Attentat par ci attentat par là : Et si l’option militaire n’était pas la solution idoine

mercredi 2 décembre 2015 à 19h11min

En visite au Kenya en ce mois de novembre 2015, le pape François a affirmé, au cours de son séjour, que Dieu ne devrait jamais être utilisé pour justifier la haine et la violence. La première autorité spirituelle de l’Eglise famille déplorait ainsi « la radicalisation de nombreux jeunes au nom de la religion pour semer la discorde et la peur ». En effet tout se passe comme si le monde dans lequel nous vivons semble être devenu fou depuis quelques semaines. Et aucun continent n’est véritablement épargné par la violence.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Attentat par ci attentat par là : Et si l’option militaire n’était pas la solution idoine

Du côté des States, de façon récurrente, si ce n’est pas un flic qui tire sur du « négro » c’est un ancien élève qui canarde ses camarades. En Europe et en Afrique ce sont de jeunes gens qui s’en prennent, au péril de leur propre vie, à leurs compatriotes, sans motifs politiques véritables.
Des attentats au bilan macabre très élevé. Jugeons-en ! « Le 4 novembre, à El-Arish, en Égypte, un attentat au camion piégé a tué 4 policiers et fait plusieurs blessés. Le 12, un kamikaze a tué 43 personnes à Beyrouth. Le 13, 26 morts à Bagdad. Les 17 et 18, à Yola puis à Kano, au Nigeria, 47 personnes ont perdu la vie », selon Jeune Afrique du 23 novembre 2015. L’on pourrait y adjoindre les quatre femmes qui déclenchent leurs bombes à Fotokol (Cameroun), le 22 novembre. Bilan : 10 morts. Il y a aussi les 13 morts et 20 blessés de Tunis, le 24 novembre notamment des militaires chargés de protéger le Président de la république.
Selon toujours Jeune Afrique du 30 novembre « dans la seule bande sahélienne, l’activité des groupes islamistes radicaux a entraîné le déplacement de 3,5 millions de réfugiés et la mort de près de 20 000 civils (dont 60 % pour le seul Nigeria), et pas moins de dix capitales du continent ont été, ces dernières années, la cible de prises d’otages et d’attentats meurtriers : Tunis, Tripoli, Bamako, Abuja, N’Djamena, Niamey, Kampala, Nairobi, Djibouti, Mogadiscio… »
Quand on écoute notamment les terroristes qui se sont illustrés ces dernières semaines tant à Paris qu’à Bamako, avant d’ouvrir le feu ils font référence à la religion musulmane. En réalité il ne s’agit que d’un djihadisme douteux, étant entendu que les exégètes de la foi islamique ont condamné les attentats de Paris et de Bamako.
Cette escalade de l’insécurité, qui ne met aucun pays à l’abri a contraint les chefs d’Etat de cinq pays de la zone sahélienne regroupés sous l’appellation G5 (Burkina Faso, Mauritanie, Niger, Mali, Tchad), à se retrouver urgemment à N’Djamena au Tchad. Cette rencontre au sommet intervient après le conclave de leurs chefs d’Etat major généraux des Armées qui ont choisi Ouagadougou en octobre dernier, pour se pencher sur la question de l’insécurité qui menace cette partie du continent.
La rencontre des chefs d’Etat du G5 a abouti, comme on le sait, à la création d’une école régionale de guerre du G5 Sahel en République islamique de Mauritanie qui entrera en fonction dès 2016, d’une force conjointe de patrouilles… Les autres décisions des chefs d’Etat portent essentiellement sur des aspects plutôt économiques et de développement. Il s’agit notamment de la création d’une compagnie aérienne, la construction d’un chemin de fer, la lutte contre le chômage et la migration des jeunes, la mobilisation des ressources financières auprès des PTF…
En réalité ce sont les ambitions socioéconomiques et de développement de nos chefs d’Etat qui constitueraient à notre avis le véritable rempart contre cet intégrisme de mauvais aloi. En effet l’insécurité au fil des années ne sera plus seulement d’ordre terroriste et téléguidée de l’extérieur mais serait liée à des motivations de politique intérieure de nos Etats.
Tenez, dans ce G5, en dehors du président Michel Kafando du Burkina Faso dont la volonté de s’en aller à la fin de son contrat avec son peuple, d’ici à la fin de l’année ne souffre d’aucun doute, les autres membres du quinté ont chacun leur péché mignon qui risque d’être source d’insécurité. Le président IBK du Mali a son boulet de barbus et d’hommes en bleu qu’il traine avec en sus une bonne partie de son pays hors de son autorité. Le Nigérien Mahamadou Issoufou vient d’embastiller après une quasi-exfiltration son principal opposant, Mahamane Ousmane, à son retour d’exil volontaire de France pour une affaire d’enfants achetés au Nigéria. Mohamed Ould Abdel Aziz de Mauritanie qui avait promis gérer juste une transition vient de se faire réélire pour un second mandat non sans avoir muselé dans les règles de l’art son opposition et les leaders de la lutte négro-mauritanienne. C’est dire que les expériences douloureuses d’ailleurs doivent servir dès à présent de matière à réflexion pour ne pas commettre les mêmes erreurs, fautes ou négligences. Le Burundi en est un exemple. Nombre de spécialistes qui se sont exprimés consécutivement aux attentats de Paris expliquent que la plupart des kamikazes non seulement étaient bien connus des services de sécurité, mais surtout ce sont des jeunes qui n’ont pas réussi à l’école, sont au chômage… Le reste n’était plus qu’une affaire de maitre à penser et d’un lavage de cerveau.
Le fait que l’un des kamikazes parisiens ne se serait pas fait exploser (sa ceinture ayant été retrouvée) prouve si besoin en était qu’il aime la vie, que ce n’est pas un « fou de Dieu ». Sa volonté initiale de se faire exploser ne serait donc que l’option d’un désespéré qui pensait sans doute par cet acte en finir avec cette société qui lui en veut particulièrement en lui bouchant toutes les issues.
Jusqu’où cette guerre asymétrique de la jeunesse pourra-t-elle nous conduire quand on sait que les spécialistes des questions démographiques affirment que d’ici à 2050 nous passerons de 7 à 10 milliards d’êtres humains sur la planète terre. La réflexion prospective doit être menée dès à présent sur la problématique de la jeunesse et de ses perspectives, en Afrique notamment. Car la seule option militaire ne pourrait constituer la solution idoine contre le terrorisme.
La jeunesse africaine, la grande majorité de la population est de plus en plus informée, instruite et désespérée. Une telle jeunesse constitue un terreau fertile soit pour des politiciens à la petite semaine experts en manipulation et récupération soit pour des schizophrènes prétendant être investis d’un messianisme de type « nouveau réveil. »
L’exemple du Président Lula Da Silva du Brésil, qui a su apporter les fruits de la croissance économique dans les favelas des mégapoles de son pays doit inspirer ceux qui nous gouvernent. Notre avenir réside en bien comme en mal entre les mains de notre jeunesse. Tout dépend des réponses que l’on apporte à ses aspirations et préoccupations ! L’alternance au pouvoir constitue en elle-même une source d’espoir et d’espérance.

Neya de Gabou

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 2 décembre 2015 à 19:40
    En réponse à : Attentat par ci attentat par là : Et si l’option militaire n’était pas la solution idoine

    Bien dit,
    En réalité, le monde a exclut Dieu de son existence, c’est dire que la créature rejette son créateur, comment peut elle prospérer étant limité dans cet univers.
    Dieu qui est Amour, paix, joie, patience, espérance, humilité, miséricorde, tout puissant, bienveillance, douceur, tempérance, nous a crée à son image donc avec tous ces attributs et l’homme l’a rejeté et entretient haine, violence, misère, intolérance, arrogance, égoisme, rancoeur/amertume, dictature/mensonge, mépris/cupidité/ avarice etc tout ce qui diabolique
    On oppose la violence à la détresse car les terroristes sont des gens désespérés et non violents, au lieu de prévenir le terrorisme par l’Amour, la compassion, la bienveillance, la miséricorde, le partage, on préfère investir dans la guerre, or ces terrorismes cherchent même à quitter cette horreur qu’est le monde de nos jours
    Moi je ne veux pas être terroriste mais comme eux, j’aimerai bien quitter ce monde
    c’est pourquoi, je dis ’’Jésus viens, car nous avons besoin de toi’’

    Répondre à ce message

  • Le 2 décembre 2015 à 21:15
    En réponse à : Attentat par ci attentat par là : Et si l’option militaire n’était pas la solution idoine

    Ce problème pose l’absence de stratégie en matière de défense pour le continent africain. Au moindre cas où il faut réagir immédiatement contre une menace comme se fut le cas au Mali, de tergiversations en hésitations, on fait appel à la France. C’est un peu comme dormir sur la natte d’autrui.
    Du peu que je sais en la matière, les grandes puissances rejoignent l’ennemi o* qu’il se trouve pour le détruire. Ceci afin de protéger leur territoire. D’où la trouvaille de Ben Laden.
    L’ébauche stratégique pourrait être en plus de la démocratisation, le mise sur pied de vraies armées et des accords de défense entre les pays.
    A titre de rappel, chaque armée défend les intérêts de son pays. En la matière, il n’y a pas de bons samaritains.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2015 à 00:25, par gohoga
    En réponse à : Attentat par ci attentat par là : Et si l’option militaire n’était pas la solution idoine

    Je suis de votre avis et je veux aller plus loin en disant que la solution militaire est irresponsable. Ces pauvre gents ne sont pas des terroristes mais des désespérés de la vie. Tous nous connaissons les vrais terroristes "ceux qui ont attaqué gratuitement l’Irak, la Libye et organisé la destruction de la Syrie". Sans compter le pillage systématique de toutes les richesses du monde au profits des vrais terroristes. L’occident nous dit mourez de faim et de soif mais surtout pas de plaintes contre vos bourreaux si non vous êtes terroristes.

    Répondre à ce message

  • Le 3 décembre 2015 à 10:59
    En réponse à : Attentat par ci attentat par là : Et si l’option militaire n’était pas la solution idoine

    @gohoga je suis d’accord avec vous quand vous dites que les vrais terroristes sont ceux qui ont attaqué gratuitement l’Irak, la Libye et organisé la destruction de la Syrie. Sans compter le pillage systématique de toutes les richesses du monde au profits des vrais terroristes mais reconnaissez que si seulement c’était ces états qui étaient ciblés on n’allait pas s’en plaindre. Quand des pauvres Nigérians ;maliens et j’en passe sont les cibles privilégiées de ’’Ces pauvres gens désespérées de la vie’’ comme tu les appelles , je doute fort de votre bonne foi. ensuite quand on est désespéré on se suicide au lieu de chercher à assassiner des innocents. vous conviendrez avec moi que ceux là qui envoient les kamikazes ne le sont jamais eux même ; pourquoi cela ? ça veut dire qu’ils aiment la vie mais il n’hésitent à en priver aux autres. je pense par contre que l’option militaire est emprunte d’un calcul politicien autrement le terrorisme mais s’il n’était éradiqué allait néanmoins connaitre une baisse significative contrairement à ceux que nous observons

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés