Situation des travailleurs : L’UAS interpelle le gouvernement sur les problèmes des travailleurs

mercredi 25 novembre 2015 à 02h50min

L’Unité d’action syndicale a rencontré le gouvernement pour parler des préoccupations du monde du travail au Burkina. Cette rencontre a eu lieu avec les ministres des affaires étrangères, la ministre de la justice et le ministre de la fonction publique, du travail et de la sécurité sociale. Plusieurs points ont été abordés lors de cette rencontre notamment les multiples grèves dans les ministères et autres institutions.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Situation des travailleurs : L’UAS interpelle le gouvernement sur les problèmes des travailleurs

Selon le chef de la délégation syndicale, cette rencontre vise à interpeller le gouvernement sur les différentes crises que connait le monde du travail aussi bien dans l’administration publique que dans l’administration privée. « Nous avons les 2ie où il y a eu des cas de licenciements, où la violation des textes en vigueur au niveau du droit du travail a été flagrante. La direction générale qui a procédé à ces licenciements n’est pas ouverte au dialogue », a déclaré Bassolma Bazié.
Etant donné que c’est une institution avec des accords qui est installée dans le pays, les syndicats ont voulu interpeller le gouvernement à travers les ministères des affaires étrangères et de l’agriculture.

D’autres crises ont été aussi au centre des échanges avec les trois ministres. C’est le cas de la grève des greffiers. « Le ministère de la justice est paralysé parce que les greffiers sont en mouvement. Il y a eu un accord qui a été signé en Conseil des ministres dont le contenu n’est pas consensuel avec ce qui avait été arrêté avec les acteurs », a expliqué Bassolma Bazié. Le ministère de la fonction publique est aussi concerné.
Le Syndicat national des contrôleurs et des inspecteurs du travail (SYNACIT) est aussi en mouvement selon le chef de la délégation syndicale. Bassolma Bazié a déclaré : « Au ministère de la fonction publique, il y a eu un budget qui a été voté pour mettre en œuvre des préoccupations qui ont été posées, autour de 300 millions. A la dernière minute on leur a dit qu’il n’y a plus rien. Donc eux aussi ils sont en mouvement ». A ces mouvements s’ajoutent ceux des éléments de la garde pénitentiaire, des employés de la SN SOSUCO et du ministère des affaires étrangères. Pour les syndicats il faut nécessairement trouver une solution à ces différentes crises.

Trouver une solution aux crises
« Dans le pays quand il y a un point, deux ou trois points où ça brûle, si vous laissez parce que cela ne vous concerne pas, quand cela va s’embraser, personne ne va s’en sortir », a estimé Bazié Bassolma. Pour lui, tous les travailleurs touchés par ces différentes crises n’appartiennent pas à l’Unité d’action syndicale (UAS), mais il est de leur devoir de les accompagner dans leur lutte. C’est pourquoi ils ont interpellé le gouvernement « qui a pris bonnes notes ».
Cette rencontre a permis à l’UAS de rétablir le dialogue entre les différents acteurs. « Le dialogue va se poursuivre et nous allons suivre cela de très prêt pour que les travailleurs ne soient pas lésés dans leur droit. C’est le rôle du gouvernement d’apporter des solutions idoines à toutes ces préoccupations », a promis le chef de la délégation syndicale. Par ailleurs les syndicats ne semblent pas d’accord avec l’argument du manque de moyens. « Quand on nous dit que le budget ne contient rien, cela passe difficilement. Les partis politiques ont eu un milliard ensuite 300 millions, nous comprenons que la même diligence et les mêmes moyens devraient être trouvés pour satisfaire aussi les travailleurs ».

Mise en garde au prochain gouvernement
Les syndicats ont également interpellé les différents candidats à la présidence du Faso. Ils disent suivre toutes les promesses que les uns et les autres font au peuple burkinabè en général et aux travailleurs en particulier. « On promet terre et ciel aux travailleurs et au peuple burkinabè. Ces acteurs présidentiables sont interpellés avant et après le 29 novembre. S’ils estiment qu’ils ont autre chose à faire que de résoudre véritablement les préoccupations du monde du travail, nous allons nous faire entendre », a martelé Bassolma Bazié.

Judicaël Gaël Lompo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 24 novembre 2015 à 23:49, par L’européen
    En réponse à : Situation des travailleurs : L’UAS interpelle le gouvernement sur les problèmes des travailleurs

    Ahahah !!!! Il faut de la révolution au Burkina Faso. Blaise a gaté le pays dè.......Vous aussi.. voyez-vous cette masse de jeunes désoccupés ? il faut lutter pour un burkina meilleur pour tous. Qui n’a pas droit à une vie décente ? Quand des femmes burkinabès forcées de payer des taxes des fagots de bois après des marches de dizaines de kilomètres sous le soleil pour la recherche du moindre morceau de bois sec...ça me fait si mal ; exemple parmi tant... Ces paysannes et paysans contribuent à votre paie j’ai été fonctionnaire et contraint par ma conscience d’abandonner car je fournissais tant d’efforts et mes supérieurs bénéficiaient des résultats. Vive la révolution. Pas d’avenir certain pour les générations futures.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2015 à 08:03, par SY
    En réponse à : Situation des travailleurs : L’UAS interpelle le gouvernement sur les problèmes des travailleurs

    Bien mais où sommes nous avons la loi 013 qui devrait être révisée et appliquée ? Nous savons tous que le régime de COMPAORE était très bien avancé avec ce dossier, sans oublier la révision de la grille salariale qui était aussi en cours avant insurrection. Sinon il va falloir que ces Ministres concernés par les crises dans leurs institutions trouvent vite les solutions adéquates pour la sortie des crises avant l’arrivée du nouveau régime que nous allons le soir du 29 novembre 2015 c’est à dire ce dimanche qui vient.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2015 à 08:22
    En réponse à : Situation des travailleurs : L’UAS interpelle le gouvernement sur les problèmes des travailleurs

    Que Bazie apporte les preuves des licenciements en violation des textes, notamment le cas des 2ie ! Au lieu de faire la politique de l’autriche et faire des déclarations creuses, le syndicat ferait mieux de documenter les faits. Comment comprendre qu un syndicat defende des enseignants qui falsifient et vendent des notes aux etudiantes, simplement parce qu ils membres du F-SYNTER. C est vraiment deplorable et intolérable. Le F-SYNTER doit vraiment se remettre en cause et ne pas encourager la médiocrité au Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2015 à 09:15, par sincere
    En réponse à : Situation des travailleurs : L’UAS interpelle le gouvernement sur les problèmes des travailleurs

    Bassolma Bazié ! j’ai du mal a vous croire !!! je ne comprend pas pourquoi vous vous êtes engagé dans la relecture de la loi 13 (harmonisation fonctionnaire et contractuels ) sans aucun copec de rappel alors que vous savez très bien que c’était une injustice faites aux fonctionnaires !! Les retraités gagnent quoi dans tout ça ??? Ceux la même qui étaient au front de la lutte !! Moi qui vous parle de 1998 jusqu a 2015 j’ai perdu un montant de plus 4 500 0000 F et vous vous accepter cela facilement sous prétexte que la transition n’a pas les moyens !!! l’État c’est la continuité !! est que l’État burkinabé demeura dans la situation actuelle ??? au prix qu’il n’arrivera pas a désintéresser dans un futur proche le rappel aux fonctionnaires ???. Quand vous sortez pour jouer aux pompier pour interpeler le gouvernement sur un certain nombre de malaise, est que cela vous surprend ??? Gouverner c’est anticiper !!! qu’est que l’UAS a fait pour prevenir cela ??? je ne comprend pas non plus pourquoi la relecture de la loi 13 a été voté hier et que c’est en 2016 que ça rentre en vigueur ????? Pourquoi il n’y a pas une véritable communication des actions de l’UAS vers la base a tel enseigne que les rumeurs l’emportent sur la réalité ???? En définitive je vous demande de parler peu et plus d’actes !!! car je ne vois pas vos acquis en ce sens que la relecture de la loi 13 et la grille salariale était prévue en fin 2013 !! vous avez laisser trainer et que c’est vers la fin de 2014 pendant que le régime agonisait que vous vous êtes lever et cela grâce a la pression d’un certain de syndicat dont celle de l’éducation !!! a l’époque selon les indiscrétions il était un rappel forfaitaire !! vous venez accepter la relecture sans rappel !!! ET pire encore vous accepter que ça prend effet en 2016 au lieu de 2014 !!! Et dans tout ça vous ne communiquez pas !!! en pareil circonstance toutes les hypothèses sont permises et cela peut écorner l’image de l’UAS !!!!!!! Moi je veux comprendre pourquoi vous accepter sans rappel ??????????

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2015 à 10:03, par Bédjou
    En réponse à : Situation des travailleurs : L’UAS interpelle le gouvernement sur les problèmes des travailleurs

    Mr Bazié, vous avez un langage qui manque de courtoisie. Vous pouvez donner votre point de vue dans la fermeté tout en restant courtois. Il ya lieu de comprendre que la transition est venue trouver une situation pourrie, avec des caisses vides. L’urgent était d’assurer la continuité de l’état , même si c’est par le minimum, et organiser des élections propres(la communauté internationale l’a exigé). Les vieux problèmes de l’ère compaoré ne sont pas du fait de la transition. Alors un peu de tenue. Il convient de retenir que la chute du régime passé est l’affaire du peuple dans son ensemble, et plus particulièrement de sa frange jeune. Pas des travailleurs uniquement. Jouez votre rôle de sentinelle et de défense des interêts des travailleurs, mais ménagez un peu le langage. Je suis syndicaliste mais j’assure que le langage qui se tient me fait mal au coeur. Vous avez appelez les travailleurs , à la suite du coup d’état à une grève générale illimitée, sans préavis cela est juste. Du reste qu’auriez pu faire d’autres ; la base ne vous suivrait pas j’en suis convaincu, car de nos jours, le peuple dans sa globalité est mûr et n’accepterait pas la forfaiture des putschistes. En toute fraternité.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2015 à 10:17, par bêelaada
    En réponse à : Situation des travailleurs : L’UAS interpelle le gouvernement sur les problèmes des travailleurs

    Si les représentants de l’UAS ont accepté sans rappel la nouvelle loi portant reforme de l’administration publique, c’est qu’en lieu et place de l’ensemble des fonctionnaires, eux ont reçu un rappel pour service rendu au gouvernement de la transition. L’affairisme est une pratique courante depuis la fin de la révolution d’août 1983 et ce milieu n’est pas du tout épargné.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2015 à 10:24, par vive le changement
    En réponse à : Situation des travailleurs : L’UAS interpelle le gouvernement sur les problèmes des travailleurs

    Il va falloir que le prochain gouvernement revoit les conditions de vie des travailleurs parce que certains employeurs dans ce pays se comportent comme... Vous en avez du genre qui insultent leurs employés au bureau, d’autres qui harcèlent verbalement et sexuellement, d’autres encore qui vous licencient pour un oui ou un non, d’autres qui accumulent les arriérés de salaire ou qui vous paient quand ils sont contents, d’autres même qui refusent de vous délivrer un certificat de travail , etc.

    Ses problèmes sont courants aussi bien dans le privé que dans la fonction publique.Je me demande bien où on va avec de tels comportements. En tout cas, si rien n’ai fait pour assurer les droits des travailleurs, les crises que nous connaissons dans nos administrations vont s’intensifier dans les années à venir.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2015 à 10:32, par yayaboin
    En réponse à : Situation des travailleurs : L’UAS interpelle le gouvernement sur les problèmes des travailleurs

    Intervenant 3, j’ai lu quelque part que parmi les licenciés il y avait des conptables, des secrétaires, des chauffeurs... ils ont aussi falsifié des notes ? De grâce ne défendez pas l’indéfendable. Que le gouvernement montre aux gens que les lois sont faites pour être respectées.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2015 à 11:00, par Je veux l’incidence financière de mon avancement en décembre
    En réponse à : Situation des travailleurs : L’UAS interpelle le gouvernement sur les problèmes des travailleurs

    J’ai droit à un avancement pour compter de 2014. Mon arrêté d’avancement est prêt depuis plusieurs jours. Mais le service de la solde qui s’occupe des corrections au niveau de notre ministère me fait savoir que je ne pourrai pas avoir l’incidence financière en fin décembre parce que le MEF qui est leur ministère de tutelle leur a dit de ne plus valider les corrections parce qu’il n’y a pas de réseau. J’ai voulu comprendre avec les agents du service, mais ceux-ci n’ont pas pu me donner d’explications convaincantes.
    Comment savoir d’avance que le réseau ( SIGASPE, CID...) fera défaut pendant plusieurs semaines au point qu’on ne puisse pas faire d’avancement ou de reclassement ?

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2015 à 11:21, par RAPHA
    En réponse à : Situation des travailleurs : L’UAS interpelle le gouvernement sur les problèmes des travailleurs

    C’est vraiment écœurant. Des travailleurs souffrent pour avoir leurs avancements de 2013 et 2014. Des arrêtés ont été déposés au niveau du MEF, mais jusqu’à présent aucun changement au niveau de nos salaires. Ce sont toujours les maigres salaires qui continuent de tomber. Pendant ce temps ; on donne facilement plus de 300 000 000 à des gens qui possèdent déjà des millions pour qu’ils cherchent le pouvoir. C’est frustrant.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2015 à 14:30, par Freedom is a state of mind
    En réponse à : Situation des travailleurs : L’UAS interpelle le gouvernement sur les problèmes des travailleurs

    Chers freres et soeurs Burkinabe, chers travailleurs, chers membres des differents syndicats,
    Je voudrais juste attirer votre attention sur le fait qu’on tirant trop sur les ficelles, nous risquons de sortir tous perdants. Sachons garder la tete sur les epaules et avancons de mainere raisonable. Toutes vos revandications sont normales et legitimes, cependant les menaces et la non-flexibilite nous conduit directement a l’abatoir.
    Vous etes parents et responsables dans vos propres foyer. Vous venez de payer une moto pour votre fille, votre fils a son tour vien vous demander une moto. Il a certainement le droit lui aussi d’en avoir une, mais qu’allez vous faire si vous aviez utiliser vos economies de 2 ans pour la moto de la fille ? C’est compliquer. Ceci est une metaphore pour repondre a ceux qui pensent que l’Etat a pu financer les partis politiques et donc forcement doit satisfaire a leur requetes tout de suite et maintenant.
    Chers greffiers, ne pensez vous pas que le gouvernement actuel peut avoir des difficultes pour satisfaire des accords qui ont ete signes en 2012 ? De 2012 a 2014, votre accord n’a pas pu etre respecte par les signataires (regime dechu). Ne pensez vous pas que c’est injuste de trop serrer l’etau sur ce gouvernement de transition ?
    Je comprend qu’avec le depart de Blaise, tout le monde attend un changement ; mais retenons ceci : tout le changement ne pourra pas s’opperer pendant une duree infinitesimale de temps. Arretons les menaces s’il vous plait.

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2015 à 15:20, par le magnac
    En réponse à : Situation des travailleurs : L’UAS interpelle le gouvernement sur les problèmes des travailleurs

    M.Freedom is a state of mind, vous n’êtes pas obligé de debatre de ce que vous ignorer. c’est un conseil prenez toujours l temps de vous renseignez avant de racontez quoi que ce soit. si non les accords dont parlent les greffiers ne relèvent pas du régime déchu mais plus tôt du gouvernement de la transition. ce sont eux qui ont pris des engagements à l’issue des états généraux de la justice qu’ils ne veulent pas respectés. c’est encore eux qui se sont foutus des greffiers en signant des décrets contraires à ceux que eux même ont proposé aux greffiers. alors svp cultivez vous d’avantage ça vous fera du bien. sinon vous ne serez qu’un simple zombi dans votre propre pays. sans rancune

    Répondre à ce message

  • Le 25 novembre 2015 à 23:25, par le coq
    En réponse à : Situation des travailleurs : L’UAS interpelle le gouvernement sur les problèmes des travailleurs

    Je pense que L’UAS est dans son droit de défendre les intérêts des travailleurs. Elle joue son rôle d’attirer l’attention du gouvernement sur le respect des accords conclus.
    le gouvernement doit savoir communiquer au maximum avec ses partenaires pour qu’on n’arrive pas à une situation de blocage dû à un manque de consensus.les accords c’est pour être respectés ou dans le cas échéant on redéfinie les accords qui font être acceptés par tous. eux et nous avons le même combat.
    nous invitons L’UAS a s’impliquer d’avantage pour le respect du droit des travailleurs.
    Apportons lui notre soutien. ce que le gouvernement a promis de faire, il doit le faire. c’est à ce prix qu’on pourra mobiliser tout le monde autour du travail et éviter les pertes de temps inutiles.

    Répondre à ce message

  • Le 30 novembre 2015 à 14:03, par bobn’donbin
    En réponse à : Situation des travailleurs : L’UAS interpelle le gouvernement sur les problèmes des travailleurs

    L UAS ne semble plus être conséquent ! Selon le projet de decret de la nouvelle grille salariale ki circule , les nouveaux indices ont été obtenus en reduisant 11% sur le salaire de base des contractuels. C’ est vraiment absurde d’accepter une telle chose !

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés