina Faso. La complaisance dans l’attribution des marchés et dans le paiement des fournisseurs est devenu le sport favori dans certains hôpitaux du Burkina Faso. Pour des petits sous on est près à vendre son âme au diable et le bon sens fout le camp. Il est grand temps pour les nouvelles autorités de prendre leur responsabilité car tout est pourri !!!!!!!!! :

    Répondre à ce message

  • Le 10 décembre 2015 à 18:19, par Jeunedame seret
    En réponse à : Lutte contre la corruption : Des acteurs pour la préservation et le renforcement des acquis

    Ce sont les mêmes qui ont lutté pour l’indulgence de la justice lors des procès de fraude aux concours ; et le MPP est déjà prêt pour gérer autrement le statut de ses membres de taille. JOURNÉE DE DANSE POUR LA CORRUPTION. bonne cérémonie.

    Répondre à ce message

  • Le 11 décembre 2015 à 11:44, par elzaza
    En réponse à : Lutte contre la corruption : Des acteurs pour la préservation et le renforcement des acquis

    La corruption est un phénomène qu’on ne peut pas éradiquer tant que nos autorités ne veuillent pas sur les premiers responsables dans nos administrations. En fait le poisson pourri toujours par la tête tant que les soi disant responsables s’adonnent à cette pratique ça sera dur de l’éradiquer parce que les autres agents disent toujours qui est bête.... chose que personne n’ose déclarer ou dénoncer. En plus il y a le favoritisme de certains agents dans les services qui fait que d’autre se donne à cette pratique.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés